Paléographie numérique : nouveaux outils, nouvelles questions ?

Après une séance de séminaire à l’EHESS à l’ENS de Lyon (annonce sur le site du CIHAM) et sur le site de l’EHESS), c’est à l’Institut für Österreichische Geschichtsforchung de Vienne que Dominique Stutzmann va présenter les nouvelles questions ouvertes par les technologies numériques d’analyse d’image.

La paléographie numérique apparaît depuis une dizaine d’années comme un domaine en soi des Digital Humanities. Carrefour unique entre les sciences de l’ingénieur et les sciences humaines et sociales, la paléographie pose, même en ses missions et problématiques les plus traditionnelles — lire les textes, identifier et différencier les mains, dater les manuscrits, classifier les types d’écriture –, des obstacles ambitieux pour la recherche en vision par ordinateur (Computer Vision). Comment un ordinateur apprendra-t-il à lire une écriture, ou à la nommer « régulière », quand les paléographes peinent à le faire ou à trouver des fondements communs à leurs savoirs ? Le dialogue interdisciplinaire crée de nouveaux outils (systèmes de transcription assistée par ordinateur, analyse et caractérisation d’image, etc.) qui mènent également les historiens de l’écriture à formuler de nouvelles questions (cohérence des systèmes graphiques, normes de l’écriture en société, graphonomie historique).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *