Saint-Germain d’Auxerre et Fontenay en 1337

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 66, pièce 20 (Réutilisation soumise à conditions)
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 66, pièce 20 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
1337, 1er décembre.

== Regeste ==

Étienne, abbé de Saint-Germain d’Auxerre, et Guy de Tonnerre, moine de ce monastère, notifient qu’ils renoncent en faveur du monastère cistercien de Notre-Dame de Fontenay à tous leurs droits sur une maison sise à Augy près d’Auxerre ; les moines de Fontenay s’obligent à verser une pension annuelle et viagère de 100 sous tournois à Guy de Tonnerre, payable à la Toussaint.

== Tradition ==

A. Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 15 H 66, pièce 20. — Original en parchemin ; 175 / 180 mm (repli ouvert 27 mm) x 285 / 295 mm ; justification 265 x 110 x mm ; réglure à la mine de plomb ( ?), verticale gauche et première ligne seulement ; repli de 27 mm à une 1 simple entaille centrale ; écriture cursive. Mentions dorsales : (XIV-XVe s.) « Abbas Sancti Germani Autisiodorensis quittat nobis totum jus quod pretendebat in domo nostra de Augiaco pro pensione C solidorum t. ad vitam unius sui monachi » ; « Augiacum » ; « XV » ; « 1337 » ; (XVIIe s.) « Auxerre. Reconnoissance de l’abbé St-Germain qu’il n’a plus aucun droit sur la maison du Petit Fontenay à Augy. 1337. Cotte RR » ; (1787) « N 11. / 1337 »

== Indiqué ==

INVENTAIRES : ADCO 15 H 1, fol. 21v (Auxerre. RR). — ADCO 15 H 2, fol. 19v (Auxerre. RR). — ADCO 15 H 3, p. 54 (IV. 03. 11).

== Edition ==

Noverint universi quod nos frater Stephanus, permissione divina humilis abbas monasterii Sancti Germani Autisiodorensis, pro nobis et monasterio |2| nostro, et frater Guido de Tannerra (1), noster commonachus, de voluntate, auctoritate et assensu nostris, ex certa scientia et diligenti deliberatione super |3| hec prehabita renunciamus omni juri et actioni quod et quam in quadam domo sita apud Augiacum prope Autisiodorum, quam tenebat dictus frater |4| Guido et que pertinet (a) ad monasterium Fonteneti, Citerciensis (b) ordinis, Eduensis dyocesis, et ejusdem domus pertinentiis, nobis et monasterio nostro quoquomodo |5| quacumqueve causa seu etiam ratione, competiit seu etiam competere et pertinere potuit, vel etiam nunc competit et competere potest ; |6| cedentes religiosis viris, abbati et conventui dicti monasterii Fontenenti quicquid juris, actionis, usufructus, possessionis et proprietatis |7| seu alterius juris cujuscumque in predictis domo et pertinentiis habuimus, habere potuimus, habere possumus et habemus premissa omnia et singula |8| in ipsos religiosos Fonteneti ad opus ipsorum suique monasterii totaliter transferendo dictamque domum cum ejusdem pertinentiis universis |9| ad dictum monasterium Fonteneti ex certa sciencia recognoscimus pleno jure penitus pertinere, salva et reservata dicto fratri Guidoni |10| pensione centum solidorum turonensium ipsi fratri Guidoni debita ad vitam suam dumtaxat, solvendorum per dictos religiosos Fonteneti annis |11| singulis in festo Omnium sanctorum. Que omnia et singula premissa nos abbas predictus pro nobis et monasterio nostro predicto et ego frater |12| Guido, de voluntate, auctoritate et assensu predicti domni abbatis promittimus bona fide tenere et inviolabiliter observare, nec contra venire nec |13| contra venienti consentire tacite vel expresse, nec (c) alicui contra venienti seu contra venire volenti prestare directe vel indirecte |14| auxilium, consilium vel juvamen. In quorum testimonium sigillum nostrum presentibus litteris duximus apponendum. Datum anno |15| Domini millesimo CCC° trecesimo septimo, die Lune in crastino festi beati Andree apostoli.

(a) pertinet ajouté dans l’interligne A. – (b) Sic pro Cisterciensis, écrit ‘c’, ‘i’, ‘t’ tilde -er, ‘cien’ tilde, A. – (c) un mot barré A.

  1. Tonnerre, Yonne, ch.-l. arr.
  2. Augy, Yonne, cant. Auxerre.
  3. Fontenay, Côte-d’Or, cant. Montbard, comm. Marmagne.

Octobre 1293


Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 7 H 702 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
1293, octobre

== Regeste ==
Pierre de Villeblovin dresse la liste des biens de mainmorte détenus par l’abbaye de Molesme suite à divers dons.

== Tradition (incomplète ?) ==
A. Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 7H 702. – Original jadis scellé. Parchemin. Hauteur 108/115 mm ; largeur 220 mm.

== Edition ==

A touz ceus qui ces lettres verront, Pierre de Villeblovein (1), escuier, establiz a enquerre sus les aquissicions feites des persones d’esglisse des reli-|2|-gious quels que ciles soient et des non nobles persones, en fiez, en riere fiez, en censsives, en rieres censsives et es aleuz nostreseigneur le |3| roy en la baillie de Sanz (2) salut. Sachent tuit que que nous, en fessant l’office des inquissicions, avons trouvé et seu que li pitanciers de Molesmes (3) |4| tient de l’aumosne la contesse Mehaut de Tonnerre (4) cent solz de rante par an assis sus la prevosté de Crussi (5) XXX. anz a, ou fié l’esvesque de Langres (6). |5| Item a Rici (7) de l’aumosne madame Marguerite, fame feu monseigneur Guillaume de Rici, deus setiers de froumant assis sus deus moulins a Rici, c’est a |6| savoir sus le moulin Craboce et sus le moulin de la Rue, mouvent en fié de Guiot de Rici, en riere fié dou conte de Tonnerre, environ XX. anz |7| a, ou pris de XX. solz tournois chascun setier. Item de Thomassin, fil madame Marguerite, sus ces deus moulins .I. setier de fromant aumosne mo-|8|-vant dou fié Guiot de Rici, escuier, en riere fie dou conte de Tonnerre .X. anz, a ou pris de susdit. Item a Leignes (8) de monseigneur Guillaume, chevalier, |9| .I. setier de fromant et .I. setier d’orge asmonne, sus le moulin que l’en apeile le moulin Maieuz, le fromant ou pris desus dit et l’orge ou pris |10| de XII. solz, mouvent dou fié au conte de Tonnerre, environ XX anz a. Item de monseigneur Hue, son frere, .I. setier de froumant sus ce molin |11| meismes, asmone mouvant dou conte de Tonnerre, ou pris de susdit, .X. anz a. Item a Auceurre (9) de Guillaume de Corbigni .IIII. livres de rante par an |12| sus tout l’eritage feu Martin Fouchier jadis bourgeois d’Auceurre, c’est a savoir sus messons, sus vignes et sus terres asmone .XXX. anz a. Et |13| de ce nous avons creu le dit pitancier par le report qu’i[l] nous a fet, et avons bien fet retenue d’enquerre des closes quant nous ferons ou païs |14| liquels afiné avons pour toutes ces choses a .XXXIII. livres .IIII. solz tournois, et nous en tenons pour poieiz et pour ce que ce soit ferme et estable |15| nous li avons donné ces leitres seeles dou seel duquel nous ussons audites enquestes en l’an de grace mil deus cenz quatrevingz et |16| treize, au mois de ockovre.

  1. Villeblovin, Yonne, cant. Pont-sur-Yonne.
  2. Sens, Yonne, ch.-l. arr.
  3. Molesmes, Côte-d’Or, cant. Laignes.
  4. Mahaut de Bourbon, arrière-petite fille de Mahaut de Courtenay et héritière du comté de Tonnerre en 1252, épouse de Eudes de Bourgogne, meurt en 1262.
  5. Cruzy-le-Châtel, Yonne, ch.-l. cant.
  6. Langres, Haute-Marne, ch.-l. dép.
  7. Riceys (les), Aube, cant. Bar-sur-Seine.
  8. Laignes, Côte d’Or, ch.-l. cant.
  9. Auxerre, ch.-l. Yonne.

Rithmi cujusdam Petri Damiani : De omnibus statibus

Zürich, Zentralbibliothek, Ms. C 101 (1r)
Zürich, Zentralbibliothek, Ms. C 101 (1r)

** www.e-codices.ch **

Petrus Damiani, Carmen rhythmicum

|1| Episcopi, attendite,
Dei verba facite (a).
Vobis precepit Dominus
Pro vestris moribus (b).

|2] Si bona, quae loquimini,
Operibus feceritis,
Exempla bona dabitis
Vestris commissis filiis.

|3| Presbiteri, dyaconi,
Qui fertis uasa Domini,
Estote semper nitidi
In conspectu altissimi.

|4| Qui vult esse canonicus,
Sit bonus et ydoneus,
Obediat episcopo
Ut seniori domino (c).

|5| Ad matutinum veniat,
Cum signum hore resonat;
Postposita pigritia
Festinet ad officia.

|6| Plebani recte audiant,
Quod sancti patres clamitant,
Ut acquisita predia
Relinquant in ecclesia.

|7| Magistri[!] (d) doctus litteris
Flagella debet (e) discipulis,
|8| Ut docti ab infantia
Doctrinam bene sapiant.

|9| Scriptores recta linea
Veraces scribant litteras,
|10| Distinctiones proprias
Usque ad finem compleant.

|11| Illitteratus clericus
Elationi deditus,
|12| Despiciens misteria,
Ut stulta jacet bestia.

|13| Discurrit per basilicam
Pro vanitate nimia;
|14| In loco si permanserit,
Cervice torta respicit.

|15| Verba Dei non nuntiat,
Privatim semper musitat
|16| Et recitat parabolas
Inanes atque vacuas.

|17| Abbates semper vigilent
Ab omni namque crimine;
|18| Non pro mundi astutia
Sancta relinquat (f) studia.

|19| Non potest esse monachus,
Qui vagus est et prodigus;
|20| Si vivit sine regula,
Peribit absque gracia (g).

|21| Deo deuote monache,
Serua (h) legem optime;
|22| Viventes casto corpore
Terrena cuncta spernite.

|23| Potestas est in populo
A summo data Domino;
|24| Et (i) cum fide servant (i),
Qui sacramenta fecerant.

|25| Pro nullo malo merito
Vel placitato pretio
|26| Aut aliqua amicitia
Necat (k) vera judicia.

|27| Judex sedens in placito
Non speret de Byzancio
|28| Sed Deum recte timeat
Et legem ejus (l) finiat.

|29| Testes, pro nullo munere
Falsa loqui presumite
|30| Sed vera verba (m) dicite
Presente vero principe.

|31| Veraces sint notarii (1)
Tenendo fidem animi
|32| Nec umquam pro denariis
Falsa scribant in cartulis.

|33| Castaldiones populi
Omnes (n) uicedomini
|34| Ne torqueant justitiam
Nec manducent servicia.

|35| Tenentes ministeria
Cum malis non conveniant ;
|36| Recta (o) fide serviant,
Ne merita bona perdant (p).

|37| Adnatatores [!] (q)(2) placita
Ne fundant (r) arte aliqua ;
|38| Relaxent cordis vicia
Ut (s) exquirant judicia.

Variantes avec le texte édité par M. Lokrantz en 1964 (Studia Latina Stockholmiensia 12), p. 137 – 158 (références bibliographiques complètes)

(a) discernite. – (b) mori ovibus. – (c) indito. – (d) Magister (leçon qui s’impose). – (e) det. – (f) relinquant (leçon qui s’impose). – (g) morte pessima. – (h) servate (leçon qui s’impose : le féminin pluriel a été pris pour un vocatif singulier). (i) Ei. – (j) serviant. (k) Vertant. – (l) cito. – (m) verba vera. – (n) Et omnes (leçon qui s’impose pour la régularité du vers). – (o) Recta cum (leçon qui s’impose pour la régularité du vers). – (p) bona perdant merita. – (q) Advocatores. – (r) fraudent. – (s) Et.
(1) notarii écrit un a suscrit au-dessus du o(abréviation nota non utilisée). – (2) Sic proAdnotatores ?.

Archiprêtre de Touillon

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 146, pièce 51  (Réutilisation soumise à conditions)
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 146, pièce 51 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==

1262, décembre

== Regeste ==

Renaud, archiprêtre de Touillon notifie la vente faite par Eudes dit Porciaus et son épouse Meligne de Flavigny aux religieux de Fontenay d’une vigne sise un lieu nommé En Gravains dans la région de Flavigny avec tous les dépendances.

== Tradition (incomplète) ==
A. Dijon. Archives départementales de la Côte d’Or, 15 H 146, pièce 5. — Original en parchemin ; 135 (dont repli ouvert 20 mm) x 200 mm ; justification 197 x 90 mm ; repli de 20 mm à 1 simple entaille centrale (17 mm) ; écriture cursive. Mentions dorsales : (XIIIe s.) « Carta Odonis dicti Porcaus de vinea de Gravayns. Flavi. » ; « XII.a. » ; (XVIe s.) « Les Celiers. » ; (XVIIe s.) « Flavigny. Aquest d’une vigne En Gravains, finage de Flavigny, l’an 1262. Cotte D. » ; (1787) « N° 2 / Xbre 1262 ».

== Indiqué ==

INVENTAIRES : ADCO 15 H 1, fol. 73r (Flavigny. D). — ADCO 15 H 2, fol. 61r (Flavigny. D). — ADCO 15 H 3, p. 325 (XIII. 1. 2).

== Transcription ==
Omnibus presentes litteras inspecturis, nos Renaudus, archipresbiter Tullionensis, notum facimus quod, propter |2| hoc specialiter constitutus in presencia nostra Odo dictus Porciaus et Meligna, uxor ejus, de Flavigniaco, re-|3|-cognoverunt se vendidisse, concessisse, tradidisse et quitavisse in perpetuum vris (a) religiosis .. abbati et |4| conventui Fomteneti (b) quandam suam vineam sitam in territorio de Flavigniaco ubi dicitur En Gravains |5| juxta vineam eorumdem religiosorum que fuit defuncti Mathei dicti Panerot pro septem libris |6| divionensium. De quibus dictus Odo et Meligna, uxor ejus, se tenuerunt coram nobis pro pagatis a |7| dictis religiosis in peccunia numerata. Promiserunt siquidem dictus Odo et Meligna, uxor ejus, |8| sub obligatione et ypotheca omnium bonorum suorum mobilium et immobilium habitorum et haben-|9|-dorum et per sacramentum suum coram nobis super hoc prestitum corporale, quod dictam vineam venditam |10| dictis religiosis contra omnes perpetuo garantizabunt et quod contra predictam venditionem |11| per se non venient nec per alios venire facient in futuris. In cujus rei testimonium ad peti-|12|-tionem dicti Odonis et Meligne, uxoris ejus, sigillum nostrum presentibus litteris duximus appo-|13|-nendum. Actum anno Domini millesimo ducentesimo sexagesimo secundo, mense decembris.

(a) sic pro viris A. – (a) sic A.

Hommes et femmes de corps à Troyes : un second acte

Archives départementales de l’Aube, G 2621Troyes, Archives départementales de l’Aube, G 2621

== Date ==
1258, 29 janvier [n. st.]

== Regeste ==
Le chapitre de Troyes et R., son doyen, notifie un échange de gens de corps fait avec l’église Notre-Dame de Villemaur.

== Tradition (incomplète) ==
A. Troyes, Archives départementales de l’Aube, G 2621. Original en parchemin, jadis scellé.

== Edition ==
Universis presentes litteras inspecturis .R. decanus capitulumque Trecenses salutem in Domino. Noverint |2| universi quod nos unanimi assensu omnium nostrum et de voluntate viri venerabilis domini Andree |3| de Orgenaio, concanonici nostri, dedimus et concessimus viris venerabilibus .. decano et capitulo |4| ecclesie beate Marie de Villa Mauri (1) Sibillam filiam Roberti de La Broce, feminam nostram de corpore in escambium pro Renaudo, filio Arnulphi, homine de corpore .. decani et capituli |5| predictorum, hoc salvo quod Feliseta, filia dicti Renaudi, cedit in partem ecclesie utriusque. In cujus |6| rei testimonium presentibus litteris sigillum nostrum duximus apponendum. Actum die martis post Conversionem sancti Pauli, anno Domini M° CC° quinquagesimo septimo.

  1. Villemaur : Aube, cant. Estissac

Un acte de l’évêque de Troyes en juillet 1257 : un échange de “femmes de corps”

Troyes, Archives départementales de l’Aube, G 2621Troyes, Archives départementales de l’Aube, G 2621

== Date ==

1257, juillet.

== Regeste ==

N[icolas] [de Brie], évêque de Troyes , notifie son consentement au sujet de l’échange des femmes du corps effectué entre lui et le doyen et le chapitre de cette église.

== Tradition (incomplète) ==

A. Troyes, Archives départementales de l’Aude, G 2621, n° 49. Original en parchemin, scellé sur double queue. Dimensions : hauteur 100 mm, dont le repli 20 mm ; largeur 208 mm.

= Edition ==

Omnibus presentes litteras inspecturis, N.,(1) divina miseratione Trecensis ecclesie minister humilis, salutem in Domino. Notum |2| facimus universis quod nos permutavimus et in escambium perpetuum concesimus dilectis nostris .. decano(2) et capitulo Trecensibus |3| Margaretam filiam defuncti Droconis dicti Giboin de Valant(3), sororem Bononis, feminam nostram de corpore ad Lethuydin, |4| filiam defuncti Laurentii dicti La Vielle, sororem Petri de Valant, feminam de corpore decani et capituli |5| predictorum, ita quod dicti .. decanus et capitulum gaudebunt decetero de predicta Margareta tamquam de propria femina ipsorum |6| de corpore et nos similiter de prefata Lethuide. In cujus rei testimonium presentibus litteris sigillum nostrum |7| duximus apponendum. Datum anno Domini M° CC° L° septimo, mense julio.

  1. Nicolas de Brie, évêque de Troyes, de 1233 au 24 avril 1269 (Gams)
  2. Raoul de Romilly, doyen de l’église de Troyes, avant 1242 – après 1258, 29 janvier (Gallia chriatiana, t. XII, col. 526). Romilly-sur-Seine, Aube, arr. Nogent-sur-Seine, ch.-l. cant.
  3. Vallant-Saint-Georges, Aube, cant. Méry-sur-Seine.

== Commentaire bref ==
Sur les hommes et femmes de corps, une référence s’impose : voir le catalogue BN-Opale Plus

Acte de 1347 : exemple d’acte de tabellion

Troyes, Archives départementales de l’Aube, G 911Troyes, Archives départementales de l’Aube, G 911

== Date ==
1347, 26 novembre. – [s.l.]

== Regeste ==
Jean, garde du sceau de la prévôté de Troyes, notifie que Guilllaume Chrétien et Jean Pourpoint, sergents du roi, ont attesté devant lui que l’acte [autrefois] joint a été scellé par Renaud de la Chapelle, notaire du Châtelet de Paris.

== Tradition (incomplète) ==
A. Troyes, Archives départementales de l’Aube, G 911. Original en parchemin. Dimensions : hauteur 75 mm, dont repli de 12 mm ; largeur 185 mm.

== Edition ==
A toux ceux qui ces presentes lettres verront, Jehans Fonde, garde du seel de la prevosté de Troies, salut. |2| Saichent tuit que par devant moy et Jehan de Villebon, tabellion en garde, jurez et establis a |3| ce faire a Troies de par nostreseigneur le roy, personnelment establi, Guillaume Crestien et Jehannins Pourpoint, |4| sergens du roy nostreseigneur, affermerent et tesmongnerent que les lettres annexces parmi le decret scellé en |5| queu saingle de cire rouge, parmi lesqueles ces presentes sont annexces, sont seellees dou seel Renaut |6| de la Chapelle, clerc, notaire dou Chastellet de Paris et commis de par nostreseigneur le roy de recevoir l’im-|7|-posicion des gens d’armes es bailliage de Troies et de Meaux duquel il use et a acoustumé user en son-|8|-dit office. En tesmoin de ce, j’ay seellé ces lettres du seel de ladicte prevosté avec noz seingnes. |9| Ce fut fait l’an de grace mil et CCC quarante sept, le XXVIe jour dou mois de novembre.

== Note sur le tabellionnage (extrait du Vocabulaire international de la diplomatique, p. 79) ==
Institué en 1280 dans le royaume de France et immédiatement généralisé dans la France du Nord et les régions voisines, le tabellionnage est un système dans lequel les actes, reçus par deux clercs jurés, sont, en principe mis en forme définitive par un tabellion et présentés par lui à la juridiction locale (d’abord le bailliage, puis la prévôté), dont le sceau était aposé par le garde du scel de celle-ci, au nom de qui l’acte était normalement intitulé. Le système évolua lentement vers un système de notariat public.

L’amour des lettres et l’amour des moines : une lettre d’Adam de Perseigne au moine Osmond de Mortemer

i

Paris, Bibl. nat. de France, ms latin 1998, fol. 174rb

Rubrique :
Item epistula IIa ejusdem ad eumdem de VII feriis et VII liquefactionibus.

Texte :
Dilecto suo in Christo fratri O., Mortui Maris monacho, frater A. servus servorum Dei qui apud Perseniam Christo serviunt, salutem et vere religionis perserverantiam.

Cum aliquid quod honestum sit ab amico petitur, et amicus est qui rogatur, non debet hujusmodi petitio repulsam pati, si tamen facultas non defuerit adimplendi. De petitionis honestate et amica familiaritate confidens, cum multa instantia petis ut incitari ad virtutis studium litteris aliquibus merearis. Si bene affectus es et ad ea que justa sunt voluntarius, proficientis studio amica commonitio non nocebit. Si forte ad ea que recta sunt mens tibi est tardior quam deberet, nichilominus exhortatio forte morbo remedium adhibebit. Modis omnibus auditori verbum salutis est utile, presertim cum et ille amat qui loquitur, et cui loquitur non ambigitur reamare. Et que in amicorum colloquiis debet esse nisi de amore materies (de illo, inquam, amore quem nulla notat suspicio, si dilectio vel caritas nominetur) ? Nomen quippe amoris ad diversa commune est. Sed ad ea sola que veritatis vim habeant et virtutis, vocabulum restringitur caritatis. Cum igitur Deus amor, sive caritas, sive dilectio, proprie et specialiter nominetur, que materies convenientior, quis sermo inter nos dulcior quam de amore hujusmodi haberetur ? Sane cum timor Domini sit initium sapientie, et amare Deum sit ipsum sapere, constat quod ab affectu divini timoris sumit initium sancti sapor amoris. Dum enim Dei timor a vitiis evacuat habitaculum mentis, exclusa amaritudine vitiorum, restituit cordi sapientie appetitum. Ex tunc incipit animus esurire et sitire justitiam, quam procul dubio tantopere nullatenus esuriret, nisi pregustatus jam sapor esuriem provocaret. « Qui edunt me, ait Sapientia, adhuc esurient, et qui bibunt me, adhuc sitient » (Sir. 24, 21). Quid est enim amor justitie nisi quedam delectatio sapientie, cum nil sit aliud esse justum quam divinis esse conditum saporibus et odoribus delibutum ? Annon sunt mores et opera justorum quedam odoramenta virtutum, que nimirum ex hoc contrahere cognoscuntur quod internis sapientie ferculis oblectantur ? Sapientia siquidem a sapore nomen trahit, quod sapere faciat que sunt sursum, quod morum sit delectabile condimentum. Quid igitur in vita felicius quam Deum timere et per sollicitum divini timoris officium amori divino mentis domicilium preparare ? Timoris certe sollicitudo omni custodia mentem servat, ut jocunda amoris festivitas sollempnes ferias ibi agat. Feriata mente opus est ut vacare et videre possis quanta sit suavitas Dei, et que sit pii amoris sollempnitas experiri. Septem igitur sunt solemnes ferie, in quibus Deo vacatur, et in quibus anima, ut Deo liberius vacet, ab omni servili opere feriatur.

Secretum secretorum


Schlatt, Eisenbibliothek, Ms 20 (fol. 1r)

** www.e-codices.ch **

|fol. 1ra| [Lettre historieé : scène de dédicace] Incipit prologus Guidonis de Valencia super librum de Secretis secretorum Aristotelis qui intitulatur de regimine principum ad regem Alexandrum Magnificum.
Domino suo excellentissimo et in cultu christiane religionis strenuissimo Guidoni Vero de Valencia, civitatis Tripolitanensis, glorioso pontifici, Philippus, suorum minimus clericorum, se ipsum et fidele devotionis obsequium. Quantum luna ceteris stellis est lucidior et solis radiis luciditate lune fulgentior, tantum ingenii vestri claritudo vestreque scientie profunditas citra mare modernas [sic pro modernos] in litteratura exuberat tam Barbaros quam Latinos. Nec etiam aliquis sane que huic sententie valeat refragari quia cum largitor gratiarum, a quo bona cuncta procedunt, singula suis dona distribuat, tibi soli videtur gratiarum et scientiarum dona extulisse. In te namque reperiuntur sanctorum gratie universe : Noe pudicitia, Habrae fidelitas, Ysaac confidentia, Jacob longanimitas Moysi tollerantia, Josue stabilitas, Helysei perfectio, David benignitas, Salomonis sensus, Job patientia, Danielis castitas, Ysaie facondia, perseverantia Jeremie, cum ceteris sanctorum virtutibus in tua plenissime habitant sanctitate. Ad hec tu in sanctiis liberalibus litteratissimus in ecclesiasticis et legalibus peritissimus, in divinis et moralibus doctissimus. Ideo signum [sic pro dignum] fuit ut haberet vestra clementia librum presentis operis in quo fere de omnibus scientiis aliquod utille continetur. Cum igitur vobiscum essem apud Anthiociam recepta hac pretiosisima philosophye margarita, placuit vestre dominationi ut transferentur de lingua Arabica in Latinam. Porro vestro mandato cupiens humiliter obedire et voluntati vestre sicut teneor deservire, hunc librum quo carebant Latini, eo quod apud paucissimos Arabes reperitur, transtuli cum magno labore et lucido sermone de Arabico ydiomate in latinum ad vestram gloriam et honorem, eliciens quandoque litterarum ex littera, quandoque sensum ex sensu, cum alius sit loquendi modus apud Arabes et alius apud Latinos. Quem librum peritissimus princeps phylosophorum Aristotiles composuit ad petitionem regis Alexandri, discipuli sui, qui postulavit ab eo quod aut ipsum inveniret aut secreta quarumdam artium sibi fideliter |fol. 1rb| revelaret : videlicet motum operationem et potestatem astrorum in astronomia, artem alchimie in natura et artem cognoscendi naturas et operandi incantationes in celimaciam [sic pro celimanciam] et geomancia.

Vidimus d’un acte de Philippe le Bel (1286) fait par l’official de Troyes (1299)


Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 7 H 64 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==

1286, 16 décembre. – Paris, et 1299, 2 septembre

== Regeste ==
Vidimus fait par l’official de l’église de Troyes d’un acte du roi Philippe [IV, le Bel] par lequel le roi et la reine Jeanne approuvent les transactions effectuées entre les moniales de la Chapelle d’Oze et les seigneurs champenois concernant des biens que ces derniers tiennent du roi.

== Tradition (incomplète) ==
A. Archives départementales de la Côte d’Or, 7H64. Original jadis scellé. Parchemin.

== Edition ==
Omnibus presentes litteras inspecturis, .. officialis Trecensis salutem in Domino. Noverint universi quod nos anno Domini M° CC° nonagesimo |2| nono, die Mercurii post Decollationem beati Johannis Baptiste, vidimus litteras infrascriptas, non abolitas, non cancellatas, nec in aliqua parte sua |3| viciatas et de verbo ad verbum legimus sub hac forma :

« Philipus, Dei gratia Francorum rex et Navarre, notum facimus universis tam |4| presentibus quam futuris quod cum religiose mulieres .. priorissa et conventus de capella Ose(1), ordinis sancti Benedicti, Lingonensis |5| dyocesis, finaverint cum Renerio Accurrii(2) panetario nostro finacionem hujusmodi pro nobis et karissima conjuge nostra Johanna, eadem gratia Francorum |6| et Navarre regina, recipiente super habendis et retinendis imperpetuum rebus inferius annotatis quas in feodum retrofeodum cen-|7|-sivis, allodiis seu dominiis nostris Campanie acquisivisse dicuntur : videlicet in finagio de Fulcheriis(3) duobus jornalibus |8| terre emptis a Henrico de Sancto Cereo(4), milite, quorum unum situm est, ut dicitur, juxta terram Aalipdis de Vaulayo(5) et aliud |9| juxta terram Johannis dicti Mazerinier ; item uno jornali empto a Johanne dicto Gratant sito juxta terram Henrici dicti Culerant ; |10| item duobus jornalibus emptis a predicto Henrico sitis prope terram dictarum monialium ; item uno jornali contiguo terre |11| prioris de Fulcheriis empto a Johanne Rubeo ; item in finagio de Lantagiis(6) tribus arpentis pratorum emptis a |12| Symone dicto Gros Os(a) milite, juxta prata domine de Marcellio(7) ; item duobus jornalibus terre sitis juxta terram dicti |13| militis et duobus jornalibus juxta terram Lamberti dicti Cheart emptis a Johanne de Charmaello(8) ; item arpento et |14| dimidio prati empto a Huiardo de Moris(8) sito juxta prata liberorum defuncti Petri de Chanthepierre(9) ; item septem |15| quarteriis prati emptis a Petri de Herendes sitis juxta prata liberorum Johannis dicti Gratont ; item dimidio jornali terre |16| ex dono Johannis majoris de Lantagiis contiguo terre Perrineti Clerici ; item in finagio de Villa Morun(10), duobus |17| jornalibus terre emptis a Bartholomeo Carpentario quorum quoddam situm est in loco dicto Montans juxta terram Vin-|18|-centii de Julliaco et aliud in loco dicto Charnet juxta terram Jaquini dicti Franceis — que omnia ad valorem quatuor |19| libras in anno redditu vel circiter fuer[i]nt(b) estimata –, nos vero hujusmodi finacionem ratam et gratam habentes pro nobis |20| et karissima conjuge nostra de cujus hereditate premissa movere noscuntur concedimus dictis religiosis quod ipse pro se et |21| monasterio suo predicta imperpetuum teneant, habeant et possideant pacifice et quiete et sine coactione vendendi vel |22| extra manum ponendi, retenta nobis garda et justitia in eisdem, et salvo in aliis jure nostro et jure quolibet alie-|23|-no. Quod ut ratum et stabilem perseveret, presentibus litteris sigillum nostrum(c) duximus apponendum. Nos |24| autem Johanna, Dei gratia Francorum et Navarre regina, premissa omnia prout superius sunt expressa, quantum in nobis |25| est, volumus, laudamus et etiam approbamus, et ad majorem omnium firmitatem, sigillum nostrum una |26| cum sigillo karissimi dicti nostri regis predicti presentibus jussimus apponi. Actum Parisius die Lune |27| ante festum beati Thome apostoli, anno Domini millesimo CC° octogesimo sexto. »

In cujus inspectionis testimonium |28| presenti transcripto sigillum curie Trecensis duximus apponendum. Datum anno et die Mercurii supradictis.

(a) Interprétation incertaine, car le deuxième mot est précédé d’un point A. – (b) un jambage manque A. – (c) suivi de presentibus exponctué A.

  1. La Chapelle-d’Oze, Aube, cant. de Chaource, hameau dans la comm. Lantages.
  2. Vraisemblablement identifiable au Renerus Acourre qui apparaît plusieurs fois dans les comptes de Philippe le Bel, cf. l’édition des Comptes royaux (1285-1314), éd. R. Fawtier et F. Maillard, Paris, Impr. nat., 1953-1956, 3 t. (Recueil des historiens de la France ; Documents financiers ; 3).
  3. Fouchères, Aube, arr. Troyes, cant. Bar-sur-Seine.
  4. Sancerre, Cher, arr. Bourges, ch.-l. cant. Personnage non identifié.
  5. Personne et toponyme non identifiés
  6. Lantages, Aube, arr. Troyes, cant. de Chaource.
  7. Peut-être : Marcilly-le-Hayer, Aube, arr. Nogent-sur-Seine, ch.-l. cant.
  8. Charmets, Aube, arr. Troyes, cant. Bouilly, comm. Isle-Aumont.
  9. Peut-être : Mores, abbaye, O.Cist, Aube, comm. Celles
  10. Chantpierre, Aube, cant. Bouilly, comm. Isle-Aumont.
  11. Villemoiron-en-Othe, Aube, arr. Troyes, cant. Aix-en-Othe
  12. Jully-sur-Sarce, Aube, arr. Troyes, cant. Bar-sur-Seine
  13. Charny-le-Bachot, Aube, cant. Méry-sur-Seine.

Acte latin d’Etienne, évêque d’Autun

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 15 H 77 (2)
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 77, pièce 1 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
[1171-1189]

== Régeste ==
Etienne [II], évêque d’Autun, notifie l’accord intervenu entre Osmond de Rougemont et l’abbaye Notre-Dame de Fontenay.

== Tradition ==
A1. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 15 H 77, pièce 1. — Original en parchemin ; 130 x 157 mm (repli 19 mm) ; justification 155 x 88 mm ; réglure effacée ; écriture livresque ; repli avec 1 simple entaille centrale. Mentions dorsales : (XIIIe s.) « De Osmudo de Rubeo Monte » ; (à la suite) « de terra Willelmi de Fraixino et alia p. » ; (de la même main) « Flace » ; (lavé) « XXXI » ; « XXXIIa » ; (XVIe s.) « Benoisey » ; (XVIIe s.) « Flacey. Titre par lequel on voit que Mrs de Fontenay ont droit de pesche et de pasturage a Corcelles et a Benoisey et que la terre de Guillaume du Fresne qui est a Benoisey est a eux. Cotté EE » ; (1787) « N° 2. / Sans date »
A2. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, pièce 2. — Original en parchemin ; 114 x 158 mm (repli 18 mm) ; justification 150 x 77 mm ; écriture livresque ; repli avec simple entaille centrale (usée) et trou d’attache. Mentions dorsales : (XIIIe s.) « Carta Osmundi e Rubeo Monte de pastura et piscatura Curcellarum et Bonesii » ; (XIIIe s.) « Flace XXXIIa » ; (XVIIe s. ?) « Courcelles ».
B. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 15 H 9 (cart. 201), Cartulaire 1, fol. 48r (Flaciacum, 32) ; table mutilée
C. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 15 H 9 (cart. 201), Cartulaire 2, fol. 109v (Flaciacum, 32) ; table mutilée ; non collationné
D. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 15 H 11* (cart. 202), fol. 210r (Flacey. EE) : « Non restat sigillum » ; non collationné.

== Indiqué ==
INVENTAIRES : ADCO 15 H 1, fol. 72v (Flacey. EE). — ADCO 15 H 2, fol. 60r (Flacey. EE). — ADCO 15 H 4, p. 31 (V. 3. 2) : « … deux titres… joints ensemble… et cellé de deux sceaux qui y étoient autrefois, ne restant plus à un de ces titres qu’une queue de peau blanche pendant ».

== Edition ==
N.B. La photographie représente A2. Texte édité d’après A1.

Ego Stephanus, Dei gratia Eduensis episcopus, notum esse volo quod in pace facienda inter |2| fratres Fonteneti et Osmundum Rubei Montis, finitis aliis querelis de piscatura et pastura |3| Curcellarum et Boneseii(a) et de terra Willelmi(b) de Fraxino que est apud Boneseium |4| ita inter se remanserunt quod fratres Fonteneti de piscatura et pasturis(c) tenent se |5| pro investitis, tum propter usuaria communia inter duo territoria Flaciaci videlicet |6| et Curcellarum, tum propter helemosinas(d) que sibi inde facte sunt. Osmundus vero |7| non concedit. Proinde si de his supradictis vel Fontenetenses Osmundo aliquam injuriam |8| facerent vel Osmundus Fontenetensibus, qui conquereretur(e) inde justiciam que-|9|-reret et qui injuriam faceret, justiciam exhiberet. Quod si facere nollet injuriam |10| sustinens ubicumque vellet justiciam quereret sive a potestate ecclesiastica sive a se-|11|-culari principe. Hec se tenere et bona fide servare ecclesie Fonteneti juravit Osmun-|12|-dus ipse(f) et filii ejus similit[er](g) Hu[m]baudus et Rainardus .

(a) Bonesei B. – (b) Villelmi A2. – (c) pastura B. – (d) elemosinas B. – (e) quicumqueretur sic B. – (f) Omis B. – (g) similit sic A1, similiter A2B. – (h) Humbaudus A2B. – (i) Renardus B.

Acte latin du duc de Bourgogne, daté de 1191

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 15 H 110 (1)
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 110 (1) (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
1191 (?)

== Commentaire préliminaire ==
Cet acte pose plusieurs problèmes, dans sa tradition et dans sa date. Comme il a été donné comme exercice supplémentaire, il ne sera pas accompagné de commentaire paléographique ou diplomatique approfondi, ni des identifications.

* Sur la date : Eudes [III] ne devient duc qu’à la mort de son père Hugues III, le 25 août 1192.
* Sur la tradition : il existe un acte identique dans son texte, à l’exception de la titulature, où l’auteur de l’acte est dit “Odo, filius ducis Burgundie”.

Deux hypothèses sont recevables : soit l’acte correct avec la formule “Odo filius ducis” est postérieur à celui qui est présenté ici, et en est la version corrigée ; soit le présent acte est un nouvel original, établi postérieurement à l’accession d’Eudes à la dignité ducale, mais conservant la date de l’action juridique.

== Tradition ==
A. ADCO 15 H 110, pièce 1. — Original en parchemin ; 195 x 225 mm (repli 20 mm) ; justification 205 x 150 mm ; réglure à la mine de plomb (5, 5, 202, 6, 5 x 20 [1 l.], 140 [10 ur], 16, 20) ; repli à une double entaille centrale ; écriture diplomatique. Mentions dorsales (XIIe s.) « Carta de domo Divione » ; (barré) « Puteoli » ; (XIIIe s.) « Donum Othonis de Salio de Divione » ; « Divionis. Prima. » ; « Ia » ; « Carta de domo Divionis, donum Hotonis de Salio » ; (XVIIe s.) « Dijon. Concession de Otho de Saux de sa maison et appartenance d’icelle prez les murailles de la ville et la ratification du duc Eude et de son fils l’an 1191. Deux » ; (1787) « N° 2 / 1191 »

== Indiqué ==
INVENTAIRES : ADCO 15 H 1, fol. 124[*]r (Dijon, 2). — ADCO 15 H 3, p. 187 (XIX. 3. 2) : « [avec les confirmations] scellés de plusieurs sceaux de cire verte à doubles queues de parchemin pendant ».

== Edition ==
Ego Odo, dux Burgundie, presentibus et futuris notum facio quod dominus Otho de Salio dedit in |2| elemosinam et in perpetuum concessit Deo et monachis Fonteneti domum suam de Divion-|3|-ne que de casamento meo est et redditus ad ipsam domum pertinentes et terram vacuam |4| que de domo est et est juxta domum infra muros Divionis. Hanc elemosinam lauda-|5|-verunt Guido, filius domini Othonis, et Willermus, similiter filius ejus, ad cujus partem divisam |6| hoc pertinebat. Laudaverunt etiam hoc domina Willerma, uxor domini Othonis, et Elisabez |7| uxor domini Guidonis. Hanc etiam donationem ego ipse laudavi et sigilli mei inpres-|8|-sione confirmavi. Hujus rei testes sunt Josbertus abbas Fonteneti, Philipus, Bernardus, |9]| Humbertus monachi, Odo archipresbiter Tullionis, dominus Hyulo de Salyo et Girardus |10| filius ejus, Haymo de Orgeolo, milites, Boinus prepositus Castellionis. Actum est |11| hoc anno ab incarnatione Domini millesimo centesimo nonagesimo primo.

La vigne et le vin en Bourgogne du XIIIe siècle

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 66, pièce 19 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
1270, 7 décembre

== Regeste ==
L’official d’Auxerre notifie que Gillet, fils de Gillet Bonesope, et son épouse Agnès de Quenne ainsi que leur fils Jean, tiennent une pièce de vigne des abbé et communauté de Fontenay contre une rente annuelle de 10 sous tournois. En gage du paiement et de la bonne tenue de la pièce de vigne, ils engagent une autre pièce de vigne.

== Tradition ==
A. Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 15 H 66, pièce 19. – Original, jadis scellé, en parchemin. Hauteur 170/185 mm (repli 18 mm) ; largeur 255/265 mm.

== Edition ==
.. Omnibus presentes litteras inspecturis, officialis Autissiodorensis salutem in Domino. Noveritis quod in nostra presentia constituti, Guilletus, filius Guilleti |2| Bonesope, et Agnes, ejus uxor, de Cona(1), recognoverunt se recepisse a religiosis viris abbate(2) et conventu Fonteneti(3), Cisterciensis ordinis, quam-|3|-dam peciam vinee site in territorio quod dicitur Basdoisiau, juxta vineam abbatis et conventus Sancti Petri Autissiodorensis(4) ex una parte et juxta vineam Stephani |4| dicti Heremite ex altera, ab eisdem Guilleto et Agnete ejus uxore et Johanne eorum filio quamdiu vixerint succesive tenendam et possidendam, |5| sub annua pensione decem solidorum turonensium anno quolibet ad festum beati Andree apostoli eisdem religiosis vel eorum mandato solvendorum. Tenentur (a) |6| autem dicti Guillotus, (b) Agnes ejus uxor et Johannes eorum filius dictam vineam excolere anno quolibet omni cultura debita et tempore competenti, |7| videlicet de biennio in biennium circonfodere et, in anno in quo non fuerit circonfossa, rebinare et anni quolibet tailliare, pai-|8|-xillare, fodere et binare, et dictam pensionem solvere ad terminum prenotatum. Et pro dictis conventionibus sic tenendis et firmiter |9| observandis, ipsi Guillotus et Agnes ejus uxor obligaverunt et in responsionem tradiderunt eisdem religiosis quandam peciam vinee |10| site in territorio quod dicitur Au chemim de Chitriaco(5), juxta vineam Bernardi Michaelis ex una parte et juxta vineam Nargeti Motet |11| ex altera, ita quod si defecerint in solutione dicte pensionis vel in cultura dicte vinee, prout dictum est, facienda quod dicti religiosi vel |12| eorum mandatum dictam vineam receptam cum dicta vinea obligata saisire poterunt, et tenere quousque de dicta pensione et de cultura |13| dicte vinee eisdem religiosis fuerit plenarie satisfactum. Dictis vero Guilloto, Agnete ejus uxore et Johanne eorum filio de medio sublatis |14| dicta vinea ad monasterium Fonteneti libere revertetur, hoc salvo heredibus illius ipsorum qui supervixerit quod si dicta vinea fuerit imbladi-|15|-ata tempore decessus illius ipsorum qui supervixerit, quod dicti heredes fructus dicte vinee illius anni percipient et habebunt salva eisdem |16| religiosis pensione supradicta. Has autem conventiones fiduciaverunt dicti Guillotus et(c) Agnes ejus uxor se tenere, complere et firmiter |17| observare et contra non venire, et quantum ad hoc supposuerunt se jurisdictioni curie Autissiodorensis ubicumque maneant ut existant. |18| Datum die dominica post hyemale festum beati Nicholai, anno Domini M° CC° LXX°.

(a) Tilde ur très effacé A . (b) et effacé par grattage A. (c) et ajouté postérieurement A.

  1. Quenne, Yonne, cant. Auxerre.
  2. Raoul II, abbé de Fontenay, 1269-1274, cf. Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. 17, Paris, 1971, col. 904.
  3. Fontenay, Côte d’Or, arr. Semur, cant. Montbard, comm. Marmagne.
  4. Saint-Pierre-en-Vallée, chapitre régulier en 1107, puis abbaye des chanoines réguliers à partir de 1167, Yonne, cant. Auxerre, cf. Dictionnaire d’Histoire et de géographie ecclésiastiques, t. 5, Paris, 1931, col. 948-949.
  5. Chitry, Yonne, cant. Chablis.

== Commentaire historique et linguistique ==
Cet acte, sans être unique en son genre, représente un témoin intéressant de l’économie agricole à la fin du XIIIe siècle et de pratiques culturales de l’époque. Il montre, par la précision et le vocabulaire de ses clauses, l’importance et le prix de la vigne.
– Gilles, sa femme Agnès et leur fils, louent une terre qui appartient à une communauté monastique (en l’occurrence celle de l’abbaye cistercienne Notre-Dame de Fontenay) pour un loyer annuel de 10 s. t., à régler à la St-André. Pourquoi la St-André, alors qu’au Moyen Âge, il n’est pas rare que les tenanciers paient leur redevance à terme fixe, et souvent en plusieurs fois (les termes les plus ordinaires sont la Saint-Michel, Noël, Pâques et la Saint-Jean). La St-André est le 30 novembre, c’est-à-dire la première fête d’importance qui tombe après les vendanges de septembre-octobre et surtout, après le début de l’année viticole, que l’on place à la St-Martin d’hiver, le 11 novembre. A cette date, le vin est déjà fait : les vins médiévaux sont généralement clairets, d’une fermentation alcoolique brève. La vente en gros est peut-être même déjà réalisée (il n’est pas évident que les tenanciers aient leur propre pressoir), de sorte que c’est la bonne période pour exiger le paiement annuel. L’acte lui-même est passé en décembre, ce qui indique que le paiement se fait à terme échu, et après retour sur investissement, et non d’avance.
– L’importance de l’entretien de la vigne se lit dans le détail de la charte et par la clause d’engagement. Cela correspond à la réalité de la culture de la vigne : des ceps abandonnés ou mal entretenus perdent le pouvoir de produire des grappes suffisantes. La vigne est une telle richesse que le gage fourni est aussi important que le bien, puisqu’il s’agit d’une autre pièce de vigne et que les deux seront saisis en cas de défaut de paiement. L’attention portée à l’entretien se manifeste dans les clauses purement agricoles : la culture est prévue dans un cycle bisannuel. Tous les deux ans : bêcher complètement et intensivement (circonfodere) ; et, en alternance, tous les deux ans : rebiner, c’est-à-dire labourer la terre non pas une deuxième fois, car c’était l’usage normal, mais une troisième (rebinare est synonyme de tertiare); tous les ans : tailler la vigne (tailliare), échalasser (paixillare, ou encore paxillare ou paissellare), bêcher ou labourer (fodere) et biner, c’est-à-dire, comme l’indique l’étymologie, labourer une seconde fois (binare).
– Enfin, la clause sur le décès montre que l’investissement est une charge importante. En effet, il est prévu que les trois tenanciers conservent la terre et qu’à la mort du dernier, la terre revienne en la possession de l’abbaye. Néanmoins l’héritier du dernier qui mourra conservera le fruit de la vigne, à charge de payer les 10 sous tournois.

== Commentaire diplomatique ==
Clauses ‘obligaverunt’ ; ‘in responsionem tradere’ ; ‘contra hoc non venire’ ; ‘supposuerunt se jurisdictioni … ubicumque maneant aut existant’. Pour avoir mes commentaires sur ces parties du texte, il fallait être présent !

Une copie figurée du XVe siècle

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 15 H 190 (2)Acte original.
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 190, pîèce 2 (Réutilisation soumise à conditions)

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 15 H 190 (1)Copie figurée du XVe siècle
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 190, pîèce 1 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
[1163 – avant le 19 janvier 1169]
L’épiscopat de Gauthier à Langres de 1163 à 1180. Le terminus ante quem est ici donné par une confirmation de ce don par la bulle d’Alexandre III donnée à Bénévent le 19 janvier 1169 et aujourd’hui conservée à l’abbaye de Fontenay.

== Régeste ==
Gauthier, évêque de Langres, notifie le don par Roger de Corraboeuf à l’abbaye de Fontenay de ses possessions à Laignes, dont un moulin.

== Tradition ==
A. ADCO 15 H 190, pièce 2. — Original en parchemin ; 95 x 240 mm ; justification 220 x 80 mm ; réglure à la mine de plomb (rectrices seules) ; repli de 9 mm, à une entaille simple, recouvrant la dernière ligne de texte ; écriture livresque. Mentions dorsales : (XIIe-XIIIe s.) « Carta [effacé : G. Ling. episcopi] de dono Rogerii de Curte Rabodi » ; « De molendino Rogerii de Corabo de Lania » ; « ad Fontanas pertinens » ; « .xxij.a » ; « Carta G. Ling. ep. de dono Rogerii de Curte Rabodi » ; (XVIIe s.) « Laignes » ; « Laignes. Don faict a Messieurs de Fontenay par Roger de Curte Rabodi de son moulin des preys et terres en dependans et tout ce qu’il avoit au territoire de Laignes. Cotte ZZ » ; « Il y a deux titres pareils » ; (1787) « N° 2 / Sans date ».
B. ADCO 15 H 190, pièce 1. — Copie en parchemin, établie par Jehan Poingquarrey, le 8 mars 1488 [n. st.]. Mentions dorsales : (XVIIe s.) « Leignes. Don du moulin de Leignes par Roger de Courcelles, l’an 1487. Cotte L » ; (1787) « N° 4 / Sans date et pour copie collationnée 8 mars 1487 »

== Mentions ==
INVENTAIRES : (A) ADCO 15 H 1, fol. 112r (Laigne. ZZ). — ADCO 15 H 2, fol. 84r (Laigne. ZZ). — ADCO 15 H 3, p. 571 (XXIX. 03. 02) : « … N° 2 sans date… par lequel il couste que Roger de Courcelles [sic] a fait donnation auxdits vénérables de Fontenet de son moulin, terres et prés en dépendants, et tout ce qu’il avoit aud. territoire de Laigne, etc. et scellé d’un sceau qui y étoit autrefois ».
INVENTAIRES : (B) ADCO 15 H 1, fol. 108r (Laigne. L). — ADCO 15 H 2, fol. 82v (Laigne. L). — ADCO 15 H 3, p. 571 (XXIX. 03. 04) : « … N° 4 sans date est la même que les Nos 1 & 2 ci-devant ; laquelle piéce a été collationnée par Pontcarrey, notaire […] ».

== Edition ==
EGO Gualterus, Dei gratia Lingonensis episcopus, carte istius attestatione presentibus et futuris notifico quod |2| Rogerius de Curte Rabodi pro anima sua et pro animabus antecessorum suorum dedit ecclesie Fonteneti quic-|3|-quid habebat apud Lanias : molendinum videlicet suum, terras(a) et prata et quicquid habebat in ter-|4|-ritorio ejusdem villę. Hujus rei testes sunt Walterius archipresbiter Eduensis, Jordanus archipresbiter |5| Tullionis, Warnerius presbiter Fanii. Hanc itaque(b) elemosinam ut firma permaneat, sigilli nostri impres-|6|-sione confirmamus. Et quicumque contra hanc venire voluerint, auctoritate nostra excommunicamus. |7| Hinc(c) quoque testes sunt Hugo de Plaaneto, Huldeerius(d) de Columberio, Rainaldus major Tullionis, Gaufridus |8| de Darceio et Robertus frater decani Montis Barri.

(a) tarras sic B. – (b) Inséré par correction B. – (c) H en ekdosis A. – (d) Hulderius B.

== Commentaire diplomatique et paléographique ==
= Copie figurée =
Notre attention se porte ici sur la copie du XVe siècle, car c’est un exemple qui peut passer inaperçu d’un type particulier de copie dont l’intérêt est particulièrement évident dans les cas où l’original est perdu. Ici, au contraire, c’est l’original qui nous montre l’intérêt de la copie, car, sans cet original, nous n’aurions pas pu qualifier la copie de “figurée”.
Qu’est-ce qu’une copie figurée ? Une copie figurée est une copie entièrement conforme à l’original, non seulement pour la substance et teneur de l’acte, mais aussi pour la forme et les caractères externes. Une copie figurée d’une bulle pontificale, par exemple, reprendra la rota et les souscriptions en colonnes.
Ici, l’imitation est forcément réduite, car l’original montre peu de traits graphiques extraordinaires. Pourtant, le copiste choisit une écriture gothique épaisse (textualis formata ou textura) pour rendre le texte de l’original. La mention de collation, d’une écriture cursive, accentue le contraste. La copie respecte néanmoins l’original (autant que le Moyen Âge respecte les originaux en général, c’est-à-dire non sans réinterprétation), et en particulier dans l’emploi des majuscules et leur forme (remarquer les deux formes concurrentes de H).
= Commentaire paléographique =
La note de collation est d’une main rapide, qui permet de s’initier aux formes cursives de la fin du Moyen Âge, en particulier le p barré bas tracé d’un seul trait formant une boucle au bas de la hampe et les deux formes de r, notamment lorque cette lettre est géminée et en fin de mot (jour), mais sans systématisme (noter la différence entre les deux quatre). Dans la partie en textualis, la lettre r prend presque systématiquement la forme de z, mais la forme ronde du r apparaît dans le verbe venire.
= Mention de collation =
|1| Donné par coppie collacionnee faicte au [sic] l’original par moy Jehan Poingquarrey |2| clerc, notaire publique juré de la court de la chancellerie du duchié de Boulgogne, |3| le huitieme jour du mois de mars l’an mil quatre cens quatre vings et sept. |4| [Signé :] Poingquarrey
= Mention de correction =
Dans la copie de 1488, il faut noter, à la fin de l’acte copié, la mention : “Itaque. Actum ut supra” introduite par un signe d’insertion. Celui-ci se retrouve juste après le mot “Hanc” ; c’est donc là qu’il faut insérer le mot “itaque“. Les mots “Actum ut supra” sont du formulaire pour signifier que ce mot est écrit et donné dans l’acte original. Ce qui est intéressant ici, c’est que le formulaire vit de sa propre vie, indépendamment du fait qu’il n’y a ni date de lieu ni date de temps dans l’acte copié. C’est ainsi que les mots “Actum ut supra” ne renvoient plus à la date exprimée dans l’original, mais retrouvent leur sens propre. Le formulaire, figé et dévitalisé, y trouve comme un surcroît de sens.

Écritures médiévales et outils numériques. Carnet du projet ECMEN (Ecriture médiévale et outils numériques), successeur du projet ORIFLAMMS (Ontology Research, Image Features, Letterform Analysis on Multilingual Medieval Scripts) et