Archives de catégorie : Actualités

Florence Cloppet a soutenu son HDR !

L’un des chercheurs impliqués dans le projet Oriflamms vient de soutenir son habilitation à diriger des recherches (en bref : HDR), sous le titre « De l’Utilisation d’Informations/Connaissances en Analyse et Interprétation d’Images » ! Avec toutes les équipes partenaires, nous nous en réjouissons et en donnons ici le résumé.

Florence Cloppet : De l’Utilisation d’Informations/Connaissances en Analyse et Interprétation d’Images

Le travail présenté dans le cadre de cette habilitation à diriger des recherches propose une synthèse d’activités et de travaux scientifiques, qui s’inscrivent dans une approche pluridisciplinaire translationnelle de l’enseignement et de la recherche. Nous nous sommes principalement intéressée d’un point de vue théorique à l’analyse et l’interprétation de structures complexes en vision par ordinateur, dans la continuité de nos travaux de Doctorat.
Il nous est apparu qu’il ne fallait pas opposer recherche théorique et applicative, mais plutôt les faire interagir de manière étroite. En effet, l’application peut pousser à des développements théoriques, et inversement la robustesse de la méthodologie développée a besoin des applications pour être évaluée. Nos travaux se sont inscrits dans deux domaines applicatifs particuliers : les domaines de l’imagerie du vivant et du document. Même si ces deux domaines peuvent apparaître relativement éloignés ils présentent néanmoins des similitudes au niveau des problèmes posés et de la méthodologie de traitements utilisée. En effet, les objets à extraire ou à caractériser comme tout objet inhérent à la nature humaine ou produit par l’homme présentent une grande variabilité avec des structures relativement complexes. Par ailleurs, ils constituent des champs thématiques où la sémantique de l’image est très forte.
L’approche translationnelle adoptée, nous a permis de mieux comprendre le domaine traité et les attentes d’une analyse computationnelle de la part des experts, d’extraire des informations, de modéliser des connaissances du domaine liées soit aux objets d’intérêt, soit au mode de raisonnement des experts du domaine. Ces informations ou connaissances a priori ont été intégrées dans les algorithmes via des cadres théoriques bien établis dans la littérature, mais qui nécessitent un travail conséquent de reformulation pour s’adapter aux imperfections (bruit, résolution etc.) des images, et à la complexité des formes à segmenter ou à caractériser, et ce, que ce soit dans des images biomédicales ou des images de documents.
Nos principales contributions se situent dans l’extraction d’informations ou connaissances a priori à partir des images ou à partir du dialogue avec les experts, et à l’introduction de ces informations ou connaissances (propriétés géométriques et/ou radiométriques, informations sur la position relative de points d’intérêt ou de structures) dans les processus de segmentation ou d’interprétation de manière à éviter une initialisation précise des structures à segmenter, une intervention de l’expert lors des processus d’analyses et d’interprétation d’images mais aussi de manière à introduire une certaine flexibilité et adaptabilité des méthodes développées par rapport à la variabilité des formes étudiées, et aux conditions d’observation (structures saines ou pathologiques par exemple, suivi longitudinal en cas de traitement dans le cas d’images biomédicales, scripteurs et époques d’écriture différents, documents dégradés ou avec des conditions de numérisation variables, dans le cas d’images de documents).

Mots-clefs : Analyse et interprétation d’images, utilisation d’informations/connaissances, extraction d’information, agrégation multi-critères.

ORIFLAMMS à Dagstuhl

Dans le cadre somptueux et privilégié qu’offrent le château de Dagstuhl et sa très riche bibliothèque spécialisée se tient du 20 au 24 juillet 2014 le séminaire Digital Palaeography: New Machines and Old Texts. Parmi 25 experts des Humanités, Humanités numériques et Computer Vision, venus d’une dizaine de pays et tous impliqués dans le dialogue interdisciplinaire et la paléographie numérique. Trois des responsables scientifiques d’ORIFLAMMS seront présents, dont l’un comme coorganisateur : Dominique Stutzmann, Véronique Eglin, Nicole Vincent.

De la paléographie hébraïque à la paléographie latine en passant par la papyrologie et la paléographie arabe, du wordspotting à la catégorisation en passant par la reconnaissance du texte manuscrit, tous les défis humains, organisationnels et techniques seront évoqués pour identifier les meilleures pistes et les perspectives les plus prometteuses.

Nous vous tiendrons au courant !

Paléographie numérique: projets et perspectives

Durant le troisième « workshop » organisé à Venise en jonction avec l’université de Padoue et l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, les réalisations et les perspectives de la paléographie numérique ont été présentées et discutées. Organisé d’une main de maître par Flavia De Rubeis, Frédéric Kaplan et Dorit Raines, le programme riche a été l’occasion d’échanges nombreux et fructueux.

Les concepts de Digital Palaeography et de Big Data du passé

Arianna Ciula (University of Roehampton) a ouvert la première séance avec l’autorité de celle qui, la première, a ouvert la voie à la paléographie numérique, en employant dès 2004 l’expression « digital palaeography », alors qu’aujourd’hui le concept est largement utilisé (cf. KPDZ, ESF Würzburg, DigiPal). Plusieurs idées fortes structurent sa contribution. Nous retenons une première ambivalence : les réticences envers la paléographie numérique trouvent leur origine dans la peur ou le sentiment d’incompréhension face aux techniques employées ; inversement, l’utilisation des technologies numériques n’est pas toujours suffisamment autoréflexive, par exemple sur les implications de la numérisation. Elle promeut un usage critique.

Elle distingue ensuite « digital » et « computational », et soutient que la paléographie numérique englobe la paléographie quantitative et doit se comprendre comme un pas dans la direction de la paléographie « intégrale » chère à Boyle, en lien avec la philologie, la linguistique et les sciences cognitives.

Continuer la lecture de Paléographie numérique: projets et perspectives

ORIFLAMMS à l’université Ca’ Foscari de Venise

Les 10 et 11 avril 2014, à Venise, se tiendra un atelier de réflexion sur la paléographie numérique : Digital Paleography. Projects, prospects, potentialities (An International Workshop).

Programme et argumentaire : Digital paleography workshop – Venice – 10-11 April 2014

Le projet Oriflamms et ses avancées seront présentées durant la troisième session, le 11 avril au matin.

L’atelier explorera un champ de recherche à la pointe et examinera les potentialités des technologies de l’informations appliquées au systèmes graphiques non-imprimés, quel qu’en soit le support.

Trois thèmes principaux seront abordés :

  • état de l’art
  • diversité des approches et potentialités dans la reconnaissance automatisée des écritures médiévales
  • écritures personnelles des XVIe-XVIIIe siècles

The present international workshop addresses a recent cutting-edge research field which explores the potentialities lying in the application of information technologies to non-printed graphic systems on whatever writing surface.
The workshop proposes to explore three principal themes: the digital paleography state of the art; the potentiality of different approaches applied to automatic digital recognition of medieval handwritings; the problem of sixteenth-eighteenth centuries individual handwriting digital recognition, in particular in wills from the Venetian State Archives, as part of the “Venice Time Machine Project” recently launched by Università Ca’ Foscari, Digital Humanities Lab (DHLAB), EPFL, Lausanne and the Archivio di Stato di Venezia.
The workshop is open to students of both Bachelor and Master levels (with credit recognition of substitute activity for the traineeship), for Ph.D. students and for all those interested in the theme.

Pour plus d’information, contacter :
Flavia De Rubeis: flaviadr@unive.it
Dorit Raines: raines@unive.it

Programme

Continuer la lecture de ORIFLAMMS à l’université Ca’ Foscari de Venise

Appel à communication / CfP : Empire des lettres et tigres de parchemein — International Medieval Congress (Leeds, 7-10 / 07 / 2014)

Les partenaires d’Oriflamms, sous le patronage d’Apices et de Cap Digital, organisent des sessions paléographiques sur le thème ‘Empire’ dans le cadre de l’International Medieval Congress 2014 à Leeds (Royaume-Uni).

(English version below)
(Deutsche Version: siehe unten)
(Versión española abajo)

L’écriture n’est pas un moyen de communication neutre. En particulier, les écritures ont servi, tout au long du Moyen Âge, à mettre en scène l’idée d’Empire, de pouvoir et de domination. Les exemples les plus célèbres en sont les litterae caelestes de l’Antiquité tardive, la curialis de la chancellerie pontificale, les litterae elongatae. La pertinence du concept d’Empire ne se limite cependant pas aux écritures pragmatiques, comme le montrent l’écriture prophétique d’Hildegarde de Bingen pour sa lingua ignota, qui connote l’empire divin, ou encore l’écriture humanistique, aussi dite littera antiqua, qui prétend reproduire l’écriture de l’Antiquité pour la littérature latine classique et, par conséquent, reproduire l’écriture d’une forme disparue de l’Empire. L’écriture a ainsi la possibilité de connoter l’autorité et l’Empire, et d’inspirer le respect.
Aussi ces sessions sont-elles placées conjointement sous le titre de l’étude d’E. T. Bannett sur les manuels épistolaires « Empire of letters » (Empire des lettres), qui montre comment les lettres ont unifié un Empire, et également sous le signe de l’ironie politique des « Tigres de papier », ici, « tigres de parchemin », qui applique dans le domaine paléographique l’idée que des écrits, par leurs particularités graphiques et de mise en forme, puissent susciter admiration, respect et terreur sacrée.
Si la minuscule caroline est un symbole manifeste d’une entreprise à la fois politique et culturelle, elle montre aussi la complexité du lien entre Empire et écriture. Dans le même mouvement, Charlemagne unifiait un espace politique et lui donnait une écriture commune ; ce faisant il unifiait un Empire par ses lettres (la caroline finit par exclure l’usage des écritures dites ‘nationales’ comme la bénéventaine des Lombards ou des autres écritures issues de l’Empire, comme la curialis), mais aussi le domaine scriptural, l’Empire des lettres (la caroline s’impose comme écriture livresque aussi bien que dans le domaine documentaire). Pourtant, la caroline n’est pas une création impériale : elle précède la renovatio imperii et n’est qu’une sélection de formes au milieu d’évolutions multiples, alors que les autres écritures impériales (litterae caelestes, curiales, elongatae) sont des héritières fossilisées de temps prestigieux mais révolus : elles ne sont pas seulement archaïsantes, elles connotent l’autorité de l’Empire.
Le domaine scriptural peut aussi être étudié comme un monde en soi, « l’Empire des lettres », avec sa cohérence et son histoire. Les affiches de maîtres écrivains et de calligraphes, les modèles d’écriture, les écritures spécifiques à un genre (par ex., la « gothique liturgique », l’écriture de la chancellerie impériale), les influences des écritures données ou perçues comme « impériales » ou les conséquences sur l’écriture des prétentions politiques (en France, l’invention de la « mixte » est contemporaine de l’adage « le roi est empereur en son royaume) reflètent l’idée d’un « imperium » distinct, permettant de distinguer des sphères et hiérarchies de pouvoir.
Ces deux grandes dimensions de « l’Empire des lettres », à savoir la connotation de l’Empire par les lettres et la structuration du domaine scriptural (c’est-à-dire le domaine partiellement autonome des écritures), relèvent du présent appel à communication.

Continuer la lecture de Appel à communication / CfP : Empire des lettres et tigres de parchemein — International Medieval Congress (Leeds, 7-10 / 07 / 2014)

Paléographie numérique : nouveaux outils, nouvelles questions ?

Après une séance de séminaire à l’EHESS à l’ENS de Lyon (annonce sur le site du CIHAM) et sur le site de l’EHESS), c’est à l’Institut für Österreichische Geschichtsforchung de Vienne que Dominique Stutzmann va présenter les nouvelles questions ouvertes par les technologies numériques d’analyse d’image.

La paléographie numérique apparaît depuis une dizaine d’années comme un domaine en soi des Digital Humanities. Carrefour unique entre les sciences de l’ingénieur et les sciences humaines et sociales, la paléographie pose, même en ses missions et problématiques les plus traditionnelles — lire les textes, identifier et différencier les mains, dater les manuscrits, classifier les types d’écriture –, des obstacles ambitieux pour la recherche en vision par ordinateur (Computer Vision). Comment un ordinateur apprendra-t-il à lire une écriture, ou à la nommer « régulière », quand les paléographes peinent à le faire ou à trouver des fondements communs à leurs savoirs ? Le dialogue interdisciplinaire crée de nouveaux outils (systèmes de transcription assistée par ordinateur, analyse et caractérisation d’image, etc.) qui mènent également les historiens de l’écriture à formuler de nouvelles questions (cohérence des systèmes graphiques, normes de l’écriture en société, graphonomie historique).