Tous les articles par Consortium Oriflamms

L’écriture pragmatique (1). Objet historique et problématique

Vingt ans après le collectif Pragmatische Schriftlichkeit im Mittelalter, le concept « d’écriture pragmatique » s’est imposé dans le champ de l’histoire des pratiques textuelles médiévales. La journée du LAMOP du 12 avril 2012 (L’écriture pragmatique. Un concept d’histoire médiévale à l’échelle européenne) a cherché à déterminer la pertinence et la valeur heuristique de la notion « d’écriture pragmatique » par la confrontation des définitions et usages proposés en Italie, Allemagne, Suisse, France et au Royaume-Uni. Elle était organisée et animée par Benoît Grévin (LAMOP) dans le cadre des journées d’histoire textuelles, créées par Darwin Smith en 2003 et, comme les autres, devrait donner lieu à une publication sous forme électronique.

Ce compte-rendu, écrit à deux mains par S. Barret et D. Stutzmann, s’inscrit dans une série :

[Ecriture pragmatique : objet et problématique] [Italie] [Allemagne, Suisse, Autriche] [Angleterre] [France] [Perspectives et nouveaux concepts]

Un objet historique (« les écritures de la pratique ») et une problématique (« les pratiques de l’écrit »)

« Écriture pragmatique » est un terme aujourd’hui universellement accepté dans le champ des études historiques. Mais des incertitudes de définition se reflètent dans les traductions diverses et l’emploi en italien, et en français aussi, du pluriel : « écritures de la pratique », « écriture(s) pragmatique(s) », « scritture pragmatiche », tandis que la notion de « pragmatische Schriftlichkeit », littéralement « scripturalité pragmatique » et, en anglais « pragmatic literacy », au singulier, désigne un champ d’étude plutôt que des faits. Pourtant, malgré la proximité des termes, pragmatic literacy et pragmatische Schriftlichkeit ne sont pas une unique notion et il subsiste de notables différences d’usage, dont il faudra discuter. En français, le terme « scripturalité » est de faible usage (peut-être en raison d’une aversion discrète, mais tenace, pour les concepts de l’érudition allemande ?). L’italien supporte la réduplication linguistique, comme chez Gian Maria Vanarini : « scritture finalizzate ad usi pragmatici (pragmatische Schriftlichkeit) ». La définition donnée par Hagen Keller comprenait les écrits avec des formes d’emploi qui servent les actions à l’intentionnalité immédiate, avec mise à disposition d’un savoir. Avec une telle définition, il était logique que la typologie des textes concernée soit très large, impliquant par exemple la Bible et plusieurs formes littéraires, (et le problème se pose de savoir ce que serait un texte fonctionnant de manière médiate). En tout cas, l’évidence de cette notion dans le champ des études historiques mène à son usage « mou » et banalisé, et, en fin de compte, conduit à désigner une écriture en action dans son contexte social, ce qui pourrait désigner tout et n’importe quoi.

Continuer la lecture de L’écriture pragmatique (1). Objet historique et problématique

L’écriture pragmatique (6). Perspectives et nouveaux concepts

La journée du LAMOP du 12 avril 2012 (L’écriture pragmatique. Un concept d’histoire médiévale à l’échelle européenne) a cherché à déterminer la pertinence et la valeur heuristique de la notion « d’écriture pragmatique » par la confrontation des définitions et usages proposés en Italie, Allemagne, Suisse, France et au Royaume-Uni. Ce compte-rendu, écrit à deux mains par S. Barret et D. Stutzmann, s’inscrit dans une série : [Ecriture pragmatique : objet et problématique] [Italie] [Allemagne, Suisse, Autriche] [Angleterre] [France]

Conclusions, perspectives, nouveaux concepts

Lors de la table ronde conclusive, Didier Méhu revient sur les réflexions de P. von Moos, qu’il tient pour les plus fructueuses. D’une façon volontairement provocatrice, il parle d’impasse et évoque la nécessité de dépasser les oppositions constatées et d’abandonner une « période historiographique » qui n’a pas finalement pas fait avancer réflexion sur les actes écrits de la période médiévale. Il proposerait de profiter du retard de l’historiographie française en la matière pour renoncer à courir après un train déjà sur le départ et se concentrer sur de nouvelles questions, telles celles de J. Morsel, de J. Hamburger sur l’iconicité du texte ou de l’épigraphie « fonctionnelle » du CESCM (V. Debiais et C. Treffort) sur les aspects formels, visuels, tactiles des documents, leur rôle de marque, de trace. Isabella Lazzarini suggère de ne pas trop rigidifier des concepts créés pour aborder des zones mixtes et malléables, face à l’histoire juridique, où, pour l’Italie, les notaires sont au centre du questionnement historien.

Si nous n’adhérons pas au constat d’une impasse historiographique, nous ne pouvons qu’acquiescer au souhait d’approfondir les recherches vers la matérialité du document et ses usages possibles, donc vers les « pratiques de l’écrit », y compris dans leur dimension visuelle, c’est-à-dire bi- et tridimensionnelle. Qu’il s’agisse de la mise en page (J. Demade) ou plutôt même du graphisme de l’écriture (D. Stutzmann, I. Lazzarini, L. Kuchenbuch), dans ses formes et typologies propres, reflétant une réception anticipée par le scripteur, dans une chaîne d’action sociale, où l’écrit « pragmatique » n’est pas plus porteur d’une réalité qu’un écrit « non-pragmatique ». Continuer la lecture de L’écriture pragmatique (6). Perspectives et nouveaux concepts

L’écriture pragmatique (5). France

La journée du LAMOP du 12 avril 2012 (L’écriture pragmatique. Un concept d’histoire médiévale à l’échelle européenne) a cherché à déterminer la pertinence et la valeur heuristique de la notion « d’écriture pragmatique » par la confrontation des définitions et usages proposés en Italie, Allemagne, Suisse, France et au Royaume-Uni. Ce compte-rendu, écrit à deux mains par S. Barret et D. Stutzmann, s’inscrit dans une série :

[Ecriture pragmatique : objet et problématique] [Italie] [Allemagne, Suisse, Autriche] [Angleterre] [France] [Perspectives et nouveaux concepts]

I. Bretthauer, H. Dewez, B. Grévin : « La notion d’écriture pragmatique dans la recherche française du début du XXIe s. »

En France, le succès de l’écriture pragmatique comme notion de travail remonte au plus tard aux années 2000, se qui se reflète dans les travaux de Pierre Chastang et Étienne Anheim, de l’« École de Saint-Quentin-en-Yvelines » de manière générale. Il ne faut pas oublier le rôle des recherches de Michel Zimmermann ou Laurent Feller, de tout ce qui se fait autour de Caroline Bourlet et du séminaire sur l’histoire de Paris, de la nouvelle diplomatique suscitée par Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle et bien d’autres. Le numéro de la revue Médiévales, consacré aux pratiques de l’écrit (56, printemps 2009) en un bon représentant des résultats de ces mouvements historiographiques – l’introduction de P. Chastang et É. Anheim appelant de ses vœux une synthèse sur le sujet.

Le domaine représenté par l’écrit pragmatique tend à se définir, en France, par un type d’écrit : écriture de la gestion du pouvoir et mode d’écriture formulaire. I. Bretthauer évoque les travaux de Peter Rück, Armando Petrucci et Marco Mostert, et note que, travaillant sur la Normandie, elle est concernée par plusieurs historiographies.

Continuer la lecture de L’écriture pragmatique (5). France

L’écriture pragmatique (4). Angleterre

La journée du LAMOP du 12 avril 2012 (L’écriture pragmatique. Un concept d’histoire médiévale à l’échelle européenne) a cherché à déterminer la pertinence et la valeur heuristique de la notion « d’écriture pragmatique » par la confrontation des définitions et usages proposés en Italie, Allemagne, Suisse, France et au Royaume-Uni. Ce compte-rendu, écrit à deux mains par S. Barret et D. Stutzmann, s’inscrit dans une série :

[Ecriture pragmatique : objet et problématique] [Italie] [Allemagne, Suisse, Autriche] [Angleterre] [France] [Perspectives et nouveaux concepts]

H. Lacey, « Political consciousness and official forms of writing in later Medieval England »

Helen Lacey retrace ensuite l’évolution de l’historiographie anglaise dans le domaine. Les réflexions de Jack Goody sur la Literacy ont servi d’arrière-plan au développement d’un mouvement considérant l’écrit comme un moteur du changement en histoire et la lecture et l’écriture comme un facteur de réorganisation de l’esprit humain. Malcolm Parkes avait évoqué la Literacy des laïcs au xive siècle, en révélant la sous-estimation et soulignant l’importance d’estimer non tant la fréquence statistique de l’aptitude à lire et écrire que l’ampleur, les objets et les stratégies de sa mise en œuvre ; l’aspect pragmatique de la chose relevant de la capacité à dépasser les horizons immédiats de l’utilisation de textes. Continuer la lecture de L’écriture pragmatique (4). Angleterre

L’écriture pragmatique (3). Allemagne, Suisse, Autriche

La journée du LAMOP du 12 avril 2012 (L’écriture pragmatique. Un concept d’histoire médiévale à l’échelle européenne) a cherché à déterminer la pertinence et la valeur heuristique de la notion « d’écriture pragmatique » par la confrontation des définitions et usages proposés en Italie, Allemagne, Suisse, France et au Royaume-Uni. Ce compte-rendu, écrit à deux mains par S. Barret et D. Stutzmann, s’inscrit dans une série :

[Ecriture pragmatique : objet et problématique] [Italie] [Allemagne, Suisse, Autriche] [Angleterre] [France] [Perspectives et nouveaux concepts]

L. Kuchenbuch, « Jenseits des ‘textus’ : Aspekte der pragmatischen Literalität im Spiegel der neueren deutschen Mediävistik »

Ludolf Kuchenbuch annonce présenter le point de vue d’un observateur externe, dont les activités de recherche ont déjà quelques années, ce qui le conduira à parler surtout d’autres que lui. Il rappellera, incidemment, qu’il a travaillé 25 ans sur les écritures pragmatiques sans avoir besoin du mot ou du concept de « pragmatische Schriftlichkeit ».
Continuer la lecture de L’écriture pragmatique (3). Allemagne, Suisse, Autriche

L’écriture pragmatique (2). Italie

La journée du LAMOP du 12 avril 2012 (L’écriture pragmatique. Un concept d’histoire médiévale à l’échelle européenne) a cherché à déterminer la pertinence et la valeur heuristique de la notion « d’écriture pragmatique » par la confrontation des définitions et usages proposés en Italie, Allemagne, Suisse, France et au Royaume-Uni. Ce compte-rendu, écrit à deux mains par S. Barret et D. Stutzmann, s’inscrit dans une série :

[Ecriture pragmatique : objet et problématique] [Italie] [Allemagne, Suisse, Autriche] [Angleterre] [France] [Perspectives et nouveaux concepts]

I. Lazzarini, « De la révolution scripturaire du Duecento à la fin du MA : pratiques documentaires et analyses historiographiques en Italie »)

Isabella Lazarini (U. Molise), qui a notamment dirigé un numéro spécial de Reti Medievali sous le titre Scritture e potere. Pratiche documentarie e forme di governo nell’Italia tardomedievale (XIV-XV secolo) [voir son introduction : Reti Medievali, 9 (2008), 6-23] et connaît parfaitement les nuances et évolutions historiographiques de la péninsule italienne, note que l’étude des documents « pragmatiques » est sortie des champs étroits de la diplomatique et de la paléographie, aboutissant à une notion très large où la quotidienneté joue un rôle important. Il s’agit aussi d’étude de l’organisation de la mémoire culturelle, d’abord dirigée vers les XIIe-XIIIe siècles, puis étendue tant vers l’amont que vers l’aval.

Un premier problème est représenté par la définition de l’objet. En Italie, l’on parle ad hoc de scritture pragmatiche au pluriel, car le singulier désigne soit le fait d’écrire, soit l’expression graphique de l’écriture. Continuer la lecture de L’écriture pragmatique (2). Italie

Prix-fait ou Contrat de construction d’une livrée avignonnaise

Avignon, Archives départementales du Vaucluse, 3 E 5 / 994 (fol. 7v-8r)
Avignon, Archives départementales du Vaucluse, 3 E 5 / 994 (fol. 7v-8r)

Avignon, Archives départementales du Vaucluse, 3 E 5 / 994 (fol. 8v-9r)
Avignon, Archives départementales du Vaucluse, 3 E 5 / 994 (fol. 8v-9r)

Images fournies gracieusement par les Archives départementales du Vaucluse, présentée ici en attendant l’hébergement par l’IRHT de l’édition électronique du registre notarial 3 E 5 / 994.

1473, 21 janvier. – Avignon

A. Avignon, Archives départementales du Vaucluse, 3 E 5 / 994
Devis de construction du palais épiscopal de Jean de Mareuil, évêque d’Uzès et abbé commendataire de Saint-Gilles-[du-Gard], par l’architecte-maçon Grégoire Quiblier. L’immeuble a été acheté par Jean de Mareuil en octobre 1472 et avait appartenu à un professeur de droit civil, Philippe de Costeria (Avignon, Arch. dép. Vaucluse, 3 E 5 / 993, f. 2r et suiv). Il est sis rue Saint-Marc qui a disparu lors du percement de la Rue de la République, excepté une partie conservée par la Rue Théodore Aubanel : ainsi nommée d’après l’enseigne de Saint-Marc d’une hôtellerie, elle allait de la Grande Boucherie (à l’emplacement de l’actuel Hôtel de Ville) jusqu’à Saint-Martial (Cf. J. Girard, Évocation du vieil Avignon, Paris, 1958, p. 188). Avant d’être nommée Rue Saint-Marc, elle portait le nom de Rue de la Bouquerie (i.e. de la boucherie), repris par une autre rue, d’où son nom aussi de « bouquerie antique », attesté dès le Moyen Âge, et en particulier dans le contrat de location de la maison de l’évêque d’Uzès après son décès aux Pazzi, banquiers florentins (Avignon, Bibl. mun., ms. 4382, f. 23r : 7 juillet 1485, « in carreria Bocarie Antique dicte Sancti Marci »).

Jovis XXI Januarii.
Obligacio et promissio pro supradicto domino Johanne de Mareuilhio Uticense episcopo contra magistrum Gregorium Quiblerii lathomum diocesis Viennensis habitantem Avinionis et econtra.
In mei notarii etc. constitutus personaliter dictus magister Gregorius bona fide etc. promisit et convenit dicto domino Uticensi episcopo presenti stipulanti etc. se construere, componere seu edificare quandam domum novam in presenti civitate Avinionense, prout et quemadmodum in sequentibus lacius continetur.

S’ensuyvent les pactis et convenances faictz et accordés entre reverend père en Dieu, mestre Jehan de Mareulh evesque d’Uzaix d’une part et le discret homme mestre Gregoire Quiblier, masson du diocese de Vienne, habitant d’Avignon, d’autre part.
Et premierement est de pacti que ledit mestre Gregoire doit edifier, construyre et bastir une maison en ladite cité d’Avignon et ou lieu de la maison qui fut de feu messire Philip de Costeria, assise en la parroisse de Saint-Didier, en la carriere par laquelle on vait du grant mazel, ou college de Saint-Marsal, pour mondit seigneur d’Uzaix, laquelle de part d’avant aura les fundamens de troys pans et demy ou environ et plus si mestier estoit.
Item aura la muralhe despuys la terre jucquez au premier soulier troys pans ou environ avecque ung soubassement ou bas de ladite muralhe et despuys le premier soulier en sus deux pans et demy.
Item plus ledit mestre Gregoire sera tenu et doyvra faire de la part d’avant touchant la carriere, c’est assavoir la premiere partie ou assiete dudit mur de pierre de tailhe et ou darriere de ladite assiete premiere endit mur doit ledit mestre Gregoyre fornir de pasture.
Item sera tenu ledit mestre Gregoire faire fenestres croysees belles, bonnes et honnorables et une grande porte en ladite murailhe avecquez les fenestres necessaires pour ladite porte avecquez les armes de mondit seigneur d’Uzaix sus la porte susdite ou deux anges et en autres pars de ladite maison la ou sera necessaire et ou mondit seigneur d’Uzaix vouldra diviser.
Item plus ledit mestre Gregoyre fera deux tornelles es deux boutz de ladite murailhe de la part d’avant, avecquez les creneaux revestus le long de ladite murailhe bardee dessus de bars de cayious. Et aura pour chacune canne ledit mestre Gregoyre tant de vuyde comme de plain et tant de ladite murailhe que de creneaux c’est assavoir cincque florins monoye courent en Avignon.
Item plus fera ledit mestre Gregoyre une vitz de six pans dedans euvre, entre le noheau et le mur, ou si mondit seigneur d’Uzaix veult a l’esgalité et mesure de la vitz de sa maison episcopale d’Uzaix, et ce pour le prix de ving et neufz florins monoye courent en Avignon pour chacune canne. Et doit avoir ladite vitz une canne de fundament. Et si plus en avoit, ledit mestre Gregoyre sera tenu de le faire a ses despens.
Item plus est de pacti que la muralhe qui ce [sic] fera es autres parties de la maison susdite, tant en la traverse commune qui est entre ladite maison et la mayson de Loys Perussi, que aussi en autre part, sera de posture enduyte de mortier par le dedans et fera ledit mestre Gregoyre les cheminees montees de jambes jucquez au mantel. Laquelle muralhe aura une (a) canne de fundament et plus si mestier est, et dedans terre troys panes de large [f. 8v] ou plus s’il est mestier, et dehors terre deux pans et demy et ce pour le prix de troys florins pour chacune canne.
Item plus ledit mestre Gregoire aura toute la deffarde de pierre qui est de present en ladite maison a employer a sa volunté et sera tenu d’aplaner ou arrazer ladite maison a l’esgal de la terre et si plus en y avoit, il sera tenu de la gipter et charroyer dehors a ses despens.
Item ledit mestre Gregoire sera tenu de prandre XXXIII parpalholes pour escut et XXXVI pour ducat, revenent au prix a rayson de florins.
Item ledit mestre Gregoire sera tenu de faire besongner ordinairement ezdit ouvrage XV ou XVI compaignons ouvrans a l’euvre de ladite maison.
Item ledit mestre Gregoire fera le bouget simple pour le prix de troys florins et demy et le gros bouget pour le prix de quatre florins et demy pour chacune canne desdits bougetz, tant pour vuide comme pour plain avecquez les portes et fenestres necessayres.
Item au regard des piliers qui seront necessayres en ladite maison, mondit seigneur d’Uzaix et ledit mestre Gregoire en seront a l’ordennance de messires Jehan Crote (b) et Guillaume de La Rochelle.
Et hic finis pactorum.
Et in diminutione predicte constructionis dictus magister Gregorius confessus fuit habuisse prout habuit et realiter recepit in parpalholis, jacquetis et ducatis summam centum quinquaginta florinorum monete Avinionis currentis seu eorum legitimum valorem. De quibus fuit contentus, quittavit etc. Exceptioni etc. Cum pacto etc. Pro quibus tenendis per dictas partes hinc inde, dictus dominus Uticensis obligavit bona sua quecumque et dictus Quiblerii personam et bona viribus et carceribus curiarum camerie apostolice spiritualium et temporalium Avinionis. Et per pactum etc. Constituerunt procuratores etc. Promiserunt etc. Juraverunt etc. Renunciarunt etc. De quibus etc.
Actum Avinione in domo habitationis ipsius domini Uticensis et in aula a parte carreria, presentibus dominis Johanne Crote, legum doctore, Guillelmo de Rochella, licenciato in decretis et Jacobo de Vallibus, civibus Avinionis, testibus etc.
Et me Francisco Morini etc.

(a) une écrit dans la marge gauche, avec signe de renvoi. — (b) Crote dans l’interligne.

Quittance pour Jean de Mareuil, évêque d’Uzès

Avignon, Archives départementales du Vaucluse, 3 E 5 / 994 (fol. 7r)
Avignon, Archives départementales du Vaucluse, 3 E 5 / 994 (fol. 7r)
Avignon, Archives départementales du Vaucluse, 3 E 5 / 994 (fol. 7v-8r)
Avignon, Archives départementales du Vaucluse, 3 E 5 / 994 (fol. 7v-8r)

Images fournies gracieusement par les Archives départementales du Vaucluse, présentée ici en attendant l’hébergement par l’IRHT de l’édition électronique du registre notarial 3 E 5 / 994.

1473, 19 janvier. – Avignon

A. Avignon, Archives départementales du Vaucluse, 3 E 5 / 994
Quittance des 300 écus d’or donnés par Jean de Mareuil, évêque d’Uzès et abbé commendataire de Saint-Gilles-[du-Gard], à Jean Preverand, abbé de [Notre-Dame d’] Asnières-Bellay.

Die decimanona Januarii.

Quictancia pro supradicto domino Johanne de Mareulhio Utici episcopo et archidiacono Uticense.

Cum dictus dominus Johannes episcopus et archidiaconus teneatur et sit efficaciter obligatus domin reverendo patri domino Johanni Preverandi abbati monasterii Beate Marie de Asneriis Bellay  Continuer la lecture de Quittance pour Jean de Mareuil, évêque d’Uzès

Modélisation des signes graphiques (1)

À la fin de l’année dernière, Peter Stokes a publié une modélisation UML de l’écriture (« Describing Handwriting, part IV : Recapitulation and Formal Model » dans le cadre de sa série « Describing Handwriting [1] [2] [3] [4] [5] » sur le blog du projet Digital Resource for Palaeography. Ces articles étant publiés avec adresse au lecteur et demandes de commentaires, je lui offre ici ma contribution.

Modèle conceptuel de l’écriture, par P. Stokes

Résumé du modèle d’information

La modélisation présentée est héritière de la base paléographique du MANCASS C11 Database Project, d’une formalisation plus avancée dans les études anglo-saxonnes que dans la paléographie française, et des travaux déjà menés sur l’écriture anglo-saxonne par P. Stokes lui-même, en particulier sa thèse de doctorat English Vernacular Script, ca 990 – ca 1035 (Cambridge, 2006) qui l’a mené à structurer fortement la description de l’information paléographique. Elle va cependant plus loin, en cherchant à déterminer à quel niveau les distinctions doivent être faites, et, au passage, P. Stokes précise certains points de vocabulaire, aussi pour la description des parties composantes des signes graphiques (notamment avec son glossaire), allant dans le même sens que le Vocabularium parvum scripturae latinae dirigé par Juraj Šedivý et Hana Pátková)
Continuer la lecture de Modélisation des signes graphiques (1)

Humanités numériques et diplomatique bourguignonne

La 6e journée des CBMA s’est tenue à Dijon le 27 janvier 2012. Sous le titre humble « Les chartes bourguignonnes sous Philologic », l’enjeu était de démontrer le renouvellement des questions que permettent les humanités numériques.

Parmi les actualités du projet CBMA, Marie-José Gasse-Grandjean mentionne : Continuer la lecture de Humanités numériques et diplomatique bourguignonne

AAA – ΑΔΛ – Alphabet, Ambiguïté et Actualité (paléographique) : l’ontologie des formes alphabétiques

Pour répondre à l’actualité économique, et en hommage aux travaux récents de Peter Stokes (notamment ses articles « Describing Handwriting [1] [2] [3] [4] [5] » dans le cadre du projet Digital Resource for Palaeography) et de Marc H. Smith (notamment sa communication « Les formes de l’alphabet latin, entre écriture et lecture » au colloque La Vie des formes au Collège de France),voici quelques observations sur l’inscription de la lettre A dans un système de formes.

ΑΔΛ : la spécialisation des formes

De même que les langues évoluent, les mots se spécialisent et se voient renforcés de doublets lexicaux, souvent étymologiques (mon doublet préféré est la spécialisation de « bouquet » et de « bosquet » selon la taille des plantes rassemblées), les formes alphabétiques s’inscrivent dans des systèmes de signification où leur univocité est assurée par leur morphologie, qui peut se transformer, s’enrichir au besoin, ou se simplifier quand les risques d’ambiguïté s’éloignent.
Dans l’alphabet grec, par exemple, l’alpha capital (A) est muni d’une barre horizontale au milieu de sa hauteur, ce qui le distingue du delta capital (Δ), dont la barre est au bas de la lettre, et du lambda capital (Λ) qui en est dépourvu, et est de même forme que l’upsilon capital, dont il se différencie par sa position pointe en haut.


Paris, Bibl. nat. de France, ms. Grec 83, daté de 1167, lignes 2 et 3 « ευαγγελιων »

Continuer la lecture de AAA – ΑΔΛ – Alphabet, Ambiguïté et Actualité (paléographique) : l’ontologie des formes alphabétiques

Ruling the Script: sessions de paléographie à l’International Medieval Congress 2012 (Leeds)

L’association APICES (Association paléographique internationale, Culture, Écriture, Société) et l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (IRHT, CNRS) organisent sept sessions de paléographie au prochain International Medieval Congress de Leeds en juillet 2012.

[Annonce avec résumés en espagnol sur le blog Conscriptio de Néstor Vigil Montes]

L’écriture médiévale faisant partie du processus de communication interpersonnelle devait nécessairement suivre des règles assurant la lisibilité et la compréhension des textes, qu’elles s’appliquent à la morphologie des lettres, à l’usage des abréviations, ou encore à l’articulation et à la hiérarchisation des différentes écritures pour pages-tapis, titres et inter-titres. Les différents niveaux de formalité, d’habileté, de rapidité d’exécution ou de « canonisation » des écritures pouvaient mener à jouer selon/avec les règles, à les enfreindre ou à écrire dans contextes apparemment dénués de règles. Les écritures individuelles semblent ainsi dénuées de règle, et l’on pourrait s’attendre à ce que des types d’écritures nouvelles — que l’on nomme avec le vocabulaire du mélange : hybrides, bâtardes, mixtes — le soit aussi dans une réalité historique complexe. Les stylisations inventent, à leur tour, des règles qui s’avèrent historiquement stériles.

Les sept sessions proposées examineront la valeur heuristique des « règles » pour la recherche paléographique, en se consacrant aussi bien à l’écriture latine qu’aux paléographies grecque et syriaque, aux écritures magiques et à l’épigraphie. Elles aborderont également quelle signification la régularité et la mesure recèlent pour une analyse des écritures statistique et assistée par ordinateur. Ce faisant, elles questionneront également les règles inhérentes aux pratiques de l’écrit : les rapports entre politique, institutionnalisation, religion, langues et écriture.

Elles rassembleront des chercheurs confirmés, mais aussi la jeune génération des paléographes venus de toute l’Europe, et permettront des échanges bénéfiques à la communauté paléographique.

Elles se donnent également pour objectif de répondre au manque de visibilité dont souffre l’histoire de l’écriture auprès des communautés d’historiens. Les manifestations proprement paléographiques donnent peu l’occasion aux historiens des autres spécialités de prendre conscience de la vivacité de nos recherches et de leurs implications sur la compréhension de tous les phénomènes historiques (échanges culturels, sociabilités et réseaux, vie intellectuelle et littéraire).

“Ruling” the script I: Playing with the rule

Sponsor : APICES (Association paléographique internationale, Culture, Écriture, Société) / Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (CNRS)

Medieval writing, as part of the interpersonal communication process, had to follow rules that ensure the legibility and convey the meaning of a text. Latin or vernacular, spoken or read, charter on parchment, painting, or stained-glass: different functions, social contexts, publics lead to variations in the use of scripts during the Middle Age. This session explore the representational modes of the text as an image and the concept of ‘liberty’ for scripts in regard to the staging of spoken or vernacular texts in epigraphy (latin/vernacular) and to the degree of stability and variation in vernacular scripts.

Moderator/Chair: Georg Vogeler

Paper A: Writings on the Wall: The Discriminating Use of Scripts in Late Medieval Mural Paintings
Christian Nikolaus Opitz (Universität Wien)

Paper B: Between tradition and liberty: writing rules of vernacular inscriptions (France, 12th c.)
Estelle Ingrand-Varenne (Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale, Poitiers)

Paper C: Rule and Variation in English Vernacular Minuscule
Peter Stokes (Department of Digital Humanities, King’s College London)

 

Continuer la lecture de Ruling the Script: sessions de paléographie à l’International Medieval Congress 2012 (Leeds)

Manuscrits médiévaux à l’ère numérique : école de printemps (Londres et Cambridge, 23-27 avril 2012)

Paléographie, codicologie, histoire de l’art, mais aussi TEI (Text Encoding Initiative) seront au programme d’une nouvelle école de printemps organisée  par l’Université de Londres (Institute of English Studies), le Warburg Institute et l’Univeristé de Cambridge du 23 au 27 avril 2012.

Financée par le programme COST, cette école offre également de nombreuses bourses pour les étudiants européens désireux d’y participer !

Plus d’informations et formulaire d’inscription : http://ies.sas.ac.uk/StudyandResearchTraining/mmsda/


Reprise des conférences à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes

Les conférences de Paléographie latine et vernaculaire à l’École Pratique des Hautes Études de l’année 2011-2012 reprennent le 1er décembre 2011.

La partie théorique abordera le vocabulaire de la paléographie, les règles d’évolution des écritures, les abréviations, les chiffres, la ponctuation, la répartition fonctionnelle des écritures, la classification des écritures.

La partie pratique mettra les étudiants en situation de lecture, pour des écritures livresques et documentaires, choisies pour leur représentativité et leurs difficultés. Deux dossiers seront particulièrement traités cette année : les actes de la léproserie de Pontfraud et les minutes du notaire avignonnais F. Morin concernant Jean de Mareuil, évêque d’Uzès.

Tous les participants sont, d’ores et déjà, invités à se créer un compte sur Monasterium.net.

J’invite toute personne intéressée à me contacter !

Les conférences ont lieu les 1er, 3e et 5e jeudi du mois, de 16 h à 18 h.

Dates du premier semestre :

  • 1er décembre
  • 15 décembre
  • 5 janvier 2012
  • 19 janvier 2012
  • 2 février
  • 16 février

Dates du deuxième semestre :

  • 1er mars
  • 15 mars
  • 5 avril
  • 3 mai
  • 7 juin
  • 21 juin

Ces conférences seront précédées d’une intervention le lundi 7 novembre 2011 sur le support matériel des textes dans le cadre du module Production et transmission des textes de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes.

<!– mise à jour –>

Suppression des dates du 19 avril (vacances de printemps) et 17 mai (Ascension).