Origine et provenance du ms. New Haven, Yale Univ.Beinecke Library, Beinecke MS 689

Un petit livre d’heures à l’usage de Bayeux est conservé à la Beinecke Rare Book and Manuscript Library à l’université de Yale, sous la cote « Beinecke MS 689 ». A l’occasion d’une étude plus longue sur le colophon en rébus à paraître bientôt, je note ici quelques compléments à l’étude d’E. Brown sur l’usage liturgique et les provenances anciennes.

 

Il a fait l’objet d’un mémoire inédit dans le cours de paléographie: Brown, Brown (Emma Langham), Beinecke MS 689: A Little-Known Book of Hours, Use of Bayeux, Advanced Latin Paleography, Yale University, New Haven, 5 mai 2017.

L’usage liturgique du manuscrit est clair. E. Brown, le décrit d’après la présence de saints dans les litanies : Vigor (72r), Ravenne (71v), Rasiphe (71v), et Lupus et Renobertus. Ces saints dont le culte est très local permettent de déterminer où le manuscrit devait être utilisé. Mais il ne s’agit pas de l’usage liturgique du manuscrit à proprement parler. D’ailleurs, G. Clark connaît 3 livres d’heures à l’usage de Bayeux et ils ne donnent pas les mêmes listes de saints (http://arthur.sewanee.edu/BeyondUse/manuscripts.php?mssby=Hours+of+the+Virgin&virgin=Bayeux).

Usage liturgique de l’office de la Vierge

L’usage liturgique de Bayeux est décrit dans les notes de Victor Leroquais (Paris, BnF, nouv. acq. lat. 3162, f. 95, numérisé sur Gallica, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10033474t/f121) et celles d’Erik Drigsdahl, dont le répertoire est maintenant hébergé sur le site de Peter Kidd: http://manuscripts.org.uk/chd.dk/use/hv_bayeux.html

Ad Matutinum

Invitatorium Ave maria
Hymnus Quem terra ponthus
Ant. ps. 8: Benedicta tu
Pss. 8 (Domine Dominus noster), 18 [19] (Celi enarrant), 23 [24] (Domini est terra)
Lectio i. Sancta maria virgo
                      Responsorium i. Sancta et immaculata
Lectio ii. Sancta Maria piarum piisima
                     Responsorium ii. Beata es virgo Maria
Lectio iii. Sancta maria virgo
                    Responsorium iii. Felix namque es

Ad Laudes

Antiphona Beata mater et innupta
Pss. 92 [93] (Dominus regnavit), 99 [100] (Jubilate Deo), 62 [63] (Deus Deus meus), 66 [67] (Deus misereatur), Benedicite, 148 (Cantate Domino)
Capitulum Felix namque es
Hymnus O gloriosa domina
Antiphona super Benedictus O gloriosa dei genitrix

Ad Primam

Hymnus Veni creator spiritus
Pss. 1 (Beatus vir), 2 (Quare fremuerunt), 3 (Domine, quid multiplicati sunt), 116 [117] (Laudate omnes gentes)
Antiphona Beata mater et innupta
Capitulum Ab initio et ante
                        R. Ave maria V. Benedicta tu

Ad Tertiam

Hymnus Veni creator
Antiphona Dignare me laudare te
Pss. 119 [120] (Ad Dominum cum tribularer), 120 [121] (Levavi oculos), 121 [122] (Letatus sum)
Capitulum Et sic in syon
                      R. Sancta dei genitrix V. Intercede

Ad Sextam

Hymnus Veni creator spiritus
Antiphona Sub tuam protectionem (variante: Sub tuum presidium)
Pss. 122 [123] (Ad te levavi oculos), 123 [124] (Nisi quia Dominus), 124 [125] (Qui confidunt)
Capitulum Et radicavi
                    R. Post partum V. Dei genitrix

Ad Nonam

Hymnus Veni creator spiritus
Antiphona In prole mater
Pss. 125 [126] (In convertendo), 126 [127] (Nisi Dominus edificaverit), 127 [128] (Beati omnes)
Capitulum Paradisi porta
                         R. Speciosa facta es V. In deliciis V. Elegit eam

Ad Vesperas

Antiphona Post partum
Pss. 121[122] (Letatus sum), 122 [123] (Ad te levavi oculos), 123 [124] (Nisi quia Dominus), 124 [125] (Qui confidunt), 125 [126] (In convertendo)
Capitulum Beata es virgo maria
Hymnus Ave maris stella
Antiphona super Magnificat Sancta maria succurre

Ad Completorium

Antiphona Cum iocunditate
Pss. 12 [13] (Usquequo Domine), 42 [43] (Judica me), 128 [129] (Sepe expugnaverunt), 130 [131] (Domine non est exaltatum)
Capitulum Sicut cynamomum
Hymnus Virgo singularis
Antiphona super Nunc dimittis Sub tuum presidium (variante: Ecce completa sunt)

Le MS Beinecke 689 présente les variantes suivantes qui n’empêche pas l’attribution à l’usage de Bayeux :

Matines : répons I et II intervertis :

  1. R.I: Beata es Maria ;
  2. R.II: Sancta et immaculata ;
  3. R.III : Felix namque

Laudes : (20v sqq.) après le Benedicite et le Ps. 148 (Laudate Dominum de celis), notons la présence de Ps. 149 (Cantate Domino) et Ps. 150 (Laudate Dominum in sanctis)

Prime: (33v) hymne non copié

Tierce: en raison d’une lacune matérielle, tierce commence à Ps. 122:4 [123]

Usage de l’office des morts

L’office des morts présente les répons 14, 72, 24, -, 32, 57, 12, -, 68, 40//, qui correspondent clairement à l’usage de Bayeux selon la base de données de Knut Ottosen (http://www-app.uni-regensburg.de/Fakultaeten/PKGG/Musikwissenschaft/Cantus/Ottosen/index.html)

Composition du volume

E. Brown considère que le volume a été écrit dans les années 1420 avec des additions faites en 1436 sur la base des arguments suivants :

  • vêtements des bourreaux au f. 131r (martyre de s. Sébastien)
  • décor de la marge au f. 131r
  • “the unusual green ink that appears prominently throughout Beinecke MS 689 points to later additions by an illuminator”

Il me semble toujours difficile de dater deux unités codicologiques pour une différence de date de moins de dix ans, puisque certains artistes peuvent être en retard sur la mode. Ici, surtout, même si en admettant ces datations, il faut inverser les conclusions.

Le cahier comprenant les ff.131-138 est un quaternion autonome avec des caractéristiques décoratives propres, ainsi que des suffrages particuliers et des prières. Les seules armoiries présentes dans le volume le sont sur ce quaternion (ff. 131r et 134r), alors que les textes qui constituent le cœur d’un livre d’heures forment la partie principale du manuscrit en nombre de feuillets. Un colophon avec une date se trouve à la fin des heures du Saint-Esprit, partie essentielle du livre d’heures.

S’il y a bien deux parties et une addition, ce sont les ff. 131-138 qui sont l’addition, quand bien même l’on voudrait les dater plus tôt que le noyau essentiel du manuscrit.

Date, copiste et signature du f. 85r

La date de 1436 se trouve au f. 85r. Je réserve l’analyse du rébus et l’identification du copiste aux actes du colloque du CIPL.

L’inscription sur la gauche ne doit pas se lire « EHS » comme il a été proposé dans le passé, mais  “25 s.”, ce qui correspond à la rémunération de sept à dix jours de travail pour un ouvrier non qualifié (cf. Baulant (Micheline), « Le salaire des ouvriers du bâtiment à Paris, de 1400 à 1726 », Annales, 26/2 (1971), p. 463‑483).

La date de 1436 se trouve être importante dans l’histoire des livres du diocèse de Bayeux, puisque c’est précisément l’année où un inventaire des livres du chapitre a été composé après l’achèvement de la bibliothèque construite entre 1429 et 1436 (cf. La bibliothèque du chapitre : histoire du bâtiment et des collections : cathédrale Notre-Dame de Bayeux, éd. Kléber Arhoul, François Arnaud), p. 7, 10, 19). Il n’y a toutefois pas de raison de penser que ce manuscrit a été copié dans cet environnement spécifique.

Origine de la deuxième partie

La deuxième partie du volume présente, comme il a été dit, deux armoiries pour l’instant non identifiées :

  1. De gueules au sautoir d’hermine (f. 131r)
  2. d’or à la fleur de lis de gueules, à la cotice de même brochant sur le tout(f. 134r)
Les premières armoiries ont beaucoup d’écho dans les armoriaux normands où les motifs de gueules et d’hermine ne sont pas rare. La maison d’Anneville porte d’hermine au sautoir de gueules. L’inversion des armes empêche néanmoins une identification certaine. Les deuxièmes armoiries sont apparentées à celles de la seigneurie de Saint-Germain en Normandie, qui présente une cotice d’azur (cf. https://bibale.irht.cnrs.fr/22880).

Provenance

La provenance du manuscrit peut être identifiée avec précision grâce aux notes du fol. 1r-1v mentionnant le décès et l’inhumation de « Jehan de Foullongne ». Cette addition s’apparente aux livres de raison, nombreux sur les livres d’heures, mais reste isolée.

Jean de Foulognes descend d’une famille associable au village de “Foulognes”, dans le département Calvados, arrondissement Bayeux, canton Trévières, intercommunalité Isigny-Omaha.

Jean de Foulognes était seigneur de Castillon et Bretheville, et fils et héritier de son homonyme Jean de Foulognes, seigneur des mêmes seigneuries et de dame Charlotte Bureau. Il est décédé le 13 août 1558, à la Saint-Cassien[1].

Ce saint est manifestement de la plus haute importance. Jean de Foulognes est enseveli dans le choeur, face à une “image” (statue ou peinture) de saint Cassien. Or, si ce saint est représenté dans le choeur, l’on peut supposer que l’église même est placée sous ce vocable, ce qui se révèle important pour identifier le lieu même dans la mesure où il y de nombreux villages et lieux-dits nommés “Castillon” en Normandie, dont pas moins de quatre rien que dans le Calvados (cf. Hippeau (Célestin), Dictionnaire topographique du département du Calvados :  comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, 1883, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2064144/f120).

Ainsi pouvons-nous nous assurer qu’il s’agit de Castillon, département Calvados, arrondissement Bayeux, canton Trévières (anciennement canton de Balleroy, intercommunalité Isigny-Omaha (https://dicotopo.cths.fr/places/P89292522 et https://fr.wikipedia.org/wiki/Castillon_(Calvados) ), à 9 km de Foulognes. 


Afficher une carte plus grande://www.openstreetmap.org/?mlat=49.1678&mlon=-0.8542#map=12/49.1678/-0.8542″>Afficher une carte plus grande

Le prêtre de la paroisse est Julien Estienne, qui a demandé au supérieur des Franciscains (“gardien”) d’officier pour les funérailles et le service a été payé par Thomas de Foulognes, fils aîné et héritier du défunt et de son épouse en premières noces, Jacqueline Le Seus.

La famille est connue au Dictionnaire de la noblesse de La Chesnaye-Desbois (éd. 1761 : https://books.google.fr/books?id=EnQqaW2KeskC&pg=PA150 ; éd. 1773 : https://books.google.fr/books?id=vY1YAAAAMAAJ&pg=PA610). Les armes sont d’azur à trois fasces d’or à la bande brochante de gueules, chargée de trois coquilles d’argentas also stated in Henri Jougla de Morenas, Grand armorial de France, Volume 4, Frankelve, 1975, p. 48

Thomas de Foulognes a épousé Madeleine Suhard de Vaux (cf. http://noblessenormande.free.fr/index.php?2008/02/03/37-maison-suhard ).

 

[1] Plusieurs saints se nomment Cassien. Le 13 août est la fête principale, celle de Cassien d’Imola : cf. http://calendoscope.irht.cnrs.fr/@sanctorum?lettre=C and http://bilder.manuscripta-mediaevalia.de/gaeste//grotefend/grotefend.htm .


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.