Les manuscrits datés et la paléographie à Cesena

A la merveilleuse Bibliothèque Malatestiana de Césène (Cesena, Italie) s’est tenu un très stimulant colloque à l’occasion des 20 ans des Manuscrits datés italiens : Catalogazione, storia della scrittura, storia del libro. I “Manoscritti datati d’Italia” vent’anni dopo [programme en ligne]

A cette occasion, deux membres d’Oriflamms y ont été invités pour exposer des  recherches en cours et, de façon générale, cette rencontre a fait la part belle aux questions de paléographie quantitative, tant statistique que numérique. Albert Derolez (Comité Internationale de Paléographie Latine, Gand), dans une communication intitulée “I manoscritti datati e loro importanza per gli studi paleografici e codicologici” a, au cours d’un commentaire d’ouvrages critiques, justifié l’emploi des manuscrits datés pour étudier l’histoire du livre et de l’écriture. Aucune raison valable ne permet de rejeter cet emploi : la mobilité des acteurs de l’écrit existe et les manuscrits sont des « pièces uniques », certes, mais le métier de chercheur implique évidemment la prudence et l’évaluation des informations, et, bien sûr, la confrontation des sources. Il serait absurde de résumer l’histoire de l’écriture aux manuscrits datés, mais il l’est encore plus de nier leur valeur comme source historique.

Martina Pantarotto (Università E-Campus, Novedrate) a étudié les manuscrits composites et montré comment ils ont été constitués comme tels souvent anciennement, ce qu’attestent des tables, paginations ou reliures médiévales. Elle souligne que cette modalité du livre est largement présente dans la production livresque du XVe siècle (« modo normale di essere dei manoscritti quattrocenteschi »), sans dominante de typologie textuelle, mais privilégiant tout de même des assemblages cohérents intellectuellement (70 % des cas) ou par la production (9 % sont des unités codicologiques écrites par le même scribe). Marilena Maniaci, dans son commentaire, insiste sur la nécessaire recherche sur le « projet » du manuscrit composite (notion de cohérence intellectuelle) et sur l’absolue nécessité de confronter les chiffres fournis (typologies textuelles, origine, commanditaires, codicologie, etc.)  avec les « manuscrits unitaires », sans quoi toute conclusion serait hâtive.

En hommage à la pratique française du catalogage des manuscrits datés, il faut ici applaudir à la communication de Gabriella Pomaro (SISMEL, Firenze), qui, sous le titre « L’idiografo tra datato e databile » explore de façon convaincante les critères recevables pour considérer comme datés ou datables des manuscrits produits dans l’entourage de l’auteur, notamment dans le cas des commentaires et textes juridiques produit en contexte universitaire.

Stefano Zamponi (Università di Firenze), lors de la discussion, fait l’éloge de l’honnêteté intellectuelle d’Albert Derolez et de la rigueur et la clarté de sa classification, même s’il pense que cette dernière s’applique mieux au Nord de l’Europe. Ensuite, dans une communication intitulée « Littera textualis e lettera bastarda nei manoscritti datati”, il dresse un panorama des écritures attestées dans les 23 premiers volumes des Manoscritti datati, en fondant ses observations sur la division classique, au moins depuis les travaux d’I. Lieftinck et E. Casamassima, entre « textualis » et « bastarda », définie comme écriture de tradition cursive (comprenant les écritures d’origine diplomatique, di origine cancelleresca). Pour cette enquête, les écritures de scribes étrangers utilisant un système italien ont été retenues, mais pas celles relevant de traditions graphiques exogènes. Vu l’état du catalogage, l’enquête porte surtout sur l’Italie du Nord et centrale. Pour la première partie du XIVe siècle, parmi les 41 manuscrits retenus, la rotunda domine, accompagnée par 36 % en bastarda/cancelleresca et 2 % en mercantesca. La rotunda formata utilisée surtout pour les livres liturgiques de chœur est, au passage, décrite comme non seulement canonisée, mais « sclérosée ». Une écriture textuelle « simplifiée » est définie, notamment par la présence d’allographes qu’on ne trouve pas dans le canon de la rotunda. Dans la seconde moitié du siècle, après la Peste, le corpus comprend 109 mss. La textualis descend à 40 %, et est employée surtout pour la liturgie. La Bastarda progresse, ainsi que la présence importante de la mercantesca à Florence (17 %). Pour la première partie du XVe siècle, 454 manuscrits sont analysés, où l’on voit la multiplication des formes « simplifiées » et « destructurées » et des écritures fusionnant textuelle et humanistique. En mettant en lumière les différents niveaux d’exécution et en corrélant formalité et allographie, S. Zamponi prenait implicitement position sur les modalités de classification, tout en soulignant les phénomènes d’influence et d’hybridation qui n’amènent pas, selon lui, à créer de nouvelles familles d’écriture.

Ces communications entraient donc en discussion intense avec les interventions d’I. Ceccherini et D. Stutzmann. La première, par ailleurs ingénieure de recherche contractuelle à l’IRHT dans le cadre du projet ANR Oriflamms, a présenté ses recherches personnelles, sur la mercantesca  et exposé comment les catalogues de manuscrits datés permettent une approche de l’écriture dite « Mercantesca », non seulement chiffrée, mais aussi comparative. Ils en montrent les différentes sortes, de toutes qualités d’exécution. Ils permettent ainsi de réviser non seulement les dénominations géographiques des traités des calligraphes qui spécialisent des formes qui sont toutes attestées dans la mercantesca florentine, mais aussi la spécialisation sociale puisque les artisans écrivent aussi dans autres écritures qui n’ont pas les traits de la mercantesca, ou que d’autres acteurs de l’écriture, tout sauf marchands, intègrent des traits de mercantesca sous leur plume. Les travaux d’Irene Ceccherini mettent ainsi en lumière les phénomènes d’influences et de transpositions d’éléments, qui rendent flous les contours d’une écriture et rendent difficile, mais fertile, la mesure de son extension sociale et géographique.

D. Stutzmann, porteur du projet ANR Oriflamms, a fait le point sur les recherches menées à l’IRHT au titre de la Paléographie latine. Il a ainsi dressé un panorama des recherches effectuées sur les manuscrits datés en France : continuation du catalogage (Saint-Omer / projet Biblissima Saint-Bertin ; projet ECMEN financé par le programme Emergence(s) de la Ville de Paris), analyse des images et catégorisation des écritures, alignement texte-image dans le cadre du projet Oriflamms. L’étude des spécialisations typologiques des écritures a été menée à l’exemple des écritures de bréviaires en France dans une approche statistique. Les différents types d’écritures utilisées dans les bréviaires ont été confrontées aux différents types de textes copiés en textualis pour mettre en évidence qu’il n’y a jamais de rapport univoque et soulever la question de la définition du domaine liturgique et de sa variation à travers les âges.

Les actes de ces passionnantes journées et table ronde doivent paraître prochainement.

<!– Note : une version préliminaire de cet article a pu faire croire que les travaux d’Irene Ceccherini sur la mercantesca avaient lieu dans le cadre d’Oriflamms. Ce n’est pas le cas.  –>


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *