Tous les articles par Dominique Stutzmann

Origine et provenance du ms. New Haven, Yale Univ.Beinecke Library, Beinecke MS 689

Un petit livre d’heures à l’usage de Bayeux est conservé à la Beinecke Rare Book and Manuscript Library à l’université de Yale, sous la cote « Beinecke MS 689 ». A l’occasion d’une étude plus longue sur le colophon en rébus à paraître bientôt, je note ici quelques compléments à l’étude d’E. Brown sur l’usage liturgique et les provenances anciennes.

 

Il a fait l’objet d’un mémoire inédit dans le cours de paléographie: Brown, Brown (Emma Langham), Beinecke MS 689: A Little-Known Book of Hours, Use of Bayeux, Advanced Latin Paleography, Yale University, New Haven, 5 mai 2017.

L’usage liturgique du manuscrit est clair. E. Brown, le décrit d’après la présence de saints dans les litanies : Vigor (72r), Ravenne (71v), Rasiphe (71v), et Lupus et Renobertus. Ces saints dont le culte est très local permettent de déterminer où le manuscrit devait être utilisé. Mais il ne s’agit pas de l’usage liturgique du manuscrit à proprement parler. D’ailleurs, G. Clark connaît 3 livres d’heures à l’usage de Bayeux et ils ne donnent pas les mêmes listes de saints (http://arthur.sewanee.edu/BeyondUse/manuscripts.php?mssby=Hours+of+the+Virgin&virgin=Bayeux).

Continuer la lecture de Origine et provenance du ms. New Haven, Yale Univ.Beinecke Library, Beinecke MS 689

Reliures à citations bibliques et Jean de Namur (ms. Saint-Omer, BAPSO, 387 ; impr. 409 et 1805)

A l’occasion du catalogage du ms. 387, un manuscrit des Lettres de saint Jérôme ayant appartenu à Louis Hertault, abbé de Clairmarais, Rémy Cordonnier nous a fait bénéficier de son immense travail de catalogage et de repérage des fers et plaques de reliure. Il nous a ainsi signalé deux imprimés avec des reliures extrêmement proches, dont l’un de même provenance (Psalterium sextuplex, cote : 409 ; Compendium naturalis philosophiae, cote 1805).

A gauche : « Psalterium sextuplex » Saint-Omer, BAPSO, impr. 409 ; au centre « Compendium naturalis philosophiae » Saint-Omer, BAPSO, impr. 1805 ; à droite, lettres de s. Jérôme ms. 387

Continuer la lecture de Reliures à citations bibliques et Jean de Namur (ms. Saint-Omer, BAPSO, 387 ; impr. 409 et 1805)

Un palimpseste concernant l’abbaye de Chelles au 14e siècle (ms. Saint-Omer, BAPSO, 360)

Dans le ms. Saint-Omer, BAPSO, 360, les bifeuillets 25r-32v, 33r-40v sont palimpsestes. Au f. 40v, il s’agit d’un glossaire avec une entrée par ligne, toutes commençant par « Ab ». Le f. 91r est peut-être aussi palimpseste. Les feuillets 126v-127r sont les plus fascinants : la marge inférieure du feuillet paraît presque vierge en lumière naturelle, seulement agrémentée de quelques ombres.

 

A la lampe de Wood, c’est un texte cohérent d’un acte concernant l’abbaye de Chelles (monasterium de Kala, en latin) : *

Litteras seu presens publicum instrumentum inspecturis … illos de …villa [Petravilla? Petronilla] … monasterii de Kala / … parisiensis diocesis Helissant de Villare [ou Villaris ?] … priorissa (?) de Lipo (?) de … / … Heloys de Espieriis (?) tercia pars … priorissa Johanna la… / … veufve [? ou Beufve] Scolastica Ysabellis … …cyaco …

Les photographies suivantes ont été réalisées par Anne-Frédérique Provou, étudiante en Master de l’université de Lille, qui nous accompagne durant cette mission.

L’indication de la « priorissa » Jeanne, correspondant à la seconde
moitié du XIVe siècle puisque, presque à la suite l’une de l’autre, trois abbesses Jeanne dirigent l’abbaye Notre-Dame, Sainte-Croix et Saint-Georges de Chelles (Seine-et-Marne) : Jeanne Ire de Soissy (1363-1364), Jeanne II de La Forest (1368-1379) et Jeanne III de Roye (1379-1399) [Source pour les dates d’abbatiat : Abbaye de Chelles. (7 juil. 2020). Wikipédia, l’encyclopédie libre].

Des Fantômes dans les bibliothèques du Moyen Âge

À l’occasion du catalogue du ms. 1992 de Troyes, ma collègue Caroline Heid a fait de nombreuses découvertes (hâte de voir ses notices paraître). Nous avons échangé sur quelques formulations limitant la circulation géographique des moines, telle que celle insérée dans la codification du droit cistercien partir de 1257 (Dist. V, cap. 6, éd. Lucet p. 263) et elle a eu la gentillesse de m’envoyer une notice préliminaire. Et une injonction qui pourrait paraître obscure m’est apparue dans toute sa vigueur : il ne faut pas emprunter un livre sans mettre de fantôme à la place !

C’est en tout cas ainsi que j’interprète la formule : [Chap.] 17. Des livres. Et que les livres de la bibliothèque (armarium) ne soient pas [prêtés] sans un fantôme (equivalens memoriale) et sous caution adéquate. Ceux qui sont prêtés d’autre façon, il convient de les rechercher.

En latin :

XVII. De libris. Nec libri armarii sine equivalenti memoriali sub congrua cautione. Qui vero aliter jam comodati existunt, oportune requirantur.

L’armarium peut désigner toute la bibliothèque, mais est aussi, plus spécifiquement l’armoire à livres qui se trouve souvent, dans les cloîtres cisterciens, entre l’église et la salle du chapitre (voir les belles photographies de l’armarium de Fontenay dans Hugonnard-Roche, Bertrand. « L’armarium claustri de l’abbaye de Fontenay en Bourgogne ». Le Bibliomane Moderne : bibliophilie et autres bibliomanies… (blog), 2 octobre 2011. http://le-bibliomane.blogspot.com/2011/10/larmarium-claustri-de-labbaye-de.html). Même si « l’équivalent mémoriel » pourrait être autre chose qu’un fantôme placé sur l’étagère et être une cédule détenue par le chantre, la traduction par fantôme me semble opportune.

Soutenance d’HDR de D. Stutzmann (4 janv. 2021)

Dominique Stutzmann soutiendra son habilitation à diriger des recherches le lundi 4 janvier 2021 à 14 heures, devant un jury composé de M. Laurent MORELLE (EPHE-PSL, garant), M. François BOUGARD (IRHT-CNRS), M. Torsten HILTMANN (Humboldt-Universität, Berlin), M. Daniel STOEKL BEN EZRA (EPHE-PSL), M. Benoît TOCK (Université de Strasbourg), Mme Anne-Marie TURCAN-VERKERK (EPHE-PSL).

Le dossier, intitulé Du fil de la plume aux réseaux de neurones (artificiels) : recherches en histoire graphique et socio-culturelle de l’écriture, comprend un mémoire de synthèse intitulé Penser aujourd’hui l’écriture du passé, un recueil de travaux et un mémoire inédit : Réseaux et politiques documentaires de l’Ordre cistercien aux XIIe et XIIIe siècles.


Le rapport de synthèse s’ouvre sur la présentation des travaux menés et la définition de l’écriture médiévale comme objet historique unitaire à étudier par des approches plurielles, où les différentes voies explorées sont autant de galeries qui joignent des lieux distincts d’un même champ. Inspirée par le pilotage de projets financés rassemblant des équipes de recherche en sciences de l’ingénieur et en sciences humaines, une partie est consacrée à la définition et aux méthodes du dialogue interdisciplinaire et des humanités numériques.


Le rapport de synthèse est accompagné par un recueil de 48 publications choisies organisées selon les thèmes suivants : (1) Textes : genèse, circulation, conservation ; (2) Mesure et caractérisation des écritures ; (3) Indexations du texte par intelligence artificielle : de la lecture à la compréhension ; (4) Emplois socio-spatiaux de l’écriture ; (5) Dialogue interdisciplinaire et humanités numériques.


Le mémoire inédit porte sur les Réseaux et politiques documentaires de l’Ordre cistercien aux XIIe et XIIIe siècles. Considérant l’Ordre cistercien comme le pionnier d’un fonctionnement institutionnel fondé sur l’écrit, qui l’a conduit à organiser des programmes de copie, l’étude porte sur les réseaux de la transmission des textes en son sein et aux contacts entretenus avec des réseaux connexes. Il s’agit ainsi de comprendre le fonctionnement de la communauté cistercienne en découvrant quels textes ont été copiés par quelles maisons, à partir de quel(s) modèle(s) et en vertu de quel programme, de quelle « politique documentaire ». Les analyses se fondent sur des observations concernant 160 textes et collections de textes, plus de 1 400 manuscrits, plus de 230 institutions réparties dans un espace qui correspond majoritairement à la France actuelle, mais prend en compte jusqu’à l’Angleterre et l’Allemagne, et comprend de nombreuses collations partielles pour évaluer les proximités textuelles entre témoins d’une même œuvre. L’étude démontre que la structure du réseau ne recoupe pas, ou pas toujours celle, institutionnelle, des filiations d’abbayes et, au contraire, diffère sensiblement selon les auteurs et les types de textes copiés (classiques latins, patristique grecque, patristiques latin, auteurs carolingiens, auteurs des XIe et XIIe siècles, notamment victorins et cisterciens). En comparant les textes et leur diffusion, ce mémoire permet ainsi de définir ce qu’était la bibliothèque cistercienne idéale et ses déclinaisons et variations au cœur même du réseau cistercien.

La soutenance se tiendra en visioconférence (lien sur demande).

Un commentaire du Physiologus Theobaldi (ms. Saint-Omer, BAPSO, 344, fol. 285ra-294rb)

À l’occasion d’une mission de l’IRHT à Saint-Omer est apparu un manuscrit très attachant, contenant les matériaux d’un prédicateur. Évidemment, les cahiers un peu disparates, les bifeuillets intercalés, montrant encore les traces de pliures, sans doute pour le transport dans une poche ou dans une manche, ont fait l’objet d’un catalogage plus que sommaire par H. Michelant. 

L’ensemble contient des sermons et commentaires sur les leçons de l’Évangile, ainsi que des exempla tirés de l’histoire antique. Une partie des sermons est particulièrement difficile à identifier, car les lemmes n’ont pas été inscrits (ils devaient être rubriqués ou inscrits en littera textualis d’une autre plume).

La partie finale se présente sous cette forme : des lignes blanches répétées, à chaque fois suivies de blocs d’une écriture dense et rapide en littera cursiva currens.

Début du commentaire sur le Physiologus Theobaldi

Le texte commence ainsi :

Dicit primo sic. O Christe, leo habet tres naturas et cetera. Tres proprie etates quas naturas ego Theobaldus servus tuus scripsi tibi hoc est ad laudem tuam bisseno carmine duodene metrice. Notattur istam litteram quod iste autor

 Ce texte est identifiable avec un commentaire anonyme du Physiologus Theobaldi imprimé à Cologne en 1489 par Heinrich Quentell : Phisiologus theobaldi episcopi de naturis duodeci(m) animalium [GW M45783; istc it00135000], facilement identifiable grâce à la numérisation de l’exemplaire de Munich par Google Livres :

Photographier et cataloguer les filigranes des papiers médiévaux

Une petite équipe de l’IRHT a été reçue à Stuttgart aux Archives du Bade-Wurtemberg (Landesarchiv Baden-Württemberg, Hauptstaatsarchiv Stuttgart) par M. le professeur Peter Rückert, directeur de la section ancienne (Staatliches Archivgut bis 1806, Bestandserhaltung, Durchführung der Ausbildung) et par M. Erwin Frauenknecht, directeur adjoint de la même section, puis à la Bibliothèque du Land de Bade-Wurtemberg (Württembergische Landesbibliothek) par Mme Kerstin Losert, directrice du département des Manuscrits. Avec eux, et venu spécialement de Vienne (Autriche), Mme Maria Stieglecker, de l’Académie des sciences d’Autriche (Österreichische Akademie der Wissenschaften).

Notre équipe comprenait des collègues de l’IRHT, Marlène Helias-Baron, Gilles Kagan et moi-même, ainsi qu’Ilaria Pastrolin, ingénieure d’étude de l’École nationale des chartes, travaillant pour le projet Filigranes pour tous, qui associe les Chartes, l’IRHT et les Archives Nationales à l’École de Ponts ParisTech et à l’INRIA pour créer une application d’identification des filigranes.

Grâce à ces deux jours d’échanges portant tant sur des aspects théoriques que sur des aspects pratiques avec des sessions de travaux pratiques, nous avons pu :

  1. cataloguer scientifiquement des filigranes dans le système WZIS (Wasserzeichen-Informationssystem), qui alimente la base de données en ligne du même nom et permet d’intégrer les notions d’identité, de variante, de contre-marque et permettant d’échelonner, redimensionner, manipuler les images (dessins, frottis, betaradiographie, photographies à la feuille lumineuse, photographies infra-rouge), tout en redressant les images selon la direction des pontuseaux, en automatisant les mesures de largeur et hauteur de filigranes, de largeur entre pontuseaux et en permettant la superposition des motifs pour mieux les comparer ;
  2. intégrer des filigranes de manuscrits de la bibliothèque d’agglomération de Saint-Omer dans la base de données ;
  3. photographier les filigranes du papier par capture dans le spectre infra-rouge ;
  4. découvrir les installations de numérisation présentes à Stuttgart, donc, outre l’appareil pour la capture infra-rouge aussi la célèbre « table de numérisation de Graz » (Grazer Buchtisch), le presque aussi célèbre « traveller » et d’autres aménagements.

Ces échanges riches d’enseignement ouvrent la voie à de nouvelles coopérations et feront prochainement l’objet d’un rapport plus complet sur le site de l’IRHT. Nous remercions très chaleureusement nos collègues allemands et autrichiens qui nous ont reçu avec enthousiasme et générosité

PS: Stuttgart est aussi une ville magnifique, où la bibliothèque municipale est d’une grande beauté et l’atmosphère du festival d’été nous donne déjà envie de revenir !

 

 

 

Ceci n'est pas un filigrane, mais un lapin qui offre bonbons et chocolats !

EAD-TEI et TEI-EAD : quelques réflexions sur la conversion des notices de manuscrits médiévaux d’un format à l’autre

Le cycle des métadonnées est un système complexe, sur lequel j’ai écrit il y a déjà fort longtemps lorsque je travaillais au département des Métadonnées de la Bibliothèque nationale de France, lorsqu’il s’appelait département de « l’information bibliographique et numérique (IBN) »[1]. Après avoir changé de métier, la problématique a pris un tour différent et, délaissant les conversions d’EAD, d’Intermarc, d’Unimarc, de Dublin Core, de formats européens (TEL+ et Europeana), les uns vers les autres, j’ai travaillé davantage avec TEI et, quelques années plus tard, la question EAD-TEI et retour est revenue. En effet, dans le projet « Saint-Bertin, centre culturel du VIIe au XVIIIe s. »[2], j’ai eu besoin de créer une structure TEI à partir de l’EAD issu de la retroconversion du Catalogue général des manuscrits (celui de J. Michelant) [3], puis j’ai commencé à préparer l’export de retour pour rendre au CCFr le fruit des travaux.

Ce faisant, avec Laura Lebarbey, Ekaterina Novokhatko et Jean-Baptiste Camps, nous avons établi des feuilles de transformation correspondant à notre format TEI et à notre format EAD, que nous avons publiées dans la partie « sources et ressources » du site Saint-Bertin (https://saint-bertin.irht.cnrs.fr/site/php/sources_ressources.php).

Philosophie des formats

Continuer la lecture de EAD-TEI et TEI-EAD : quelques réflexions sur la conversion des notices de manuscrits médiévaux d’un format à l’autre

Découvertes et nouveaux fragments carolingiens à la bibliothèque d’agglomération du pays de Saint-Omer

La dernière mission de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes pour explorer les manuscrits médiévaux de la bibliothèque d’agglomération du Pays de Saint-Omer a, comme les précédentes, apporté son lot d’heureuses découvertes.

Par exemple, nous avons pu affiner l’identification de l’usage liturgique et l’emploi spécifique de deux manuscrits pour la collégiale (aujourd’hui cathédrale) de Saint-Omer.

Le ms. 699 lectionnaire que le catalogue de Michelant (donc le CGM) datait du XIVe siècle est en fait du XIIIe siècle et porte les traces de l’évolution de la liturgie audomaroise. Si Duchet, dans ses Additions et corrections, a bien noté plusieurs des fêtes, dont celle d’Erkembode d’intérêt très local, il ne signale pas qu’il y a une partie primitive (sanctoral commençant à la fête de saint Omer, puis temporal, puis commun) et des ajouts, en particulier celui de la Fête-Dieu (instituée à partir de 1264). En outre, les feuillets de garde sont remplis de noms, qu’il nous reste à identifier, pour certains, mais qui sont très vraisemblablement des chanoines.

Le ms. 258 , catalogué par Michelant (donc le CGM) comme un
Ordo ad visitandum et ungendum infirmum anonyme, est correctement muni d’une provenance de la cathédrale de Saint-Omer par les Additions et corrections de Duchet. L’étude des litanies montre néanmoins que ce n’est pas seulement une provenance, mais assurément une origine ! En effet, on y trouve « Sancte Audomare » (saint Omer) deux fois au début de la liste et « Sancte Bertine » à la fin (f. 11r-v). Il est donc certainement destiné à l’usage de la collégiale (aujourd’hui cathédrale) Notre-Dame de Saint-Omer et produit dans la région. Il n’est d’ailleurs pas certain que ce soit un fragment d’un plus grand ensemble. En effet, il peut parfaitement s’agir d’un livret d’usage pratique pour un prêtre amené à visiter les malades de la ville, hommes et femmes (toutes les formules sont indiquées aux deux genres). Sa date peut être précisée au troisième quart du XVe siècle.

Outre des fragments en onciale que nous avions déjà vus la dernière fois dans le ms. 437 (numérisé dans la BVMM), mais que nous avons réexaminés, nous pouvons signaler aussi deux manuscrits où nous avons vu des fragments en écriture caroline. Jacob Currie a déjà twitté sa découverte dans le ms. 883. Grâce à l’habileté de Remy Cordonner, les talons dans la reliure ont été immédiatement dégagés et révèlent le début du commentaire de saint Jérôme sur Michée.

Dans la magnifique salle de lecture de la Bibliothèque d’agglomération du pays de Saint-Omer, Remy Cordonnier, responsable du fonds ancien, présente le manuscrit 883 avec le fragment dégagé de la contregarde supérieure du volume.

On signalera aussi notre découverte de fragments dans le ms. 356. Pour l’instant non identifiés, mais nous sommes preneurs de suggestions !

Un nouveau manuscrit daté : Montpellier, BIUM, H109 (Papias)

Au cours de mon étude sur la transmission des textes chez les Cisterciens, je collationne (partiellement) plusieurs manuscrits de Papias, dont l’un provenant de Clairvaux, le ms. Montpellier, Bibliothèque interuniversitaire de Médecine, H 109 (catalogue de Pierre de Virey, S 59). L’ex-libris de Clairvaux se voit d’ailleurs dès le premier feuillet

Montpellier, BIUM, H109, fol. 1r
Ex-libris de l’abbaye de Clairvaux : « Liber sancte Marie Clarevallis » (Montpellier, BIUM, H109, fol. 1r, détail)

Continuer la lecture de Un nouveau manuscrit daté : Montpellier, BIUM, H109 (Papias)

Text as object in the Middle Ages

Call for Papers – Leeds International Medieval Congress, 1-4 July 2019, Leeds

The International Medieval Congress (IMC) is the largest medieval studies conference in the world. More than 2,900 medievalists from more than 60 countries participated in the 25th annual International Medieval Congress (IMC) from 2-5 July 2018.

In line with the Special Thematic Strand in 2019 “Materialities” (https://www.leeds.ac.uk/ims/imc/imc2019_call.html) and the recent creation of the strand “Manuscript studies”, we organize sessions on “Text as object in the Middle Ages”. Texts, indeed, are at the same time an idea and a form. The latter is the result of a combination of inherited social uses and specific intentions by the various actors involved in transmitting the text as idea. This process begins with the authors, continues to the craftsmen (parchment and paper makers, copyists and chancery clerks, painters and illuminators, sculptors and weavers, booksellers…) and then on to possessors, readers, archives and libraries. All textual artefacts are concerned: manuscripts, charters, inscriptions, tapestries, seals, coins, etc.

What scholars can study nowadays is however only one specific, if not final, state of those manuscripts, documents and inscriptions, from which they seek to reconstruct the respective intents of the actors. Under the topic “Text as object in the Middle Ages”, we intend to study the interplay of the original creation act, the possible transformations, and modern scholarship, especially along the following lines: “archaeology of a research concept”, “materiality in scholarly editions”, “genre and materiality”, “fragments”, “imaging techniques and physicochemical analysis”


Paris, Archives Nationales, JJ 145, fol. 193r [https://bvmm.irht.cnrs.fr/iiif/23834/canvas/canvas-2360446/view]

 

  • Archaeology of a research concept: awareness of materiality in the 15th-19th centuries

Medieval library catalogues started including dictiones probatoriae or secundo folio as identifiers of a given manuscript as object rather than as the bearer of a text; additional information on the physical appearance could also be indicated (size of the script, illumination, …). Cartularies and registers, but also inventories, sometimes include a description of the original charter, be it in a text form, be it as a  drawing (“copie figurée”), also for elements which are no validation signs. These are early examples of an awareness of material aspects in textual artefacts.  “materiality” as a term is rather new in historiographical research, however there is a complex archaeology of this research concept applied to texts. Starting in the Middle Ages, it became more prominent with the rise of the “auxiliary sciences” such as palaeography and diplomatics in the 17th and 18th century which were very much focused on the material aspects of written objects. By the 19th century it found its way into the bibliographic descriptions, either in a scholarly environment or in auction and sales catalogues as part of a bibliophilic interest.

This pre-historical time of “materiality” as a research concept is not well known. We welcome proposals dealing with examples of a “material” approach to manuscripts and documents in medieval and early modern times, and evidencing the consequences of this past material concern on modern scholarship (e.g. identification of well described manuscripts in past collections vs. apparently lost collections).

  • Materiality in Scholarly Editions

When doing editorial work, scholars may take the materiality of the text into account and either decide to discard their observations or communicate them to the user. From imitative, so-called “diplomatic” editions to very normalizing ones, several models coexist depending on editorial goals, national traditions, text genres, or witness tradition with regard to the nature of the textual work. Discussions of former editions and practices are welcome, as well as proposals discussing the current developments in scholarly editions. This could include reflections on the tensions resulting from tight schedules due to fixed-term contracts and the ideal of exhaustive material description and analysis.

  • Genre and materiality: literary genre and their influence on layout, decoration, and scripts

The connection between text and object is reflected by specific requirements for the written object in the fields of diplomatics, epigraphy, codicology (layout, material structure), art history (iconography, decoration), and palaeography (script types, abbreviations, script size and degree of formality).

Recurrent patterns in book production have already been identified, such as books of hours and prayers for lay people being small in size, illustrated, and written in long lines, or genealogies and universal histories being written in scroll format in order to stress the continuity. There are also illuminators working mainly in the production of one or two literary genres, for whom it is not always possible to ascertained if it is a consequence of being hired by one librarian or if they specialized into specific iconographic types. Illuminated charters as a category may also be connected with specific conditions in their creation.

Connexions between script types and text genres also may be a medieval reality uncovered by modern research (Beneventan/Caroline scripts depending on genres) or a historiographical construct (such as the misleading “gothic liturgical script” or Uncial as Christian script). In this regard, cultural divide and contact zones (Beneventan, Wisigothic vs. Caroline; Humanistic vs. Gothic) deserve special attention, as well as a further study of “pragmatic literacy” under the pragmatic aspect of writing.

Medieval autographs form a cross-genre domain, in which the intervention of the author may provide modern scholars with additional information. Yet, only a reciprocal analysis of text and handwriting in their context should allow the expertise of autography. Theoretical proposals and case studies demonstrating how material (here mainly palaeographic) and textual inquiries interact are welcome.

Papers could focus on new results within these known patterns or new connections between text and materiality.

  • Fragments and damaged text objects: an ex post decided layout and format definition

Fragments are a challenging form to study manuscripts both as texts and objects. They pose specific challenges for the identification of the textual contents as well as the objects’ origin and life. Proposals may present innovative tools and projects, as well as scholarly research based on virtual or physical reconstruction of dismembered or fragmentary text objects. The organizers particularly welcome proposals dealing with the fragment as source for the broader historical context (e.g. textual history, reception and cultural transfers).

  • Imaging techniques and physicochemical analysis of medieval text objects

The material analysis is not a new field any more. Imaging techniques available for manuscript research include those based on physicochemical properties (multispectral, X-ray fluorescence, etc.) as well as those that allow a better perception of the object (Reflectance Transformation Imaging, 3D scan). Recent technological advances now allow a better coordination of textual studies,imaging and physicochemical research. Examples include the Archimedes palimpsest, the manuscripts from Mount Sinai or the rolls from Herculanum and Ein Gedi. For this session we expect proposals illustrating how material analyses or imaging techniques can reveal hidden or illegible text layers and therefore have a direct impact on our understanding of the textual content and its history.

 

Papers of 20 minutes in length are invited. To propose a paper, please send a brief abstract (250 words max) to

  • dominique.stutzmann@irht.cnrs.fr
  • katharina.kaska@univie.ac.at
  • sebastien.barret@cnrs-orleans.fr
  • paul.bertrand@uclouvain.be
  • christoph.egger@univie.ac.at
  • georg.vogeler@uni-graz.at

The deadline for receipt of submissions is 25th September 2018.

Modi scribendi duo

Saint-Omer, Bibl. aggl., ms. 313, claie

Il y a tout juste six ans, je donnai une communication à Namur sous le titre « ‘In varietate concordia’ : les traditions livresque et cursive au XIIe siècle » dans le cadre du cycle de conférences organisées par le centre de recherche « Pratiques médiévales de l’écrit » (cf. programme). Le titre, pour lequel j’ai cédé à la mode du surtitre latin, évoquait la théorisation de deux modes d’écriture et j’ai présenté les problèmes d’attribution, de datation et d’identification des mains par-delà la divergence de ces modes. Depuis, des articles et études très stimulants ont paru, notamment les définitions du polygraphisme dans T . De Robertis, « Una mano tante scritture. Problemi di metodo nell’identificazione degli autografi », dans Medieval Autograph Manuscripts. Proceedings of the XVIIth Colloquium of the Comité International de Paléographie Latine, held in Ljubljana, 7-10 September 2010, édité par Nataša Golob, (Bibliologia 36), Turnhout: Brepols, 2013, p. 17‑38.

Au cours d’un séjour de recherche à Saint-Omer dans le cadre du projet collaboratif Saint-Bertin centre culturel du  VIIe au XVIIIe siècle : constitution, conservation, diffusion, utilisation du savoir, avec des collègues et étudiants, j’ai eu la joie d’étudier de plus près le manuscrit 313 de la Bibliothèque d’agglomération, déjà numérisé par l’IRHT et accessible dans la BVMM.

Et là, je trouve un fragment d’une Ars dictandi dont le copiste change son écriture pour passer, si j’ose dire, au style direct et donner le texte d’un acte. Il emploie donc une Textualis libraria pour copier l’ouvrage et les conseils donnés au lecteur, mais ce que l’on pourrait appeler dans le domaine livresque une Cursiva antiquior pour le texte des actes. Il s’agit d’une écriture diplomatique contemporaine et d’une preuve inattendue de la conscience graphique du copiste.

Compte-rendu final du projet ORIFLAMMS / ORIFLAMMS Final report

Lien vers le rapport complet / Link to the full report:
D. Stutzmann, Projet ANR-12-CORP-0010 Oriflamms: Compte-rendu de fin de projet, octobre 2016, 31 p. [en ligne] http://oriflamms.hypotheses.org/files/2017/04/Oriflamms-Compte-rendu-final.pdf

English version below

Capture d’écran du logiciel oriflamms.exe

 

L’écriture du Moyen Âge : un objet sous le regard croisé des Humanités et des Sciences de l’ingénieur

 Comprendre les écritures dans une approche transdisciplinaire

Le projet ORIFLAMMS (Ontology Research, Image Features, Letterform Analysis on Multilingual Medieval Scripts) a rassemblé trois laboratoires SHS, trois laboratoires STIC et une société industrielle pour étudier les écritures du Moyen Âge et le multilinguisme médiéval dans une approche interdisciplinaire et novatrice.

À la rencontre d’enjeux épistémologiques, scientifiques, technologiques, industriels et sociétaux, ORIFLAMMS analyse l’évolution des systèmes et formes graphiques des écritures d’un temps long (le Moyen Âge) selon leur contexte de production (écritures usuelles, diplomatiques ou livresques) et leur langue (latin ou vernaculaire). Il établit un Corpus de référence, une ontologie des formes et une analyse des structures graphiques des écritures pour passer d’une approche linéaire (textuelle) à une approche visuelle pour répondre aux interrogations des linguistes, historiens des écritures (paléographes, diplomatistes et épigraphistes) et chercheurs industriels en reconnaissance des formes. Il développe à cette fin des outils d’analyse d’image innovants et open source pour l’analyse graphique et l’analyse textuelle.

Il doit permettre aux historiens et linguistes de comprendre les évolutions de l’écriture dans l’environnement multilingue du Moyen Âge ; offrir à l’industrie des technologies nouvelles pour l’analyse des écritures manuscrites et leur utilisation dans un contexte numérique. À l’avenir, il pourra aussi enrichir l’approche des processus scripturaux des anthropologues, pédagogues et neurocognitivistes.

Élaboration de corpus, intelligence artificielle, vision par ordinateur et expertise humaine

L’étude des écritures du Moyen Âge selon leurs différents contextes et langues s’est fondée sur une association étroite entre les différents acteurs.

Un premier volet consistait en l’élaboration d’un Corpus de référence qui dépasse en taille et en diversité, tous ceux utilisés jusqu’à présent et qui couvre diverses situations d’écritures au Moyen Âge : plus de 250 inscriptions en latin et en français, de 100 chartes et documents, près de 200 pages de livres latins, 130 pages d’un manuscrit français (Queste del saint Graal), et 400 pages de registres de chancellerie.

Un deuxième volet consistait à développer des outils pour « aligner », c’est-à-dire associer de façon fine le texte et l’image, afin de permettre une étude conjointe du texte et de l’image du texte avec ses phénomènes graphiques (abréviations, jeux de lettres, présence de majuscules ou de ponctuation). Pour ce faire, deux méthodes ont été mises en œuvre. La première méthode proposait une analyse de l’image sans apprentissage préalable (« learning free ») en reposant sur un code d’analyse des caractères écrits ; elle a été intégrée dans un logiciel open source publié par le consortium du projet. La deuxième méthode se fonde sur de l’intelligence artificielle. Dans cette deuxième méthode, on dit à la machine quelles sont les pages et quel est le texte et elle apprend, toute seule ou presque, comment lire et associer les différents pixels à des lettres.

Enfin, le troisième volet comprenait la validation et l’analyse des résultats des machines par les « humains », à la fois pour identifier les forces et faiblesses des logiciels utilisés et pour alimenter l’expertise historique.

Résultats majeurs

Les résultats obtenus se répartissent en six catégories : (1°) Corpus de référence ; (2°) Définition du format ; (3°) Livrables logiciels ; (4°) Alignements texte-image ; (5°) Analyse paléographique (SHS/STIC) ; (6°) Réflexion sur l’interdisciplinarité.

Le Corpus de référence dépasse en taille et en diversité les données utilisées jusqu’ici et a été publié dans un format interopérable qui pourra être utilisé à l’avenir par des chercheurs de tous horizons (https://github.com/oriflamms). Les partenaires ont amélioré des logiciels qui existaient déjà, mais ils ont aussi publié un logiciel open source (https://github.com/Liris-Pleiad/oriflamms) qui pourra être intégré par des grandes bibliothèques numériques. Les alignements texte-image réalisés par l’intelligence artificielle sont les meilleurs actuellement publiés et permettront à d’autres chercheurs d’entraîner leurs machines pour aller plus rapidement vers une lecture assistée par ordinateur. Au cours de ce projet, ces alignements ont déjà permis de grandes avancées dans l’analyse des différentes formes de lettres au cours du temps, tout en enrichissant la réflexion sur la recherche transdisciplinaire, tant à l’intérieur du consortium du projet que lors de l’organisation de séminaires internationaux, qui ont mis à jour, de façon nouvelle, des éléments cruciaux, tels qu’une correcte identification des partenaires, de leurs rôles, de leur degré d’expertise, et des processus de construction de la confiance.

Production scientifique

Le projet ORIFLAMMS a développé une production scientifique dans les différents champs où il était actif. Dans le champ épigraphique et paléographique, les principes mêmes du projet ont fait l’objet de publications, mettant dans une perspective nouvelle le phénomène de « canonisation » de l’écriture et l’importance de la variabilité comme critère d’analyse de l’histoire de l’écriture. L’étude de l’espace entre les mots a permis des recherches multi-auteurs à la croisée entre linguistique et paléographie. En analyse d’images, plusieurs articles ont montré les avancées faites pour l’alignement texte-image tant sans apprentissage qu’avec intelligence artificielle. Enfin des publications ont porté sur le travail transdisciplinaire et ses fruits pour les communautés concernées.

Illustration

Capture d’écran du logiciel oriflamms.exe

Informations factuelles

Le projet Oriflamms est un projet de recherche fondamentale, lié à un développement expérimental, coordonné par l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (CNRS, UPR 841). Il associe aussi une entreprise industrielle A2iA, ainsi que des laboratoires en Sciences humaines (ICAR, CESCM, Centre Jean Mabillon) et en Sciences de l’Ingénieur (LIPADE, LIRIS). Le projet a commencé en février 2013 et a duré 42 mois. Il a bénéficié d’une aide ANR de 241 000 € pour un coût global de l’ordre de 750 000 €.

 

English consolidated abstract

Lien vers le rapport complet / Link to the full report:
D. Stutzmann, Projet ANR-12-CORP-0010 Oriflamms: Compte-rendu de fin de projet, octobre 2016, 31 p. [en ligne] http://oriflamms.hypotheses.org/files/2017/04/Oriflamms-Compte-rendu-final.pdf

Medieval scripts: a Research field for the Humanities and Computer Science

Understanding medieval scripts in a cross-disciplinary approach

The ORIFLAMMS (Ontology Research, Image Features, Letterform Analysis on Multilingual Medieval Scripts) research project gathered three research teams in the Humanities, three labs in Computer Science as well as a private company to analyze the medieval scripts and the medieval multilingualism.

ORIFLAMMS addresses a broad range of issues, ranging from epistemology and science to technology, industry and society, through the analysis of writing systems, their evolution in the long period of the Middle Ages, and their variation according to the production context (daily-life writings, diplomatic and book scripts) and language. It also establishes a Reference corpus, a formal ontology of character forms, and a new way of analyzing graphic structures of scripts in order to move from a linear-textual approach to a visual one. This will, in turn, allow new research results for linguists, historians and industry researchers in computer vision. The large scope of this project give new clues to understand the evolution of scripts in a multilingual environment and to develop technologies to analyze handwritten texts. The deliverables can also be used by anthropologists, pedagogy and neuroscience researchers to enhance their understandings of scriptural processes.

Corpus, artificial intelligence, computer vision and human expertise.

The research on medieval scripts and their variation according to context and language required a profound collaboration between the different partners.

Firstly, they established a Reference corpus, which is larger and more diverse than the actual standard ones. It represents the different writing situations in the Middle Age: more than 250 French and Latin inscriptions; 100 charters and documents; ca. 200 pages of Latin manuscripts; 130 pages of the French Queste del saint Graal and 400 pages of Chancery registers.

Secondly, they developed new tools to perform the “text-image alignment”, i.e. associate the text and its coordinates on an image at a fine level of granularity so as to allow a joint analysis of the text and its graphical appearance (abbreviations, interlaced letters, capitalization, punctuation). Two different methods were implemented. The first one consists in the coding of written characters and a learning-free image analysis; it is implemented in the open source software that the project consortium published. The second one is based on artificial intelligence and machine learning: given the page images and the text, the machine learns how to read and associate the pixels to letters.

Thirdly, the human experts validated and analyzed the results provided by automated processes, in order to measure the accuracy of machines and nourish the historical study.

Main outputs

The Oriflamms project produced six sorts of outputs: (1) Reference corpus; (2) Format specification; (3) Software; (4) Text-image alignments; (5) Palaeographical analysis (Humanities/Computer Science); (6) Cross-disciplinary methodology.

The Reference corpus outmatches the actual standard corpuses by its size and its diversity. It is published under an interoperable format (https://github.com/oriflamms). The involved teams enhanced already existing software, but also published an open source software (https://github.com/Liris-Pleiad/oriflamms), which larger digital libraries may now integrate in their infrastructure. The alignments provided by the artificial intelligence mechanisms are the best ones actually published and provide the ground-truth to train new machines and progress towards handwritten text recognition for medieval scripts. During this research project, the alignments already allowed for new insights in the analysis of letter shapes and their evolution. At the same time, the different teams reflected on their experiences of cross-disciplinary works and organized international seminars which identified crucial factors for a successful partnership (identifying and defining the roles of partners, assessing their expertise, trust building mechanisms).

 

Scientific outputs

The researchers involved in the ORIFLAMMS project produced scientific outputs in all fields covered by the research project. In epigraphy and palaeography, the core principles of the research were explained by several publications to put in a new perspective the “canonization” process and the variability of script as a major factor to analyze the history of scripts. The study of word spacing was performed and published in multi-authors articles at the crossroads of linguistics and palaeography. In Image analysis, several papers have demonstrated the new advances in text-image alignment (learning free as well as with artificial intelligence). Several research papers give our conclusions on the methodology of cross-disciplinary research and its outcomes in the respective communities.

Facts and figures

The research project Oriflamms is a fundamental research, linked to an experimental software development. It is led by the Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (CNRS, UPR 841). It gathers a industrial company A2iA as well as public research labs in the Humanities (ICAR, CESCM, Centre Jean Mabillon) and in Computer science (LIPADE, LIRIS). The project started in February 2013 for a 42-months duration. It received a 241 000 € funding from the ANR, for a global cost of around 750 000 €.

Oriflamms @Leeds IMC 2016 : blancs entre les mots ; vision par ordinateur ; fouille de données et proportion invariante

L’International Medieval Congress 2016 de Leeds va vers sa fin. De nombreuses communications de grande qualité ont déjà été prononcées dans des sessions toujours plus nombreuses où il est de plus en plus difficile de choisir.

Parmi les « strands » ou sessions auxquels j’ai assistés et liés, voici ceux portant sur les manuscrits, à la paléographie et au numérique (Guiding the Mind of the Beholder: The Materiality of Medieval Texts as Determinant of Its Meaning and Use, sessions 109, 209, 309 ; Digital Methods round table 432, sessions 531, 631, 731 ; The Reception and Evolution of Caroline Minuscule in the Iberian Peninsula 1109, 1209, 1309 ; Stylus as a Paint Brush: Writing and Artistic Creation 1511, 1611) et il m’a été impossible de me rendre à la session de Ben Albritton (1631).

De mon côté, j’ai montré pour Oriflamms comment notre logiciel permet de mesurer objectivement les espaces entre les lettres et entre les mots. En validant la méthode de Paul Saenger (1997) pour évaluer une unité d’espace, je propose de la rapporter à la longueur moyenne d’un caractère (un espace peut être perçu à partir de 2/5e de caractère et il devient clair à 1/2 caractère de longueur). Les espaces varient selon la nature grammaticale des mots et permettent de mettre en lumière une conscience linguistique chez les scripteurs médiévaux.

Au cours de la communication « Le manuscrit Yale, Beinecke Library, MS 625 est-il grand? » de mon collègue Renaud Alexandre de l’IRHT, j’ai pu voir les dimensions de 35000 manuscrits projetés sur une même diapositive. Pour cela, il a utilisé le dump de la Schoenberg database. Cela lui permet de voir, époque par époque, la distribution des dimensions des manuscrits et d’évaluer la grandeur relative d’un livre par époque. Et là, miracle pour moi : j’ai vu la confirmation de ce que j’écrivais en 2002 dans ma thèse des Chartes. Pour l’ensemble du Moyen Âge, il est inutile de classer les manuscrits selon leur « proportion » par rapport à la « proportion invariante (0,707) » comme fait dans les ouvrages fondamentaux de la codicologie quantitative. En effet, la courbe de tendance des dimensions est une droite, mais qui ne passe pas par zéro !

Voici l’extrait concerné de ma thèse de 2002 :

 

1.1.1.1.                           Proportion (Largeur / Hauteur)

Après avoir étudié la taille et la hauteur, il nous faut prendre en considération les rapports des différentes mesures du feuillet, en particulier la largeur et la hauteur. Premier rectangle qui s’offre à l’étude, le feuillet lui-même pourrait porter les « rapports non arbitraires » ou « remarquables » de Tschichold et Gilissen, et manifester des proportions idéales utilisées pour la construction et la mise en page des manuscrits[1]. Exception faite de la proportion invariante de 0,707 utilisée de nos jours pour fabriquer le papier en Europe, tout pliage entraîne un changement de proportion. Selon les formats matériels et les jugements esthétiques des artisans du livre, la proportion peut prendre des valeurs variées.

Pour le scriptorium de Fontenay, le graphique ci-dessous montre une courbe de proportion fortement erratique. De prime abord, il n’apparaît aucune corrélation manifeste entre la taille des manuscrits et la proportion des feuillets. Le graphique représentant le groupe des manuscrits du xiie siècle ne fait pas plus apparaître d’homogénéité que le graphique ci-dessus représentant l’ensemble des manuscrits conservés de la bibliothèque.

 

Néanmoins, il ne faut pas se laisser abuser par cette apparence de répartition arbitraire. En effet, la comparaison des livres produits à Fontenay avec le corpus étudié par F. Bischoff présente un intérêt majeur, en mettant en lumière des différences sensibles dans la répartition des proportions[2].

 

Proportion (largeur / hauteur) Corpus de F. Bischoff Scriptorium de Fontenay
< 0,66 3 mss = 5,4 %
0,66-0,68 10 mss = 12,7 % 9 mss = 16,1 %
0,69-0,71 12 mss = 15,2 % 23 mss = 41,1 %
0,72-0,74 31 mss = 39,2 % 20 mss = 35,7 %
0,75-0,77 15 mss = 19 % 1 ms = 1,8 %
0,78-0,80 7 mss = 8,9 %
0,81-0,83 2 mss = 2,5 %
0,84-0,86 1 ms = 1,3 %
0,87-0,89 1 ms = 1,3 %
Total 79 mss = 100 % 56 mss = 100 %

 

La confrontation des deux corpus permet de tirer une conclusion : ce que l’on interprétait dans le cas de Fontenay comme une courbe erratique ne semblait si peu régulier qu’en raison d’une trop courte vue et de la loupe posée sur un ensemble restreint de manuscrits. Au regard des données présentées dans le tableau ci-dessus, la répartion observable à Fontenay est beaucoup plus resserrée et homogène. Cette comparaison permet de révéler une norme et des pratiques cohérentes dans la production du scriptorium de Fontenay : presque 77 % des livres qui y sont copiés ont une proportion comprise entre 0,69 et 0,74, c’est-à-dire proche de la proportion invariante.

En élargissant encore le champ d’analyse et en confrontant la répartition des proportions avec la taille, il apparaît que le scriptorium de Fontenay inverse complètement les évolutions constatées par E. Ornato pour l’ensemble des manuscrits du xiie siècle et présentées dans le premier graphique ci-dessous[3]. Le profil général montre en effet que les livres avec une proportion inférieure à 0,707 ont presque tous une taille inférieure à 632 mm ; deux forts contingents se trouvant entre les tailles de 382 à 407 mm, puis entre les tailles de 507 à 607 mm. Les livres avec une proportion supérieure à 0,707 voient leur nombre croître progressivement jusqu’à la taille de 632 mm.

E. Ornato, C. Bozzolo, Pour une histoire du livre manuscrit au moyen âge : trois essais de codicologie quantitative, Paris : Ed. du c.n.r.s., 1980-1983, t. I, p. 339, graphique F’

Les livres écrits dans le scriptorium de Fontenay présentent une répartition bien distincte, avec une inversion des évolutions décrites ci-dessus. Les manuscrits de petite taille ne sont pas représentés, alors que ceux de proportion supérieure à 0,707 sont nombreux jusqu’à une taille de 601-625 mm, avec un pic important entre 550 et 625 mm. Les volumes avec une proportion inférieure à 0,707 ont une population en croissance et culminent pour les tailles de 601-650 mm. Le phénomène le plus étonnant est la présence de manuscrits d’une proportion inférieure à 0,707 dans les grandes tailles, ainsi que le montre le graphique ci-dessous.
Taille et proportion (12e siècle et Fontenay au 12e siècle)
L’inversion du profil général est, comme la comparaison précédente, d’autant plus intéressante qu’elle met en lumière une singularité, qui, face aux chiffres généraux n’apparaît non plus erratique, mais relevant d’une autre organisation. Les fondements de celle-ci doivent être recherchés dans les canons de la production monastique bourguignonne. Proportion et variance diffèrent d’un scriptorium à l’autre[4]. L’on constate certes une uniformisation des pratiques au xiie siècle dans toute la France du Nord, avec une proportion inférieure en moyenne à 0,707 et une variance très faible, des différences nettes demeurent néanmoins entre les différents scriptoria. À Clairvaux, par exemple, la proportion moyenne est de 0,697 (avec une variance très faible de 0,00083) et, à Cîteaux, la proportion moyenne est de 0,703 (avec une variance de 0,00088)[5]. L’ensemble des livres produits par le scriptorium de Fontenay a une proportion moyenne de 0,704, avec une variance de 0,00075[6]. Ces résultats prouvent à la fois que la proportion n’est pas une norme absolue et qu’elle varie, mais que les variations sont limitées. Plus encore que pour la taille et la hauteur, où l’on constate les effets des contraintes matérielles, mais où le choix esthétique de confectionner des volumes de grand format s’impose, l’étude de la proportion des feuillets montre que le scriptorium de Fontenay a des pratiques homogènes, qui s’insèrent de surcroît dans un contexte esthétique cistercien et place Fontenay dans la mouvance de Cîteaux.

1.1.1.2.                           Hauteur et largeur : une autre approche

Si, au regard de la démonstration précédente, la proportion n’apparaît pas un fait arbitraire, mais le résultat d’une pratique. Nous désirons envisager une autre approche du rapport entre hauteur et largeur. La codicologie quantitative travaille avec la proportion : ainsi en est-il J. P. Gumbert, dans les Mélanges Hellinga[7] ou de G. Guerrini à propos des manuscrits de Pétrarque[8]. J. P. Gumbert affirme, pour commenter sa figure 1 où l’on voit disposés les hauteurs et les largeurs des manuscrits :

« The first diagram shows the sizes of 390 MSS. : 227 from the 8th to the 12th century, 163 from the 13th. […] The most striking aspect of this diagram is, that the MSS. are aligned so nicely along a straight line, and that this line virtually coincides with the line corresponding to the famous proportion a√2 […] It is not a matter of course for books to have this proportion ».

Ces deux études codicologiques observent la proportion, qui est le rapport le plus évident, et s’en contentent. Pourtant l’étude à nouveaux frais de leurs planches nous conduit à proposer une nouvelle méthode d’approche, qui ne serait pas obnubilée par les proportions nettes et simples, en particulier par la proportion normalisée et invariante du papier européen. Les deux graphiques de Gumbert et Guerrini montrent une répartition qui se modélise par une fonction affine de type y=ax+b. Ci-après, nous ajoutons à leur planche respective, les droites représentant les deux fonctions affines suivantes :

hauteur (en cm) = 5 + 1,25 x largeur (en cm)

hauteur (en cm) = 4 + 1,21 x largeur (en cm)

Ces deux fonctions semblent en effet mieux correspondre à la répartition des hauteur et largeur des manuscrits étudiés, la première par J. P. Gumbert, la seconde par G. Guerrini.
Gumbert Sizes of manuscripts p 278
Guerrini I trionfi del Petrarca pl 6
C’est sous cet angle que nous reprenons l’étude des livres produits par le scriptorium de Fontenay. L’approche géométrique présente l’avantage de sa plus grande simplicité et permet de voir la signification des rapports entre hauteur et largeur.

Hauteur et largeur des manuscrits du scriptorium de Fontenay

Le graphique permet de définir le rapport suivant comme base de la confection de livres à Fontenay :

hauteur (en cm) = 4 + 1,24 x largeur (en cm)

Le coefficient directeur est proche de celui obtenu par Gumbert pour une étude portant sur un large corpus de manuscrits antérieurs au xiiie siècle ; il diffère en revanche sensiblement de celui obtenu pour les manuscrits de Trionfi. Cette approche par fonction affine n’est pas incompatible avec les études sur la proportion, dont les résultats restent valables. Elle confirme notamment la spécificité des esthétiques des différents scriptoria, en montrant l’existence de différences bien réelles. Il n’en demeure pas moins qu’il faut nuancer l’importance de la proportion comme critère d’analyse des rapports entre hauteur et largeur dans l’étude des dimensions des feuillets pour les livres manuscrits du Moyen Âge. Il faudrait en effet préférer l’observation de la fonction affine qui rend mieux compte de la façon dont le parchemin, une fois sa surface préparée, est disposé pour recevoir l’écriture.

[1] L. Gilissen, Prolégomènes à la codicologie : recherches sur la construction des cahiers et la mise en page des manuscrits médiévaux, Gand, 1977

[2] Bischoff et Maniaci, « Pergamentgröße – Handschriftenformate – Lagenkonstruktion. Anmerkungen zur Methodik und zu den Ergebnissen der jüngeren kodikilogischen Forschung » p. 293, fig. 6

[3] Ornato et Bozzolo, Pour une histoire du livre manuscrit au moyen âge : trois essais de codicologie quantitative, t. I, p. 339, graphique F’.

[4] Ibid., t. I, p. 300-303. Cette différence est, par exemple, très sensible au XIe siècle quand les scriptoria de l’Est restent plus fidèles aux proportions carolingiennes et que les scriptoria parisiens préfèrent tôt des manuscrits plus étroits.

[5] Ibid., t. I, p. 304, tableau XVI. Les proportions et variances respectives sont les suivantes : Clairmarais, 0,719 et 0,00083 ; Saint-Amand 0,677 et 0,00065 ; Vauclair 0,693 et 0,00072 ; Belval 0,675 et 0,00107 ; Signy 0,692 et 0,00108, Saint-Thierry de Reims 0,682 et 0,00150 ; Saint-Remi de Reims 00,683 et 0,00063 ; Clairvaux 0,697 et 0,00083 ; Cîteaux 0,703 et 0,00088}. Il est malheureusement difficile de savoir sur quoi se fondent exactement ces statistiques.

[6] Si l’on calcule la proportion moyenne sur tous les manuscrits du xiie siècles provenant de la bibliothèque de Fontenay, celle-ci est de 0,7017, c’est-à-dire à peu près à mi-chemin entre Clairvaux et Cîteaux. Cette différence montre la spécificité de la production fontenaisienne même par rapport aux modèles dont le scriptorium pouvait disposer.

[7] J. P. Gumbert, « The sizes of manuscripts. Some statistics and notes », dans Anthony R. A. Croiset Van Uchelen (éd.), Hellinga Festschrift / Feestbundel / Mélanges. Forty-three studies in bibliography presented to Prof. Dr. Wytze Hellinga on the occasion of his retirement from the chair of neophilology in the University of Amsterdam at the end of the year 1978, Amsterdam, 1980, p. 277-288, p. 278.

[8] Guerrini, « Il sistema di comunicazione di un « corpus » di manoscritti quattrocenteschi. I « Trionfi » del Petrarca » fig. 6 entre les p. 184 et 185.