Reliures à citations bibliques et Jean de Namur (ms. Saint-Omer, BAPSO, 387 ; impr. 409 et 1805)

A l’occasion du catalogage du ms. 387, un manuscrit des Lettres de saint Jérôme ayant appartenu à Louis Hertault, abbé de Clairmarais, Rémy Cordonnier nous a fait bénéficier de son immense travail de catalogage et de repérage des fers et plaques de reliure. Il nous a ainsi signalé deux imprimés avec des reliures extrêmement proches, dont l’un de même provenance (Psalterium sextuplex, cote : 409 ; Compendium naturalis philosophiae, cote 1805).

A gauche : « Psalterium sextuplex » Saint-Omer, BAPSO, impr. 409 ; au centre « Compendium naturalis philosophiae » Saint-Omer, BAPSO, impr. 1805 ; à droite, lettres de s. Jérôme ms. 387

Cela nous donne l’opportunité de reprendre et approfondir les descriptions et surtout de voir qu’il y a plusieurs plaques en jeu, sans doute dans un même atelier de reliure. Deux plaques portent les mêmes citations extraites l’une du psaume 129 (« De profundis clamavi ») et l’autre d’un aphorisme moral (« Omnia si perdas, famam servare memento »). Les deux imprimés portent bien des plaques avec ces deux citations, mais à la fois de dimensions différentes (les deux parties sont séparées dans l’une par un motif de quatre fers carrés et dans l’autre par un motif de cinq fers carrés) et avec un renversement des citations.

Le manuscrit présente la plaque du Compendium naturalis philosophiae (impr. 1805), avec des mesures un peu différentes au plat supérieur, mais que nous pensons devoir attribuer à la déformation de la reliure sur carton assez souple. Il présente, en outre, une plaque qui n’est pas attestée sur les imprimés, avec une citation des psaumes 126 (« Nisi Dominus edificaverit domum ») et 137 (« Confitebor tibi »).

Ex-libris crypté dans Saint-Omer, BAPSO, impr. 1805

Au passage, nous pouvons ajouter une provenance ancienne pour le Compendium naturalis philosophiae. Il y a en effet une mention cryptée :

F91t29 3418820 d2 81759c4 1556

Il est facile de lire « frater » dans le premier mot, ce qui donne « 9 » = « r », « 1 » = « a » et « 2 » = « e », ce qui est confirmé immédiatement par le mot « d2 » pour « de ». La clef complète est donnée sur la même page, par une petite mention « De Namurco 1556 », écrite comme s’il s’agissait d’une rubrique qui sert de contregarde.

La clef est ainsi composée des voyelles d’abord, puis des consonnes nécessaires :

1

2

3

4

5

6

7

8

9

0

a

e

i

o

u

 

m

n

r

s

 

Cela permet de restituer le nom complet et la date

Frater Joannes de Namurco. 1556

Le livre a donc appartenu à un dénommé « Jean de Namur » qui a inscrit son nom en 1556, d’une encre grisâtre. Les autres provenances font penser à un religieux de Clairmarais, qui reste à identifier.

Notices des reliures

Impr. 409 : Psalterium sextuplex (Lyon, S. Gryphe, 1530) [notice du catalogue : https://www.bibliotheque-agglo-stomer.fr/recherche/viewnotice/id/44474389/]

Reliure du XVIe siècle en veau brun sur ais de bois, avec fermoirs métalliques (restes au plat sup.), estampée à froid : dans un double encadrement d’un filet et de deux filets maigres, une plaque poussée deux fois, séparée par un filet maigre.

La plaques (largeur 97 mm, hauteur 63 mm) présente à droite et à gauche, une table à deux rinceaux contenant des animaux (cerfs, dragon, écureuil, etc.) entourés d’une citation, les deux tables étant séparées par une superposition de motifs de petits fers carrés (11 x 15 mm), à motif zoomorphe. Les citations sont les suivantes : (plat sup., plaque du haut, à gauche, en haut de la frise) « De profundis // clamavi ad te Domine// Domine // exaudi vocem meam » (Psaume 129, 1-2) et (plat sup., plaque du haut, à droite, en haut de la frise) « Omnia si perdas // [famam] servare memento // qua semel // amissa, nula (?) renisio (?) erit ». La seconde citation correspond à des vers qui s’achèvent généralement ainsi : « qua semel amissa, postea nullus eris ».

Impr. 1805 : Compendium naturalis philosophiae (Paris, F. Estienne, 1547) [notice du catalogue : https://www.bibliotheque-agglo-stomer.fr/recherche/viewnotice/id/44474325/].

Reliure apparentée à la précédente, mais avec une plaque de dimensions différentes (110 x 70 mm), quoique de même disposition avec les mêmes citations, sauf que les deux tables sont interverties : (en haut, à droite) « Omnia si perdas… » et (en bas, à droite) « De profundis… ».

Reliure du XVIe siècle en veau brun (ais de carton), avec double encadrement de deux et trois filets ; plaque centrale (hauteur 109 x largeur 70 mm) avec deux tables de frises animées, séparées par cinq motifs de petits fers carrés ; le tout avec les armes frappées à l’or postérieurement ; traces de lacs de fermeture. Contregarde : fragments de manuscrits du XIVe siècle.

Ms. 386 : Hieronymus Stridonensis, Epistulae.

Reliure du XVIe siècle en veau brun (ais de carton), avec double encadrement de triple filet, avec deux plaques séparées par deux triples filets :

  • plat sup., en haut : 105 x 65 mm, à gauche, en bas « De profundis // clamavi [illisible] // domine // exaudi vocem meam » (Psaume 129, 1-2) et, à droite, en bas « Omnia si perdas // famam servare memento // qua semel // [illisible] ».
  • plat sup., en bas : ca. 109 mm x 73 mm, à gauche, en bas : « Confitebor // [illisible] // [illisible] // audisti verba oris mei » (Psaume 137, 1) et, à droite, en bas « Nisi dominus // edificaverit domum [illisible] // [illisible] // [illisible, sous les filets d’encadrement] » (Psaume 126, 1).
  • plat inf., en haut : environ 110 mm x 70 mm (les bords sont abimés, la largeur ne peut être mesurée de façon précise), à gauche « … edificaverit… » (Psaume 126) et à droite, en haut « Confitebor tibi // [illisible] // [illisible] // audisti verba oris mei » (Psaume 137).
  • plat inf., en bas : environ 110 mm x 70 mm, à gauche, en bas « De profundis // clamavi [suite illisible] » et, à droite, le texte est illisible, mais, en sachant les vers attendus, on peut reconnaître « memento » à la fin de la ligne à gauche.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.