Tous les articles par Dominique Stutzmann

Appel à communication / CfP : Empire des lettres et tigres de parchemein — International Medieval Congress (Leeds, 7-10 / 07 / 2014)

Les partenaires d’Oriflamms, sous le patronage d’Apices et de Cap Digital, organisent des sessions paléographiques sur le thème ‘Empire’ dans le cadre de l’International Medieval Congress 2014 à Leeds (Royaume-Uni).

(English version below)
(Deutsche Version: siehe unten)
(Versión española abajo)

L’écriture n’est pas un moyen de communication neutre. En particulier, les écritures ont servi, tout au long du Moyen Âge, à mettre en scène l’idée d’Empire, de pouvoir et de domination. Les exemples les plus célèbres en sont les litterae caelestes de l’Antiquité tardive, la curialis de la chancellerie pontificale, les litterae elongatae. La pertinence du concept d’Empire ne se limite cependant pas aux écritures pragmatiques, comme le montrent l’écriture prophétique d’Hildegarde de Bingen pour sa lingua ignota, qui connote l’empire divin, ou encore l’écriture humanistique, aussi dite littera antiqua, qui prétend reproduire l’écriture de l’Antiquité pour la littérature latine classique et, par conséquent, reproduire l’écriture d’une forme disparue de l’Empire. L’écriture a ainsi la possibilité de connoter l’autorité et l’Empire, et d’inspirer le respect.
Aussi ces sessions sont-elles placées conjointement sous le titre de l’étude d’E. T. Bannett sur les manuels épistolaires « Empire of letters » (Empire des lettres), qui montre comment les lettres ont unifié un Empire, et également sous le signe de l’ironie politique des « Tigres de papier », ici, « tigres de parchemin », qui applique dans le domaine paléographique l’idée que des écrits, par leurs particularités graphiques et de mise en forme, puissent susciter admiration, respect et terreur sacrée.
Si la minuscule caroline est un symbole manifeste d’une entreprise à la fois politique et culturelle, elle montre aussi la complexité du lien entre Empire et écriture. Dans le même mouvement, Charlemagne unifiait un espace politique et lui donnait une écriture commune ; ce faisant il unifiait un Empire par ses lettres (la caroline finit par exclure l’usage des écritures dites ‘nationales’ comme la bénéventaine des Lombards ou des autres écritures issues de l’Empire, comme la curialis), mais aussi le domaine scriptural, l’Empire des lettres (la caroline s’impose comme écriture livresque aussi bien que dans le domaine documentaire). Pourtant, la caroline n’est pas une création impériale : elle précède la renovatio imperii et n’est qu’une sélection de formes au milieu d’évolutions multiples, alors que les autres écritures impériales (litterae caelestes, curiales, elongatae) sont des héritières fossilisées de temps prestigieux mais révolus : elles ne sont pas seulement archaïsantes, elles connotent l’autorité de l’Empire.
Le domaine scriptural peut aussi être étudié comme un monde en soi, « l’Empire des lettres », avec sa cohérence et son histoire. Les affiches de maîtres écrivains et de calligraphes, les modèles d’écriture, les écritures spécifiques à un genre (par ex., la « gothique liturgique », l’écriture de la chancellerie impériale), les influences des écritures données ou perçues comme « impériales » ou les conséquences sur l’écriture des prétentions politiques (en France, l’invention de la « mixte » est contemporaine de l’adage « le roi est empereur en son royaume) reflètent l’idée d’un « imperium » distinct, permettant de distinguer des sphères et hiérarchies de pouvoir.
Ces deux grandes dimensions de « l’Empire des lettres », à savoir la connotation de l’Empire par les lettres et la structuration du domaine scriptural (c’est-à-dire le domaine partiellement autonome des écritures), relèvent du présent appel à communication.

Continuer la lecture de Appel à communication / CfP : Empire des lettres et tigres de parchemein — International Medieval Congress (Leeds, 7-10 / 07 / 2014)

Un partenariat internation pour Oriflamms : l’université de Valencia (Espagne)

Après la rencontre de Leeds avec Maria José Castro Bleda et, en partie, grâce au financement du pôle de compétitivité Cap Digital, deux étudiants du département d’informatique de l’Université polytechnique de Valencia (Espagne) sont venus travailler dans les bureaux du LIRIS à Lyon du 21 au 25 juillet 2013. Ils ont notamment présenté la suite logicielle STATE et le projet HITITA.

Le système STATE associe plusieurs modules pour rendre la transcription de documents anciens plus rapide et plus aisée. Avec des fonctionnalités avancées pour préparer les images et analyser la mise en page (colonnes et ligne), il offre la possibilité d’établir des répertoires de glyphes et de corriger aisément le résultat de la reconnaissance optique (au clavier, à la voix ou au stylet sur tablette tactile avec reconnaissance d’écriture manuscrite).

Ces logiciels et recherches sont évidemment en lien avec les travaux d’ORIFLAMMS sur l’écriture médiévale. Des tests ont été effectués sur des manuscrits de notre corpus (en particulier, la Queste du Graal), montrant une capacité d’apprentissage importante, malgré l’absence de modèle linguistique adapté.

Le futur reste à imaginer…

ORIFLAMMS @ Leeds IMC 2013 = Digital Pleasures

Sous le titre Digital Pleasures, une série de sessions organisées par Jinna Smit, Jan Burgers, Sébastien Barret et Dominique Stutzmann a exposé les méthodes d’analyse de l’écriture et de l’édition de texte.

Ces sessions ont connu un succès inattendu, avec un public très supérieur à la capacité de la salle et des personnes assistant debout aux présentations et au débat. Elles ont été sponsorisées par le Groupement de Recherche ‘Diplomatique’ (GDR 3177-CNRS), APICES (Association Paléographique Internationale, Culture, Ecriture, Société) et Cap Digital.

Plusieurs grands thèmes ont été abordés dans ces sessions : automatisation de l’identification de mains et de la datation (interprétation, degré d’automatisation possible) ; datation et attribution par les allographes (Petros Samara, S. Brookes) ; ergonomie et rôle du chercheur ; web de données.

Une nouvelle collaboration pour le projet Oriflamms a été décidée : l’Université de Valencia, en Espagne, enverra deux de ses étudiants auprès du LIRIS en juillet ! D’autres travaux et collaborations sont entamées avec L. Schomaker pour tester le GIWIS sur de nouveaux corpus.

Le projet Oriflamms a été très bien représenté sur place : dans ces sessions, évidemment, par Alexey Lavrentev et moi-même, mais aussi, dans une autre session par Vincent Debiais et Estelle Ingrand-Varenne (session 508).

Programme

Session 530

Digital Pleasures, I: Pleasing the Paleographer? – Examples of Automatic Writer Identification

Tuesday 2 July 2013: 09.00-10.30

Moderator/Chair: Georg Vogeler (Zentrum für Informationsmodellierung in den Geisteswissenschaften, Karl-Franzens-Universität, Graz)

Paper 530-a. Jinna Smit. GIWIS Revisited, or Why It Keeps Getting Better: Handwritings of Chancery Clerks of the Count of Holland, 1299-1345
Paper 530-b. Lambert Schomaker. The Groningen Intelligent Writer Identification System: Do Try This at Home!
Paper 530-c. Benedikt Hotz. Annotating, Describing, and Analysing: Digital Writer Identification in Medieval Papal Documents – Changes and New Chances for Paleographical Methods
Paper 530-d. Vincent Christlein. A Letter Driven Writer Identification in Medieval Papal Charters

Since a few years, paleographers are experimenting with automatic writer identification. Test results clearly show that software can be used to analyze medieval handwritings. This session aims at showing researchers the promises and limitations of working with these digital tools. The papers are presented by paleographers and computer experts as the expertise of both sides is needed to make reliable writer identification software.

Session 630

Digital Pleasures, II: Tools for Dating and Describing Script

Tuesday 2 July 2013: 11.15-12.45

Moderator/Chair: Jan Burgers (Huygens ING – KNAW (Instituut voor Nederlandse Geschiedenis, Koninklijke Nederlandse Academie van Wetenschappen), Den Haag / Universiteit van Amsterdam)

Paper 630-a. Petros Samara. Constructing a Medieval Palaeographic Scale
Paper 630-b. Jean-Paul van Oosten. Word Image Retrieval from Historical Handwritten Document Collections: The Monk System
Paper 630-c. Stewart J. Brookes. Answers and Questions: Digital Approaches to Dating Medieval Script

The time-honoured scholarly discipline of paleography has recently been rejuvenated by the digital technology. This offers innovative ways of interrogating and interacting with medieval script, opening up new possibilities for the study of scripts, scribes, and manuscripts, and even tackling the difficult aspect of dating and locating a script of unknown provenance. In this line of research, computer expertise and traditional paleography work in close collaboration.

Session 730

Digital Pleasures, III: Diplomatics and Editorial Practices in the 21st Century
Tuesday 2 July 2013: 14.15-15.45
Moderator/Chair : Dominique Stutzmann (Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, Centre National de la Recherche Scientifique, Paris)

Paper 730-a. Rosemonde Letricot. Scholarly Data and Linked Data: A Challenge for Medievalists
Paper 730-b. Sébastien Barret. Cluniac Charters in the Monumenta Palaeographica Medii Aevi: How an Edition Project Gets Old-Fashioned and Tries to Catch Up
Respondent : Georg Vogeler (Zentrum für Informationsmodellierung in den Geisteswissenschaften, Karl-Franzens-Universität, Graz)

Much has been said and written on text edition, and maybe even more on its modern, digital forms. That new technologies allow dramatic developments in the shaping and dissemination of medieval text has become a commonplace. Yet, much remains to be explored, in both the technical and epistemological aspects of the subject. The present session focuses on how these changes are causing not only evolutions in the editorial techniques, but also shifts in the fundamental approaches to editing documents and in the positioning of text editions within historical practices and discourses.

Session 1030

Digital Pleasures, IV: Scholarly Editions, Data Formats, Data Exploitation
Wednesday 3 July 2013: 09.00-10.30
Moderator/Chair : Sébastien Barret (Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, Centre National de la Recherche Scientifique, Orléans)

Paper 1030-a. Francesco Stella. Databases versus Encoding: Which Methods for Which Results?
Paper 1030-b. Jean-Baptiste Camps. Detecting Contaminations in a Textual Tradition: Computer versus Traditional Methods
Paper 1030-c. Alexey Lavrentev. Text Encoding and Annotation Formats in the BFM Old French Corpus

Between the documents and the published results of historical research, there are several steps, in which the textual edition may (or may not) be involved. Historians have to define and constitute their ‘sources’ as such, and the process of analysis is divided in multiple stages. The first analysis is done in encoding and formatting the data (e.g.reading, understanding and expanding abbreviations, identifying persons and places); a second step may intervene in submitting this data to different sorts of transformations or (semi-) automatized analysis, whose results still have to be (humanly) interpreted. This session will explore the links between data formats, data exploitation, tools, and results of historical research.

Session 1130

Digital Pleasures, V: Automated Text Recognition, Text Annotation, and Scholarly Edition in the 21st Century
Wednesday 3 July 2013: 11.15-12.45
Moderator/Chair : Sébastien Barret (Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, Centre National de la Recherche Scientifique, Orléans)

Paper 1130-a. Matthieu Bonicel, From Codex to Touchscreen: Why Ergonomics Is an Issue in Textual Scholarship
Paper 1130-b. María José Castro-Bleda. Human or Computer Assisted Interactive Transcription
Paper 1130-c. Dominique Stutzmann. Building the Ontology of Medieval Written Signs: New Horizons for Palaeography

Computer assisted transcription tools can speed up the initial process of reading and transcribing texts. At the same time, new annotation tools open new ways of accessing the text in its graphical form. The balance and value of each method still needs to be explored. This session focuses on how research and developments in computer science can benefit most the human sciences (is transcribing a human assisted computer system or a computer assisted human process?) and how enhanced ergonomics may change the landscape of textual scholarship and palaeography.

Paléographie numérique : nouveaux outils, nouvelles questions ?

Après une séance de séminaire à l’EHESS à l’ENS de Lyon (annonce sur le site du CIHAM) et sur le site de l’EHESS), c’est à l’Institut für Österreichische Geschichtsforchung de Vienne que Dominique Stutzmann va présenter les nouvelles questions ouvertes par les technologies numériques d’analyse d’image.

La paléographie numérique apparaît depuis une dizaine d’années comme un domaine en soi des Digital Humanities. Carrefour unique entre les sciences de l’ingénieur et les sciences humaines et sociales, la paléographie pose, même en ses missions et problématiques les plus traditionnelles — lire les textes, identifier et différencier les mains, dater les manuscrits, classifier les types d’écriture –, des obstacles ambitieux pour la recherche en vision par ordinateur (Computer Vision). Comment un ordinateur apprendra-t-il à lire une écriture, ou à la nommer « régulière », quand les paléographes peinent à le faire ou à trouver des fondements communs à leurs savoirs ? Le dialogue interdisciplinaire crée de nouveaux outils (systèmes de transcription assistée par ordinateur, analyse et caractérisation d’image, etc.) qui mènent également les historiens de l’écriture à formuler de nouvelles questions (cohérence des systèmes graphiques, normes de l’écriture en société, graphonomie historique).

BVMM – ouverture de la Bibliothèque Virtuelle des Manuscrits Médiévaux

La Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux (BVMM) (http://bvmm.irht.cnrs.fr vient d’ouvrir sa consultation en ligne au grand public !

Plus de 1600 manuscrits médiévaux reproduits intégralement (1000 en couleur, 600 en noir et blanc), ainsi que la reproduction des décors de 4200 manuscrits et incunables. Élaborée par l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS), la BVMM rassemble les reproductions d’une large sélection de manuscrits des bibliothèques de France (hors BnF), datant du Moyen Âge jusqu’au début de la Renaissance. Actuellement, une soixantaine d’établissements français participent à l’ouverture de la BVMM sur le Web.

La BVMM s’ouvre également aux apports extérieurs, avec les reproductions d’une centaine de manuscrits de la Staatsbibliothek de Berlin (Staatsbibliothek zu Berlin – Preußischer Kulturbesitz) et de certaines collections privées. Cette immense base de textes et d’images s’amplifiera au fur et à mesure des accords conclus avec de nouvelles bibliothèques.

Depuis sa fondation en 1937, l’IRHT rassemble, pour les travaux scientifiques, des reproductions de manuscrits du monde entier. En 1979, un partenariat s’est noué entre l’IRHT, le Ministère de la Culture (Service du livre et de la lecture) et le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (Mission de l’information scientifique et
technique et du réseau documentaire). Cette collaboration et l’accord des bibliothèques ont permis d’entreprendre la reproduction photographique des manuscrits médiévaux sur tout le territoire français, hormis la Bibliothèque nationale de France.

Métadonnées des manuscrits

La BVMM permet de rechercher les manuscrits par leur cote ; elle ne permet pas de rechercher les manuscrits par leur contenu. Elle fait en effet partie d’un système intégré de ressources produites par l’IRHT.

  • MEDIUM, la base de gestion des reproductions de manuscrits, gère les informations descriptives des manuscrits. Elle recense les 67 000 microfilms et numérisations disponibles à l’IRHT.
  • INITIALE est le catalogue des manuscrits enluminés (datation, localisation, iconographie, bibliographie).

Ces bases n’ont pas vocation à remplacer les bases descriptives externes telles que le Catalogue collectif de France (CCFr), Calames, etc., mais à s’articuler avec elles dans une logique d’interopérabilité.

Contenus

La BVMM donne accès aux manuscrits selon les autorisations obtenues des Bibliothèques municipales et des propriétaires privés ou publics des collections. Certains ont leurs propres programmes de numérisation, leur propre interface de consultation, avec, également, pour certaines bibliothèques, un signalement au sein de Gallica.

Tous les manuscrits numérisés par l’IRHT ne sont pas accessibles dans l’interface publique de la BVMM. Les restrictions posées par certaines bibliothèques imposent de consulter les manuscrits numérisés sur place ou avec un compte attribué par l’IRHT pour une consultation à distance.

Ces reproductions sont versées progressivement dans la BVMM (plus de 14.000 cotes de manuscrits à ce jour). Des extraits en sont déjà consultables sur des sites consacrés au décor : Liber Floridus et Enluminures.

Fonctionnalités
La BVMM se démarque par sa consultation active :

  • sélection d’images et constitution d’un panier de recherches ;
  • comparaison de plusieurs images sur une même fenêtre d’écran ;
  • rotation des images
  • export
  • image taille réelle (calibrage pour pouvoir mesurer sur l’écran)

 

Gestion informatisée des écritures anciennes : annonce de colloque

gieca_affiche

Les 21 et 22 mai 2013 se tiendra à Tours un colloque consacré aux études assistées par ordinateur sur les écritures médiévales et la prototypographie.

En effet, en dépit de vingt années de développement des humanités numériques, et malgré les avancées décisives du consortium MUFI, le problème du codage des écritures anciennes demeure entier. C’est pourquoi le Centre d’Études supérieures de la Renaissance (CESR, Tours) et l’Institut de Recherche sur les Archéomatériaux (IRAMAT, Orléans) organisent ces deux journées consacrées à ces problématiques et destinées tant aux chercheurs issus des lettres, des sciences humaines et sociales, des bibliothèques ou des musées, qu’à ceux exerçant dans le domaine du graphisme ou de l’informatique.

Participeront à ce colloque deux des partenaires d’Oriflamms (Marc Smith et Dominique Stutzmann), également partenaires du projet PIM (présentation de Florence Codine) et des travaux de Julia Joffre (Ecole Estienne).

Site du colloque

Programme

Mardi 21 mai 2013

09 h 30 – Collation de bienvenue, introduction.

Session 1 – Problématiques et méthodes

10 h 00  Marc Smith (École nationale des Chartes) : « La typographie face aux écritures anciennes, entre reproduction et transcodage »

10 h 30  Andreas Stötzner (font designer ; MUFI) : « On the identification, encoding and design of special characters »

11 h 15. Pause.

11 h 30  Peter M. Scharf (Université Paris Diderot ; The Sanskrit Library) : « Linguistic Issues and intelligent technological solutions in coding Sanskrit »

12 h 00  Odd Einar Haugen (University of Bergen) & Andreas Stötzner (font designer) : « The MUFI project: history, development and results » (sous réserve)

12 h 45  Pause déjeuner

Session 2 – Gestion de l’écriture hiéroglyphique

14 h 30  Dimitri Meeks (CNRS ; Université de Montpellier) : « Dictionnaire hiéroglyphique, inventaire des hiéroglyphes et Unicode »

15 h 00  Stéphane Polis (Université de Liège) & Serge Rosmoruc (CNAM) : « Réviser le codage de l’égyptien ancien à la lumière du projet Ramsès »

15 h  45. Pause.

Session 3 – Le document épigraphique

16 h 00  Elisa Pallottini (Université de Rome) : « De l’écriture à l’édition numérique des textes épigraphiques »

16 h 30 Florence Codine (Bibliothèque nationale de France) : « Le projet PIM : des polices pour l’épigraphie monétaire »

17 h  00  Marion Lamé (Anhima) (+ Francisco Soler ou Victoria Luzon) : « De la transcription graphique à la reconstitution diplomatique »

18 h 00 : Thomas Huot-Marchand : Présentation de l’Atelier national de recherches typographiques.

 

Mercredi  22 mai 2013

Session 4 – Manuscrits médiévaux

09 h 30  Odd Einar Haugen (University of Bergen) : « Transcribing and Editing Medieval Nordic Sources »

10 h 00  Dominique Stutzmann (IRHT): « Ontologie des formes et encodage des textes manuscrits médiévaux »

10 h 45. Pause.

Session 5 – Polices numériques pour l’écriture manuscrite

11 h 00  Jonathan Perez (dessinateur de caractères) : « Une police de caractères copte scripte pour l’édition scientifique »

11 h 30  Julia Joffre (dessinatrice de caractères) : « Création d’une police adaptée à l’étude des écritures gothiques »

12h00 – Pause déjeuner

Session 6 – Le livre imprimé

14 h 00  Rémi Jimenes (CESR) : « Pour un inventaire des caractères typographiques anciens »

14 h 30  Jacques André (INRIA) : « Pour un inventaire des typèmes non alphabétiques à la Renaissance : méthodologie et problèmes »

15 h 00  Frédéric Rayar (Université de Tours)  & Jean-Yves Ramel (Université de Tours) : « Les logiciels Agora et Retro : des outils pour l’extraction et l’indexation des caractères anciens »

15 h 45 : Clôture