Archives de catégorie : Actualités / News

ORIFLAMMS à Dagstuhl

Dans le cadre somptueux et privilégié qu’offrent le château de Dagstuhl et sa très riche bibliothèque spécialisée se tient du 20 au 24 juillet 2014 le séminaire Digital Palaeography: New Machines and Old Texts. Parmi 25 experts des Humanités, Humanités numériques et Computer Vision, venus d’une dizaine de pays et tous impliqués dans le dialogue interdisciplinaire et la paléographie numérique. Trois des responsables scientifiques d’ORIFLAMMS seront présents, dont l’un comme coorganisateur : Dominique Stutzmann, Véronique Eglin, Nicole Vincent.

De la paléographie hébraïque à la paléographie latine en passant par la papyrologie et la paléographie arabe, du wordspotting à la catégorisation en passant par la reconnaissance du texte manuscrit, tous les défis humains, organisationnels et techniques seront évoqués pour identifier les meilleures pistes et les perspectives les plus prometteuses.

Nous vous tiendrons au courant !

Paléographie numérique: projets et perspectives

Durant le troisième « workshop » organisé à Venise en jonction avec l’université de Padoue et l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, les réalisations et les perspectives de la paléographie numérique ont été présentées et discutées. Organisé d’une main de maître par Flavia De Rubeis, Frédéric Kaplan et Dorit Raines, le programme riche a été l’occasion d’échanges nombreux et fructueux.

Les concepts de Digital Palaeography et de Big Data du passé

Arianna Ciula (University of Roehampton) a ouvert la première séance avec l’autorité de celle qui, la première, a ouvert la voie à la paléographie numérique, en employant dès 2004 l’expression « digital palaeography », alors qu’aujourd’hui le concept est largement utilisé (cf. KPDZ, ESF Würzburg, DigiPal). Plusieurs idées fortes structurent sa contribution. Nous retenons une première ambivalence : les réticences envers la paléographie numérique trouvent leur origine dans la peur ou le sentiment d’incompréhension face aux techniques employées ; inversement, l’utilisation des technologies numériques n’est pas toujours suffisamment autoréflexive, par exemple sur les implications de la numérisation. Elle promeut un usage critique.

Elle distingue ensuite « digital » et « computational », et soutient que la paléographie numérique englobe la paléographie quantitative et doit se comprendre comme un pas dans la direction de la paléographie « intégrale » chère à Boyle, en lien avec la philologie, la linguistique et les sciences cognitives.

Continuer la lecture de Paléographie numérique: projets et perspectives

ORIFLAMMS à l’université Ca’ Foscari de Venise

Les 10 et 11 avril 2014, à Venise, se tiendra un atelier de réflexion sur la paléographie numérique : Digital Paleography. Projects, prospects, potentialities (An International Workshop).

Programme et argumentaire : Digital paleography workshop – Venice – 10-11 April 2014

Le projet Oriflamms et ses avancées seront présentées durant la troisième session, le 11 avril au matin.

L’atelier explorera un champ de recherche à la pointe et examinera les potentialités des technologies de l’informations appliquées au systèmes graphiques non-imprimés, quel qu’en soit le support.

Trois thèmes principaux seront abordés :

  • état de l’art
  • diversité des approches et potentialités dans la reconnaissance automatisée des écritures médiévales
  • écritures personnelles des XVIe-XVIIIe siècles

The present international workshop addresses a recent cutting-edge research field which explores the potentialities lying in the application of information technologies to non-printed graphic systems on whatever writing surface.
The workshop proposes to explore three principal themes: the digital paleography state of the art; the potentiality of different approaches applied to automatic digital recognition of medieval handwritings; the problem of sixteenth-eighteenth centuries individual handwriting digital recognition, in particular in wills from the Venetian State Archives, as part of the “Venice Time Machine Project” recently launched by Università Ca’ Foscari, Digital Humanities Lab (DHLAB), EPFL, Lausanne and the Archivio di Stato di Venezia.
The workshop is open to students of both Bachelor and Master levels (with credit recognition of substitute activity for the traineeship), for Ph.D. students and for all those interested in the theme.

Pour plus d’information, contacter :
Flavia De Rubeis: flaviadr@unive.it
Dorit Raines: raines@unive.it

Programme

Continuer la lecture de ORIFLAMMS à l’université Ca’ Foscari de Venise

Appel à communication / CfP : Empire des lettres et tigres de parchemein — International Medieval Congress (Leeds, 7-10 / 07 / 2014)

Les partenaires d’Oriflamms, sous le patronage d’Apices et de Cap Digital, organisent des sessions paléographiques sur le thème ‘Empire’ dans le cadre de l’International Medieval Congress 2014 à Leeds (Royaume-Uni).

(English version below)
(Deutsche Version: siehe unten)
(Versión española abajo)

L’écriture n’est pas un moyen de communication neutre. En particulier, les écritures ont servi, tout au long du Moyen Âge, à mettre en scène l’idée d’Empire, de pouvoir et de domination. Les exemples les plus célèbres en sont les litterae caelestes de l’Antiquité tardive, la curialis de la chancellerie pontificale, les litterae elongatae. La pertinence du concept d’Empire ne se limite cependant pas aux écritures pragmatiques, comme le montrent l’écriture prophétique d’Hildegarde de Bingen pour sa lingua ignota, qui connote l’empire divin, ou encore l’écriture humanistique, aussi dite littera antiqua, qui prétend reproduire l’écriture de l’Antiquité pour la littérature latine classique et, par conséquent, reproduire l’écriture d’une forme disparue de l’Empire. L’écriture a ainsi la possibilité de connoter l’autorité et l’Empire, et d’inspirer le respect.
Aussi ces sessions sont-elles placées conjointement sous le titre de l’étude d’E. T. Bannett sur les manuels épistolaires « Empire of letters » (Empire des lettres), qui montre comment les lettres ont unifié un Empire, et également sous le signe de l’ironie politique des « Tigres de papier », ici, « tigres de parchemin », qui applique dans le domaine paléographique l’idée que des écrits, par leurs particularités graphiques et de mise en forme, puissent susciter admiration, respect et terreur sacrée.
Si la minuscule caroline est un symbole manifeste d’une entreprise à la fois politique et culturelle, elle montre aussi la complexité du lien entre Empire et écriture. Dans le même mouvement, Charlemagne unifiait un espace politique et lui donnait une écriture commune ; ce faisant il unifiait un Empire par ses lettres (la caroline finit par exclure l’usage des écritures dites ‘nationales’ comme la bénéventaine des Lombards ou des autres écritures issues de l’Empire, comme la curialis), mais aussi le domaine scriptural, l’Empire des lettres (la caroline s’impose comme écriture livresque aussi bien que dans le domaine documentaire). Pourtant, la caroline n’est pas une création impériale : elle précède la renovatio imperii et n’est qu’une sélection de formes au milieu d’évolutions multiples, alors que les autres écritures impériales (litterae caelestes, curiales, elongatae) sont des héritières fossilisées de temps prestigieux mais révolus : elles ne sont pas seulement archaïsantes, elles connotent l’autorité de l’Empire.
Le domaine scriptural peut aussi être étudié comme un monde en soi, « l’Empire des lettres », avec sa cohérence et son histoire. Les affiches de maîtres écrivains et de calligraphes, les modèles d’écriture, les écritures spécifiques à un genre (par ex., la « gothique liturgique », l’écriture de la chancellerie impériale), les influences des écritures données ou perçues comme « impériales » ou les conséquences sur l’écriture des prétentions politiques (en France, l’invention de la « mixte » est contemporaine de l’adage « le roi est empereur en son royaume) reflètent l’idée d’un « imperium » distinct, permettant de distinguer des sphères et hiérarchies de pouvoir.
Ces deux grandes dimensions de « l’Empire des lettres », à savoir la connotation de l’Empire par les lettres et la structuration du domaine scriptural (c’est-à-dire le domaine partiellement autonome des écritures), relèvent du présent appel à communication.

Continuer la lecture de Appel à communication / CfP : Empire des lettres et tigres de parchemein — International Medieval Congress (Leeds, 7-10 / 07 / 2014)

Paléographie numérique : nouveaux outils, nouvelles questions ?

Après une séance de séminaire à l’EHESS à l’ENS de Lyon (annonce sur le site du CIHAM) et sur le site de l’EHESS), c’est à l’Institut für Österreichische Geschichtsforchung de Vienne que Dominique Stutzmann va présenter les nouvelles questions ouvertes par les technologies numériques d’analyse d’image.

La paléographie numérique apparaît depuis une dizaine d’années comme un domaine en soi des Digital Humanities. Carrefour unique entre les sciences de l’ingénieur et les sciences humaines et sociales, la paléographie pose, même en ses missions et problématiques les plus traditionnelles — lire les textes, identifier et différencier les mains, dater les manuscrits, classifier les types d’écriture –, des obstacles ambitieux pour la recherche en vision par ordinateur (Computer Vision). Comment un ordinateur apprendra-t-il à lire une écriture, ou à la nommer « régulière », quand les paléographes peinent à le faire ou à trouver des fondements communs à leurs savoirs ? Le dialogue interdisciplinaire crée de nouveaux outils (systèmes de transcription assistée par ordinateur, analyse et caractérisation d’image, etc.) qui mènent également les historiens de l’écriture à formuler de nouvelles questions (cohérence des systèmes graphiques, normes de l’écriture en société, graphonomie historique).

BVMM – ouverture de la Bibliothèque Virtuelle des Manuscrits Médiévaux

La Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux (BVMM) (http://bvmm.irht.cnrs.fr vient d’ouvrir sa consultation en ligne au grand public !

Plus de 1600 manuscrits médiévaux reproduits intégralement (1000 en couleur, 600 en noir et blanc), ainsi que la reproduction des décors de 4200 manuscrits et incunables. Élaborée par l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS), la BVMM rassemble les reproductions d’une large sélection de manuscrits des bibliothèques de France (hors BnF), datant du Moyen Âge jusqu’au début de la Renaissance. Actuellement, une soixantaine d’établissements français participent à l’ouverture de la BVMM sur le Web.

La BVMM s’ouvre également aux apports extérieurs, avec les reproductions d’une centaine de manuscrits de la Staatsbibliothek de Berlin (Staatsbibliothek zu Berlin – Preußischer Kulturbesitz) et de certaines collections privées. Cette immense base de textes et d’images s’amplifiera au fur et à mesure des accords conclus avec de nouvelles bibliothèques.

Depuis sa fondation en 1937, l’IRHT rassemble, pour les travaux scientifiques, des reproductions de manuscrits du monde entier. En 1979, un partenariat s’est noué entre l’IRHT, le Ministère de la Culture (Service du livre et de la lecture) et le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (Mission de l’information scientifique et
technique et du réseau documentaire). Cette collaboration et l’accord des bibliothèques ont permis d’entreprendre la reproduction photographique des manuscrits médiévaux sur tout le territoire français, hormis la Bibliothèque nationale de France.

Métadonnées des manuscrits

La BVMM permet de rechercher les manuscrits par leur cote ; elle ne permet pas de rechercher les manuscrits par leur contenu. Elle fait en effet partie d’un système intégré de ressources produites par l’IRHT.

  • MEDIUM, la base de gestion des reproductions de manuscrits, gère les informations descriptives des manuscrits. Elle recense les 67 000 microfilms et numérisations disponibles à l’IRHT.
  • INITIALE est le catalogue des manuscrits enluminés (datation, localisation, iconographie, bibliographie).

Ces bases n’ont pas vocation à remplacer les bases descriptives externes telles que le Catalogue collectif de France (CCFr), Calames, etc., mais à s’articuler avec elles dans une logique d’interopérabilité.

Contenus

La BVMM donne accès aux manuscrits selon les autorisations obtenues des Bibliothèques municipales et des propriétaires privés ou publics des collections. Certains ont leurs propres programmes de numérisation, leur propre interface de consultation, avec, également, pour certaines bibliothèques, un signalement au sein de Gallica.

Tous les manuscrits numérisés par l’IRHT ne sont pas accessibles dans l’interface publique de la BVMM. Les restrictions posées par certaines bibliothèques imposent de consulter les manuscrits numérisés sur place ou avec un compte attribué par l’IRHT pour une consultation à distance.

Ces reproductions sont versées progressivement dans la BVMM (plus de 14.000 cotes de manuscrits à ce jour). Des extraits en sont déjà consultables sur des sites consacrés au décor : Liber Floridus et Enluminures.

Fonctionnalités
La BVMM se démarque par sa consultation active :

  • sélection d’images et constitution d’un panier de recherches ;
  • comparaison de plusieurs images sur une même fenêtre d’écran ;
  • rotation des images
  • export
  • image taille réelle (calibrage pour pouvoir mesurer sur l’écran)

 

Gestion informatisée des écritures anciennes : annonce de colloque

gieca_affiche

Les 21 et 22 mai 2013 se tiendra à Tours un colloque consacré aux études assistées par ordinateur sur les écritures médiévales et la prototypographie.

En effet, en dépit de vingt années de développement des humanités numériques, et malgré les avancées décisives du consortium MUFI, le problème du codage des écritures anciennes demeure entier. C’est pourquoi le Centre d’Études supérieures de la Renaissance (CESR, Tours) et l’Institut de Recherche sur les Archéomatériaux (IRAMAT, Orléans) organisent ces deux journées consacrées à ces problématiques et destinées tant aux chercheurs issus des lettres, des sciences humaines et sociales, des bibliothèques ou des musées, qu’à ceux exerçant dans le domaine du graphisme ou de l’informatique.

Participeront à ce colloque deux des partenaires d’Oriflamms (Marc Smith et Dominique Stutzmann), également partenaires du projet PIM (présentation de Florence Codine) et des travaux de Julia Joffre (Ecole Estienne).

Site du colloque

Programme

Mardi 21 mai 2013

09 h 30 – Collation de bienvenue, introduction.

Session 1 – Problématiques et méthodes

10 h 00  Marc Smith (École nationale des Chartes) : « La typographie face aux écritures anciennes, entre reproduction et transcodage »

10 h 30  Andreas Stötzner (font designer ; MUFI) : « On the identification, encoding and design of special characters »

11 h 15. Pause.

11 h 30  Peter M. Scharf (Université Paris Diderot ; The Sanskrit Library) : « Linguistic Issues and intelligent technological solutions in coding Sanskrit »

12 h 00  Odd Einar Haugen (University of Bergen) & Andreas Stötzner (font designer) : « The MUFI project: history, development and results » (sous réserve)

12 h 45  Pause déjeuner

Session 2 – Gestion de l’écriture hiéroglyphique

14 h 30  Dimitri Meeks (CNRS ; Université de Montpellier) : « Dictionnaire hiéroglyphique, inventaire des hiéroglyphes et Unicode »

15 h 00  Stéphane Polis (Université de Liège) & Serge Rosmoruc (CNAM) : « Réviser le codage de l’égyptien ancien à la lumière du projet Ramsès »

15 h  45. Pause.

Session 3 – Le document épigraphique

16 h 00  Elisa Pallottini (Université de Rome) : « De l’écriture à l’édition numérique des textes épigraphiques »

16 h 30 Florence Codine (Bibliothèque nationale de France) : « Le projet PIM : des polices pour l’épigraphie monétaire »

17 h  00  Marion Lamé (Anhima) (+ Francisco Soler ou Victoria Luzon) : « De la transcription graphique à la reconstitution diplomatique »

18 h 00 : Thomas Huot-Marchand : Présentation de l’Atelier national de recherches typographiques.

 

Mercredi  22 mai 2013

Session 4 – Manuscrits médiévaux

09 h 30  Odd Einar Haugen (University of Bergen) : « Transcribing and Editing Medieval Nordic Sources »

10 h 00  Dominique Stutzmann (IRHT): « Ontologie des formes et encodage des textes manuscrits médiévaux »

10 h 45. Pause.

Session 5 – Polices numériques pour l’écriture manuscrite

11 h 00  Jonathan Perez (dessinateur de caractères) : « Une police de caractères copte scripte pour l’édition scientifique »

11 h 30  Julia Joffre (dessinatrice de caractères) : « Création d’une police adaptée à l’étude des écritures gothiques »

12h00 – Pause déjeuner

Session 6 – Le livre imprimé

14 h 00  Rémi Jimenes (CESR) : « Pour un inventaire des caractères typographiques anciens »

14 h 30  Jacques André (INRIA) : « Pour un inventaire des typèmes non alphabétiques à la Renaissance : méthodologie et problèmes »

15 h 00  Frédéric Rayar (Université de Tours)  & Jean-Yves Ramel (Université de Tours) : « Les logiciels Agora et Retro : des outils pour l’extraction et l’indexation des caractères anciens »

15 h 45 : Clôture