CESCM (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale)

logo_cescm_2 CNRSfilaire-Q jpg_logo-up-bis-2CESCM (CENTRE D’ÉTUDES SUPÉRIEURES DE CIVILISATION MÉDIÉVALE, UNIV. POITIERS, CNRS, UMR 6223)
Fondé en 1953, le CECSM compte environ 120 personnes (31 enseignants-chercheurs universitaires et chercheurs CNRS, 24 chercheurs d’autres institutions, 15 agents d’accompagnement à la recherche, environ 50 doctorants) et relève conjointement de l’Université de Poitiers et du CNRS, avec une convention avec le Ministère de la Culture. Il a pour vocation l’étude de la civilisation médiévale sous toutes ses formes, dans une perspective interdisciplinaire (histoire, histoire de l’art, archéologie, iconographie, musicologie, philosophie, littérature, philologie, etc.) et internationale. Lieu d’ancrage de plusieurs programmes collectifs, il sert également d’adossement à un enseignement spécialisée de haut niveau (master et doctorat) et propose des sessions intensives de formation (Semaines d’études médiévales depuis 1954, Erasmus IP en épigraphie depuis 2011). Il dispose de très importantes ressources documentaires (bibliothèque de près de 35000 volumes sur le Moyen Age, photothèque de 160000 clichés d’art roman, inscripthèque répertoriant 25000 inscriptions médiévales) qu’il met à disposition des chercheurs. Il publie diverses collections, dont le Corpus des inscriptions de la France médiévale, entreprise à vocation nationale (qui collabore avec les principales équipes européennes en la matière), et l’importante revue Cahiers de civilisation médiévale, diffusée à près de 900 exemplaires sur les cinq continents. Deux de ses programmes de recherche se retrouvent dans ce projet : (axe A) édition et étude de textes et (axe C) signes, formes et représentations, où il contribue par la constitution du corpus de référence pour les écritures livresques françaises et les écritures épigraphiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Écritures médiévales et outils numériques. Carnet du projet ECMEN (Ecriture médiévale et outils numériques), successeur du projet ORIFLAMMS (Ontology Research, Image Features, Letterform Analysis on Multilingual Medieval Scripts) et