Archives de catégorie : Colloques

Paléographie numérique: projets et perspectives

Durant le troisième « workshop » organisé à Venise en jonction avec l’université de Padoue et l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, les réalisations et les perspectives de la paléographie numérique ont été présentées et discutées. Organisé d’une main de maître par Flavia De Rubeis, Frédéric Kaplan et Dorit Raines, le programme riche a été l’occasion d’échanges nombreux et fructueux.

Les concepts de Digital Palaeography et de Big Data du passé

Arianna Ciula (University of Roehampton) a ouvert la première séance avec l’autorité de celle qui, la première, a ouvert la voie à la paléographie numérique, en employant dès 2004 l’expression « digital palaeography », alors qu’aujourd’hui le concept est largement utilisé (cf. KPDZ, ESF Würzburg, DigiPal). Plusieurs idées fortes structurent sa contribution. Nous retenons une première ambivalence : les réticences envers la paléographie numérique trouvent leur origine dans la peur ou le sentiment d’incompréhension face aux techniques employées ; inversement, l’utilisation des technologies numériques n’est pas toujours suffisamment autoréflexive, par exemple sur les implications de la numérisation. Elle promeut un usage critique.

Elle distingue ensuite « digital » et « computational », et soutient que la paléographie numérique englobe la paléographie quantitative et doit se comprendre comme un pas dans la direction de la paléographie « intégrale » chère à Boyle, en lien avec la philologie, la linguistique et les sciences cognitives.

Continuer la lecture de Paléographie numérique: projets et perspectives

ORIFLAMMS à l’université Ca’ Foscari de Venise

Les 10 et 11 avril 2014, à Venise, se tiendra un atelier de réflexion sur la paléographie numérique : Digital Paleography. Projects, prospects, potentialities (An International Workshop).

Programme et argumentaire : Digital paleography workshop – Venice – 10-11 April 2014

Le projet Oriflamms et ses avancées seront présentées durant la troisième session, le 11 avril au matin.

L’atelier explorera un champ de recherche à la pointe et examinera les potentialités des technologies de l’informations appliquées au systèmes graphiques non-imprimés, quel qu’en soit le support.

Trois thèmes principaux seront abordés :

  • état de l’art
  • diversité des approches et potentialités dans la reconnaissance automatisée des écritures médiévales
  • écritures personnelles des XVIe-XVIIIe siècles

The present international workshop addresses a recent cutting-edge research field which explores the potentialities lying in the application of information technologies to non-printed graphic systems on whatever writing surface.
The workshop proposes to explore three principal themes: the digital paleography state of the art; the potentiality of different approaches applied to automatic digital recognition of medieval handwritings; the problem of sixteenth-eighteenth centuries individual handwriting digital recognition, in particular in wills from the Venetian State Archives, as part of the “Venice Time Machine Project” recently launched by Università Ca’ Foscari, Digital Humanities Lab (DHLAB), EPFL, Lausanne and the Archivio di Stato di Venezia.
The workshop is open to students of both Bachelor and Master levels (with credit recognition of substitute activity for the traineeship), for Ph.D. students and for all those interested in the theme.

Pour plus d’information, contacter :
Flavia De Rubeis: flaviadr@unive.it
Dorit Raines: raines@unive.it

Programme

Continuer la lecture de ORIFLAMMS à l’université Ca’ Foscari de Venise

Gestion informatisée des écritures anciennes : annonce de colloque

gieca_affiche

Les 21 et 22 mai 2013 se tiendra à Tours un colloque consacré aux études assistées par ordinateur sur les écritures médiévales et la prototypographie.

En effet, en dépit de vingt années de développement des humanités numériques, et malgré les avancées décisives du consortium MUFI, le problème du codage des écritures anciennes demeure entier. C’est pourquoi le Centre d’Études supérieures de la Renaissance (CESR, Tours) et l’Institut de Recherche sur les Archéomatériaux (IRAMAT, Orléans) organisent ces deux journées consacrées à ces problématiques et destinées tant aux chercheurs issus des lettres, des sciences humaines et sociales, des bibliothèques ou des musées, qu’à ceux exerçant dans le domaine du graphisme ou de l’informatique.

Participeront à ce colloque deux des partenaires d’Oriflamms (Marc Smith et Dominique Stutzmann), également partenaires du projet PIM (présentation de Florence Codine) et des travaux de Julia Joffre (Ecole Estienne).

Site du colloque

Programme

Mardi 21 mai 2013

09 h 30 – Collation de bienvenue, introduction.

Session 1 – Problématiques et méthodes

10 h 00  Marc Smith (École nationale des Chartes) : « La typographie face aux écritures anciennes, entre reproduction et transcodage »

10 h 30  Andreas Stötzner (font designer ; MUFI) : « On the identification, encoding and design of special characters »

11 h 15. Pause.

11 h 30  Peter M. Scharf (Université Paris Diderot ; The Sanskrit Library) : « Linguistic Issues and intelligent technological solutions in coding Sanskrit »

12 h 00  Odd Einar Haugen (University of Bergen) & Andreas Stötzner (font designer) : « The MUFI project: history, development and results » (sous réserve)

12 h 45  Pause déjeuner

Session 2 – Gestion de l’écriture hiéroglyphique

14 h 30  Dimitri Meeks (CNRS ; Université de Montpellier) : « Dictionnaire hiéroglyphique, inventaire des hiéroglyphes et Unicode »

15 h 00  Stéphane Polis (Université de Liège) & Serge Rosmoruc (CNAM) : « Réviser le codage de l’égyptien ancien à la lumière du projet Ramsès »

15 h  45. Pause.

Session 3 – Le document épigraphique

16 h 00  Elisa Pallottini (Université de Rome) : « De l’écriture à l’édition numérique des textes épigraphiques »

16 h 30 Florence Codine (Bibliothèque nationale de France) : « Le projet PIM : des polices pour l’épigraphie monétaire »

17 h  00  Marion Lamé (Anhima) (+ Francisco Soler ou Victoria Luzon) : « De la transcription graphique à la reconstitution diplomatique »

18 h 00 : Thomas Huot-Marchand : Présentation de l’Atelier national de recherches typographiques.

 

Mercredi  22 mai 2013

Session 4 – Manuscrits médiévaux

09 h 30  Odd Einar Haugen (University of Bergen) : « Transcribing and Editing Medieval Nordic Sources »

10 h 00  Dominique Stutzmann (IRHT): « Ontologie des formes et encodage des textes manuscrits médiévaux »

10 h 45. Pause.

Session 5 – Polices numériques pour l’écriture manuscrite

11 h 00  Jonathan Perez (dessinateur de caractères) : « Une police de caractères copte scripte pour l’édition scientifique »

11 h 30  Julia Joffre (dessinatrice de caractères) : « Création d’une police adaptée à l’étude des écritures gothiques »

12h00 – Pause déjeuner

Session 6 – Le livre imprimé

14 h 00  Rémi Jimenes (CESR) : « Pour un inventaire des caractères typographiques anciens »

14 h 30  Jacques André (INRIA) : « Pour un inventaire des typèmes non alphabétiques à la Renaissance : méthodologie et problèmes »

15 h 00  Frédéric Rayar (Université de Tours)  & Jean-Yves Ramel (Université de Tours) : « Les logiciels Agora et Retro : des outils pour l’extraction et l’indexation des caractères anciens »

15 h 45 : Clôture

L’écriture pragmatique (1). Objet historique et problématique

Vingt ans après le collectif Pragmatische Schriftlichkeit im Mittelalter, le concept « d’écriture pragmatique » s’est imposé dans le champ de l’histoire des pratiques textuelles médiévales. La journée du LAMOP du 12 avril 2012 (L’écriture pragmatique. Un concept d’histoire médiévale à l’échelle européenne) a cherché à déterminer la pertinence et la valeur heuristique de la notion « d’écriture pragmatique » par la confrontation des définitions et usages proposés en Italie, Allemagne, Suisse, France et au Royaume-Uni. Elle était organisée et animée par Benoît Grévin (LAMOP) dans le cadre des journées d’histoire textuelles, créées par Darwin Smith en 2003 et, comme les autres, devrait donner lieu à une publication sous forme électronique.

Ce compte-rendu, écrit à deux mains par S. Barret et D. Stutzmann, s’inscrit dans une série :

[Ecriture pragmatique : objet et problématique] [Italie] [Allemagne, Suisse, Autriche] [Angleterre] [France] [Perspectives et nouveaux concepts]

Un objet historique (« les écritures de la pratique ») et une problématique (« les pratiques de l’écrit »)

« Écriture pragmatique » est un terme aujourd’hui universellement accepté dans le champ des études historiques. Mais des incertitudes de définition se reflètent dans les traductions diverses et l’emploi en italien, et en français aussi, du pluriel : « écritures de la pratique », « écriture(s) pragmatique(s) », « scritture pragmatiche », tandis que la notion de « pragmatische Schriftlichkeit », littéralement « scripturalité pragmatique » et, en anglais « pragmatic literacy », au singulier, désigne un champ d’étude plutôt que des faits. Pourtant, malgré la proximité des termes, pragmatic literacy et pragmatische Schriftlichkeit ne sont pas une unique notion et il subsiste de notables différences d’usage, dont il faudra discuter. En français, le terme « scripturalité » est de faible usage (peut-être en raison d’une aversion discrète, mais tenace, pour les concepts de l’érudition allemande ?). L’italien supporte la réduplication linguistique, comme chez Gian Maria Vanarini : « scritture finalizzate ad usi pragmatici (pragmatische Schriftlichkeit) ». La définition donnée par Hagen Keller comprenait les écrits avec des formes d’emploi qui servent les actions à l’intentionnalité immédiate, avec mise à disposition d’un savoir. Avec une telle définition, il était logique que la typologie des textes concernée soit très large, impliquant par exemple la Bible et plusieurs formes littéraires, (et le problème se pose de savoir ce que serait un texte fonctionnant de manière médiate). En tout cas, l’évidence de cette notion dans le champ des études historiques mène à son usage « mou » et banalisé, et, en fin de compte, conduit à désigner une écriture en action dans son contexte social, ce qui pourrait désigner tout et n’importe quoi.

Continuer la lecture de L’écriture pragmatique (1). Objet historique et problématique

L’écriture pragmatique (6). Perspectives et nouveaux concepts

La journée du LAMOP du 12 avril 2012 (L’écriture pragmatique. Un concept d’histoire médiévale à l’échelle européenne) a cherché à déterminer la pertinence et la valeur heuristique de la notion « d’écriture pragmatique » par la confrontation des définitions et usages proposés en Italie, Allemagne, Suisse, France et au Royaume-Uni. Ce compte-rendu, écrit à deux mains par S. Barret et D. Stutzmann, s’inscrit dans une série : [Ecriture pragmatique : objet et problématique] [Italie] [Allemagne, Suisse, Autriche] [Angleterre] [France]

Conclusions, perspectives, nouveaux concepts

Lors de la table ronde conclusive, Didier Méhu revient sur les réflexions de P. von Moos, qu’il tient pour les plus fructueuses. D’une façon volontairement provocatrice, il parle d’impasse et évoque la nécessité de dépasser les oppositions constatées et d’abandonner une « période historiographique » qui n’a pas finalement pas fait avancer réflexion sur les actes écrits de la période médiévale. Il proposerait de profiter du retard de l’historiographie française en la matière pour renoncer à courir après un train déjà sur le départ et se concentrer sur de nouvelles questions, telles celles de J. Morsel, de J. Hamburger sur l’iconicité du texte ou de l’épigraphie « fonctionnelle » du CESCM (V. Debiais et C. Treffort) sur les aspects formels, visuels, tactiles des documents, leur rôle de marque, de trace. Isabella Lazzarini suggère de ne pas trop rigidifier des concepts créés pour aborder des zones mixtes et malléables, face à l’histoire juridique, où, pour l’Italie, les notaires sont au centre du questionnement historien.

Si nous n’adhérons pas au constat d’une impasse historiographique, nous ne pouvons qu’acquiescer au souhait d’approfondir les recherches vers la matérialité du document et ses usages possibles, donc vers les « pratiques de l’écrit », y compris dans leur dimension visuelle, c’est-à-dire bi- et tridimensionnelle. Qu’il s’agisse de la mise en page (J. Demade) ou plutôt même du graphisme de l’écriture (D. Stutzmann, I. Lazzarini, L. Kuchenbuch), dans ses formes et typologies propres, reflétant une réception anticipée par le scripteur, dans une chaîne d’action sociale, où l’écrit « pragmatique » n’est pas plus porteur d’une réalité qu’un écrit « non-pragmatique ». Continuer la lecture de L’écriture pragmatique (6). Perspectives et nouveaux concepts

L’écriture pragmatique (5). France

La journée du LAMOP du 12 avril 2012 (L’écriture pragmatique. Un concept d’histoire médiévale à l’échelle européenne) a cherché à déterminer la pertinence et la valeur heuristique de la notion « d’écriture pragmatique » par la confrontation des définitions et usages proposés en Italie, Allemagne, Suisse, France et au Royaume-Uni. Ce compte-rendu, écrit à deux mains par S. Barret et D. Stutzmann, s’inscrit dans une série :

[Ecriture pragmatique : objet et problématique] [Italie] [Allemagne, Suisse, Autriche] [Angleterre] [France] [Perspectives et nouveaux concepts]

I. Bretthauer, H. Dewez, B. Grévin : « La notion d’écriture pragmatique dans la recherche française du début du XXIe s. »

En France, le succès de l’écriture pragmatique comme notion de travail remonte au plus tard aux années 2000, se qui se reflète dans les travaux de Pierre Chastang et Étienne Anheim, de l’« École de Saint-Quentin-en-Yvelines » de manière générale. Il ne faut pas oublier le rôle des recherches de Michel Zimmermann ou Laurent Feller, de tout ce qui se fait autour de Caroline Bourlet et du séminaire sur l’histoire de Paris, de la nouvelle diplomatique suscitée par Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle et bien d’autres. Le numéro de la revue Médiévales, consacré aux pratiques de l’écrit (56, printemps 2009) en un bon représentant des résultats de ces mouvements historiographiques – l’introduction de P. Chastang et É. Anheim appelant de ses vœux une synthèse sur le sujet.

Le domaine représenté par l’écrit pragmatique tend à se définir, en France, par un type d’écrit : écriture de la gestion du pouvoir et mode d’écriture formulaire. I. Bretthauer évoque les travaux de Peter Rück, Armando Petrucci et Marco Mostert, et note que, travaillant sur la Normandie, elle est concernée par plusieurs historiographies.

Continuer la lecture de L’écriture pragmatique (5). France

L’écriture pragmatique (4). Angleterre

La journée du LAMOP du 12 avril 2012 (L’écriture pragmatique. Un concept d’histoire médiévale à l’échelle européenne) a cherché à déterminer la pertinence et la valeur heuristique de la notion « d’écriture pragmatique » par la confrontation des définitions et usages proposés en Italie, Allemagne, Suisse, France et au Royaume-Uni. Ce compte-rendu, écrit à deux mains par S. Barret et D. Stutzmann, s’inscrit dans une série :

[Ecriture pragmatique : objet et problématique] [Italie] [Allemagne, Suisse, Autriche] [Angleterre] [France] [Perspectives et nouveaux concepts]

H. Lacey, « Political consciousness and official forms of writing in later Medieval England »

Helen Lacey retrace ensuite l’évolution de l’historiographie anglaise dans le domaine. Les réflexions de Jack Goody sur la Literacy ont servi d’arrière-plan au développement d’un mouvement considérant l’écrit comme un moteur du changement en histoire et la lecture et l’écriture comme un facteur de réorganisation de l’esprit humain. Malcolm Parkes avait évoqué la Literacy des laïcs au xive siècle, en révélant la sous-estimation et soulignant l’importance d’estimer non tant la fréquence statistique de l’aptitude à lire et écrire que l’ampleur, les objets et les stratégies de sa mise en œuvre ; l’aspect pragmatique de la chose relevant de la capacité à dépasser les horizons immédiats de l’utilisation de textes. Continuer la lecture de L’écriture pragmatique (4). Angleterre

L’écriture pragmatique (3). Allemagne, Suisse, Autriche

La journée du LAMOP du 12 avril 2012 (L’écriture pragmatique. Un concept d’histoire médiévale à l’échelle européenne) a cherché à déterminer la pertinence et la valeur heuristique de la notion « d’écriture pragmatique » par la confrontation des définitions et usages proposés en Italie, Allemagne, Suisse, France et au Royaume-Uni. Ce compte-rendu, écrit à deux mains par S. Barret et D. Stutzmann, s’inscrit dans une série :

[Ecriture pragmatique : objet et problématique] [Italie] [Allemagne, Suisse, Autriche] [Angleterre] [France] [Perspectives et nouveaux concepts]

L. Kuchenbuch, « Jenseits des ‘textus’ : Aspekte der pragmatischen Literalität im Spiegel der neueren deutschen Mediävistik »

Ludolf Kuchenbuch annonce présenter le point de vue d’un observateur externe, dont les activités de recherche ont déjà quelques années, ce qui le conduira à parler surtout d’autres que lui. Il rappellera, incidemment, qu’il a travaillé 25 ans sur les écritures pragmatiques sans avoir besoin du mot ou du concept de « pragmatische Schriftlichkeit ».
Continuer la lecture de L’écriture pragmatique (3). Allemagne, Suisse, Autriche

L’écriture pragmatique (2). Italie

La journée du LAMOP du 12 avril 2012 (L’écriture pragmatique. Un concept d’histoire médiévale à l’échelle européenne) a cherché à déterminer la pertinence et la valeur heuristique de la notion « d’écriture pragmatique » par la confrontation des définitions et usages proposés en Italie, Allemagne, Suisse, France et au Royaume-Uni. Ce compte-rendu, écrit à deux mains par S. Barret et D. Stutzmann, s’inscrit dans une série :

[Ecriture pragmatique : objet et problématique] [Italie] [Allemagne, Suisse, Autriche] [Angleterre] [France] [Perspectives et nouveaux concepts]

I. Lazzarini, « De la révolution scripturaire du Duecento à la fin du MA : pratiques documentaires et analyses historiographiques en Italie »)

Isabella Lazarini (U. Molise), qui a notamment dirigé un numéro spécial de Reti Medievali sous le titre Scritture e potere. Pratiche documentarie e forme di governo nell’Italia tardomedievale (XIV-XV secolo) [voir son introduction : Reti Medievali, 9 (2008), 6-23] et connaît parfaitement les nuances et évolutions historiographiques de la péninsule italienne, note que l’étude des documents « pragmatiques » est sortie des champs étroits de la diplomatique et de la paléographie, aboutissant à une notion très large où la quotidienneté joue un rôle important. Il s’agit aussi d’étude de l’organisation de la mémoire culturelle, d’abord dirigée vers les XIIe-XIIIe siècles, puis étendue tant vers l’amont que vers l’aval.

Un premier problème est représenté par la définition de l’objet. En Italie, l’on parle ad hoc de scritture pragmatiche au pluriel, car le singulier désigne soit le fait d’écrire, soit l’expression graphique de l’écriture. Continuer la lecture de L’écriture pragmatique (2). Italie

Humanités numériques et diplomatique bourguignonne

La 6e journée des CBMA s’est tenue à Dijon le 27 janvier 2012. Sous le titre humble « Les chartes bourguignonnes sous Philologic », l’enjeu était de démontrer le renouvellement des questions que permettent les humanités numériques.

Parmi les actualités du projet CBMA, Marie-José Gasse-Grandjean mentionne : Continuer la lecture de Humanités numériques et diplomatique bourguignonne

Ruling the Script: sessions de paléographie à l’International Medieval Congress 2012 (Leeds)

L’association APICES (Association paléographique internationale, Culture, Écriture, Société) et l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (IRHT, CNRS) organisent sept sessions de paléographie au prochain International Medieval Congress de Leeds en juillet 2012.

[Annonce avec résumés en espagnol sur le blog Conscriptio de Néstor Vigil Montes]

L’écriture médiévale faisant partie du processus de communication interpersonnelle devait nécessairement suivre des règles assurant la lisibilité et la compréhension des textes, qu’elles s’appliquent à la morphologie des lettres, à l’usage des abréviations, ou encore à l’articulation et à la hiérarchisation des différentes écritures pour pages-tapis, titres et inter-titres. Les différents niveaux de formalité, d’habileté, de rapidité d’exécution ou de « canonisation » des écritures pouvaient mener à jouer selon/avec les règles, à les enfreindre ou à écrire dans contextes apparemment dénués de règles. Les écritures individuelles semblent ainsi dénuées de règle, et l’on pourrait s’attendre à ce que des types d’écritures nouvelles — que l’on nomme avec le vocabulaire du mélange : hybrides, bâtardes, mixtes — le soit aussi dans une réalité historique complexe. Les stylisations inventent, à leur tour, des règles qui s’avèrent historiquement stériles.

Les sept sessions proposées examineront la valeur heuristique des « règles » pour la recherche paléographique, en se consacrant aussi bien à l’écriture latine qu’aux paléographies grecque et syriaque, aux écritures magiques et à l’épigraphie. Elles aborderont également quelle signification la régularité et la mesure recèlent pour une analyse des écritures statistique et assistée par ordinateur. Ce faisant, elles questionneront également les règles inhérentes aux pratiques de l’écrit : les rapports entre politique, institutionnalisation, religion, langues et écriture.

Elles rassembleront des chercheurs confirmés, mais aussi la jeune génération des paléographes venus de toute l’Europe, et permettront des échanges bénéfiques à la communauté paléographique.

Elles se donnent également pour objectif de répondre au manque de visibilité dont souffre l’histoire de l’écriture auprès des communautés d’historiens. Les manifestations proprement paléographiques donnent peu l’occasion aux historiens des autres spécialités de prendre conscience de la vivacité de nos recherches et de leurs implications sur la compréhension de tous les phénomènes historiques (échanges culturels, sociabilités et réseaux, vie intellectuelle et littéraire).

“Ruling” the script I: Playing with the rule

Sponsor : APICES (Association paléographique internationale, Culture, Écriture, Société) / Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (CNRS)

Medieval writing, as part of the interpersonal communication process, had to follow rules that ensure the legibility and convey the meaning of a text. Latin or vernacular, spoken or read, charter on parchment, painting, or stained-glass: different functions, social contexts, publics lead to variations in the use of scripts during the Middle Age. This session explore the representational modes of the text as an image and the concept of ‘liberty’ for scripts in regard to the staging of spoken or vernacular texts in epigraphy (latin/vernacular) and to the degree of stability and variation in vernacular scripts.

Moderator/Chair: Georg Vogeler

Paper A: Writings on the Wall: The Discriminating Use of Scripts in Late Medieval Mural Paintings
Christian Nikolaus Opitz (Universität Wien)

Paper B: Between tradition and liberty: writing rules of vernacular inscriptions (France, 12th c.)
Estelle Ingrand-Varenne (Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale, Poitiers)

Paper C: Rule and Variation in English Vernacular Minuscule
Peter Stokes (Department of Digital Humanities, King’s College London)

 

Continuer la lecture de Ruling the Script: sessions de paléographie à l’International Medieval Congress 2012 (Leeds)

Manuscrits médiévaux à l’ère numérique : école de printemps (Londres et Cambridge, 23-27 avril 2012)

Paléographie, codicologie, histoire de l’art, mais aussi TEI (Text Encoding Initiative) seront au programme d’une nouvelle école de printemps organisée  par l’Université de Londres (Institute of English Studies), le Warburg Institute et l’Univeristé de Cambridge du 23 au 27 avril 2012.

Financée par le programme COST, cette école offre également de nombreuses bourses pour les étudiants européens désireux d’y participer !

Plus d’informations et formulaire d’inscription : http://ies.sas.ac.uk/StudyandResearchTraining/mmsda/


Paléographie numérique : plus de numérique que de paléographie ? Ou des instruments nouveaux pour s’attaquer aux questions traditionnelles d’une science déjà ancienne ?

[Màj 1-08-2011 : Version espagnole par Néstor Vigil Montes sur le blog Conscriptio]
[Màj1-09-2011 : Site de l’atelier exploratoire avec résumés et présentations]

L’atelier exploratoire Paléographie numérique (« ESF Workshop Digital Palaeography), financé par l’ESF et organisé par Malte Rehbein, s’est tenu à l’université de Wurtzbourg, où les humanités numériques connaissent une vitalité importante. Réunissant 24 chercheurs de 9 pays d’Europe et des Etats-Unis, il a été ouvert par une lumineuse intervention du Prof. Overgaauw (« Palaeography: old questions and new technology »), rejetant complètement l’idée d’une crise de la paléographie : la présence de jeunes chercheurs et l’intérêt dont jouissent les études sur la culture matérielle et intellectuelle du Moyen Âge font de la paléographie un champ disciplinaire vivant et actif, qui a le devoir d’éclairer des chercheurs venus aux manuscrits avec d’autres questionnements.

Il rejette partiellement l’idée que les humanités numériques renouvellent les questionnements et souligne  que l’intérêt des nouvelles technologies est d’offrir l’espoir de réponses satisfaisantes à d’anciennes questions, dont la résistance à l’analyse traditionnelle est en partie la cause même des doutes des paléographes sur la pertinence et l’efficacité de leurs méthodes. Après une liste de problèmes encore insolubles (dont le premier est « comment trouver des critères fiables pour dater et localiser une écriture ? »), il dresse à traits suggestifs un panorama des progrès positifs obtenus dans les connaissances paléographiques depuis 50 ans, tant par une approche traditionnelle (création et diffusion des écritures caroline et humanistique) que par la codicologie quantitative.

Cette opposition des acquis récents et des blocages permet d’appréhender d’une part la notion de progrès en sciences humaines, avec des réponses toujours frappées d’incertitude, et d’autre part la dualité de la pratique paléographique, au croisement de l’érudition positive (scholarship) et de l’œil (connoisseurship). Ce dernier pourrait être entraîné ou suppléé par les technologies d’analyse d’image (T. Schaβan).

Dans les voies actuelles de la paléographie (paléographie statistique, analyse d’image numériques et constitution de larges bases de données), il souligne que l’emploi des technologies numériques modifie les usages de la recherche, mais surtout exige un apprentissage supplémentaire et regrette que certains chercheurs « ne retrouvent pas le chemin vers leur objet initial » pour s’enfermer dans des questions auto-référentielles sans plus essayer de répondre à des questions historiques. Il invite aussi les chercheurs à venir ouvrir les manuscrits, car tous ne sont pas numérisés et la plus grande part n’a jamais fait l’objet d’étude approfondie.

Après cette communication publique, mettant clairement en lumière les enjeux des nouvelles technologies pour la paléographie, des sessions thématiques ont suivi avec des présentations servant à présenter des projets en cours et leurs résultats, mais surtout à ouvrir le débat sur les attentes et les espoirs suscités par des analyses et méthodologies innovantes.

Lettre, texte, forme : profil graphémique et analyse d’image

Quatre contributions décrivent l’éventail des possibilités de traitement du texte et de l’image dans l’univers numérique : l’association par transcription lettre à lettre (W. Scase), l’analyse graphique des lettres et l’OCR (T. Schaβan), l’élaboration d’une base de données des formes de lettres (S. Brookes), l’analyse graphique du complexe graphique et la visualisation des grandes masses de données. Continuer la lecture de Paléographie numérique : plus de numérique que de paléographie ? Ou des instruments nouveaux pour s’attaquer aux questions traditionnelles d’une science déjà ancienne ?

International Medieval Congress 2011 : paléographie médiévale, méthodologie et approches statistiques

Le colloque annuel de Leeds — International Medieval Congress — a, comme chaque année, été riche en communications sur les thèmes les plus différents. Parmi la trentaine de communications auxquelles j’ai assisté en trois jours (le miracle de Leeds !), voici quelques mots sur celles concernant la paléographie.

Statistiques et ‘medieval literacy’

La première session « Strength in Numbers?: Towards Quantitative Analysis in Studies of Medieval Literacy », modérée par Anna Adamska, réunissait Janika Bischoff (Université de Münster), Graham Barrett (Université d’Oxford) et Marco Mostert (Université d’Utrecht) pour une session « Statistics in literacy ». La première (« Medieval Manuscripts and Their Owners: A Statistical Approach to the Evidence from Testaments ») a constitué une base de données à partir de l’ouvrage fondamental de Susan H. Cavanaugh, A Study of books privately owned in England, 1300-1450, et en a exploité les données testamentaires (typologie des testateurs, des légataires et des livres), notamment dans une approche d’histoire genrée.  Avec 597 testateurs et 2682 items (parfois un livre, parfois “all my books”), il apparaît sans surprise que les hommes dominent les sources (88 %) et les manuscrits (92 %, soit un nombre d’items moyen supérieur à celui des femmes). Devant la mort et les livres, la femme se définit majoritairement par l’homme (52 % sont soit « femme de », soit « veuve de »), les femmes disposant d’un statut propre sont explicitement nobles dans une proportion sans rapport avec leur nombre dans la société (13 % comtesse, 4 % duchesse ; 10 % « lady »). Les observations les plus intéressantes concernent la possession féminine des textes vernaculaires et la transmission féminine des livres, phénomène connu mais encore mal mesuré : si les hommes lèguent à des hommes ou des institutions (respectivement 49 % et 41 %), les femmes lèguent beaucoup plus à des femmes (36 % contre 39 % aux hommes et 23 % aux institutions). Diverses autres observations portent sur l’analyse croisée des textes possédés et intéresseront les historiens des bibliothèques.

Grahem Barrett (« Scribes and Charters in Early Medieval Spain (711-1031) »), par l’analyse des mentions de scribes dans les chartes espagnoles, remarque dans un corpus de 3900 chartes que la production écrite tend à se concentrer : aux temps les plus anciens, la majorité des chartes n’est pas signée, mais celles qui le sont se répartissent entre de très nombreux scribes, dont la plupart ne sont attestés qu’une fois ; la répartition change au cours du temps. Plusieurs observations stimulantes sont faites (hiérarchies des scribes, mobilité, influence sur le formulaire, disponibilité de l’écrit dans l’Espagne médiévale même hors des centres de pouvoir).

Moins statistique que le titre de la session ne le laissait espérer, la communication de Marco Mostert (« Medieval Manuscripts and their owners : the evidence of colophons ») était néanmoins très suggestive et mettait très heureusement en valeur le Catalogue des manuscrits datés comme source pour l’histoire du livre. Tant pour les phénomènes de tradition de livre sur l’autel (e.g. ms. Paris, BnF, lat. 826) que pour le prix des livres, les changements sociétaux (monétarisation de l’économie, relations interpersonnelles à travers des livres, valeur de l’autographie, rôle de la dédicace et lien entre universitaires et collèges) que sur la typologie des livres disposant de colophons et la distorsion de la source, des observations judicieuses et fines ont enrichi tous les auditeurs.

Paléographie et diplomatique

Dans la session « Palaeography and Diplomatics: So Far and Yet So Close from Each Other… » à laquelle je participais avec Sébastien Barret et Paul Bertrand (Institut de Recherche et d’Histoire des Textes – CNRS) et modérée par Georg Vogeler, le rôle de l’expertiste paléographique dans les études diplomatiques a été mis en lumière, tant pour l’élaboration du savoir disciplinaire que pour l’impact des questionnements de la paléographie sur les recherches concernant la production de l’écrit pragmatique en chancellerie. Continuer la lecture de International Medieval Congress 2011 : paléographie médiévale, méthodologie et approches statistiques