L’amour des lettres et l’amour des moines : une lettre d’Adam de Perseigne au moine Osmond de Mortemer

i

Paris, Bibl. nat. de France, ms latin 1998, fol. 174rb

Rubrique :
Item epistula IIa ejusdem ad eumdem de VII feriis et VII liquefactionibus.

Texte :
Dilecto suo in Christo fratri O., Mortui Maris monacho, frater A. servus servorum Dei qui apud Perseniam Christo serviunt, salutem et vere religionis perserverantiam.

Cum aliquid quod honestum sit ab amico petitur, et amicus est qui rogatur, non debet hujusmodi petitio repulsam pati, si tamen facultas non defuerit adimplendi. De petitionis honestate et amica familiaritate confidens, cum multa instantia petis ut incitari ad virtutis studium litteris aliquibus merearis. Si bene affectus es et ad ea que justa sunt voluntarius, proficientis studio amica commonitio non nocebit. Si forte ad ea que recta sunt mens tibi est tardior quam deberet, nichilominus exhortatio forte morbo remedium adhibebit. Modis omnibus auditori verbum salutis est utile, presertim cum et ille amat qui loquitur, et cui loquitur non ambigitur reamare. Et que in amicorum colloquiis debet esse nisi de amore materies (de illo, inquam, amore quem nulla notat suspicio, si dilectio vel caritas nominetur) ? Nomen quippe amoris ad diversa commune est. Sed ad ea sola que veritatis vim habeant et virtutis, vocabulum restringitur caritatis. Cum igitur Deus amor, sive caritas, sive dilectio, proprie et specialiter nominetur, que materies convenientior, quis sermo inter nos dulcior quam de amore hujusmodi haberetur ? Sane cum timor Domini sit initium sapientie, et amare Deum sit ipsum sapere, constat quod ab affectu divini timoris sumit initium sancti sapor amoris. Dum enim Dei timor a vitiis evacuat habitaculum mentis, exclusa amaritudine vitiorum, restituit cordi sapientie appetitum. Ex tunc incipit animus esurire et sitire justitiam, quam procul dubio tantopere nullatenus esuriret, nisi pregustatus jam sapor esuriem provocaret. « Qui edunt me, ait Sapientia, adhuc esurient, et qui bibunt me, adhuc sitient » (Sir. 24, 21). Quid est enim amor justitie nisi quedam delectatio sapientie, cum nil sit aliud esse justum quam divinis esse conditum saporibus et odoribus delibutum ? Annon sunt mores et opera justorum quedam odoramenta virtutum, que nimirum ex hoc contrahere cognoscuntur quod internis sapientie ferculis oblectantur ? Sapientia siquidem a sapore nomen trahit, quod sapere faciat que sunt sursum, quod morum sit delectabile condimentum. Quid igitur in vita felicius quam Deum timere et per sollicitum divini timoris officium amori divino mentis domicilium preparare ? Timoris certe sollicitudo omni custodia mentem servat, ut jocunda amoris festivitas sollempnes ferias ibi agat. Feriata mente opus est ut vacare et videre possis quanta sit suavitas Dei, et que sit pii amoris sollempnitas experiri. Septem igitur sunt solemnes ferie, in quibus Deo vacatur, et in quibus anima, ut Deo liberius vacet, ab omni servili opere feriatur.

Secretum secretorum


Schlatt, Eisenbibliothek, Ms 20 (fol. 1r)

** www.e-codices.ch **

|fol. 1ra| [Lettre historieé : scène de dédicace] Incipit prologus Guidonis de Valencia super librum de Secretis secretorum Aristotelis qui intitulatur de regimine principum ad regem Alexandrum Magnificum.
Domino suo excellentissimo et in cultu christiane religionis strenuissimo Guidoni Vero de Valencia, civitatis Tripolitanensis, glorioso pontifici, Philippus, suorum minimus clericorum, se ipsum et fidele devotionis obsequium. Quantum luna ceteris stellis est lucidior et solis radiis luciditate lune fulgentior, tantum ingenii vestri claritudo vestreque scientie profunditas citra mare modernas [sic pro modernos] in litteratura exuberat tam Barbaros quam Latinos. Nec etiam aliquis sane que huic sententie valeat refragari quia cum largitor gratiarum, a quo bona cuncta procedunt, singula suis dona distribuat, tibi soli videtur gratiarum et scientiarum dona extulisse. In te namque reperiuntur sanctorum gratie universe : Noe pudicitia, Habrae fidelitas, Ysaac confidentia, Jacob longanimitas Moysi tollerantia, Josue stabilitas, Helysei perfectio, David benignitas, Salomonis sensus, Job patientia, Danielis castitas, Ysaie facondia, perseverantia Jeremie, cum ceteris sanctorum virtutibus in tua plenissime habitant sanctitate. Ad hec tu in sanctiis liberalibus litteratissimus in ecclesiasticis et legalibus peritissimus, in divinis et moralibus doctissimus. Ideo signum [sic pro dignum] fuit ut haberet vestra clementia librum presentis operis in quo fere de omnibus scientiis aliquod utille continetur. Cum igitur vobiscum essem apud Anthiociam recepta hac pretiosisima philosophye margarita, placuit vestre dominationi ut transferentur de lingua Arabica in Latinam. Porro vestro mandato cupiens humiliter obedire et voluntati vestre sicut teneor deservire, hunc librum quo carebant Latini, eo quod apud paucissimos Arabes reperitur, transtuli cum magno labore et lucido sermone de Arabico ydiomate in latinum ad vestram gloriam et honorem, eliciens quandoque litterarum ex littera, quandoque sensum ex sensu, cum alius sit loquendi modus apud Arabes et alius apud Latinos. Quem librum peritissimus princeps phylosophorum Aristotiles composuit ad petitionem regis Alexandri, discipuli sui, qui postulavit ab eo quod aut ipsum inveniret aut secreta quarumdam artium sibi fideliter |fol. 1rb| revelaret : videlicet motum operationem et potestatem astrorum in astronomia, artem alchimie in natura et artem cognoscendi naturas et operandi incantationes in celimaciam [sic pro celimanciam] et geomancia.

Vidimus d’un acte de Philippe le Bel (1286) fait par l’official de Troyes (1299)


Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 7 H 64 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==

1286, 16 décembre. – Paris, et 1299, 2 septembre

== Regeste ==
Vidimus fait par l’official de l’église de Troyes d’un acte du roi Philippe [IV, le Bel] par lequel le roi et la reine Jeanne approuvent les transactions effectuées entre les moniales de la Chapelle d’Oze et les seigneurs champenois concernant des biens que ces derniers tiennent du roi.

== Tradition (incomplète) ==
A. Archives départementales de la Côte d’Or, 7H64. Original jadis scellé. Parchemin.

== Edition ==
Omnibus presentes litteras inspecturis, .. officialis Trecensis salutem in Domino. Noverint universi quod nos anno Domini M° CC° nonagesimo |2| nono, die Mercurii post Decollationem beati Johannis Baptiste, vidimus litteras infrascriptas, non abolitas, non cancellatas, nec in aliqua parte sua |3| viciatas et de verbo ad verbum legimus sub hac forma :

« Philipus, Dei gratia Francorum rex et Navarre, notum facimus universis tam |4| presentibus quam futuris quod cum religiose mulieres .. priorissa et conventus de capella Ose(1), ordinis sancti Benedicti, Lingonensis |5| dyocesis, finaverint cum Renerio Accurrii(2) panetario nostro finacionem hujusmodi pro nobis et karissima conjuge nostra Johanna, eadem gratia Francorum |6| et Navarre regina, recipiente super habendis et retinendis imperpetuum rebus inferius annotatis quas in feodum retrofeodum cen-|7|-sivis, allodiis seu dominiis nostris Campanie acquisivisse dicuntur : videlicet in finagio de Fulcheriis(3) duobus jornalibus |8| terre emptis a Henrico de Sancto Cereo(4), milite, quorum unum situm est, ut dicitur, juxta terram Aalipdis de Vaulayo(5) et aliud |9| juxta terram Johannis dicti Mazerinier ; item uno jornali empto a Johanne dicto Gratant sito juxta terram Henrici dicti Culerant ; |10| item duobus jornalibus emptis a predicto Henrico sitis prope terram dictarum monialium ; item uno jornali contiguo terre |11| prioris de Fulcheriis empto a Johanne Rubeo ; item in finagio de Lantagiis(6) tribus arpentis pratorum emptis a |12| Symone dicto Gros Os(a) milite, juxta prata domine de Marcellio(7) ; item duobus jornalibus terre sitis juxta terram dicti |13| militis et duobus jornalibus juxta terram Lamberti dicti Cheart emptis a Johanne de Charmaello(8) ; item arpento et |14| dimidio prati empto a Huiardo de Moris(8) sito juxta prata liberorum defuncti Petri de Chanthepierre(9) ; item septem |15| quarteriis prati emptis a Petri de Herendes sitis juxta prata liberorum Johannis dicti Gratont ; item dimidio jornali terre |16| ex dono Johannis majoris de Lantagiis contiguo terre Perrineti Clerici ; item in finagio de Villa Morun(10), duobus |17| jornalibus terre emptis a Bartholomeo Carpentario quorum quoddam situm est in loco dicto Montans juxta terram Vin-|18|-centii de Julliaco et aliud in loco dicto Charnet juxta terram Jaquini dicti Franceis — que omnia ad valorem quatuor |19| libras in anno redditu vel circiter fuer[i]nt(b) estimata –, nos vero hujusmodi finacionem ratam et gratam habentes pro nobis |20| et karissima conjuge nostra de cujus hereditate premissa movere noscuntur concedimus dictis religiosis quod ipse pro se et |21| monasterio suo predicta imperpetuum teneant, habeant et possideant pacifice et quiete et sine coactione vendendi vel |22| extra manum ponendi, retenta nobis garda et justitia in eisdem, et salvo in aliis jure nostro et jure quolibet alie-|23|-no. Quod ut ratum et stabilem perseveret, presentibus litteris sigillum nostrum(c) duximus apponendum. Nos |24| autem Johanna, Dei gratia Francorum et Navarre regina, premissa omnia prout superius sunt expressa, quantum in nobis |25| est, volumus, laudamus et etiam approbamus, et ad majorem omnium firmitatem, sigillum nostrum una |26| cum sigillo karissimi dicti nostri regis predicti presentibus jussimus apponi. Actum Parisius die Lune |27| ante festum beati Thome apostoli, anno Domini millesimo CC° octogesimo sexto. »

In cujus inspectionis testimonium |28| presenti transcripto sigillum curie Trecensis duximus apponendum. Datum anno et die Mercurii supradictis.

(a) Interprétation incertaine, car le deuxième mot est précédé d’un point A. – (b) un jambage manque A. – (c) suivi de presentibus exponctué A.

  1. La Chapelle-d’Oze, Aube, cant. de Chaource, hameau dans la comm. Lantages.
  2. Vraisemblablement identifiable au Renerus Acourre qui apparaît plusieurs fois dans les comptes de Philippe le Bel, cf. l’édition des Comptes royaux (1285-1314), éd. R. Fawtier et F. Maillard, Paris, Impr. nat., 1953-1956, 3 t. (Recueil des historiens de la France ; Documents financiers ; 3).
  3. Fouchères, Aube, arr. Troyes, cant. Bar-sur-Seine.
  4. Sancerre, Cher, arr. Bourges, ch.-l. cant. Personnage non identifié.
  5. Personne et toponyme non identifiés
  6. Lantages, Aube, arr. Troyes, cant. de Chaource.
  7. Peut-être : Marcilly-le-Hayer, Aube, arr. Nogent-sur-Seine, ch.-l. cant.
  8. Charmets, Aube, arr. Troyes, cant. Bouilly, comm. Isle-Aumont.
  9. Peut-être : Mores, abbaye, O.Cist, Aube, comm. Celles
  10. Chantpierre, Aube, cant. Bouilly, comm. Isle-Aumont.
  11. Villemoiron-en-Othe, Aube, arr. Troyes, cant. Aix-en-Othe
  12. Jully-sur-Sarce, Aube, arr. Troyes, cant. Bar-sur-Seine
  13. Charny-le-Bachot, Aube, cant. Méry-sur-Seine.

Acte latin d’Etienne, évêque d’Autun

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 15 H 77 (2)
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 77, pièce 1 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
[1171-1189]

== Régeste ==
Etienne [II], évêque d’Autun, notifie l’accord intervenu entre Osmond de Rougemont et l’abbaye Notre-Dame de Fontenay.

== Tradition ==
A1. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 15 H 77, pièce 1. — Original en parchemin ; 130 x 157 mm (repli 19 mm) ; justification 155 x 88 mm ; réglure effacée ; écriture livresque ; repli avec 1 simple entaille centrale. Mentions dorsales : (XIIIe s.) « De Osmudo de Rubeo Monte » ; (à la suite) « de terra Willelmi de Fraixino et alia p. » ; (de la même main) « Flace » ; (lavé) « XXXI » ; « XXXIIa » ; (XVIe s.) « Benoisey » ; (XVIIe s.) « Flacey. Titre par lequel on voit que Mrs de Fontenay ont droit de pesche et de pasturage a Corcelles et a Benoisey et que la terre de Guillaume du Fresne qui est a Benoisey est a eux. Cotté EE » ; (1787) « N° 2. / Sans date »
A2. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, pièce 2. — Original en parchemin ; 114 x 158 mm (repli 18 mm) ; justification 150 x 77 mm ; écriture livresque ; repli avec simple entaille centrale (usée) et trou d’attache. Mentions dorsales : (XIIIe s.) « Carta Osmundi e Rubeo Monte de pastura et piscatura Curcellarum et Bonesii » ; (XIIIe s.) « Flace XXXIIa » ; (XVIIe s. ?) « Courcelles ».
B. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 15 H 9 (cart. 201), Cartulaire 1, fol. 48r (Flaciacum, 32) ; table mutilée
C. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 15 H 9 (cart. 201), Cartulaire 2, fol. 109v (Flaciacum, 32) ; table mutilée ; non collationné
D. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 15 H 11* (cart. 202), fol. 210r (Flacey. EE) : « Non restat sigillum » ; non collationné.

== Indiqué ==
INVENTAIRES : ADCO 15 H 1, fol. 72v (Flacey. EE). — ADCO 15 H 2, fol. 60r (Flacey. EE). — ADCO 15 H 4, p. 31 (V. 3. 2) : « … deux titres… joints ensemble… et cellé de deux sceaux qui y étoient autrefois, ne restant plus à un de ces titres qu’une queue de peau blanche pendant ».

== Edition ==
N.B. La photographie représente A2. Texte édité d’après A1.

Ego Stephanus, Dei gratia Eduensis episcopus, notum esse volo quod in pace facienda inter |2| fratres Fonteneti et Osmundum Rubei Montis, finitis aliis querelis de piscatura et pastura |3| Curcellarum et Boneseii(a) et de terra Willelmi(b) de Fraxino que est apud Boneseium |4| ita inter se remanserunt quod fratres Fonteneti de piscatura et pasturis(c) tenent se |5| pro investitis, tum propter usuaria communia inter duo territoria Flaciaci videlicet |6| et Curcellarum, tum propter helemosinas(d) que sibi inde facte sunt. Osmundus vero |7| non concedit. Proinde si de his supradictis vel Fontenetenses Osmundo aliquam injuriam |8| facerent vel Osmundus Fontenetensibus, qui conquereretur(e) inde justiciam que-|9|-reret et qui injuriam faceret, justiciam exhiberet. Quod si facere nollet injuriam |10| sustinens ubicumque vellet justiciam quereret sive a potestate ecclesiastica sive a se-|11|-culari principe. Hec se tenere et bona fide servare ecclesie Fonteneti juravit Osmun-|12|-dus ipse(f) et filii ejus similit[er](g) Hu[m]baudus et Rainardus .

(a) Bonesei B. – (b) Villelmi A2. – (c) pastura B. – (d) elemosinas B. – (e) quicumqueretur sic B. – (f) Omis B. – (g) similit sic A1, similiter A2B. – (h) Humbaudus A2B. – (i) Renardus B.

Acte latin du duc de Bourgogne, daté de 1191

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 15 H 110 (1)
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 110 (1) (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
1191 (?)

== Commentaire préliminaire ==
Cet acte pose plusieurs problèmes, dans sa tradition et dans sa date. Comme il a été donné comme exercice supplémentaire, il ne sera pas accompagné de commentaire paléographique ou diplomatique approfondi, ni des identifications.

* Sur la date : Eudes [III] ne devient duc qu’à la mort de son père Hugues III, le 25 août 1192.
* Sur la tradition : il existe un acte identique dans son texte, à l’exception de la titulature, où l’auteur de l’acte est dit « Odo, filius ducis Burgundie ».

Deux hypothèses sont recevables : soit l’acte correct avec la formule « Odo filius ducis » est postérieur à celui qui est présenté ici, et en est la version corrigée ; soit le présent acte est un nouvel original, établi postérieurement à l’accession d’Eudes à la dignité ducale, mais conservant la date de l’action juridique.

== Tradition ==
A. ADCO 15 H 110, pièce 1. — Original en parchemin ; 195 x 225 mm (repli 20 mm) ; justification 205 x 150 mm ; réglure à la mine de plomb (5, 5, 202, 6, 5 x 20 [1 l.], 140 [10 ur], 16, 20) ; repli à une double entaille centrale ; écriture diplomatique. Mentions dorsales (XIIe s.) « Carta de domo Divione » ; (barré) « Puteoli » ; (XIIIe s.) « Donum Othonis de Salio de Divione » ; « Divionis. Prima. » ; « Ia » ; « Carta de domo Divionis, donum Hotonis de Salio » ; (XVIIe s.) « Dijon. Concession de Otho de Saux de sa maison et appartenance d’icelle prez les murailles de la ville et la ratification du duc Eude et de son fils l’an 1191. Deux » ; (1787) « N° 2 / 1191 »

== Indiqué ==
INVENTAIRES : ADCO 15 H 1, fol. 124[*]r (Dijon, 2). — ADCO 15 H 3, p. 187 (XIX. 3. 2) : « [avec les confirmations] scellés de plusieurs sceaux de cire verte à doubles queues de parchemin pendant ».

== Edition ==
Ego Odo, dux Burgundie, presentibus et futuris notum facio quod dominus Otho de Salio dedit in |2| elemosinam et in perpetuum concessit Deo et monachis Fonteneti domum suam de Divion-|3|-ne que de casamento meo est et redditus ad ipsam domum pertinentes et terram vacuam |4| que de domo est et est juxta domum infra muros Divionis. Hanc elemosinam lauda-|5|-verunt Guido, filius domini Othonis, et Willermus, similiter filius ejus, ad cujus partem divisam |6| hoc pertinebat. Laudaverunt etiam hoc domina Willerma, uxor domini Othonis, et Elisabez |7| uxor domini Guidonis. Hanc etiam donationem ego ipse laudavi et sigilli mei inpres-|8|-sione confirmavi. Hujus rei testes sunt Josbertus abbas Fonteneti, Philipus, Bernardus, |9]| Humbertus monachi, Odo archipresbiter Tullionis, dominus Hyulo de Salyo et Girardus |10| filius ejus, Haymo de Orgeolo, milites, Boinus prepositus Castellionis. Actum est |11| hoc anno ab incarnatione Domini millesimo centesimo nonagesimo primo.

La vigne et le vin en Bourgogne du XIIIe siècle

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 66, pièce 19 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
1270, 7 décembre

== Regeste ==
L’official d’Auxerre notifie que Gillet, fils de Gillet Bonesope, et son épouse Agnès de Quenne ainsi que leur fils Jean, tiennent une pièce de vigne des abbé et communauté de Fontenay contre une rente annuelle de 10 sous tournois. En gage du paiement et de la bonne tenue de la pièce de vigne, ils engagent une autre pièce de vigne.

== Tradition ==
A. Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 15 H 66, pièce 19. – Original, jadis scellé, en parchemin. Hauteur 170/185 mm (repli 18 mm) ; largeur 255/265 mm.

== Edition ==
.. Omnibus presentes litteras inspecturis, officialis Autissiodorensis salutem in Domino. Noveritis quod in nostra presentia constituti, Guilletus, filius Guilleti |2| Bonesope, et Agnes, ejus uxor, de Cona(1), recognoverunt se recepisse a religiosis viris abbate(2) et conventu Fonteneti(3), Cisterciensis ordinis, quam-|3|-dam peciam vinee site in territorio quod dicitur Basdoisiau, juxta vineam abbatis et conventus Sancti Petri Autissiodorensis(4) ex una parte et juxta vineam Stephani |4| dicti Heremite ex altera, ab eisdem Guilleto et Agnete ejus uxore et Johanne eorum filio quamdiu vixerint succesive tenendam et possidendam, |5| sub annua pensione decem solidorum turonensium anno quolibet ad festum beati Andree apostoli eisdem religiosis vel eorum mandato solvendorum. Tenentur (a) |6| autem dicti Guillotus, (b) Agnes ejus uxor et Johannes eorum filius dictam vineam excolere anno quolibet omni cultura debita et tempore competenti, |7| videlicet de biennio in biennium circonfodere et, in anno in quo non fuerit circonfossa, rebinare et anni quolibet tailliare, pai-|8|-xillare, fodere et binare, et dictam pensionem solvere ad terminum prenotatum. Et pro dictis conventionibus sic tenendis et firmiter |9| observandis, ipsi Guillotus et Agnes ejus uxor obligaverunt et in responsionem tradiderunt eisdem religiosis quandam peciam vinee |10| site in territorio quod dicitur Au chemim de Chitriaco(5), juxta vineam Bernardi Michaelis ex una parte et juxta vineam Nargeti Motet |11| ex altera, ita quod si defecerint in solutione dicte pensionis vel in cultura dicte vinee, prout dictum est, facienda quod dicti religiosi vel |12| eorum mandatum dictam vineam receptam cum dicta vinea obligata saisire poterunt, et tenere quousque de dicta pensione et de cultura |13| dicte vinee eisdem religiosis fuerit plenarie satisfactum. Dictis vero Guilloto, Agnete ejus uxore et Johanne eorum filio de medio sublatis |14| dicta vinea ad monasterium Fonteneti libere revertetur, hoc salvo heredibus illius ipsorum qui supervixerit quod si dicta vinea fuerit imbladi-|15|-ata tempore decessus illius ipsorum qui supervixerit, quod dicti heredes fructus dicte vinee illius anni percipient et habebunt salva eisdem |16| religiosis pensione supradicta. Has autem conventiones fiduciaverunt dicti Guillotus et(c) Agnes ejus uxor se tenere, complere et firmiter |17| observare et contra non venire, et quantum ad hoc supposuerunt se jurisdictioni curie Autissiodorensis ubicumque maneant ut existant. |18| Datum die dominica post hyemale festum beati Nicholai, anno Domini M° CC° LXX°.

(a) Tilde ur très effacé A . (b) et effacé par grattage A. (c) et ajouté postérieurement A.

  1. Quenne, Yonne, cant. Auxerre.
  2. Raoul II, abbé de Fontenay, 1269-1274, cf. Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. 17, Paris, 1971, col. 904.
  3. Fontenay, Côte d’Or, arr. Semur, cant. Montbard, comm. Marmagne.
  4. Saint-Pierre-en-Vallée, chapitre régulier en 1107, puis abbaye des chanoines réguliers à partir de 1167, Yonne, cant. Auxerre, cf. Dictionnaire d’Histoire et de géographie ecclésiastiques, t. 5, Paris, 1931, col. 948-949.
  5. Chitry, Yonne, cant. Chablis.

== Commentaire historique et linguistique ==
Cet acte, sans être unique en son genre, représente un témoin intéressant de l’économie agricole à la fin du XIIIe siècle et de pratiques culturales de l’époque. Il montre, par la précision et le vocabulaire de ses clauses, l’importance et le prix de la vigne.
– Gilles, sa femme Agnès et leur fils, louent une terre qui appartient à une communauté monastique (en l’occurrence celle de l’abbaye cistercienne Notre-Dame de Fontenay) pour un loyer annuel de 10 s. t., à régler à la St-André. Pourquoi la St-André, alors qu’au Moyen Âge, il n’est pas rare que les tenanciers paient leur redevance à terme fixe, et souvent en plusieurs fois (les termes les plus ordinaires sont la Saint-Michel, Noël, Pâques et la Saint-Jean). La St-André est le 30 novembre, c’est-à-dire la première fête d’importance qui tombe après les vendanges de septembre-octobre et surtout, après le début de l’année viticole, que l’on place à la St-Martin d’hiver, le 11 novembre. A cette date, le vin est déjà fait : les vins médiévaux sont généralement clairets, d’une fermentation alcoolique brève. La vente en gros est peut-être même déjà réalisée (il n’est pas évident que les tenanciers aient leur propre pressoir), de sorte que c’est la bonne période pour exiger le paiement annuel. L’acte lui-même est passé en décembre, ce qui indique que le paiement se fait à terme échu, et après retour sur investissement, et non d’avance.
– L’importance de l’entretien de la vigne se lit dans le détail de la charte et par la clause d’engagement. Cela correspond à la réalité de la culture de la vigne : des ceps abandonnés ou mal entretenus perdent le pouvoir de produire des grappes suffisantes. La vigne est une telle richesse que le gage fourni est aussi important que le bien, puisqu’il s’agit d’une autre pièce de vigne et que les deux seront saisis en cas de défaut de paiement. L’attention portée à l’entretien se manifeste dans les clauses purement agricoles : la culture est prévue dans un cycle bisannuel. Tous les deux ans : bêcher complètement et intensivement (circonfodere) ; et, en alternance, tous les deux ans : rebiner, c’est-à-dire labourer la terre non pas une deuxième fois, car c’était l’usage normal, mais une troisième (rebinare est synonyme de tertiare); tous les ans : tailler la vigne (tailliare), échalasser (paixillare, ou encore paxillare ou paissellare), bêcher ou labourer (fodere) et biner, c’est-à-dire, comme l’indique l’étymologie, labourer une seconde fois (binare).
– Enfin, la clause sur le décès montre que l’investissement est une charge importante. En effet, il est prévu que les trois tenanciers conservent la terre et qu’à la mort du dernier, la terre revienne en la possession de l’abbaye. Néanmoins l’héritier du dernier qui mourra conservera le fruit de la vigne, à charge de payer les 10 sous tournois.

== Commentaire diplomatique ==
Clauses ‘obligaverunt’ ; ‘in responsionem tradere’ ; ‘contra hoc non venire’ ; ‘supposuerunt se jurisdictioni … ubicumque maneant aut existant’. Pour avoir mes commentaires sur ces parties du texte, il fallait être présent !

Une copie figurée du XVe siècle

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 15 H 190 (2)Acte original.
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 190, pîèce 2 (Réutilisation soumise à conditions)

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 15 H 190 (1)Copie figurée du XVe siècle
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 190, pîèce 1 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
[1163 – avant le 19 janvier 1169]
L’épiscopat de Gauthier à Langres de 1163 à 1180. Le terminus ante quem est ici donné par une confirmation de ce don par la bulle d’Alexandre III donnée à Bénévent le 19 janvier 1169 et aujourd’hui conservée à l’abbaye de Fontenay.

== Régeste ==
Gauthier, évêque de Langres, notifie le don par Roger de Corraboeuf à l’abbaye de Fontenay de ses possessions à Laignes, dont un moulin.

== Tradition ==
A. ADCO 15 H 190, pièce 2. — Original en parchemin ; 95 x 240 mm ; justification 220 x 80 mm ; réglure à la mine de plomb (rectrices seules) ; repli de 9 mm, à une entaille simple, recouvrant la dernière ligne de texte ; écriture livresque. Mentions dorsales : (XIIe-XIIIe s.) « Carta [effacé : G. Ling. episcopi] de dono Rogerii de Curte Rabodi » ; « De molendino Rogerii de Corabo de Lania » ; « ad Fontanas pertinens » ; « .xxij.a » ; « Carta G. Ling. ep. de dono Rogerii de Curte Rabodi » ; (XVIIe s.) « Laignes » ; « Laignes. Don faict a Messieurs de Fontenay par Roger de Curte Rabodi de son moulin des preys et terres en dependans et tout ce qu’il avoit au territoire de Laignes. Cotte ZZ » ; « Il y a deux titres pareils » ; (1787) « N° 2 / Sans date ».
B. ADCO 15 H 190, pièce 1. — Copie en parchemin, établie par Jehan Poingquarrey, le 8 mars 1488 [n. st.]. Mentions dorsales : (XVIIe s.) « Leignes. Don du moulin de Leignes par Roger de Courcelles, l’an 1487. Cotte L » ; (1787) « N° 4 / Sans date et pour copie collationnée 8 mars 1487 »

== Mentions ==
INVENTAIRES : (A) ADCO 15 H 1, fol. 112r (Laigne. ZZ). — ADCO 15 H 2, fol. 84r (Laigne. ZZ). — ADCO 15 H 3, p. 571 (XXIX. 03. 02) : « … N° 2 sans date… par lequel il couste que Roger de Courcelles [sic] a fait donnation auxdits vénérables de Fontenet de son moulin, terres et prés en dépendants, et tout ce qu’il avoit aud. territoire de Laigne, etc. et scellé d’un sceau qui y étoit autrefois ».
INVENTAIRES : (B) ADCO 15 H 1, fol. 108r (Laigne. L). — ADCO 15 H 2, fol. 82v (Laigne. L). — ADCO 15 H 3, p. 571 (XXIX. 03. 04) : « … N° 4 sans date est la même que les Nos 1 & 2 ci-devant ; laquelle piéce a été collationnée par Pontcarrey, notaire […] ».

== Edition ==
EGO Gualterus, Dei gratia Lingonensis episcopus, carte istius attestatione presentibus et futuris notifico quod |2| Rogerius de Curte Rabodi pro anima sua et pro animabus antecessorum suorum dedit ecclesie Fonteneti quic-|3|-quid habebat apud Lanias : molendinum videlicet suum, terras(a) et prata et quicquid habebat in ter-|4|-ritorio ejusdem villę. Hujus rei testes sunt Walterius archipresbiter Eduensis, Jordanus archipresbiter |5| Tullionis, Warnerius presbiter Fanii. Hanc itaque(b) elemosinam ut firma permaneat, sigilli nostri impres-|6|-sione confirmamus. Et quicumque contra hanc venire voluerint, auctoritate nostra excommunicamus. |7| Hinc(c) quoque testes sunt Hugo de Plaaneto, Huldeerius(d) de Columberio, Rainaldus major Tullionis, Gaufridus |8| de Darceio et Robertus frater decani Montis Barri.

(a) tarras sic B. – (b) Inséré par correction B. – (c) H en ekdosis A. – (d) Hulderius B.

== Commentaire diplomatique et paléographique ==
= Copie figurée =
Notre attention se porte ici sur la copie du XVe siècle, car c’est un exemple qui peut passer inaperçu d’un type particulier de copie dont l’intérêt est particulièrement évident dans les cas où l’original est perdu. Ici, au contraire, c’est l’original qui nous montre l’intérêt de la copie, car, sans cet original, nous n’aurions pas pu qualifier la copie de « figurée ».
Qu’est-ce qu’une copie figurée ? Une copie figurée est une copie entièrement conforme à l’original, non seulement pour la substance et teneur de l’acte, mais aussi pour la forme et les caractères externes. Une copie figurée d’une bulle pontificale, par exemple, reprendra la rota et les souscriptions en colonnes.
Ici, l’imitation est forcément réduite, car l’original montre peu de traits graphiques extraordinaires. Pourtant, le copiste choisit une écriture gothique épaisse (textualis formata ou textura) pour rendre le texte de l’original. La mention de collation, d’une écriture cursive, accentue le contraste. La copie respecte néanmoins l’original (autant que le Moyen Âge respecte les originaux en général, c’est-à-dire non sans réinterprétation), et en particulier dans l’emploi des majuscules et leur forme (remarquer les deux formes concurrentes de H).
= Commentaire paléographique =
La note de collation est d’une main rapide, qui permet de s’initier aux formes cursives de la fin du Moyen Âge, en particulier le p barré bas tracé d’un seul trait formant une boucle au bas de la hampe et les deux formes de r, notamment lorque cette lettre est géminée et en fin de mot (jour), mais sans systématisme (noter la différence entre les deux quatre). Dans la partie en textualis, la lettre r prend presque systématiquement la forme de z, mais la forme ronde du r apparaît dans le verbe venire.
= Mention de collation =
|1| Donné par coppie collacionnee faicte au [sic] l’original par moy Jehan Poingquarrey |2| clerc, notaire publique juré de la court de la chancellerie du duchié de Boulgogne, |3| le huitieme jour du mois de mars l’an mil quatre cens quatre vings et sept. |4| [Signé :] Poingquarrey
= Mention de correction =
Dans la copie de 1488, il faut noter, à la fin de l’acte copié, la mention : « Itaque. Actum ut supra » introduite par un signe d’insertion. Celui-ci se retrouve juste après le mot « Hanc » ; c’est donc là qu’il faut insérer le mot « itaque« . Les mots « Actum ut supra » sont du formulaire pour signifier que ce mot est écrit et donné dans l’acte original. Ce qui est intéressant ici, c’est que le formulaire vit de sa propre vie, indépendamment du fait qu’il n’y a ni date de lieu ni date de temps dans l’acte copié. C’est ainsi que les mots « Actum ut supra » ne renvoient plus à la date exprimée dans l’original, mais retrouvent leur sens propre. Le formulaire, figé et dévitalisé, y trouve comme un surcroît de sens.

Le XVe siècle : un acte en français

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 15 H 167

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 167 (1) (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
1454, 28 mai. — Abbaye de Fontenay (Marmagne, Côte d’Or)

== Edition ==
A touz ceulx qui verront et orront ces presentes lettres, nous, frere Symon, abbé de l’eglise et monastere |2| de Nostre Dame de Fontenoy de l’ordre de Cisteaux ou dyocese d’Ostung et tout le convent de ce dit |3| et meisme lieu, salut en nostre Seigneur. Savoir faisons que pour le proffit evident de nous et dudit |4| monastiere, nous avons baillé et delaissié et par ces meismez presentes baillons et delaissons pour nous |5| et nos successeurs abbez dudit Fontenoy a Regnaudot Regnaud., nostre, homme demourant a Fraisne, pour |6| luy et les siens à tousjours a cense en emphityote certain prey et saulcis, qu’illa cultiveiz |7| et mis hors d’espinez et de desert par nostre licence puiz nagaires, assiz dessoubz la chaussee de nostre |8| estang de Laicherellez tenant au champ des maisons Neives d’une part et d’autre cousté au champ que |9| fait de nous Guillaume le Maistret et par dessoubz aux preyz appartenant a nostre grange de Morville. Et |10| ledit accensiment ly avons fait parmi paiant chacun an perpetuellement a nous ou a nosdits successeurs |11| au jour de saint Martin d’ivert cincq soubz tournois de cense sur peine de l’amende : celle qu’on a |12| acostumé de paier audit lieu de Fraisne des censes non paieez au jour qu’on les doit. Et avons |13| promis et promettons soubz l’obligation des biens temporels dudit monastiere ce present bail et accensissement par |14| nous et nosdits successeurs moiennant ce qui dit est avoir pour aggreable senz y contrevenir et iceulx |15| heritaiges condure et garenti[r] audit Regnaud. et aux ayenz de ly cause ou temps advenir, en renonçant |16| a toutes excepcions, decepcions allegacions et raisons de fait et de droit a ce contrairez. En tesmoing |17| de ce avons fait mettre noz sealx a ces presentes lettres faictes et donnees en nostre chappitre le xxviiie jour |18| du moiz de may l’an mil quatre cens cincquante et quatre.

Un acte de 1206

ADCO 15 H 66 (3)
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 66, pièce 3 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==

1206

== Régeste ==
Le chapitre cathédral d’Auxerre et Guillaume, son doyen, notifient l’accord intervenu entre ce chapitre d’une part et l’abbé [Pierre Ier] et la communauté de Fontenay, d’autre part, au sujet de la terre de la Croix d’Augy. Le chapitre concède cette terre aux religieux de Fontenay en échange d’une maison sise dans le cloître de l’église d’Auxerre.

== Tradition ==
A. ADCO 15 H 66, pièce 3. — Original en parchemin, jadis scellé ; 275 x 250 mm (repli 25 mm) ; justification 220 x 220 mm ; réglure à la mine de plomb (15, 220, 15 x 5, 220, 25) ; repli avec 1 entaille centrale, 1 trou au centre et à chaque côté ; écriture diplomatique. Mentions dorsales : (XIIIe s., autour de l’entaille) « Carta de pace capituli Autisiodori super terra ad Crucem de Augiaco » ; « Autissiod. ; « IIa » ; (XIVe s. ?) « 1206 » ; (XVIIe s.) « Auxerre. Echange entre Mrs de Fontenay et le chapitre d’Auxerre qui leur a donné une piece de terre qui avoit esté à Guy Jouart à la Croix d’Augy aux deux chemins de Vaux et d’Augy et Mrs de Fontenay ont donné audit doyen leur maison du cloistre d’Auxerre. 1206. Cotte M » ; (1787) « N° 9 / 1206 / Echanges ».

== Mentions ==
INVENTAIRES : ADCO 15 H 1, fol. 18r (Auxerre, M). — ADCO 15 H 3, p. 44 (IV. 1. 9) : « scellé d’un sceau qui y étoit autrefois, ne restant plus qu’une queue de parchemin pendant ».

== Edition ==
Willermus decanus totumque capitulum Altisiodorense(1) universis ad quos littere presentes pervenerint, salu-|2]-tem in Domino. Noverit universitas vestra quod, cum inter nos ex una parte et abbatem(2) et conventum de Fonteneto(3), |3| ex alia, contentio verteretur super quadam terra que fuit Guidonis Joardi sita ad Crucem de Augiaco(4) in |4| bivio de Vallibus(5) et de Augiaco(6), in censu Osberti de Petra Pertuis(5), compositum fuit inter nos et illos in hunc |5| modum. Quod nos predicto conventui et abbati terram illam concessimus et concedimus, laudavimus et laudamus, et ipsi in |6| recompensationem hujus rei nobis dederunt et concesserunt habendum in perpetuum domum suam que fuit |7| Johannis Beroardi, sitam in claustro nostro quam Herveus Niger sub annua pensione decem solidorum tenet in vita |8| sua et a nobis decetero tenebit. Illius igitur terre concessionem quam eis fecimus sigilli nostri munimine confir-|9|-mamus ita quod nec nos nec aliquis alius nomine nostro de terra predicta conventum decetero molestabit |10| neque trahet in causam, ita eis eam concessimus pacifice in perpetuum possidendam. Actum anno verbi incar-|11|-nati millesimo ducentesimo sexto.

  1. Auxerre, Yonne
  2. Pierre Ier, abbé de Fontenay, 1205-1207, cf. Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. 17, Paris, 1971, col. 904
  3. Fontenay, Côte d’Or, arr. Semur, cant. Montbard, comm. Marmagne
  4. Microtoponyme non identifié
  5. Vaux, ancienne commune de l’Yonne qui a fusionné avec Auxerre en 1972
  6. Augy, Yonne, arr. et cant. Auxerre
  7. Pierre-Perthuis, Yonne, arr. Avallon, cant. Vézelay

== Commentaire paléographique ==
Cet acte a été choisi parce qu’il présente peu de difficulté à la lecture et permet de s’initier aux caractéristiques les plus évidentes de l’écriture diplomatique : stylisation des lettres, allongement des hastes.
Les difficultés rencontrées par les étudiants n’ont en conséquence pas été très nombreuses, elles concernaient les lettres « a » avec partie supérieure allongée prises pour « d », les lettres « s ». Elles concernaient également la perluète de la cinquième ligne.
Pour les étudiants débutants, cet acte est aussi l’occasion d’introduire

  1. des réflexions sur l’écriture gothique, et en particulier
    1. l’emploi des « i » longs en fin de mots pour faciliter la lecture
    2. la notion de capitale à redoublement : « T » de totumque, « S » de salutem, « N » de noverit, « O » de Osberti
  2. les abréviations les plus fréquentes et, partant, les plus utiles, qui n’avaient pas été déjà vues dans la bulle pontificale. On notera le bel exemple d’abréviation -orum de solidorum à la ligne 7
  3. le formulaire des actes, notamment l’adresse universelle

Notes théologiques

London, British Library, MS Arundel 213 (5v-6r)
London, British Library, MS Arundel 213 (5v-6r)

The British Library Digital Catalogue of Illuminated Manuscripts
** The British Library**
(Reproduit avec l’autorisation de la British Library)
© British Library Board. London, British Library, MS Arundel 213.

== Transcription ==
Extraits et notes, VIIIe – IXe siècle, abbaye de Saint-Jacques de Wurtzbourg.

Londres, British Library, Ms. Arundel 213, fol. 5v- 6r

[5v] Dauuit propheta dixit. « Qui pecuniam suam non dedit ad usuram et munera super innocentem non accepit »(1) . Et in lege Moysi scriptum est : « Si in paupertate frater tuus venerit ad commutare(a) et sublevare debeas ne sit in paupertate. »(2) Et alibi Dominus per profetam dicit : « Usuram et superhabundantiam nolite recipere »(3). Superhabundantiam id est in melioratam rem, quia propter ea Dominus sacerdotes de templo ejecit ementes et vendentes(4). Ergo anona et vino unusquisque quam prestat, non recipiat amplius. Et Spiritus sanctus per Salomonem dixit : « M[a]ledictus(b) homo qui abscondit frumenta et benedictio super capta vendentium »(5) et prestantium. Et cui Deus dedit intellectum vel sapientiam(6) et hoc vendere voluerit(c), non debet, ut dicitur : « Eme sapitentiam et noli vendere eam »(7), quia qui ipsam vendere voluerit usura dicitur, quia Dominus in evangelio sic dixit : « Gratis accepistis gratis date »(8). Et qui usuras non accepit perfectionem adhuc intellegit, ut dicitur : « Frange esurienti panem tuum et egenos vagosque, qui(d) sunt sine tecto, induc in domum tuam et cum videris nudum operi eum et carnem tuam ne dispexeris(e) »(9) . Et Dominus per Esaiam profetam dixit : « Qui excutit manus suas ab omni(f) munere, iste in excelsis habitat »(10). Est munus(g) a manu et est munus ab ore et munus ab obsequio(11). Et alibi dixit : « Beatius(h) est dare magis(i) quam accipere »(11). Et Dominus dicit : « Qui petit a(j) te da ei et volenti mutuare(k) a te ne(l) advertaris »(13). Mutare hoc est in promutare. Et(m) in Deuternomio scriptum est : « Non fenerabis fratre tuo ad usuram pecuniam, nec fruges nec quamlibet aliam rem, fratri autem tuo(n) absque usura id quo(o) indiget accommodabis, ut benedicat tibi Dominus Deus tuus in omne tempore »(14). Et dicit : « Si emeris servum Hebreum sex annus(p) seruiat(q) tibi septennium(r) et demitte eum [6r] liberum »(15). Dum ipsa ueritas ait : « Non veni legem soluere sed et implere »(16). Quia lex per Moysen data est, gratia et veritas per Ihesum Christum facta est. Ergo in melius commutata est gratia per Filium in nouo testamento quam lex per seruum(s) in veteri(t) testamento.
VIII. De penitentia.
Dominus in evangelio dicit : « Paenitentiam agite. Appropinquavit enim regnum caelorum » (17). Et alibi dicit : « A diebus autem Johannis Baptistae usque nunc regnum caelorum vim patitur, et violenti(u) diripiunt illud »(18), id est dum peccator paenitens intrat. Sicut « aqua extinguit ignem ardentem »(19) sic paenitentia delebit crimina fontibus lacrimarum. Qui non penitet, modo nudus remanebit in umbra mortis. Qui vero timet Deum(v) per paenitentiam inluminatur(w). O paenitentia rutilentior(x) auro, splendidior sole, sine qua non est vivere nec Deo placere. Johannes(y) Baptista clamat « facite fructus dignos(z) paenitentiae »(20), quando ecce adest regnum Dei. Explicit

(a) vel accomodare dans l’entreligne. – (b) mediledictus corr. mledictus. – (c) voluerit peut-être exponctué par  – (d) qui ajouté dans l’entreligne. – (e) dispe [une lettre effacée par grattage] eris, avec ex ajouté dans l’entreligne. – (f) omne corr. omni. – (g) manus corr. munus. – (h) Beatus corr. beatius. – (i) magis ajouté dans l’entreligne. – (j) a suivi d’un espace gratté. – (k) mutare corr. mutuare. – (l) adtende corr. a te ne. – (m) de barré suivant Et. – (n) fratrem autem tuo corr. en f. a. tuum par addition de um dans l’entreligne puis l’ensemble est supprimé par soulignement et remplacé par fratri autem tuo dans l’entreligne. – (o) quod corr. par exponctuation quo. – (p) sic pour annos. – (q) serviet corr. serviat. – (r) septimum corr. fautivement septennium. – (s) seruo corr. seruum. – (t) vetus corr. veteri. – (u) volenti corr. violenti. – (v) deo corr. deum. – (w) inluminator corr. inluminatur. – (x) vel radiantior ajouté dans l’interligne. – (y) Johannis corr. Johannes. – (z) dignus corr. dignos.

  1. Ps 14, 5.
  2. Cf. Lev. 25, 39.
  3. Ez 18, 17.
  4. Cf. Jn 2, 15.
  5. Pr 11, 26.
  6. Cf. Ex. 36, 1.
  7. Pr 23, 23.
  8. Mt 10, 8.
  9. Is 58, 7.
  10. Is 33, 15 et 16.
  11. Gregorius Magnus, Moralia in Job, lib. XII, par. 54 (CCSL 143A), et Homiliae in Evangelia, lib. I, hom. 4 (CCSL 141).
  12. Ac 20, 35 ; cette phrase est attribuée au Christe dans les Actes : « ac meminisse verbi Domini Jesu quoniam ipse dixit (Ac 20, 35) », alors qu’aucun des évangiles ne contiennent cet enseignement.
  13. Mt 5, 42.
  14. Dt 23, 19-20.
  15. Ex. 21,2.
  16. Mt 5, 17.
  17. Mt 3, 2
  18. Mt 11, 12
  19. Eccli 3, 33
  20. Lc 3, 8

== Note sur la transcription ==
Dans cette transcription, nous avons choisi d’utiliser l’italique pour indiquer une rubrique et de ne pas indiquer les abréviations, au demeurant assez peu nombreuses (voir commentaire paléographique).
A des fins de bonne lecture et de meilleure compréhension, nous avons restitué les signes j et v. Vu l’ancienneté du texte manuscrit, un autre choix aurait parfaitement pu être envisagé pour mettre en valeur le système graphique du scribe, si celui-ci avait fait un usage remarquable de formes V ou I long.

== Commentaire paléographique ==
Le texte est écrit en une minuscule anglo-saxonne régulière, apparemment assez facile à lire. Des difficultés, voire de véritables chausse-trapes, sont pourtant disséminées tout au long du texte.
S / R. La lettre R est tracée comme un s long, mais revient systématiquement se poser sur la ligne, pour se fermer presque comme un n. C’est l’un des écueils de ce texte, en particulier à la fin, dans le mot sex si facilement lu ‘rex’, ou bien dans les abrévations dr avec tilde, prise par beaucoup pour ‘ds’ (Deus), ou encore fr rarement bien lu.
– ligature à partir du E. Un point d’achoppement est constitué par la faculté de la lettre E à se lier par la barre horizontale à la lettre qui suit. Au début de la ligne 7, dans deux mots consécutifs : et vendentes ; à la ligne 8, per. La ligature et intervient naturellement aussi en milieu de mot (profetam). La ligature EG est trompeuse, car elle complète la lettre G à laquelle notre oeil est habitué (cf. et egenos à la ligne 14).
– abréviation per de forme remarquable (P avec une petite crête).
– les corrections sont assez nombreuses, reflétant un état initial assez défectueux. Deux grands « classiques » de la correction médiévale se donnent déjà à voir : l’exponctuation (‘inluminator’ corrigé en ‘inluminatur’ au feuillet 6r) et l’insertion d’une leçon variante par le mot vel dans l’entreligne, celui-ci étant abrégé par la lettre l barrée.

Bulle pontificale

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 7 H 20 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
[1264], 18 février (1). – Orvieto (2) .

== Regeste ==
Le pape Urbain [IV] (3) accorde à l’abbé [Guillaume] (4) de Molesme (5), à sa demande, l’autorisation pour les monastères de moniales dépendant de son abbaye de recevoir exceptionnellement une moniale.

== Tradition ==
A. Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 7 H 20. – Original jadis scellé (5). Parchemin.
a. Jean Guiraud, Les registres d’Urbain IV (1261-1264) : recueil des bulles de ce pape (…), Paris, 1899-1958, t. IV, 1906 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 13), p. 69, n° 2980, d’après A.

== Edition ==
Urbanus episcopus, servus servorum Dei, dilecto filio .. abbati monasterii Molismensi, ordinis sancti Benedicti, Lingonensis diocesis, salutem et apostolicam |2| benedictionem. Ex parte tua fuit nobis humiliter supplicatum ut in quolibet monasterio monialium, monasterio Molismensi (a) pleno jure subjecto, |3| faciendi recipi jam(b) personam ydoneam in monacham et sororem, non obstante certo ipsorum monasteriorum monialium numero, juramento, |4| confirmatione sedis apostolice aut alia firmitate vallato, aut si priorissis et conventibus predictorum monasteriorum a sede apostolica indultum |5| existat quod ad receptionem alicujus minime teneantur, vel qualibet alia indulgentia sedis predicte, per quam effectus pre|6|sentium impediri valeat aut differri, tibi licentiam concedere dignaremur. Nos itaque, tuis supplicationibus inclinati, licen-|7|-tiam tibi, dummodo ad id priorissarum et conventuum eorumdem monasteriorum accedat assensus, auctoritate presentium |8| concedimus postulatam, prefato numero post receptionem ipsarum in suo nichilominus robore duraturo. Dat. |9| apud Urbem Veterem XII kal. Martii, pontificatus nostri anno tertio.

(a) Molesmensi a. — (b) jam sur grattage A, unam a.

(1) Date restituée d’après les itinéraires pontificaux.
(2) Orvieto, Italie, région Ombrie, prov. Terni.
(3) Urbain IV, pape (1261, 29 août – 1264, 2 octobre).
(4) Guillaume, abbé de Molesmes (1251-1270), cf. Gallia christiana (…), Paris, 1728, t. IV, col. 737-738.
(5) Molesme, Côte-d’Or, cant. et comm. Laignes.
(6) Trace d’un sceau pendant.

== Commentaire diplomatique ==
Cet acte est une lettre apostolique sur fil de chanvre ou littera apostolica cum filo canapis. Ce type d’acte a les caractéristiques suivantes :

  1. Suscription : au nom du pape, avec seulement son prénom, et la formule episcopus, servus servorum Dei. En l’absence de scellement. L’absence de décoration sur le nom du pape indique qu’il ne s’agit pas d’une lettre avec fils de soie, mais d’une lettre avec fils de chanvre. Le numéro d’ordre du pape n’est pas indiqué dans la suscription, il ne l’est que sur la bulle. Celle-ci étant perdue, l’identification du pape se fait grâce à l’itinéraire des papes : seul Urbain IV s’est trouvé à Orvieto le 18 février de sa troisième année de pontificat, s’étendant, pour Urbain IV, du 4 septembre 1263 au 3 septembre 1264.
  2. Adresse : au datif, qui commence ici par deux points, marquant la place du prénom absent, car l’acte s’adresse à l’abbé ès qualités
  3. Salut : de forme figée salutem et apostolicam benedictionem, constamment abrégé, du XIIIe s. au XVIe s. sous la forme salt. et aplicam ben., typique de la chancellerie pontificale
  4. Exposé : ici assez long, rappelant la demande formulée par le destinataire ; cette demande est ici allongée par les clause dérogative introduite à l’ablatif par non obstante.
  5. Dispositif : court, introduit par Nos itaque et caractérisé par le verbe concedimus. A ce dispositif s’ajoutent une clause conditionnelle de consentement et une clause de réserve, de sorte que le privilège donné par cet acte ne crée pas de précédent et que la dérogation ne se réitère pas.
  6. Date : l’abréviation est systématiquement ‘dat.’ de sorte que la restitution est incertaine (datum ou data). La chancellerie pontificale n’indique le millésime qu’à partir du pontification d’Eugène IV (1431-1447), sauf pour les privilèges solennels où le millésime était déjà présent avant. En revanche, le jour et l’année de pontificat sont de règle.
  7. L’acte n’était pas une lettre close (on voit des traces de pliures, mais il n’y a pas de trace d’attache et pas d’adresse au verso).

    Pour aller plus loin : voir Thomas Frenz, Papsturkunden des Mittelalters und der Neuzeit, 2e éd., Stuttgart 2000.
    et http://www.phil.uni-passau.de/histhw/cancellaria/

Un exercice : la minuscule caroline

Le premier cours n’est pas encore complétement rapporté ici, puisque nous sommes allés jusqu’à l’an mille. Ou plutôt jusqu’à la minuscule caroline. Le panorama était certes plutôt rapide, mais devait tout de même permettre de se faire une idée de la diversité des écritures avant l’unification (partielle) à l’époque carolingienne.
Ce sera l’objet d’un prochain billet (histoire de l’écriture, les écritures nationales).

Dans ce billet, voici le premier ‘test’ pour évaluer les compétences de lecture des étudiants.

D’abord, il faut noter l’emploi d’une élégante écriture onciale pour la rubrique de l’adresse qui vaut titre : « Beatissimo papae Damaso Hieronimus ». D’autres pages du même manuscrit montrent également l’emploi d’une capitale rustique (notamment le feuillet 7r).

Le texte lui-même, à l’encre brune, est écrit en une régulière minuscule caroline, légèrement inclinée vers la droite.
Ce choix, pour un premier texte à transcrire, est assez naturel. C’est une écriture facile à lire, claire, qui permet de s’initier aux petites difficultés constantes de la paléographie médiévale.
En particulier :
scriptio continua, c’est-à-dire absence de séparation des mots (ici, la séparation est rare, mais non complètement absente).
S longs
– ligatures (entre autres : ET dans de ceteris et retrahere ; RI dans exemplaria et scripturarum à la ligne 2 et variant à la ligne 4, ST à la première ligne dans ut post etc.)
e cédillé dans presumptio
– tilde pour les nasales (canescentem et mundum aux lignes 7 et 8 )
– signe tironien -us sous la forme d’un 9 dans ab omnibus.

D’un point de vue codicologique, on notera particulièrement la réglure à la pointe sèche, bien reconnaissable sur ce cliché.

Porrentruy, BCJ, ms. 34 (1r)
Porrentruy, Bibliothèque cantonale jurassienne, ms. 34 (1r)

** www.e-codices.ch **

Écritures médiévales et lecture numérique. Carnet du projet ORIFLAMMS (Ontology Research, Image Features, Letterform Analysis on Multilingual Medieval Scripts)