ORIFLAMMS à l’université Ca’ Foscari de Venise

Les 10 et 11 avril 2014, à Venise, se tiendra un atelier de réflexion sur la paléographie numérique : Digital Paleography. Projects, prospects, potentialities (An International Workshop).

Programme et argumentaire : Digital paleography workshop – Venice – 10-11 April 2014

Le projet Oriflamms et ses avancées seront présentées durant la troisième session, le 11 avril au matin.

L’atelier explorera un champ de recherche à la pointe et examinera les potentialités des technologies de l’informations appliquées au systèmes graphiques non-imprimés, quel qu’en soit le support.

Trois thèmes principaux seront abordés :

  • état de l’art
  • diversité des approches et potentialités dans la reconnaissance automatisée des écritures médiévales
  • écritures personnelles des XVIe-XVIIIe siècles

The present international workshop addresses a recent cutting-edge research field which explores the potentialities lying in the application of information technologies to non-printed graphic systems on whatever writing surface.
The workshop proposes to explore three principal themes: the digital paleography state of the art; the potentiality of different approaches applied to automatic digital recognition of medieval handwritings; the problem of sixteenth-eighteenth centuries individual handwriting digital recognition, in particular in wills from the Venetian State Archives, as part of the “Venice Time Machine Project” recently launched by Università Ca’ Foscari, Digital Humanities Lab (DHLAB), EPFL, Lausanne and the Archivio di Stato di Venezia.
The workshop is open to students of both Bachelor and Master levels (with credit recognition of substitute activity for the traineeship), for Ph.D. students and for all those interested in the theme.

Pour plus d’information, contacter :
Flavia De Rubeis: flaviadr@unive.it
Dorit Raines: raines@unive.it

Programme

Continue reading

Posted in Actualités, Actualités / News, Billets, Colloques | Leave a comment

Call for papers DATeCH 2014 in Madrid

The DATeCH international conference brings together researchers and practitioners looking for innovative approaches for the creation, transformation and exploitation of historical documents in digital form.

Paper submission deadline : 7 January 2014

 

Posted in Actualités / News, Colloques | Leave a comment

Appel à communication / CfP : Empire des lettres et tigres de parchemein — International Medieval Congress (Leeds, 7-10 / 07 / 2014)

Les partenaires d’Oriflamms, sous le patronage d’Apices et de Cap Digital, organisent des sessions paléographiques sur le thème ‘Empire’ dans le cadre de l’International Medieval Congress 2014 à Leeds (Royaume-Uni).

(English version below)
(Deutsche Version: siehe unten)
(Versión española abajo)

L’écriture n’est pas un moyen de communication neutre. En particulier, les écritures ont servi, tout au long du Moyen Âge, à mettre en scène l’idée d’Empire, de pouvoir et de domination. Les exemples les plus célèbres en sont les litterae caelestes de l’Antiquité tardive, la curialis de la chancellerie pontificale, les litterae elongatae. La pertinence du concept d’Empire ne se limite cependant pas aux écritures pragmatiques, comme le montrent l’écriture prophétique d’Hildegarde de Bingen pour sa lingua ignota, qui connote l’empire divin, ou encore l’écriture humanistique, aussi dite littera antiqua, qui prétend reproduire l’écriture de l’Antiquité pour la littérature latine classique et, par conséquent, reproduire l’écriture d’une forme disparue de l’Empire. L’écriture a ainsi la possibilité de connoter l’autorité et l’Empire, et d’inspirer le respect.
Aussi ces sessions sont-elles placées conjointement sous le titre de l’étude d’E. T. Bannett sur les manuels épistolaires « Empire of letters » (Empire des lettres), qui montre comment les lettres ont unifié un Empire, et également sous le signe de l’ironie politique des « Tigres de papier », ici, « tigres de parchemin », qui applique dans le domaine paléographique l’idée que des écrits, par leurs particularités graphiques et de mise en forme, puissent susciter admiration, respect et terreur sacrée.
Si la minuscule caroline est un symbole manifeste d’une entreprise à la fois politique et culturelle, elle montre aussi la complexité du lien entre Empire et écriture. Dans le même mouvement, Charlemagne unifiait un espace politique et lui donnait une écriture commune ; ce faisant il unifiait un Empire par ses lettres (la caroline finit par exclure l’usage des écritures dites ‘nationales’ comme la bénéventaine des Lombards ou des autres écritures issues de l’Empire, comme la curialis), mais aussi le domaine scriptural, l’Empire des lettres (la caroline s’impose comme écriture livresque aussi bien que dans le domaine documentaire). Pourtant, la caroline n’est pas une création impériale : elle précède la renovatio imperii et n’est qu’une sélection de formes au milieu d’évolutions multiples, alors que les autres écritures impériales (litterae caelestes, curiales, elongatae) sont des héritières fossilisées de temps prestigieux mais révolus : elles ne sont pas seulement archaïsantes, elles connotent l’autorité de l’Empire.
Le domaine scriptural peut aussi être étudié comme un monde en soi, « l’Empire des lettres », avec sa cohérence et son histoire. Les affiches de maîtres écrivains et de calligraphes, les modèles d’écriture, les écritures spécifiques à un genre (par ex., la « gothique liturgique », l’écriture de la chancellerie impériale), les influences des écritures données ou perçues comme « impériales » ou les conséquences sur l’écriture des prétentions politiques (en France, l’invention de la « mixte » est contemporaine de l’adage « le roi est empereur en son royaume) reflètent l’idée d’un « imperium » distinct, permettant de distinguer des sphères et hiérarchies de pouvoir.
Ces deux grandes dimensions de « l’Empire des lettres », à savoir la connotation de l’Empire par les lettres et la structuration du domaine scriptural (c’est-à-dire le domaine partiellement autonome des écritures), relèvent du présent appel à communication.

Continue reading

Posted in Actualités, Actualités / News | Leave a comment

Un partenariat internation pour Oriflamms : l’université de Valencia (Espagne)

Après la rencontre de Leeds avec Maria José Castro Bleda et, en partie, grâce au financement du pôle de compétitivité Cap Digital, deux étudiants du département d’informatique de l’Université polytechnique de Valencia (Espagne) sont venus travailler dans les bureaux du LIRIS à Lyon du 21 au 25 juillet 2013. Ils ont notamment présenté la suite logicielle STATE et le projet HITITA.

Le système STATE associe plusieurs modules pour rendre la transcription de documents anciens plus rapide et plus aisée. Avec des fonctionnalités avancées pour préparer les images et analyser la mise en page (colonnes et ligne), il offre la possibilité d’établir des répertoires de glyphes et de corriger aisément le résultat de la reconnaissance optique (au clavier, à la voix ou au stylet sur tablette tactile avec reconnaissance d’écriture manuscrite).

Ces logiciels et recherches sont évidemment en lien avec les travaux d’ORIFLAMMS sur l’écriture médiévale. Des tests ont été effectués sur des manuscrits de notre corpus (en particulier, la Queste du Graal), montrant une capacité d’apprentissage importante, malgré l’absence de modèle linguistique adapté.

Le futur reste à imaginer…

Posted in Billets | Leave a comment

ORIFLAMMS @ Leeds IMC 2013 = Digital Pleasures

Sous le titre Digital Pleasures, une série de sessions organisées par Jinna Smit, Jan Burgers, Sébastien Barret et Dominique Stutzmann a exposé les méthodes d’analyse de l’écriture et de l’édition de texte.

Ces sessions ont connu un succès inattendu, avec un public très supérieur à la capacité de la salle et des personnes assistant debout aux présentations et au débat. Elles ont été sponsorisées par le Groupement de Recherche ‘Diplomatique’ (GDR 3177-CNRS), APICES (Association Paléographique Internationale, Culture, Ecriture, Société) et Cap Digital.

Plusieurs grands thèmes ont été abordés dans ces sessions : automatisation de l’identification de mains et de la datation (interprétation, degré d’automatisation possible) ; datation et attribution par les allographes (Petros Samara, S. Brookes) ; ergonomie et rôle du chercheur ; web de données.

Une nouvelle collaboration pour le projet Oriflamms a été décidée : l’Université de Valencia, en Espagne, enverra deux de ses étudiants auprès du LIRIS en juillet ! D’autres travaux et collaborations sont entamées avec L. Schomaker pour tester le GIWIS sur de nouveaux corpus.

Le projet Oriflamms a été très bien représenté sur place : dans ces sessions, évidemment, par Alexey Lavrentev et moi-même, mais aussi, dans une autre session par Vincent Debiais et Estelle Ingrand-Varenne (session 508).

Programme

Session 530

Digital Pleasures, I: Pleasing the Paleographer? – Examples of Automatic Writer Identification

Tuesday 2 July 2013: 09.00-10.30

Moderator/Chair: Georg Vogeler (Zentrum für Informationsmodellierung in den Geisteswissenschaften, Karl-Franzens-Universität, Graz)

Paper 530-a. Jinna Smit. GIWIS Revisited, or Why It Keeps Getting Better: Handwritings of Chancery Clerks of the Count of Holland, 1299-1345
Paper 530-b. Lambert Schomaker. The Groningen Intelligent Writer Identification System: Do Try This at Home!
Paper 530-c. Benedikt Hotz. Annotating, Describing, and Analysing: Digital Writer Identification in Medieval Papal Documents – Changes and New Chances for Paleographical Methods
Paper 530-d. Vincent Christlein. A Letter Driven Writer Identification in Medieval Papal Charters

Since a few years, paleographers are experimenting with automatic writer identification. Test results clearly show that software can be used to analyze medieval handwritings. This session aims at showing researchers the promises and limitations of working with these digital tools. The papers are presented by paleographers and computer experts as the expertise of both sides is needed to make reliable writer identification software.

Session 630

Digital Pleasures, II: Tools for Dating and Describing Script

Tuesday 2 July 2013: 11.15-12.45

Moderator/Chair: Jan Burgers (Huygens ING – KNAW (Instituut voor Nederlandse Geschiedenis, Koninklijke Nederlandse Academie van Wetenschappen), Den Haag / Universiteit van Amsterdam)

Paper 630-a. Petros Samara. Constructing a Medieval Palaeographic Scale
Paper 630-b. Jean-Paul van Oosten. Word Image Retrieval from Historical Handwritten Document Collections: The Monk System
Paper 630-c. Stewart J. Brookes. Answers and Questions: Digital Approaches to Dating Medieval Script

The time-honoured scholarly discipline of paleography has recently been rejuvenated by the digital technology. This offers innovative ways of interrogating and interacting with medieval script, opening up new possibilities for the study of scripts, scribes, and manuscripts, and even tackling the difficult aspect of dating and locating a script of unknown provenance. In this line of research, computer expertise and traditional paleography work in close collaboration.

Session 730

Digital Pleasures, III: Diplomatics and Editorial Practices in the 21st Century
Tuesday 2 July 2013: 14.15-15.45
Moderator/Chair : Dominique Stutzmann (Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, Centre National de la Recherche Scientifique, Paris)

Paper 730-a. Rosemonde Letricot. Scholarly Data and Linked Data: A Challenge for Medievalists
Paper 730-b. Sébastien Barret. Cluniac Charters in the Monumenta Palaeographica Medii Aevi: How an Edition Project Gets Old-Fashioned and Tries to Catch Up
Respondent : Georg Vogeler (Zentrum für Informationsmodellierung in den Geisteswissenschaften, Karl-Franzens-Universität, Graz)

Much has been said and written on text edition, and maybe even more on its modern, digital forms. That new technologies allow dramatic developments in the shaping and dissemination of medieval text has become a commonplace. Yet, much remains to be explored, in both the technical and epistemological aspects of the subject. The present session focuses on how these changes are causing not only evolutions in the editorial techniques, but also shifts in the fundamental approaches to editing documents and in the positioning of text editions within historical practices and discourses.

Session 1030

Digital Pleasures, IV: Scholarly Editions, Data Formats, Data Exploitation
Wednesday 3 July 2013: 09.00-10.30
Moderator/Chair : Sébastien Barret (Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, Centre National de la Recherche Scientifique, Orléans)

Paper 1030-a. Francesco Stella. Databases versus Encoding: Which Methods for Which Results?
Paper 1030-b. Jean-Baptiste Camps. Detecting Contaminations in a Textual Tradition: Computer versus Traditional Methods
Paper 1030-c. Alexey Lavrentev. Text Encoding and Annotation Formats in the BFM Old French Corpus

Between the documents and the published results of historical research, there are several steps, in which the textual edition may (or may not) be involved. Historians have to define and constitute their ‘sources’ as such, and the process of analysis is divided in multiple stages. The first analysis is done in encoding and formatting the data (e.g.reading, understanding and expanding abbreviations, identifying persons and places); a second step may intervene in submitting this data to different sorts of transformations or (semi-) automatized analysis, whose results still have to be (humanly) interpreted. This session will explore the links between data formats, data exploitation, tools, and results of historical research.

Session 1130

Digital Pleasures, V: Automated Text Recognition, Text Annotation, and Scholarly Edition in the 21st Century
Wednesday 3 July 2013: 11.15-12.45
Moderator/Chair : Sébastien Barret (Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, Centre National de la Recherche Scientifique, Orléans)

Paper 1130-a. Matthieu Bonicel, From Codex to Touchscreen: Why Ergonomics Is an Issue in Textual Scholarship
Paper 1130-b. María José Castro-Bleda. Human or Computer Assisted Interactive Transcription
Paper 1130-c. Dominique Stutzmann. Building the Ontology of Medieval Written Signs: New Horizons for Palaeography

Computer assisted transcription tools can speed up the initial process of reading and transcribing texts. At the same time, new annotation tools open new ways of accessing the text in its graphical form. The balance and value of each method still needs to be explored. This session focuses on how research and developments in computer science can benefit most the human sciences (is transcribing a human assisted computer system or a computer assisted human process?) and how enhanced ergonomics may change the landscape of textual scholarship and palaeography.

Posted in Billets | Leave a comment

Paléographie numérique : nouveaux outils, nouvelles questions ?

Après une séance de séminaire à l’EHESS à l’ENS de Lyon (annonce sur le site du CIHAM) et sur le site de l’EHESS), c’est à l’Institut für Österreichische Geschichtsforchung de Vienne que Dominique Stutzmann va présenter les nouvelles questions ouvertes par les technologies numériques d’analyse d’image.

La paléographie numérique apparaît depuis une dizaine d’années comme un domaine en soi des Digital Humanities. Carrefour unique entre les sciences de l’ingénieur et les sciences humaines et sociales, la paléographie pose, même en ses missions et problématiques les plus traditionnelles — lire les textes, identifier et différencier les mains, dater les manuscrits, classifier les types d’écriture –, des obstacles ambitieux pour la recherche en vision par ordinateur (Computer Vision). Comment un ordinateur apprendra-t-il à lire une écriture, ou à la nommer « régulière », quand les paléographes peinent à le faire ou à trouver des fondements communs à leurs savoirs ? Le dialogue interdisciplinaire crée de nouveaux outils (systèmes de transcription assistée par ordinateur, analyse et caractérisation d’image, etc.) qui mènent également les historiens de l’écriture à formuler de nouvelles questions (cohérence des systèmes graphiques, normes de l’écriture en société, graphonomie historique).

Posted in Actualités, Actualités / News | Leave a comment

Elisa PALLOTTINI, post-doctorante au CESCM : paléographie épigraphique dans la province de Viterbe

Le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers accueille, depuis octobre 2012, Elisa PALLOTTINI, docteur en paléographie grecque et latine de l’Université de Rome La Sapienza, pour un séjour postdoctoral de 7 mois. Elisa a obtenu, à l’issue d’un concours, une bourse de « perfectionnement à l’étranger » de l’Université La Sapienza et a été reçue dans le cadre de l’équipe « Culture écrite, culture visuelle » du CESCM.

P1010208Spécialiste d’épigraphie médiévale, Elisa a soutenu son doctorat en mars 2012 ; il portait sur l’établissement du corpus des inscriptions médiévales de la province de Viterbe (recensement, analyse, informatisation). Ce travail doctoral s’inscrit dans l’entreprise de publication des inscriptions médiévales italiennes coordonnée par le Centro italiano di studi sull’Alto medioevo de Spolète (collection des IMAI).

Lors de son séjour à Poitiers, Elisa Pallottini a intégré l’équipe des doctorants et des chercheurs du Corpus des inscriptions de la France médiévale, avec pour objectifs :

- de contribuer à la mise en place du programme TITULUS visant à la création d’une base de données texte-commentaire-image des inscriptions médiévales françaises ;

- de participer aux ateliers méthodologiques de l’équipe et aux activités scientifiques du laboratoire ;

- de contribuer, par la confrontation des expériences de publication entre France et Italie, à la réflexion sur les normes d’édition des inscriptions médiévales ;

- de mener à terme une recherche originale destinée à être publiée sous forme d’article sur les authentiques épigraphiques de reliques.

Le passage d’Elisa par la France lui a permis d’exposer ses travaux de recherche dans le cadre des journées doctorales du CESCM en janvier 2013 ; elle présentera également une communication lors du colloque GIEcA en mai prochain (dans lequel le programme ORIFLAMMS est engagé). Le travail d’édition auquel s’est livré Elisa Pallottini dans son doctorat comme dans ses publications met en lumière la nécessité d’une interrogation de fonds sur les caractéristiques formelles de l’écriture épigraphique. Les résultats obtenus lors de son séjour au CESCM apporteront sans aucun doute du grain à moudre pour le volet épigraphique d’ORIFLAMMS.

Contact :

Elisa PALLOTTINI – CESCM, 24 rue de la Chaîne 86 022 POITIERS cedex (elisa.pallottini@fastwebnet.it)

 

Posted in Billets | Leave a comment

BVMM – ouverture de la Bibliothèque Virtuelle des Manuscrits Médiévaux

La Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux (BVMM) (http://bvmm.irht.cnrs.fr vient d’ouvrir sa consultation en ligne au grand public !

Plus de 1600 manuscrits médiévaux reproduits intégralement (1000 en couleur, 600 en noir et blanc), ainsi que la reproduction des décors de 4200 manuscrits et incunables. Élaborée par l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS), la BVMM rassemble les reproductions d’une large sélection de manuscrits des bibliothèques de France (hors BnF), datant du Moyen Âge jusqu’au début de la Renaissance. Actuellement, une soixantaine d’établissements français participent à l’ouverture de la BVMM sur le Web.

La BVMM s’ouvre également aux apports extérieurs, avec les reproductions d’une centaine de manuscrits de la Staatsbibliothek de Berlin (Staatsbibliothek zu Berlin – Preußischer Kulturbesitz) et de certaines collections privées. Cette immense base de textes et d’images s’amplifiera au fur et à mesure des accords conclus avec de nouvelles bibliothèques.

Depuis sa fondation en 1937, l’IRHT rassemble, pour les travaux scientifiques, des reproductions de manuscrits du monde entier. En 1979, un partenariat s’est noué entre l’IRHT, le Ministère de la Culture (Service du livre et de la lecture) et le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (Mission de l’information scientifique et
technique et du réseau documentaire). Cette collaboration et l’accord des bibliothèques ont permis d’entreprendre la reproduction photographique des manuscrits médiévaux sur tout le territoire français, hormis la Bibliothèque nationale de France.

Métadonnées des manuscrits

La BVMM permet de rechercher les manuscrits par leur cote ; elle ne permet pas de rechercher les manuscrits par leur contenu. Elle fait en effet partie d’un système intégré de ressources produites par l’IRHT.

  • MEDIUM, la base de gestion des reproductions de manuscrits, gère les informations descriptives des manuscrits. Elle recense les 67 000 microfilms et numérisations disponibles à l’IRHT.
  • INITIALE est le catalogue des manuscrits enluminés (datation, localisation, iconographie, bibliographie).

Ces bases n’ont pas vocation à remplacer les bases descriptives externes telles que le Catalogue collectif de France (CCFr), Calames, etc., mais à s’articuler avec elles dans une logique d’interopérabilité.

Contenus

La BVMM donne accès aux manuscrits selon les autorisations obtenues des Bibliothèques municipales et des propriétaires privés ou publics des collections. Certains ont leurs propres programmes de numérisation, leur propre interface de consultation, avec, également, pour certaines bibliothèques, un signalement au sein de Gallica.

Tous les manuscrits numérisés par l’IRHT ne sont pas accessibles dans l’interface publique de la BVMM. Les restrictions posées par certaines bibliothèques imposent de consulter les manuscrits numérisés sur place ou avec un compte attribué par l’IRHT pour une consultation à distance.

Ces reproductions sont versées progressivement dans la BVMM (plus de 14.000 cotes de manuscrits à ce jour). Des extraits en sont déjà consultables sur des sites consacrés au décor : Liber Floridus et Enluminures.

Fonctionnalités
La BVMM se démarque par sa consultation active :

  • sélection d’images et constitution d’un panier de recherches ;
  • comparaison de plusieurs images sur une même fenêtre d’écran ;
  • rotation des images
  • export
  • image taille réelle (calibrage pour pouvoir mesurer sur l’écran)

 

Posted in Actualités / News | Leave a comment

Soutenance de la thèse d’Estelle INGRAND-VARENNE – CESCM, 29 mars 2013

Poitiers, UFR Sciences Humaines et Arts, Salle des actes, vendredi 29 mars 2013, 14h30

Soutenance de la thèse Langues de bois, de pierre et de verre. Histoire du langage épigraphique et de son passage du latin au français, présentée par Estelle Ingrand-Varenne pour l’obtention du doctorat en histoire médiévale, sous la direction de Cécile Treffort et de Cinzia Pignatelli.

Composition du jury : Pascale Bourgain, présidente ; Michel Banniard, rapporteur ; Pierre Chastang, rapporteur ; Daniel Rico Camps ; Cécile Treffort ; Cinzia Pignatelli.

Estelle Ingrand-Varenne a présenté ce vendredi ses travaux en soutenance publique. Son doctorat, consacré à l’analyse des aspects linguistiques des inscriptions médiévales des XIIe-XIVe siècles dans l’Ouest de la France (Bretagne, Pays-de-la-Loire, Poitou-Charentes), a été salué par les membres du jury pour la qualité de la présentation des deux volumes qui le composent, pour le sérieux des analyses, pour le nombre et la pertinence des intuitions et pour les perspectives qu’il offre pour le futur des études épigraphiques. Le travail d’Estelle Ingrand-Varenne propose un certain nombre de déplacements méthodologiques : 1) le passage de la notion de style épigraphique à celle de discours ; 2) le dépassement du clivage français/latin pour la langue des inscriptions ; 3) la réconciliation des approches linguistiques et paléographiques, trop souvent séparées en épigraphie.

Dans la thèse qui a reçu, à l’issue de la soutenance et d’une (très) courte délibération, la mention très honorable et les félicitations du jury, Estelle Ingrand-Varenne a fourni une grande quantité de résultats grâce à un très riche appareil théorique qui puise ses outils, sans jamais les accessoiriser, aux méthodes de l’histoire, de la linguistique, de la sémiologie, de la médiologie, etc. L’évolution des langues dans les inscriptions de l’Ouest n’est pas uniforme et les textes épigraphiques façonnent les contours d’usages langagiers particuliers, avec une pragmatique et une esthétique reposant sur des codes (la brièveté, l’emploi des formules, les déictiques) et des formes qui assurent l’exposition de l’écriture, la diffusion du message et la création d’une “langue épigraphique” entre latin et vernaculaire.

Certains des résultats de la thèse d’Estelle Ingrand-Varenne intéressent directement le projet ORIFLAMMS, notamment son versant linguistique, puisque l’auteur a étudié les phénomènes de séquenciation du texte par le blanc et la ponctuation, l’emploi distinctif des majuscules et la mise en voir des codes langagiers sur la page de pierre. Ce travail est tout à fait fondamental pour la suite de la recherche épigraphique en latin comme en français.

Posted in Billets | Leave a comment

Gestion informatisée des écritures anciennes : annonce de colloque

gieca_affiche

Les 21 et 22 mai 2013 se tiendra à Tours un colloque consacré aux études assistées par ordinateur sur les écritures médiévales et la prototypographie.

En effet, en dépit de vingt années de développement des humanités numériques, et malgré les avancées décisives du consortium MUFI, le problème du codage des écritures anciennes demeure entier. C’est pourquoi le Centre d’Études supérieures de la Renaissance (CESR, Tours) et l’Institut de Recherche sur les Archéomatériaux (IRAMAT, Orléans) organisent ces deux journées consacrées à ces problématiques et destinées tant aux chercheurs issus des lettres, des sciences humaines et sociales, des bibliothèques ou des musées, qu’à ceux exerçant dans le domaine du graphisme ou de l’informatique.

Participeront à ce colloque deux des partenaires d’Oriflamms (Marc Smith et Dominique Stutzmann), également partenaires du projet PIM (présentation de Florence Codine) et des travaux de Julia Joffre (Ecole Estienne).

Site du colloque

Programme

Mardi 21 mai 2013

09 h 30 – Collation de bienvenue, introduction.

Session 1 – Problématiques et méthodes

10 h 00  Marc Smith (École nationale des Chartes) : « La typographie face aux écritures anciennes, entre reproduction et transcodage »

10 h 30  Andreas Stötzner (font designer ; MUFI) : « On the identification, encoding and design of special characters »

11 h 15. Pause.

11 h 30  Peter M. Scharf (Université Paris Diderot ; The Sanskrit Library) : « Linguistic Issues and intelligent technological solutions in coding Sanskrit »

12 h 00  Odd Einar Haugen (University of Bergen) & Andreas Stötzner (font designer) : « The MUFI project: history, development and results » (sous réserve)

12 h 45  Pause déjeuner

Session 2 – Gestion de l’écriture hiéroglyphique

14 h 30  Dimitri Meeks (CNRS ; Université de Montpellier) : « Dictionnaire hiéroglyphique, inventaire des hiéroglyphes et Unicode »

15 h 00  Stéphane Polis (Université de Liège) & Serge Rosmoruc (CNAM) : « Réviser le codage de l’égyptien ancien à la lumière du projet Ramsès »

15 h  45. Pause.

Session 3 – Le document épigraphique

16 h 00  Elisa Pallottini (Université de Rome) : « De l’écriture à l’édition numérique des textes épigraphiques »

16 h 30 Florence Codine (Bibliothèque nationale de France) : « Le projet PIM : des polices pour l’épigraphie monétaire »

17 h  00  Marion Lamé (Anhima) (+ Francisco Soler ou Victoria Luzon) : « De la transcription graphique à la reconstitution diplomatique »

18 h 00 : Thomas Huot-Marchand : Présentation de l’Atelier national de recherches typographiques.

 

Mercredi  22 mai 2013

Session 4 – Manuscrits médiévaux

09 h 30  Odd Einar Haugen (University of Bergen) : « Transcribing and Editing Medieval Nordic Sources »

10 h 00  Dominique Stutzmann (IRHT): « Ontologie des formes et encodage des textes manuscrits médiévaux »

10 h 45. Pause.

Session 5 – Polices numériques pour l’écriture manuscrite

11 h 00  Jonathan Perez (dessinateur de caractères) : « Une police de caractères copte scripte pour l’édition scientifique »

11 h 30  Julia Joffre (dessinatrice de caractères) : « Création d’une police adaptée à l’étude des écritures gothiques »

12h00 – Pause déjeuner

Session 6 – Le livre imprimé

14 h 00  Rémi Jimenes (CESR) : « Pour un inventaire des caractères typographiques anciens »

14 h 30  Jacques André (INRIA) : « Pour un inventaire des typèmes non alphabétiques à la Renaissance : méthodologie et problèmes »

15 h 00  Frédéric Rayar (Université de Tours)  & Jean-Yves Ramel (Université de Tours) : « Les logiciels Agora et Retro : des outils pour l’extraction et l’indexation des caractères anciens »

15 h 45 : Clôture

Posted in Actualités / News, Colloques | Leave a comment

Base ROMANE – CESCM

Capture-d_ecran-2012-11-30-a-16-09-01-eb756L’étude de la civilisation médiévale ne saurait être aussi riche sans l’existence de fonds patrimoniaux, qu’ils soient relatifs à l’iconographie, l’architecture, la sculpture ou le manuscrit. Les informations recueillies grâce à l’inventaire, l’identification et l’analyse d’un grand nombre de collections sont essentielles pour assurer à la communauté scientifique un meilleur outil de réflexion sur ce qui lui est parvenu du passé. Au cours de ces dernières années, l’évolution des technologies a permis d’optimiser l’accessibilité à bon nombre de corpus. La conservation, l’étude et l’accès aux collections nationales et internationales, qu’ils concernent le spécialiste ou un plus large public, imposent une mise en place de vastes campagnes de numérisation, de traitement des images.

Depuis de nombreuses années, le CESCM est attentif à l’évolution des technologies et conscient des perspectives qu’elles peuvent offrir dans le domaine de la recherche. Toutes ces questions ont naturellement imposé la mise en place d’une base de données, de vastes campagnes de numérisation, de traitement des images, d’indexation et de mise en ligne des données ainsi collectées.

Posted in Billets | Leave a comment

Écriture médiévale & Numérique

Le carnet de recherche Écriture médiévale & numérique rend compte des recherches sur l’écriture médiévale et la vision par ordinateur. A ce titre, il couvre plusieurs disciplines des sciences humaines (linguistique, paléographie, épigraphie, proto-typographie) et des sciences de l’ingénieur (vision par ordinateur, reconnaissance des caractères, transcription assistée par ordinateur).
Il est associé au projet ORIFLAMMS, qui a pour but de parvenir à une compréhension nouvelle de l’écriture (texte et forme) et de transformer les conditions de la recherche future, 1° en abolissant les frontières disciplinaires traditionnelles, 2° créant un corpus de référence (textes et images), pour toutes les études sur l’histoire de l’écriture et de la langue, 3° créant des outils d’exploitation, dans une suite logicielle open-source et modulaire, 4° implémentant des standards et des bonnes pratiques, que la suite logicielle contribuera à diffuser, 5° créant une ontologie des signes graphiques médiévaux, 6° offrant une plateforme pérenne, extensible et interopérable.

Posted in Billets | 1 Comment

Rodolphe de Habsbourg et la délimitation des paroisses de Dietikon

Einsiedeln, Klosterarchiv Einsiedeln, Urkunde 119 (KAE D S 3-r)

Einsiedeln, Klosterarchiv Einsiedeln, Urkunde 119 (KAE D S 3-r)

Consulter l’acte sur monasterium.net

1259, 1er novembre. — Burg Glanzenberg

Hugo, prieur des Dominicains de Zurich, Heinrich, prévôt d’Embrach, Reinhard de Bülach et Rudolf, écolâtre d’Einsiedeln, rendent un arbitrage entre Rodolphe de Habsbourg, patron de l’église de Dietikon, et le prévôt Eberhard de Fahr sur la délimitation des paroisses, attribuant la ville de Glanzenberg à la paroisse de Weiningen.

Einsiedeln, Klosterarchiv Einsiedeln, Urkunde 119 (KAE D S 3-r)

[suscription]
Universis Christi fidelibus presentem paginam inspecturis .H. prior fratrum ordinis Predicatorum in Turego., Heinr(icus) prepositus Imbriacensis, Reinhardus |2| de Biullach, Ruo(dolfus) scolasticus Heremitarum subscripte rei noticiam.

[exposé]

[nature de la querelle, décision de l'arbitrage avec garantie de ving marcs]
Mota questione inter Ruodolfum clericum de Habsburg, canonicum Ba-|3|-siliensis, rectorem ecclesie in Dietinkon ex una, et Eberhardum prepositum in Vare ex parte altera, super terminis parrochiarum ecclesiarum |4| in Dietinkon et Winingen. Dictus prepositus nomine ecclesie in Winingen, Ruodolfus vero de Habsburg nomine ecclesie in Dietin-|5|-kon, de consilio prudentum ut laboribus parcerent et expensis super hujusmodi controversia nostro se voluntarie <se> submiserunt arbitrio, |6| ad ipsius nostri arbitrii plenariam observationem se sub pena viginti marcarum datis fidejussoribus hincinde in quibus pars contra |7| nostrum arbitrium veniens alteri teneretur nichilominus obligantes.

[nom des garants]
Fidejussorum autem nomina datorum ex parte R. de Habsburg memorati |8| sunt : H. prepositus Imbriacensis antedictus et Chuonradus prebendarius de Urdorf. Ex parte vero prepositi de Vare : Reinhardus de Biul-|9|-lach predictus et Heinricus miles de Steinimur.

[enquête]
Nos igitur ad preces partium ad locum ubi terminorum fuit ambiguitas personaliter |10| accedentes, invenimus locum fruticosum propoe fluvium Lindomacum quasi per alluvionem parrochie in Winingen multis |11| retroactis temporibus adjectum in quo nobilis de Regensperc construxit oppidum ex parte parrochie in Winingen super ripam |12| fluvii superius nominati.

[dispositif]
Visis itaque inspectis ejusdem loci circumstantiis, nos deliberato consilio et consulta deliberatione arbitrando |13| pronunciavimus predictum oppidum Glanzenberg situm prope castrum ejusdem nominis secundum quod per fluvium interfluentem a terminis |14| parrochie in Dietinkon clare dividitur ad parrochiam in Winingen libere pertinere cum etiam tunc temporis dicta ecclesia in |15| Winingen in possessione juris parrochialis fuerit ejusdem loci super quo questio vertebatur.

[clauses de corroboratio : annonce du sceau]
Et ut hec tam apud presentes quam |16| apud posteros in suo robore secundum nostri arbitrii decisionem inconvulsa permaneant, placuit partibus presentem paginam sigillorum |17| nostrorum munimine communiri.

[date de temps et de lieu]
Acta sunt hec apud Glanzenberg castrum predictum anno Domini .M°. CC°. LVIIII. kal. Novem-|18|-bris, indictione .IIIa. [liste des témoins] presentibus testibus infrascriptis : fratre Liutoldo ordinis Predicatorum, Alberto decano in Chlotun, Wer. plebano |19| in Hasele, Chuon(rado) prebendario in Dietinkon, Chuon(rado) viceplebano ejusdem ecclesie, Al(berto) viceplebano in Winingen, H. de Owe |20| canonico Imbriacense, H. de Steinimur milite, R. de Wile, B. ministro, Bur. fabro, Al. dicto Luolouf, Joi de Brug-||-ge.

[annonce du sceau: précision sur le sceau utilisé] Ego H. prepositus Imbriacensis quia sigillum prepositure non habeo, sigillo capituli Imbriacensis ecclesie utor in hac parte.

Posted in Exercices corrigés, Siècle : XIII | Tagged , , | Leave a comment

Une restitution de dîme au XIIIe siècle

Acte de vente de dîme à Einsiedeln par Rudolf von Wädenswil


Acte de vente de dîme à Einsiedeln par Rudolf von Wädenswil
Einsiedeln, Klosterarchiv Einsiedeln, Urkunde Nr. 118 (KAE, P.H.2)

Consulter l’acte de Rudolf von Wädenswil sur monasterium.net

1259, 11 février, Pfäffikon

Rodolphe de Wädenswil donne à l’abbé Anselm [von Schwanden, abbé de 1234 à 1266] d’Einsiedeln la dîme du vin à Meilen (Suisse, cant. Zurich), qu’il tenait en fief de l’abbaye, contre un paiement de 63 marcs d’argent. Sa charte est scellée de son sceau et de celui du comte Rodolphe [IV] de Rapperswil (Suisse).

Einsiedeln, Klosterarchiv Einsiedeln, Urkunde Nr. 118 (KAE, P.H.2)

[adresse] Universis presens scriptum inspecturis [titulature] Ruodolfus de Wediswil. [salut] subscripte rei noticiam. [préambule] Honestati et utilitati hominum non parum expedit ut id quod apud |2| ipsos geritur ad tollendam omnem ambiguitatem scripture testimonio perhennetur. [notification] Sciant igitur tam presentes quam posteri quod [dispositif] ego Ruodolfus de Wediswil. decimas |3| vini in Meilan quas a monasterio Heremitarum in feodum habui et possedi amicorum meorum consilio in manus domini Anshelmi abbatis Heremitarum libere et voluntarie resigna-|4|-vi et cessi omni juri quod michi in eisdem decimas competebat vel competere videbatur. Maxime cum tunc temporis filios non haberem, pro qua etiam resignatione |5| et cessione summa sexaginta trium marcarum argenti michi a dicto domino abbate et suo monasterio est refusa. [renonciations] Renunciavi itaque pro me et meis heredibus seu quibus-|6|-libet successoribus omni actioni, impeticioni et repeticioni contra monasterium Heremitarum super prefatis decimis quominus pacifice et quiete dicta ecclesia Heremitarum |7| supradictas decimas per meam vendicionem ad ipsam reversas deinceps valeat et debeat possidere. [corroboration, annonce du sceau] Et ut hec apud posteros et presentes firma permaneant tradidi hoc |8| instrumentum sepedicto domino abbati .. et suo monasterio cum sigillo domini Rodolfi comitis de Raprehswil. et etiam mei sigilli munimine roboratum. [date de lieu et de temps] |9| Acta sunt hec apud Phefincon juxta lacum Thuricinum anno Domini M° CC° L° VIIII°, indictione IIa, III° Idus Februarii. [témoins] impresencia testium qui subscripti sunt : |10| supra nominatus dominus Anshelmus abbas Heremitarum, Rodolfus comes de Raprehswil., Rodolfus scolasticus Heremitarum, Arnoldus capellanus de Ra-|11|–prehswil., Conradus plebanus de Buchs, H. viceplebanus in Tuggen, Eber(hardus) viceplebanus in Ufenowe, Wern(erius) de Obrenkilch., Jo(hannes) plebanus de Grabes, Ro. de Macingen |12| Ro de Ruchenstein, Alb(ericus) de Urinkon, Ber(nardus) villicus de Kalthebrunnen, Uol(ricus) de Wolrowe, R. et H. fratres de Turri, H. de Ebenothe, Pe(trus) de Rambach, milites, H. |13| sculterus de Rapreshswil., Richwinus de Voulrowe, Nicholaus de Kalthebrunnen, Con(radus) de Hunbrehtinkon, H. dictus Sidelle, Conradus de Borsincon, R. dictus |14| Ekol, Uol(ricus) minister de Wediswil., et alii quam plures.

Posted in Exercices corrigés, Siècle : XIII | Tagged , , | Leave a comment

Une bulle pontificale adressée à la famille Manesse de Zurich

Einsiedeln, Klosterarchiv Einsiedeln,  Urkunde Nr. 103 (KAE A.LA.1)
Einsiedeln, Klosterarchiv Einsiedeln, Urkunde Nr. 103 (KAE A.LA.1)

Consulter la bulle d’Innocent IV monasterium.net

1245, 6 mars [n. st.]. – Lyon

Le pape Innocent IV charge trois chanoines de Zurich, Otto et Rudolf Manesse et Rudolf Thya, de veiller à l’application de l’excommunication de Werner von Hornberg prononcée par l’évêque de Constance en raison de déprédations commises contre l’abbaye d’Einsiedeln.

Einsiedeln, Klosterarchiv Einsiedeln, Urkunde Nr. 103 (KAE A.LA.1)

|1| [titulature] Innocentius episcopus servus servorum Dei [adresse] dilectis filiis Ottoni et Rudulfo dictis Mannez |2| et Rudulfo Thya canonicis ecclesie Turicensis, Constantiensis diocesis, [salut] salutem et apostolicam benedictionem. |3| [exposé] Dilectus filius .. abbas monasterii Heremitarum sua nobis petitione monstravit quod |4| cum ipse Wernerum de Horenberch et quosdam alios laicos, Constantiensis diocesis, super |5| eo quod ipsi per rapinas et incendia dampna sibi grava et in[j]urias irrogarant coram
|6| venerabili fratre nostro .. episcopo Constantiensi auctoritate ordinaria convenisset, idem episcopus |7| in malefactores hujusmodi quia de dampnis et injuriis supradictis satisfacere contu-|8|-maciter denegabant, diligenter moniti ab eodem excommunicationis sententiam exigente |9| justitia promulgavit, quam prefatus abbas petiit apostolico munimine roborari. [dispositif] Quo-|10|-circa discretioni vestre per apostolica scripta mandamus quatinus sententiam ipsam sicut rationabiliter est |11| prolata faciatis auctoritate nostra usque ad satisfactionem condignam appellatione remota in-|12|-violabiliter observari. Quod sententiam omnes hiis exequendis potueritis interesse, duo vestrum ea |13| nichilominus exequantur.[date] Dat. Lugduni II. Nonas Martii, pontificatus nostri anno secundo.

Posted in Siècle : XIII | Tagged , , | Leave a comment