Photographier et cataloguer les filigranes des papiers médiévaux

Une petite équipe de l’IRHT a été reçue à Stuttgart aux Archives du Bade-Wurtemberg (Landesarchiv Baden-Württemberg, Hauptstaatsarchiv Stuttgart) par M. le professeur Peter Rückert, directeur de la section ancienne (Staatliches Archivgut bis 1806, Bestandserhaltung, Durchführung der Ausbildung) et par M. Erwin Frauenknecht, directeur adjoint de la même section, puis à la Bibliothèque du Land de Bade-Wurtemberg (Württembergische Landesbibliothek) par Mme Kerstin Losert, directrice du département des Manuscrits. Avec eux, et venu spécialement de Vienne (Autriche), Mme Maria Stieglecker, de l’Académie des sciences d’Autriche (Österreichische Akademie der Wissenschaften).

Notre équipe comprenait des collègues de l’IRHT, Marlène Helias-Baron, Gilles Kagan et moi-même, ainsi qu’Ilaria Pastrolin, ingénieure d’étude de l’École nationale des chartes, travaillant pour le projet Filigranes pour tous, qui associe les Chartes, l’IRHT et les Archives Nationales à l’École de Ponts ParisTech et à l’INRIA pour créer une application d’identification des filigranes.

Grâce à ces deux jours d’échanges portant tant sur des aspects théoriques que sur des aspects pratiques avec des sessions de travaux pratiques, nous avons pu :

  1. cataloguer scientifiquement des filigranes dans le système WZIS (Wasserzeichen-Informationssystem), qui alimente la base de données en ligne du même nom et permet d’intégrer les notions d’identité, de variante, de contre-marque et permettant d’échelonner, redimensionner, manipuler les images (dessins, frottis, betaradiographie, photographies à la feuille lumineuse, photographies infra-rouge), tout en redressant les images selon la direction des pontuseaux, en automatisant les mesures de largeur et hauteur de filigranes, de largeur entre pontuseaux et en permettant la superposition des motifs pour mieux les comparer ;
  2. intégrer des filigranes de manuscrits de la bibliothèque d’agglomération de Saint-Omer dans la base de données ;
  3. photographier les filigranes du papier par capture dans le spectre infra-rouge ;
  4. découvrir les installations de numérisation présentes à Stuttgart, donc, outre l’appareil pour la capture infra-rouge aussi la célèbre “table de numérisation de Graz” (Grazer Buchtisch), le presque aussi célèbre “traveller” et d’autres aménagements.

Ces échanges riches d’enseignement ouvrent la voie à de nouvelles coopérations et feront prochainement l’objet d’un rapport plus complet sur le site de l’IRHT. Nous remercions très chaleureusement nos collègues allemands et autrichiens qui nous ont reçu avec enthousiasme et générosité

PS: Stuttgart est aussi une ville magnifique, où la bibliothèque municipale est d’une grande beauté et l’atmosphère du festival d’été nous donne déjà envie de revenir !

 

 

 

Ceci n'est pas un filigrane, mais un lapin qui offre bonbons et chocolats !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.