Modi scribendi duo

Saint-Omer, Bibl. aggl., ms. 313, claie

Il y a tout juste six ans, je donnai une communication à Namur sous le titre « ‘In varietate concordia’ : les traditions livresque et cursive au XIIe siècle » dans le cadre du cycle de conférences organisées par le centre de recherche « Pratiques médiévales de l’écrit » (cf. programme). Le titre, pour lequel j’ai cédé à la mode du surtitre latin, évoquait la théorisation de deux modes d’écriture et j’ai présenté les problèmes d’attribution, de datation et d’identification des mains par-delà la divergence de ces modes. Depuis, des articles et études très stimulants ont paru, notamment les définitions du polygraphisme dans T . De Robertis, « Una mano tante scritture. Problemi di metodo nell’identificazione degli autografi », dans Medieval Autograph Manuscripts. Proceedings of the XVIIth Colloquium of the Comité International de Paléographie Latine, held in Ljubljana, 7-10 September 2010, édité par Nataša Golob, (Bibliologia 36), Turnhout: Brepols, 2013, p. 17‑38.

Au cours d’un séjour de recherche à Saint-Omer dans le cadre du projet collaboratif Saint-Bertin centre culturel du  VIIe au XVIIIe siècle : constitution, conservation, diffusion, utilisation du savoir, avec des collègues et étudiants, j’ai eu la joie d’étudier de plus près le manuscrit 313 de la Bibliothèque d’agglomération, déjà numérisé par l’IRHT et accessible dans la BVMM.

Et là, je trouve un fragment d’une Ars dictandi dont le copiste change son écriture pour passer, si j’ose dire, au style direct et donner le texte d’un acte. Il emploie donc une Textualis libraria pour copier l’ouvrage et les conseils donnés au lecteur, mais ce que l’on pourrait appeler dans le domaine livresque une Cursiva antiquior pour le texte des actes. Il s’agit d’une écriture diplomatique contemporaine et d’une preuve inattendue de la conscience graphique du copiste.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *