Un commentaire du Physiologus Theobaldi (ms. Saint-Omer, BAPSO, 344, fol. 285ra-294rb)

À l’occasion d’une mission de l’IRHT à Saint-Omer est apparu un manuscrit très attachant, contenant les matériaux d’un prédicateur. Évidemment, les cahiers un peu disparates, les bifeuillets intercalés, montrant encore les traces de pliures, sans doute pour le transport dans une poche ou dans une manche, ont fait l’objet d’un catalogage plus que sommaire par H. Michelant. 

L’ensemble contient des sermons et commentaires sur les leçons de l’Évangile, ainsi que des exempla tirés de l’histoire antique. Une partie des sermons est particulièrement difficile à identifier, car les lemmes n’ont pas été inscrits (ils devaient être rubriqués ou inscrits en littera textualis d’une autre plume).

La partie finale se présente sous cette forme : des lignes blanches répétées, à chaque fois suivies de blocs d’une écriture dense et rapide en littera cursiva currens.

Début du commentaire sur le Physiologus Theobaldi

Le texte commence ainsi :

Dicit primo sic. O Christe, leo habet tres naturas et cetera. Tres proprie etates quas naturas ego Theobaldus servus tuus scripsi tibi hoc est ad laudem tuam bisseno carmine duodene metrice. Notattur istam litteram quod iste autor

 Ce texte est identifiable avec un commentaire imprimé en 1489 à Heinrich Quentell, 1489


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.