Archives de catégorie : Colloques

International Medieval Congress 2011 : paléographie médiévale, méthodologie et approches statistiques

Le colloque annuel de Leeds — International Medieval Congress — a, comme chaque année, été riche en communications sur les thèmes les plus différents. Parmi la trentaine de communications auxquelles j’ai assisté en trois jours (le miracle de Leeds !), voici quelques mots sur celles concernant la paléographie.

Statistiques et ‘medieval literacy’

La première session « Strength in Numbers?: Towards Quantitative Analysis in Studies of Medieval Literacy », modérée par Anna Adamska, réunissait Janika Bischoff (Université de Münster), Graham Barrett (Université d’Oxford) et Marco Mostert (Université d’Utrecht) pour une session « Statistics in literacy ». La première (« Medieval Manuscripts and Their Owners: A Statistical Approach to the Evidence from Testaments ») a constitué une base de données à partir de l’ouvrage fondamental de Susan H. Cavanaugh, A Study of books privately owned in England, 1300-1450, et en a exploité les données testamentaires (typologie des testateurs, des légataires et des livres), notamment dans une approche d’histoire genrée.  Avec 597 testateurs et 2682 items (parfois un livre, parfois “all my books”), il apparaît sans surprise que les hommes dominent les sources (88 %) et les manuscrits (92 %, soit un nombre d’items moyen supérieur à celui des femmes). Devant la mort et les livres, la femme se définit majoritairement par l’homme (52 % sont soit « femme de », soit « veuve de »), les femmes disposant d’un statut propre sont explicitement nobles dans une proportion sans rapport avec leur nombre dans la société (13 % comtesse, 4 % duchesse ; 10 % « lady »). Les observations les plus intéressantes concernent la possession féminine des textes vernaculaires et la transmission féminine des livres, phénomène connu mais encore mal mesuré : si les hommes lèguent à des hommes ou des institutions (respectivement 49 % et 41 %), les femmes lèguent beaucoup plus à des femmes (36 % contre 39 % aux hommes et 23 % aux institutions). Diverses autres observations portent sur l’analyse croisée des textes possédés et intéresseront les historiens des bibliothèques.

Grahem Barrett (« Scribes and Charters in Early Medieval Spain (711-1031) »), par l’analyse des mentions de scribes dans les chartes espagnoles, remarque dans un corpus de 3900 chartes que la production écrite tend à se concentrer : aux temps les plus anciens, la majorité des chartes n’est pas signée, mais celles qui le sont se répartissent entre de très nombreux scribes, dont la plupart ne sont attestés qu’une fois ; la répartition change au cours du temps. Plusieurs observations stimulantes sont faites (hiérarchies des scribes, mobilité, influence sur le formulaire, disponibilité de l’écrit dans l’Espagne médiévale même hors des centres de pouvoir).

Moins statistique que le titre de la session ne le laissait espérer, la communication de Marco Mostert (« Medieval Manuscripts and their owners : the evidence of colophons ») était néanmoins très suggestive et mettait très heureusement en valeur le Catalogue des manuscrits datés comme source pour l’histoire du livre. Tant pour les phénomènes de tradition de livre sur l’autel (e.g. ms. Paris, BnF, lat. 826) que pour le prix des livres, les changements sociétaux (monétarisation de l’économie, relations interpersonnelles à travers des livres, valeur de l’autographie, rôle de la dédicace et lien entre universitaires et collèges) que sur la typologie des livres disposant de colophons et la distorsion de la source, des observations judicieuses et fines ont enrichi tous les auditeurs.

Paléographie et diplomatique

Dans la session « Palaeography and Diplomatics: So Far and Yet So Close from Each Other… » à laquelle je participais avec Sébastien Barret et Paul Bertrand (Institut de Recherche et d’Histoire des Textes – CNRS) et modérée par Georg Vogeler, le rôle de l’expertiste paléographique dans les études diplomatiques a été mis en lumière, tant pour l’élaboration du savoir disciplinaire que pour l’impact des questionnements de la paléographie sur les recherches concernant la production de l’écrit pragmatique en chancellerie. Continuer la lecture de International Medieval Congress 2011 : paléographie médiévale, méthodologie et approches statistiques

Écoles d’été en paléographie, épigraphie et codicologie

La saison des écoles d’été commence après demain. Voici un petit aperçu de l’offre de formation des prochains mois

2 mai – 13 juillet 2011, Erlangen (Allemagne) : Scripto
Institution organisatrice : Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg
Direction : Prof. Dr. Michele C. Ferrari
Frais d’inscription : € 1080
Programme en ligne

20-24 juin 2011, Londres : The London Palaeography Summer School 2011
Institution organisatrice : University of London (The Centre for Manuscript and Print Studies, Institute of English Studies, School of Advanced Study)
Frais d’inscription : £ 330
Programme en ligne

18-23 juillet 2011, Budapest: Summer school in medieval codicology and palaeography
Institution organisatrice : Summer University, Central European University
Direction : Anna Somfai
Frais d’inscription : € 300
Présentation en ligne ; Programme en ligne

23-29 juillet 2011, Keele (Royaume-Uni) : The Keele latin and palaeography summer school
Institution organisatrice : Keele University
Direction : Nigel Tringham
Frais d’inscription : £ 375
Programme en ligne

15-26 août 2011, Durham : Palaeography & Latin Summer School
Institution organisatrice : Durham University
Direction : Dr Greti Dinkova-Bruun (Pontifical Institute of Mediaeval Studies, Toronto)
Frais d’inscription : £ 200
Programme en ligne

21 août – 4 septembre 2011, Poitiers : European Summer School in Epigraphy–Poitiers (ESSEP) = Programme européen de formation en épigraphie
Institution organisatrice : Université de Poitiers / CNRS
Frais d’inscription : candidature des étudiants auprès des universités partenaires, gratuit
Programme en ligne

19-23 et 26-30 septembre 2011, Venise : Ligatus summer school (The history of European bookbinding 1450-1830 / Identifying and recording bookbinding structures for conservation and cataloguing
Institution organisatrice : University of Arts, London / Istituto Ellenico di Studi Bizantini e Postbizantini, Venezia
Frais d’inscription : £ 350 / £ 700
Programme en ligne

26-30 septembre 2011, Zadar (Croatie) : Summer school in the study of historical manuscripts
Institution organisatrice : University of Zadar, Dept. of Library and information science
Direction : Prof. Tatjana Aparac Jelušić, Ph.D.
Frais d’inscription : 100 € / 200 €
Programme en ligne

10-14 octobre 2011, Paris : Stage d’initiation au manuscrit médiéval
Institution organisatrice : Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (CNRS)
Programme à venir
Présentation en ligne

Paléographie fondamentale, paléographie expérimentale : l’écriture entre histoire et science

Affiche du colloque
Paléographie fondamentale, paléographie expérimentale : l'écriture en histoire et science (colloque international, Paris, 14-15 avril 2011)

A la fois action et résultat, mouvement et trace figée, produit graphique et textuel, l’écriture a une histoire propre, où jouent les contraintes des impératifs techniques et des normes visuelles, esthétiques et sociales. La civilisation médiévale a produit d’innombrables monuments écrits à la main et, de la Renaissance carolingienne à l’invention de l’imprimerie, l’écriture y a pris des formes d’une infinie variété, qui déroute historiens et philologues.
Face aux questions en suspens, les humanités numériques modifient profondément les horizons de recherche en paléographie. Si la grande majorité des travaux portent sur des identifications ponctuelles, comme l’identification de mains, ou ont pour objectif la reconnaissance optique des caractères, les sciences de l’ingénieur ouvrent des voies nouvelles pour l’étude globale de l’écriture et de ses évolutions. Les possibilités de calcul et de traitement de l’image dans son ensemble, plutôt que comme ensemble de signes alphabétiques, permettent d’approcher la complexité et d’explorer les propriétés dimensionnelles de l’écriture. L’on peut même espérer améliorer les classifications actuelles, fondées sur un faible nombre de critères et sur la forme plutôt que sur le mouvement, et insuffisantes tant pour dater et localiser les spécimens écrits que pour décrire la phylogenèse des écritures.
Après trois ans de collaboration étroite entre paléographes et spécialistes de l’analyse optique d’images, l’IRHT ouvre une réflexion sur les apports de l’approche expérimentale dans le champ historique. Le programme du colloque, axé sur l’apport des humanités numériques dans l’étude des formes et du mouvement d’une part, et les dynamiques internes de l’écriture et la cursivité d’autre part, invite à découvrir les nouveaux outils d’analyse et les évolutions épistémologiques de la paléographie fondamentale.

En savoir plus sur le site du projet Graphem et de l’IRHT

Ethos de l’historien, épistémologie de l’histoire, granularité de la source, (dis)continuité des pratiques savantes : « le métier d’historien à l’ère numérique (Paris, ENS, 12 mars 2011) »

Sous le titre « le métier d’historien à l’ère numérique », la SHMC a organisé une rencontre passionnante où sociologues et historiens ont discuté de leur pratique et de leur identité devant un public nombreux et réactif.

Portrait de l’historien en chasseur-cueilleur : lethos du questionnement historique

Dans le feu croisé des interventions, le numérique est apparu davantage un révélateur qu’une révolution. La métaphore de l’historien en « chasseur-cueilleur » à l’ère des centrales nucléaires, forgée par Yann Potin, et la question de la publication des sources et des protocoles d’interrogation remettent en cause la pratique du métier d’historien. L’historien apparaît placer à tort sa dignité dans la découverte des sources qui porteraient la vérité et se révèle sous-équipé face à l’industrie et à la recherche en sciences lourdes. Le numérique est responsable de la prise de conscience de ce qui fait la valeur de l’historien.

  1. ce ne sont pas les sources brutes qui font la valeur de l’historien, mais les questions qu’il pose et la façon dont il y répond ;
  2. l’historien doit trouver, identifier, sélectionner les documents (archives et autres) et les constituer en sources
  3. l’historien doit pouvoir poser des questions complexes et bénéficier des infrastructures nécessaires au traitement de ses données.

Continuer la lecture de Ethos de l’historien, épistémologie de l’histoire, granularité de la source, (dis)continuité des pratiques savantes : « le métier d’historien à l’ère numérique (Paris, ENS, 12 mars 2011) »

Du texte à l’écran : l’édition des textes à l’heure de l’électronique

A l’Ecole des chartes s’est tenue le 4 novembre dernier une très intéressante journée d’études internationale sur l’incidence du numérique sur la pratique de l’édition de texte.
Organisée dans le cadre du Projet Galilée, mené conjointement par l’École nationale des chartes et l’Università degli studi di Siena ad Arezzo, la journée était conçue comme un séminaire, avec présentations alternées d’études de cas, de réflexions théoriques, réservant une large part à la discussion entre les membres afin de mieux explorer les incidences techniques des possibilités offertes par le numérique.

L’importance des partenariats internationaux a été soulignée par Jacques Berlioz (à propos de l’organisation de la scolarité à l’Ecole des chartes) et Florence Clavaud (à propos du partenariat avec Kouky Fianu et le GREPSOM : Groupe de recherche sur les pouvoirs et les sociétés de l’occident médiéval et moderne à l’UQAM Montréal).

La question de l’ordre des opérations au cours de l’édition électronique a été abordée par plusieurs interventions, notamment pour le passage d’une édition faite à partir d’une suite bureautique classique (MS Word, MS Access) vers un autre format, en particulier vers l’ensemble de balises de la TEI-P5 (Text Encoding Initiative). Dans certains cas, il s’agit de récupérer l’existant (F. Clavaud, D. Stutzmann), mais cela tient aussi à l’absolue nécessité de maîtriser son travail et de ne pas surcharger son document de travail d’informations (C. Desenclos, D. Stutzmann). En écho à une autre journée (L’encodage TEI : qui doit encoder ? Emmanuelle Morlock-Gerstenkorn de l’ISH de Lyon) est revenue la question de l’intervention du chercheur dans un éditeur XML ou par l’intermédiaire de formulaires (F. Glorieux, V. Jolivet).

L’atout scientifique d’une édition structurée par un vocabulaire préformaté, comme celui de la TEI, est d’amener à réinterroger la signification des données et leur structuration (correspondance, texte crypté pour C. Desenclos, abréviations pour D. Stutzmann, dictionnaire pour R. Alexandre, multilinguisme notamment pour L. Gili). La nécessité d’une réflexion préalable est soulignée afin de construire une édition cohérente et utilisable.

Avec les éditions présentées en TEI et LaTeX (A. Rochebouet), seuls le balisage et la présentation ont été abordées. Les outils d’exploitation scientifique existant, avec mise en relation de différentes strates (intertextualité, images des manuscrits, éditions critiques) ont été présentés à partir de bases textuelles ou de bases de données constituées (E. Brunoni et I. Giacomelli, F. Stella), et sans emploi de la TEI ou de vocabulaire à balises. La base du Corpus rhythmorum est en ligne, mais les photographies des manuscrits, notamment ne sont disponibles que sur la version payante sur support physique. L’intervention du prof. Stella, fondée sur des analyses textométriques, était brillante dans sa clarté et dans ses conclusions intéressant l’histoire intellectuelle dans tous ses aspects : influences et imitations entre auteurs, rapport interpersonnels dans le genre épistolaire, positionnement littéraire …

La présentation de la plateforme Diple semble répondre aux interrogations sur l’exploitation des fichiers, en prévoyant une chaîne éditoriale complète pour écran et papier, avec des applications faciles à prendre en main. La structuration de fichiers en XML, selon un format libre et interopérable (TEI), doit aboutir à une mise en base de données pour créer une interface interrogeable (php, mysql), le plus générique possible. La même idée peut servir pour exploiter les informations de nature paléographique dans des éditions électroniques imitatives. Un chantier à ouvrir !

Liens
Calenda
Site de l’Ecole nationale des chartes

Programme

9 h 45 Jacques Berlioz (directeur de l’École nationale des chartes), Ouverture

Expériences d’éditions : méthodes et outils
10 h Florence Clavaud (École des chartes), L’année 1437 dans la pratique de Pierre Christofle, notaire du Châtelet d’Orléans : une édition électronique
10 h 20 Camille Desenclos (École des chartes), Éditer en TEI : l’exemple d’une correspondance diplomatique moderne
10 h 40 Elisa Brunoni et Irene Giacomelli (université de Sienne), L’édition digitale du Corpus Rhythmorum Musicum
11 h 20 Laura Gili (École des chartes – université de Sienne), Les chartes du monastère de SS. Côme et Damien à Mica Aurea de Rome (1102-1235) : un projet d‘édition électronique
11 h 40 Anne Rochebouet (université de Nantes), Utilisation et intérêt de LaTeX pour les éditions critiques

Atelier
14 h 00 Frédéric Glorieux et Vincent Jolivet (École des chartes), Diple, modules et méthodes pour l’édition en ligne de documents TEI

Exploiter les éditions électroniques : outils et perspectives
15 h 20 Dominique Stutzmann (Institut de recherche et d’histoire des textes), Revenir au record type ? Ou comment utiliser l‘information paléographique du matériau écrit
15 h 40 Renaud Alexandre (Institut de recherche et d’histoire des textes) et Frédéric Glorieux (École des chartes), Le projet OMNIA (Outils et méthodes numériques pour l’interrogation et l’analyse des textes médiolatins)
16 h 00 Francesco Stella (université de Sienne), Expérimentations de statistique linguistique sur un genre littéraire : l’épître latine