Filigranes et découvertes : le cas du ms. 229 de Saint-Omer et du concile de Bâle (1431-1437)

Saint-Omer, BAPSO, ms. 229, f. 100r

Hier et avant-hier, l’IRHT a bénéficié de la présence de M. Erwin Frauenknecht des Archives de l’État de Bade-Wurtemberg à Stuttgart, et de Mme Maria Stieglecker, de l’Académie autrichienne des sciences à Vienne, pour une présentation des filigranes du papier et de leur intérêt historique puis deux jours de formation à l’analyse des filigranes et à la publication des données dans le système WZIS.

 En effet, l’IRHT a rejoint le réseau WZIS en 2019 et a commencé une campagne de photographie de filigranes par caméra infra-rouge. Aujourd’hui, ce ne sont pas moins de 71 manuscrits qui ont des reproductions de filigranes dans la BVMM.

Durant les deux jours de formation, nous avons appris à mettre des images à l’échelle et à mesurer les dimensions des filigranes et la distance entre les pontuseaux, à intégrer une arborescence complexe de motifs (complexe par la réalité historique, pas par le logiciel !), à manipuler les images et à comparer nos nouvelles entrées avec celles déjà existantes.

La chance nous a favorisés pour le ms. Saint-Omer, Bibl. de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer, 229, qui contient les décisions du concile de Bâle (1431-1437).

En raison des textes contenus, nous l’avions daté sans autre précision “XVe siècle, après 1438”. Or l’étude des filigranes montre que l’un au moins est identique à celui d’une autre feuille utilisée à Bâle en 1439. Celui illustré en haut de cet article, au f. 100, est une grappe de raisin, maintenant enregistrée avec la référence https://www.wasserzeichen-online.de/?ref=FR7600-229_100

Elle est identique au filigrane https://www.wasserzeichen-online.de/wzis/struktur.php?ref=DE0960-Mlf50_113, photographié dans le ms. Berlin, Staatsbibliothek zu Berlin – Stiftung Preußischer Kulturbesitz, Ms. lat. fol. 50, au f.  113, qui contient le texte latin de l’Histoire de Troie par Guido de Columna.

Les conciles sont une énorme machine administrative : on produit sur place beaucoup de textes, on débat, on argumente, on prépare ses discours, on copie ceux des autres et on prend aussi des décisions qui vont être copiées en centaines d’exemplaires. Il est beaucoup plus probable que les copistes, secrétaires, clercs, universitaires et prélats présents au colloque copient et échangent des textes sur place plutôt que d’imaginer qu’ils repartent avec des stocks de papier dans leur province d’origine ou se transfèrent avec à Ferrare. Ainsi, vu le texte de notre manuscrit et la présence de ce filigrane, notre manuscrit, Saint-Omer, BAPSO, 229,  se trouve donc avoir très probablement été copié à Bâle même, dans les années 1438-1440. 

 



Citer ce billet
Dominique Stutzmann (2021, 18 décembre). Filigranes et découvertes : le cas du ms. 229 de Saint-Omer et du concile de Bâle (1431-1437). Écriture médiévale & numérique. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/skyw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.