Les lettres de Raymond Lulle

Voir les oeuvres et éditions de Raymond Lulle (en catalan : Ramon Llull) : ici.


Image du manuscrit 96 de la Bibliothèque municipale et interuniversitaire de Clermont-Ferrand
, mis à disposition sous forme numérisée par le Raimundus-Lullus-Institut de la Faculté de théologie de Fribourg (Freiburg im Breisgau).
*** Lien vers la page d’accueil du Raimundus-Lullus-Institut de la Faculté de théologie de Fribourg ***
*** Lien vers vers FREIMORE (FREIburger Multimedia Object REpository) ***

Une fois sur la page d’accueil du manuscrit, il faut cliquer sur le mot “Anzeigen” qui amène à l’interface de consultation du manuscrit, puis aller au folio 58 recto (en saisissant “58r” dans la fenêtre “Seite”, ou en cliquant sur “2. Epistolae tres”).

Bibliographie et éditions
La Ramon Llull Database – Llull DB (Centre de Documentació Ramon Llull) entretenue par l’Université de Barcelone donne une liste des éditions des différentes versions de ce texte : ici.
En particulier :
J. .N. Hillgarth, Diplomatari lul·lià: documents relatius a Ramon Llull i a la seva família, trad. L. Cifuentes, “Col·lecció Blaquerna” 1 (Barcelona / Palma de Mallorca: Universitat de Barcelona / Universitat de les Illes Balears, 2001), 50-58. [En ligne]
Josep Perarnau i Espelt, “La còpia manuscrita medieval de les tres lletres de Ramon Llull demanant al rei, a un prelat de França i a l’Estudi de París l’establiment d’escoles de llengües (Clarmont-Ferrand, BMI, ms. 96)”, ATCA 21 (Barcelona, 2002), 133-148. [En ligne, original en accès payant, copie en cache de Google]

== Transcription ==
Ad exaltationem nominis Domini Dei nostri, regie maiestati Raymundus Lul, licet ad tanti suplicationem negocii sit indignus, quod ab universis christianis est desiderabile, supplicat devoto et desiderativo animo, ut sicut ipsa regia regni Francorum magestas ab antiquo successive pre ceteris procurare christianitatis comoda consuevit, dignaretur ad laudem et magnificenciam [f. 58va] divini nominis merito karitatis intuituque pietatis, miseris infidelibus viventibus sine Lege, morientibus sine fide, bene meritam elemosinam concedere, tante mortalitatis naufragio succurrentem, videlicet, locum seu loca construere et dotare, in quo seu quibus a religiosis ab aliisque sancte conversationis viris, qui nunc multi sunt hoc divino munere appetentes, necnon etiam secundum modum apostolicum ad hoc pro Christo uiuere et pro nomine Christi mori finaliter eligentes, addiscantur infidelium ydiomata, ut eorum linguarum varietates docti, eorum ydiomatibus magnificarent Deum ubi non colitur, exaltarent Eum ubi spernitur, predicarent Eum ubi non creditur, veritatem veritatum monstrantes, Legem christicolarum panderent firmiter esse veram ; dignum etenim esset, necnon valde laudabile ut a villa Parysiensi, que christiane ueritatis scientieque principalis mater
est fidelibus et ma-[f. 58vb]-gistra, emergent veritatis radii, qui per diversa mundi climata radiantes, infidelium errores, cum sint possibiles ad revocandum, suo lumine reuocarent.


Une réflexion sur « Les lettres de Raymond Lulle »

  1. Manuscrit 96 de Clermont/Fribourg: Pour aller au delà de 58r il faut passer de la partie 1 (Disputatio etc… ) à la partie 2 (Epistolae tres) en cliquant sur 2 dans la marge droite de la page 58r affichée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.