Découvertes et nouveaux fragments carolingiens à la bibliothèque d’agglomération du pays de Saint-Omer

La dernière mission de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes pour explorer les manuscrits médiévaux de la bibliothèque d’agglomération du Pays de Saint-Omer a, comme les précédentes, apporté son lot d’heureuses découvertes.

Par exemple, nous avons pu affiner l’identification de l’usage liturgique et l’emploi spécifique de deux manuscrits pour la collégiale (aujourd’hui cathédrale) de Saint-Omer.

Le ms. 699 lectionnaire que le catalogue de Michelant (donc le CGM) datait du XIVe siècle est en fait du XIIIe siècle et porte les traces de l’évolution de la liturgie audomaroise. Si Duchet, dans ses Additions et corrections, a bien noté plusieurs des fêtes, dont celle d’Erkembode d’intérêt très local, il ne signale pas qu’il y a une partie primitive (sanctoral commençant à la fête de saint Omer, puis temporal, puis commun) et des ajouts, en particulier celui de la Fête-Dieu (instituée à partir de 1264). En outre, les feuillets de garde sont remplis de noms, qu’il nous reste à identifier, pour certains, mais qui sont très vraisemblablement des chanoines.

Le ms. 258 , catalogué par Michelant (donc le CGM) comme un
Ordo ad visitandum et ungendum infirmum anonyme, est correctement muni d’une provenance de la cathédrale de Saint-Omer par les Additions et corrections de Duchet. L’étude des litanies montre néanmoins que ce n’est pas seulement une provenance, mais assurément une origine ! En effet, on y trouve “Sancte Audomare” (saint Omer) deux fois au début de la liste et “Sancte Bertine” à la fin (f. 11r-v). Il est donc certainement destiné à l’usage de la collégiale (aujourd’hui cathédrale) Notre-Dame de Saint-Omer et produit dans la région. Il n’est d’ailleurs pas certain que ce soit un fragment d’un plus grand ensemble. En effet, il peut parfaitement s’agir d’un livret d’usage pratique pour un prêtre amené à visiter les malades de la ville, hommes et femmes (toutes les formules sont indiquées aux deux genres). Sa date peut être précisée au troisième quart du XVe siècle.

Outre des fragments en onciale que nous avions déjà vus la dernière fois dans le ms. 437 (numérisé dans la BVMM), mais que nous avons réexaminés, nous pouvons signaler aussi deux manuscrits où nous avons vu des fragments en écriture caroline. Jacob Currie a déjà twitté sa découverte dans le ms. 883. Grâce à l’habileté de Remy Cordonner, les talons dans la reliure ont été immédiatement dégagés et révèlent le début du commentaire de saint Jérôme sur Michée.

Dans la magnifique salle de lecture de la Bibliothèque d’agglomération du pays de Saint-Omer, Remy Cordonnier, responsable du fonds ancien, présente le manuscrit 883 avec le fragment dégagé de la contregarde supérieure du volume.

On signalera aussi notre découverte de fragments dans le ms. 356. Pour l’instant non identifiés, mais nous sommes preneurs de suggestions !


2 réflexions sur « Découvertes et nouveaux fragments carolingiens à la bibliothèque d’agglomération du pays de Saint-Omer »

  1. Bravo pour ces découvertes. Il me semble que le fragment en onciale du 437, mais je suppose que cela aura été vu depuis, provient du De compunctione cordis de Chrysostome, en tout cas l’initium est très ressemblant. Quant au ms. 356 c’est un peu frustrant sur photo de ne pouvoir deviner l’une ou l’autre lettre qui permettrait d’isoler un mot et de faciliter les recherches. A mon avis c’est trouvable. Cela ne donne que plus enve de précipiter un retour à Saint-Omer, qui date maintenant d’il y a plusieurs années.
    Thomas Falmagne

    1. Effectivement, on a bien identifié Chrysostome ! Et oui, pourquoi ne reviendrais-tu pas ? Il y a bien des choses à voir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.