DH2015 : c’est officiel !

ORIFLAMMS sera présent à DH2015 (DH2015 – Annual Conference of the Alliance of Digital Humanities Organizations). Notre contribution, sous le titre From Text and Image to Historical Resource: Text-Image Alignment for Digital Humanists présentera principalement les travaux d’A2iA dans le projet et fera ainsi suite et pendant à la contribution d’ICFHR 2014 “Learning-Free Text-Image Alignment for Medieval Manuscripts“. Celle-ci montrait les réalisations et la robustesse de l’alignement sans apprentissage préalable ; celle-là démontrera la qualité des résultats obtenus par des modèles d’intelligence artificielle avec apprentissage.

La Ville de Paris subventionne le projet ECMEN (Écritures médiévales et outils numériques)

La Ville de Paris subventionne un nouveau projet de paléographie numérique : « Les écritures médiévales et les humanités numériques : nouveaux outils et nouvelles questions » ou, selon l’acronyme choisi: ECMEN – Écritures médiévales et outils numériques, dans le cadre du programme Emergences (liste des lauréats 2014).

À la rencontre d’enjeux épistémologiques, scientifiques, technologiques et industriels, ECMEN analyse l’évolution écritures du  Moyen Âge, latines et vernaculaires, du XIIe au XVe s., pour en comprendre les facteurs d’évolution et éclairer les modes de production et de communication du Moyen Âge. S’inscrivant à la suite du projet ANR Oriflamms dans le champ des humanités numériques et avec une démarche transdisciplinaire, ECMEN exploite et développe les outils d’analyse d’image par ordinateur et crée de nouvelles questions pour de nouveaux outils.

Le premier volet de la nouvelle stratégie scientifique consiste en la définition d’un corpus représentatif de la production écrite médiévale, en tenant compte des différents facteurs qui peuvent l’influencer (chronologie, géographie, contexte de production, typologie textuelle et langue), et en étudiant la représentativité de ce corpus au regard de la réception des textes médiévaux. Un second volet de la recherche consiste en l’analyse des écritures, qui se fondera sur les résultats d’ORIFLAMMS et sur le nouveau corpus de référence pour parfaire la création d’une ontologie des signes (commencée dans ORIFLAMMS et dans le projet PIM porté par la BnF) et aboutir à une meilleure compréhension des liens entre écriture, typologie textuelle et réception des œuvres. Utilisant un format interopérable et pérenne (XML-TEI), ECMEN contribuera également à développer des logiciels d’analyse d’image. Le corpus et les outils nouveaux devront répondre aux besoins des linguistes, historiens des écritures et de la communication, mais aussi des chercheurs industriels en reconnaissance des écritures.

 Anglais

The research project ECMEN addresses issues of epistemological, scientific and technological nature. ECMEN studies the scripts and handwriting of the Middle Ages (12th-15th c., Latin and Vernacular) to identify key factors in their evolution and get a better knowledge of the written communication in the Middle Ages. ECMEN is a digital-humanities project with an interdisciplinary approach, and enhances and develops image analysis software to open a new field of research. Its first part consists in the elaboration of a representative corpus of the medieval written production. This reference corpus takes into account the diverse influences on the written artefacts: chronology, geography, social context, text typology, language). The second part of the research consists in analysing the handwriting in the reference corpus, as to create an ontology of medieval signs and study the links between script, text typology and work reception. Implementing the TEI-XML standard for interoperability and long-term preservation, it contributes to the development of image analysis software and enhances the newly developed applications for aligning text and images, segmenting and extracting word and letter forms. The reference corpus and new tools will meet the requirements in linguistics and history of communication, as well as the needs of scientific and industry research in image analysis and recognition.

Accueil Paris.fr

CΛSΛLI – Un hôtel de rêve pour le paléographe

Une fois n’est pas coutume, nous allons faire ici l’éloge de l’hôtel Casali de Césène où étaient logés les participants d’Oriflamms. Très beau, un personnel sympathique, etc. Mais surtout un logo magnifique (qui n’apparaît malheureusement pas sur le site) où les A du nom “Casali” sont écrits sans barre horizontale.

Or ce phénomène nous intéresse depuis plusieurs années, parce qu’il témoigne d’une résurgence de formes dans un cadre historique et un système où une spécialisation devient obsolète. L’explication que j’ai pu avancer ailleurs, notamment dans les compte-rendu de mes conférences à l’EPHE (Annuaire, t. 143 (année 2011-2012), 2013 et EPHE, Annuaire, t. 145 (année 2012-2013), 2014, p. 163-177, aux p. 165-167) sur l’économie cognitive et l’invention graphique, sur la captation de l’attention et la force symbolique, a été complétée par la discussion avec la responsable de l’hôtel qui m’a expliqué ce qui a motivé le choix de la forme CΛSΛLI dans ce cas précis. Le triangle Λ évoque le toit qui est le motif principal de la maison (“avoir un toit”) et permet de connoter bien-être et protection dans un établissement dont le nom en est dérivé.

logo-Casali-sur-serviette

Quelques autres exemples collectés récemment :

Lire la suite

Les manuscrits datés et la paléographie à Cesena

A la merveilleuse Bibliothèque Malatestiana de Césène (Cesena, Italie) s’est tenu un très stimulant colloque à l’occasion des 20 ans des Manuscrits datés italiens : Catalogazione, storia della scrittura, storia del libro. I “Manoscritti datati d’Italia” vent’anni dopo [programme en ligne]

A cette occasion, deux membres d’Oriflamms y ont été invités pour exposer des  recherches en cours et, de façon générale, cette rencontre a fait la part belle aux questions de paléographie quantitative, tant statistique que numérique. Albert Derolez (Comité Internationale de Paléographie Latine, Gand), dans une communication intitulée Lire la suite

Digital Palaeography: New Machines and Old Texts (Dagstuhl, 20-24 July 2014)

The very successful and fruitful Dagstuhl seminar 14302, jointly organized by the Oriflamms project leader, gathered 24 Humanists and Computer Scientists from 10 countries. The report will soon appear. In the meanwhile, here is the abstract of the ORIFLAMMS’ presentation.

Digital Palaeography. Text-Image Alignment and Script/Scribal Variability (ANR ORIFLAMMS / Cap Digital)

Medieval scripts are a challenge to historical analysis, as for describing and representing the graphical evidence, analyzing and clustering letter forms and their features through Computer Vision and analyzing historical phenomena. The ANR funded research project ORIFLAMMS (Ontology Research, Image Feature, Letterform Analysis on Multilingual Medieval Scripts, 2013-2016) gathers seven partners from the Humanities and Computer Science (IRHT = Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, CNRS; CESCM = Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale; École Nationale des Chartes; ICAR = Interactions Corpus Apprentissages Représentations, École Normale Supérieure, for the Humanities; A2iA, LIRIS = Laboratoire d’InfoRmatique en Image et Systèmes d’information, INSA Lyon; LIPADE = Laboratoire d’Informatique de Paris Descartes, for Computer Science). It aims at studying the coherence and variability of graphical systems, according to their language, level of formality, support, genre, date and place, as well as creating an ontology of medieval signs, through the alignment of text and images, by extracting letterforms, abbreviations and signs, then perform pattern similarity analysis, and enhance the results with computational linguistics and paleographical analysis. In order to achieve representative results, several core corpuses have been identified (charters, books, books of charters such as cartularies and registers, inscriptions). The research is based on XML-TEI compliant editions and compels to deepening our understanding of scribal systems and forms [1, 2]. As part of this research, a software has been developed in order to easily visualize and validate the text-image alignment. The latter is produced by two different systems developed in this project: the first one without prior knowledge [3], the second one with GMM and DNN with very good results. By now, two large data sets have been aligned: Queste du Graal including 130 pages, 10700 lines, more than 115’000 words and 400’300 characters; Fontenay including 104 pages, 1341 lines, more than 22’200 words and 99’900 characters. This is a major first step. With the following corpuses, this research contributes to both Humanities (letterform identification, historical semiotics) and Computer Science (Handwriting recognition), with the core idea of not reinventing the wheel, but using former research, computer and human brain at their maximal capacities.

Acknowledgements

The research leading to these results has received funding from the Agence Nationale de la Recherche and Cap Digital under grant agreement no. ANR-12-CORP-0010.

References

1 D. Stutzmann. Paléographie statistique pour décrire, identifier, dater … Normaliser pour coopèrer et aller plus loin? In Kodikologie und Paläographie im digitalen Zeitalter 2 – Codicology and Palaeography in the Digital Age 2, Norderstedt, 2010, pp. 247–277

2 D. Stutzmann. Ontologie des formes et encodage des textes manuscrits médiévaux. Le projet ORIFLAMMS, In Document numérique, 16/3 (2013):81–95. DOI: 10.3166/DN.16.3.69-79.

3 Y. Leydier, V. Eglin, S. Bres, D. Stutzmann. Learning-free text-image alignment for medieval manuscripts. In Proc. Int. Conf. on Frontiers in Handwriting Recognition, Crete, Greece, 2014

Oriflamms @ Leeds: histoire de l’écriture, histoire de l’art et travaux pratiques

On a pu dire que la paléographie numérique comprenait plus de numérique que de paléographie. Le dernier congrès de Leeds a montré que les « paléographes numériques » n’oublient pas l’histoire de l’écriture. Avec deux sessions organisées par les partenaires d’Oriflamms (appel à communication) et la participation aux tables rondes, les discussions dans les sessions d’épigraphie et les communications dans d’autres sessions ont fait de Leeds un grand congrès de paléographie et épigraphie « traditionnelles » : deux sessions d’épigraphie (Medieval Epigraphy, 213 et 313), deux sessions de paléographie, y compris épigraphique (Empire of letters, 1213 et 1313). L’épigraphe était aussi représentée par la session 121 (Coining and Sealing Empire in the Middle Ages), où parlait Florence Codine, porteuse du projet PIM (Police pour les inscriptions monétaires). La paléographie numérique était, quant à elle, bien représentée par nos amis de DigiPal, qui montraient les réalisations et développements de l’infrastructure et l’application à d’autres corpus et d’autres paléographies (session 1537).

La grande rencontre de l’épigraphie et de la paléographie a permis aux équipes d’Oriflamms d’affiner et améliorer le schéma d’encodage pour les inscriptions médiévales pour les points non traités par Epidoc. Bientôt de nouveaux corpus disponibles au format XML !

Lire la suite

ORIFLAMMS à Dagstuhl

Dans le cadre somptueux et privilégié qu’offrent le château de Dagstuhl et sa très riche bibliothèque spécialisée se tient du 20 au 24 juillet 2014 le séminaire Digital Palaeography: New Machines and Old Texts. Parmi 25 experts des Humanités, Humanités numériques et Computer Vision, venus d’une dizaine de pays et tous impliqués dans le dialogue interdisciplinaire et la paléographie numérique. Trois des responsables scientifiques d’ORIFLAMMS seront présents, dont l’un comme coorganisateur : Dominique Stutzmann, Véronique Eglin, Nicole Vincent.

De la paléographie hébraïque à la paléographie latine en passant par la papyrologie et la paléographie arabe, du wordspotting à la catégorisation en passant par la reconnaissance du texte manuscrit, tous les défis humains, organisationnels et techniques seront évoqués pour identifier les meilleures pistes et les perspectives les plus prometteuses.

Nous vous tiendrons au courant !

Paléographie numérique: projets et perspectives

Durant le troisième « workshop » organisé à Venise en jonction avec l’université de Padoue et l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, les réalisations et les perspectives de la paléographie numérique ont été présentées et discutées. Organisé d’une main de maître par Flavia De Rubeis, Frédéric Kaplan et Dorit Raines, le programme riche a été l’occasion d’échanges nombreux et fructueux.

Les concepts de Digital Palaeography et de Big Data du passé

Arianna Ciula (University of Roehampton) a ouvert la première séance avec l’autorité de celle qui, la première, a ouvert la voie à la paléographie numérique, en employant dès 2004 l’expression « digital palaeography », alors qu’aujourd’hui le concept est largement utilisé (cf. KPDZ, ESF Würzburg, DigiPal). Plusieurs idées fortes structurent sa contribution. Nous retenons une première ambivalence : les réticences envers la paléographie numérique trouvent leur origine dans la peur ou le sentiment d’incompréhension face aux techniques employées ; inversement, l’utilisation des technologies numériques n’est pas toujours suffisamment autoréflexive, par exemple sur les implications de la numérisation. Elle promeut un usage critique.

Elle distingue ensuite « digital » et « computational », et soutient que la paléographie numérique englobe la paléographie quantitative et doit se comprendre comme un pas dans la direction de la paléographie « intégrale » chère à Boyle, en lien avec la philologie, la linguistique et les sciences cognitives.

Lire la suite

ORIFLAMMS à l’université Ca’ Foscari de Venise

Les 10 et 11 avril 2014, à Venise, se tiendra un atelier de réflexion sur la paléographie numérique : Digital Paleography. Projects, prospects, potentialities (An International Workshop).

Programme et argumentaire : Digital paleography workshop – Venice – 10-11 April 2014

Le projet Oriflamms et ses avancées seront présentées durant la troisième session, le 11 avril au matin.

L’atelier explorera un champ de recherche à la pointe et examinera les potentialités des technologies de l’informations appliquées au systèmes graphiques non-imprimés, quel qu’en soit le support.

Trois thèmes principaux seront abordés :

  • état de l’art
  • diversité des approches et potentialités dans la reconnaissance automatisée des écritures médiévales
  • écritures personnelles des XVIe-XVIIIe siècles

The present international workshop addresses a recent cutting-edge research field which explores the potentialities lying in the application of information technologies to non-printed graphic systems on whatever writing surface.
The workshop proposes to explore three principal themes: the digital paleography state of the art; the potentiality of different approaches applied to automatic digital recognition of medieval handwritings; the problem of sixteenth-eighteenth centuries individual handwriting digital recognition, in particular in wills from the Venetian State Archives, as part of the “Venice Time Machine Project” recently launched by Università Ca’ Foscari, Digital Humanities Lab (DHLAB), EPFL, Lausanne and the Archivio di Stato di Venezia.
The workshop is open to students of both Bachelor and Master levels (with credit recognition of substitute activity for the traineeship), for Ph.D. students and for all those interested in the theme.

Pour plus d’information, contacter :
Flavia De Rubeis: flaviadr@unive.it
Dorit Raines: raines@unive.it

Programme

Lire la suite

Appel à communication / CfP : Empire des lettres et tigres de parchemein — International Medieval Congress (Leeds, 7-10 / 07 / 2014)

Les partenaires d’Oriflamms, sous le patronage d’Apices et de Cap Digital, organisent des sessions paléographiques sur le thème ‘Empire’ dans le cadre de l’International Medieval Congress 2014 à Leeds (Royaume-Uni).

(English version below)
(Deutsche Version: siehe unten)
(Versión española abajo)

L’écriture n’est pas un moyen de communication neutre. En particulier, les écritures ont servi, tout au long du Moyen Âge, à mettre en scène l’idée d’Empire, de pouvoir et de domination. Les exemples les plus célèbres en sont les litterae caelestes de l’Antiquité tardive, la curialis de la chancellerie pontificale, les litterae elongatae. La pertinence du concept d’Empire ne se limite cependant pas aux écritures pragmatiques, comme le montrent l’écriture prophétique d’Hildegarde de Bingen pour sa lingua ignota, qui connote l’empire divin, ou encore l’écriture humanistique, aussi dite littera antiqua, qui prétend reproduire l’écriture de l’Antiquité pour la littérature latine classique et, par conséquent, reproduire l’écriture d’une forme disparue de l’Empire. L’écriture a ainsi la possibilité de connoter l’autorité et l’Empire, et d’inspirer le respect.
Aussi ces sessions sont-elles placées conjointement sous le titre de l’étude d’E. T. Bannett sur les manuels épistolaires « Empire of letters » (Empire des lettres), qui montre comment les lettres ont unifié un Empire, et également sous le signe de l’ironie politique des « Tigres de papier », ici, « tigres de parchemin », qui applique dans le domaine paléographique l’idée que des écrits, par leurs particularités graphiques et de mise en forme, puissent susciter admiration, respect et terreur sacrée.
Si la minuscule caroline est un symbole manifeste d’une entreprise à la fois politique et culturelle, elle montre aussi la complexité du lien entre Empire et écriture. Dans le même mouvement, Charlemagne unifiait un espace politique et lui donnait une écriture commune ; ce faisant il unifiait un Empire par ses lettres (la caroline finit par exclure l’usage des écritures dites ‘nationales’ comme la bénéventaine des Lombards ou des autres écritures issues de l’Empire, comme la curialis), mais aussi le domaine scriptural, l’Empire des lettres (la caroline s’impose comme écriture livresque aussi bien que dans le domaine documentaire). Pourtant, la caroline n’est pas une création impériale : elle précède la renovatio imperii et n’est qu’une sélection de formes au milieu d’évolutions multiples, alors que les autres écritures impériales (litterae caelestes, curiales, elongatae) sont des héritières fossilisées de temps prestigieux mais révolus : elles ne sont pas seulement archaïsantes, elles connotent l’autorité de l’Empire.
Le domaine scriptural peut aussi être étudié comme un monde en soi, « l’Empire des lettres », avec sa cohérence et son histoire. Les affiches de maîtres écrivains et de calligraphes, les modèles d’écriture, les écritures spécifiques à un genre (par ex., la « gothique liturgique », l’écriture de la chancellerie impériale), les influences des écritures données ou perçues comme « impériales » ou les conséquences sur l’écriture des prétentions politiques (en France, l’invention de la « mixte » est contemporaine de l’adage « le roi est empereur en son royaume) reflètent l’idée d’un « imperium » distinct, permettant de distinguer des sphères et hiérarchies de pouvoir.
Ces deux grandes dimensions de « l’Empire des lettres », à savoir la connotation de l’Empire par les lettres et la structuration du domaine scriptural (c’est-à-dire le domaine partiellement autonome des écritures), relèvent du présent appel à communication.

Lire la suite

Un partenariat internation pour Oriflamms : l’université de Valencia (Espagne)

Après la rencontre de Leeds avec Maria José Castro Bleda et, en partie, grâce au financement du pôle de compétitivité Cap Digital, deux étudiants du département d’informatique de l’Université polytechnique de Valencia (Espagne) sont venus travailler dans les bureaux du LIRIS à Lyon du 21 au 25 juillet 2013. Ils ont notamment présenté la suite logicielle STATE et le projet HITITA.

Le système STATE associe plusieurs modules pour rendre la transcription de documents anciens plus rapide et plus aisée. Avec des fonctionnalités avancées pour préparer les images et analyser la mise en page (colonnes et ligne), il offre la possibilité d’établir des répertoires de glyphes et de corriger aisément le résultat de la reconnaissance optique (au clavier, à la voix ou au stylet sur tablette tactile avec reconnaissance d’écriture manuscrite).

Ces logiciels et recherches sont évidemment en lien avec les travaux d’ORIFLAMMS sur l’écriture médiévale. Des tests ont été effectués sur des manuscrits de notre corpus (en particulier, la Queste du Graal), montrant une capacité d’apprentissage importante, malgré l’absence de modèle linguistique adapté.

Le futur reste à imaginer…

ORIFLAMMS @ Leeds IMC 2013 = Digital Pleasures

Sous le titre Digital Pleasures, une série de sessions organisées par Jinna Smit, Jan Burgers, Sébastien Barret et Dominique Stutzmann a exposé les méthodes d’analyse de l’écriture et de l’édition de texte.

Ces sessions ont connu un succès inattendu, avec un public très supérieur à la capacité de la salle et des personnes assistant debout aux présentations et au débat. Elles ont été sponsorisées par le Groupement de Recherche ‘Diplomatique’ (GDR 3177-CNRS), APICES (Association Paléographique Internationale, Culture, Ecriture, Société) et Cap Digital.

Plusieurs grands thèmes ont été abordés dans ces sessions : automatisation de l’identification de mains et de la datation (interprétation, degré d’automatisation possible) ; datation et attribution par les allographes (Petros Samara, S. Brookes) ; ergonomie et rôle du chercheur ; web de données.

Une nouvelle collaboration pour le projet Oriflamms a été décidée : l’Université de Valencia, en Espagne, enverra deux de ses étudiants auprès du LIRIS en juillet ! D’autres travaux et collaborations sont entamées avec L. Schomaker pour tester le GIWIS sur de nouveaux corpus.

Le projet Oriflamms a été très bien représenté sur place : dans ces sessions, évidemment, par Alexey Lavrentev et moi-même, mais aussi, dans une autre session par Vincent Debiais et Estelle Ingrand-Varenne (session 508).

Programme

Session 530

Digital Pleasures, I: Pleasing the Paleographer? – Examples of Automatic Writer Identification

Tuesday 2 July 2013: 09.00-10.30

Moderator/Chair: Georg Vogeler (Zentrum für Informationsmodellierung in den Geisteswissenschaften, Karl-Franzens-Universität, Graz)

Paper 530-a. Jinna Smit. GIWIS Revisited, or Why It Keeps Getting Better: Handwritings of Chancery Clerks of the Count of Holland, 1299-1345
Paper 530-b. Lambert Schomaker. The Groningen Intelligent Writer Identification System: Do Try This at Home!
Paper 530-c. Benedikt Hotz. Annotating, Describing, and Analysing: Digital Writer Identification in Medieval Papal Documents – Changes and New Chances for Paleographical Methods
Paper 530-d. Vincent Christlein. A Letter Driven Writer Identification in Medieval Papal Charters

Since a few years, paleographers are experimenting with automatic writer identification. Test results clearly show that software can be used to analyze medieval handwritings. This session aims at showing researchers the promises and limitations of working with these digital tools. The papers are presented by paleographers and computer experts as the expertise of both sides is needed to make reliable writer identification software.

Session 630

Digital Pleasures, II: Tools for Dating and Describing Script

Tuesday 2 July 2013: 11.15-12.45

Moderator/Chair: Jan Burgers (Huygens ING – KNAW (Instituut voor Nederlandse Geschiedenis, Koninklijke Nederlandse Academie van Wetenschappen), Den Haag / Universiteit van Amsterdam)

Paper 630-a. Petros Samara. Constructing a Medieval Palaeographic Scale
Paper 630-b. Jean-Paul van Oosten. Word Image Retrieval from Historical Handwritten Document Collections: The Monk System
Paper 630-c. Stewart J. Brookes. Answers and Questions: Digital Approaches to Dating Medieval Script

The time-honoured scholarly discipline of paleography has recently been rejuvenated by the digital technology. This offers innovative ways of interrogating and interacting with medieval script, opening up new possibilities for the study of scripts, scribes, and manuscripts, and even tackling the difficult aspect of dating and locating a script of unknown provenance. In this line of research, computer expertise and traditional paleography work in close collaboration.

Session 730

Digital Pleasures, III: Diplomatics and Editorial Practices in the 21st Century
Tuesday 2 July 2013: 14.15-15.45
Moderator/Chair : Dominique Stutzmann (Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, Centre National de la Recherche Scientifique, Paris)

Paper 730-a. Rosemonde Letricot. Scholarly Data and Linked Data: A Challenge for Medievalists
Paper 730-b. Sébastien Barret. Cluniac Charters in the Monumenta Palaeographica Medii Aevi: How an Edition Project Gets Old-Fashioned and Tries to Catch Up
Respondent : Georg Vogeler (Zentrum für Informationsmodellierung in den Geisteswissenschaften, Karl-Franzens-Universität, Graz)

Much has been said and written on text edition, and maybe even more on its modern, digital forms. That new technologies allow dramatic developments in the shaping and dissemination of medieval text has become a commonplace. Yet, much remains to be explored, in both the technical and epistemological aspects of the subject. The present session focuses on how these changes are causing not only evolutions in the editorial techniques, but also shifts in the fundamental approaches to editing documents and in the positioning of text editions within historical practices and discourses.

Session 1030

Digital Pleasures, IV: Scholarly Editions, Data Formats, Data Exploitation
Wednesday 3 July 2013: 09.00-10.30
Moderator/Chair : Sébastien Barret (Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, Centre National de la Recherche Scientifique, Orléans)

Paper 1030-a. Francesco Stella. Databases versus Encoding: Which Methods for Which Results?
Paper 1030-b. Jean-Baptiste Camps. Detecting Contaminations in a Textual Tradition: Computer versus Traditional Methods
Paper 1030-c. Alexey Lavrentev. Text Encoding and Annotation Formats in the BFM Old French Corpus

Between the documents and the published results of historical research, there are several steps, in which the textual edition may (or may not) be involved. Historians have to define and constitute their ‘sources’ as such, and the process of analysis is divided in multiple stages. The first analysis is done in encoding and formatting the data (e.g.reading, understanding and expanding abbreviations, identifying persons and places); a second step may intervene in submitting this data to different sorts of transformations or (semi-) automatized analysis, whose results still have to be (humanly) interpreted. This session will explore the links between data formats, data exploitation, tools, and results of historical research.

Session 1130

Digital Pleasures, V: Automated Text Recognition, Text Annotation, and Scholarly Edition in the 21st Century
Wednesday 3 July 2013: 11.15-12.45
Moderator/Chair : Sébastien Barret (Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, Centre National de la Recherche Scientifique, Orléans)

Paper 1130-a. Matthieu Bonicel, From Codex to Touchscreen: Why Ergonomics Is an Issue in Textual Scholarship
Paper 1130-b. María José Castro-Bleda. Human or Computer Assisted Interactive Transcription
Paper 1130-c. Dominique Stutzmann. Building the Ontology of Medieval Written Signs: New Horizons for Palaeography

Computer assisted transcription tools can speed up the initial process of reading and transcribing texts. At the same time, new annotation tools open new ways of accessing the text in its graphical form. The balance and value of each method still needs to be explored. This session focuses on how research and developments in computer science can benefit most the human sciences (is transcribing a human assisted computer system or a computer assisted human process?) and how enhanced ergonomics may change the landscape of textual scholarship and palaeography.

Paléographie numérique : nouveaux outils, nouvelles questions ?

Après une séance de séminaire à l’EHESS à l’ENS de Lyon (annonce sur le site du CIHAM) et sur le site de l’EHESS), c’est à l’Institut für Österreichische Geschichtsforchung de Vienne que Dominique Stutzmann va présenter les nouvelles questions ouvertes par les technologies numériques d’analyse d’image.

La paléographie numérique apparaît depuis une dizaine d’années comme un domaine en soi des Digital Humanities. Carrefour unique entre les sciences de l’ingénieur et les sciences humaines et sociales, la paléographie pose, même en ses missions et problématiques les plus traditionnelles — lire les textes, identifier et différencier les mains, dater les manuscrits, classifier les types d’écriture –, des obstacles ambitieux pour la recherche en vision par ordinateur (Computer Vision). Comment un ordinateur apprendra-t-il à lire une écriture, ou à la nommer « régulière », quand les paléographes peinent à le faire ou à trouver des fondements communs à leurs savoirs ? Le dialogue interdisciplinaire crée de nouveaux outils (systèmes de transcription assistée par ordinateur, analyse et caractérisation d’image, etc.) qui mènent également les historiens de l’écriture à formuler de nouvelles questions (cohérence des systèmes graphiques, normes de l’écriture en société, graphonomie historique).

Elisa PALLOTTINI, post-doctorante au CESCM : paléographie épigraphique dans la province de Viterbe

Le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers accueille, depuis octobre 2012, Elisa PALLOTTINI, docteur en paléographie grecque et latine de l’Université de Rome La Sapienza, pour un séjour postdoctoral de 7 mois. Elisa a obtenu, à l’issue d’un concours, une bourse de « perfectionnement à l’étranger » de l’Université La Sapienza et a été reçue dans le cadre de l’équipe « Culture écrite, culture visuelle » du CESCM.

P1010208Spécialiste d’épigraphie médiévale, Elisa a soutenu son doctorat en mars 2012 ; il portait sur l’établissement du corpus des inscriptions médiévales de la province de Viterbe (recensement, analyse, informatisation). Ce travail doctoral s’inscrit dans l’entreprise de publication des inscriptions médiévales italiennes coordonnée par le Centro italiano di studi sull’Alto medioevo de Spolète (collection des IMAI).

Lors de son séjour à Poitiers, Elisa Pallottini a intégré l’équipe des doctorants et des chercheurs du Corpus des inscriptions de la France médiévale, avec pour objectifs :

– de contribuer à la mise en place du programme TITULUS visant à la création d’une base de données texte-commentaire-image des inscriptions médiévales françaises ;

– de participer aux ateliers méthodologiques de l’équipe et aux activités scientifiques du laboratoire ;

– de contribuer, par la confrontation des expériences de publication entre France et Italie, à la réflexion sur les normes d’édition des inscriptions médiévales ;

– de mener à terme une recherche originale destinée à être publiée sous forme d’article sur les authentiques épigraphiques de reliques.

Le passage d’Elisa par la France lui a permis d’exposer ses travaux de recherche dans le cadre des journées doctorales du CESCM en janvier 2013 ; elle présentera également une communication lors du colloque GIEcA en mai prochain (dans lequel le programme ORIFLAMMS est engagé). Le travail d’édition auquel s’est livré Elisa Pallottini dans son doctorat comme dans ses publications met en lumière la nécessité d’une interrogation de fonds sur les caractéristiques formelles de l’écriture épigraphique. Les résultats obtenus lors de son séjour au CESCM apporteront sans aucun doute du grain à moudre pour le volet épigraphique d’ORIFLAMMS.

Contact :

Elisa PALLOTTINI – CESCM, 24 rue de la Chaîne 86 022 POITIERS cedex (elisa.pallottini@fastwebnet.it)