Archives de catégorie : Exercices corrigés

Affiliation de Marcilly à Fontenay par le chapitre général de Cîteaux en 1251

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 14
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 14 (Réutilisation soumise à conditions)

1251. – Cîteaux

Étienne [de Lexington], abbé de Clairvaux (1242-1255), place les religieuses de Notre-Dame du Bon Repos de Marcilly sous l’autorité de l’abbé de Fontenay

A. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 15 H 14, pièce 1. — Original en parchemin ; 52 x 188 mm ; justification 183 x 26 mm. Mentions dorsales : (XVIIe s.) « St Remy. Titre par lequel l’abbaye de Marcilly est dependante de l’abbaye de Fontenay. 1251. Cotte YYY » Mentions (innombrables), fondées sur dom Urbain Plancher, Histoire générale et particulière de la Bourgogne, Dijon, 1739-1781, t. II.

Universis presentes litteras inspecturis frater St[ephanus], dictus abbas Clarevallis salutem in Domino sempiternam. Cum nobis auctoritate Capituli generalis com-|2|-missa esset dispositio domus monialium de Marcilliaco in plenaria ordinis potestate, nos de bonorum consilio et approbatione ipsius |3| generalis Capituli ipsam venerabili et in Christo dilecto .. coabbati nostro de Fonteneto in filiam assignavimus, sibi et successoribus suis abbatibus |4| Fonteneti perpetuo possidendam. In cujus rei testimonium litteras presentes dedimus patentes anno Domini .M°. CC°. quinquagesimo |5| primo, tempore Capituli generalis apud Cistercium consentientibus omnibus abbatibus in capitulo ibidem congregatis.

Don d’une vigne d’Alise-Sainte-Reine

Dijon, Archives départementales Côte d'Or, 15 H 58
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 58 (Réutilisation soumise à conditions)

1228, [27-31] mars, ou 1229, mars [n. st.]. — Alise-Sainte-Reine.

Gui [de Vergy], évêque d’Autun, notifie le don d’une vigne d’Alise par Pierre, prêtre d’Alise et archiprêtre de Touillon à l’abbaye de Fontenay.

A. ADCO 15 H  58, pièce 2. — Original en parchemin ; 110 x 143 mm ; justification 128 x 60 mm ; réglure à la mine de plomb ; repli de 19 mm à une double entaille. Mentions dorsales : (XIIIe s.) « Flavign. Carta domini Petri de Alisia de dono magne vinee » ; « IIa » » ; (XVIe s.) « Darcy » » ; (XVIIe s.) « « Alize. Don faict par le sr Pierre, prestre d’Alize, archiprestre de Thouillon de sa grande vigne, scize a Alize, sous la vigne du sr Odo, archiprestre de Thouillon, l’an 1228, cotté AA ». » ; (1787) « N° 5 / mars 1228 ».
Inventaires : ADCO 15 H 1, fol. 75r (Flavigny. AA). — ADCO 15 H 2, fol. 62r (Flavigny. AA). — ADCO 15 H 3, p. 343 (XXIII. 3. 5).

Ego Guido, Dei gratia Eduensis episcopus. Notum facimus universis presentem |2| cartam inspecturis quod Petrus, sacerdos de Alisia, archipresbiter Tulli-|3|-onis, in presentia nostra constitutus, de voluntate et assensu nostro, dedit |4| Deo et beate Marie Fonteneti pro remedio anime sue, patris et matris |5| sue, vineam suam magnam sitam apud Alesiam sub vinea ar-|6|-chipresbiteri Odonis Tullionis. In cujus rei testimonium ad petiti-|7|-onis ejus instantiam, scilicet P. archipresbiteri Tullionis presentibus |8| litteris sigillum nostrum apposuimus. Actum est hoc apud Alesiam. |9| Anno Domini .M°. CC°. vicesimo octavo, mense martii.

Roman de la Rose


Paris, Bibl. nat. de France, ms. français 24392, fol. 2r
Roman de la Rose

C’est cy le romans de la Rose
Maintes gens dient / que en songes
N’a se fables non / et mensonges
Mais l’en puet telz / songes songier
Qui ne sont mie mensongier
Ains sont aprés bien apparant
Si en puis bien traire a garant
Un aucteur qui ot nom Macrobes
Qui ne tint pas songes a lobes
Ainçois d’escript l’advision
Qui avint au roy Cipion.

Lancelot

null
Lancelot
Paris, Bibl. nat. de France, ms. français 1424 (fol. 12v)

Lors li dist tout maintenant une vois : « Perceval, tu as vaincu et es garis. Entre en une nef et va la u aventure te maine et en te esmaiiier de cose que tu voies ne que tu oies, car tu n’as garde de tant t’est il bien avenu que tu vesras par tans tes compagnons Bohort et Galaad. » Quant il ot ceste parole, si en a molt grant joie durement. Si enmerchie nostre Segnour. Il prent ses armes et comme il est armés, si entre en le nef et s’en paint en le mer. Mais a tant laisse ore li contes a parler de lui et retourne a parler de Lancelot qui ert remees od le preudomme qui li ot dites le senefiance de .III. paroles que le vois lui ot dites en le capele.

Vies de saint Thibaut de Provins : écritures françaises du XIIIe s.

null
Vie de saint Thibaut
Paris, Bibl. nat. de France, ms. Français 24870, page 46

[p. 46] Incipit vita beati Theobaldi
Or antandez, tres douce gent,
un dit qui est et bel et gent,
et fetes feste et joie tuit
de seint Thibaut, et grant deduit.
Seinz thibauz de tres bone anfance
fuit engendrez de gent de France
el terrouel de Troiesins,
mes il fui norri a Provins ;
et Arnoul avoit non ses pere,
et Guieline fu sa mere,
et paranz es quens de Champaigne
et a l’avesque de Vianne
qui Thibaut estoit apelez,
avant que seinz Thibauz fut nez
Continuer la lecture de Vies de saint Thibaut de Provins : écritures françaises du XIIIe s.

Échange entre Fontenay et le le prieuré du Val-le-Duc dit le Quartier

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9*, fol. 142r
Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9*, fol. 142r
Dijon, Archives départementales de la Côte d'Or, 15 H 257 (10)
Dijon, Archives départementales de la Côte d'Or, 15 H 257 (10)
Dijon, Archives départementales de la Côte d'Or, 15 H 257 (10) Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 15 H 257 (10)
Dijon, Archives départementales de la Côte d'Or, 15 H 257 (10)

[1276]


Robert [II], duc de Bourgogne, notifie l’échange intervenu entre l’abbaye cistercienne de Fontenay et le Prieuré du Val le Duc dit le Quartier [a] .

A. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 15 H 257, pièce 10.
B. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 15 H 9*, fol. 141v-142r
Mention : E. Petit, Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne, avec des documents inédits et des pièces justificatives, Paris, 1885-1906, t. VI, p. 248 [en ligne]

Nos .. Roubers[1], dux de Burgoigne, façons savoir a touz cels qui verrunt[2] et orrunt ces presentes letres[3] que en nostre presence pour ceu especialment estaubli freres Renauz diz ab-|2|-bés de Fonteney[4] de l’ordre de Cisteaux[5] et li convenz[6] de ce meimes leu hont recogneu pour devant nos qu’il[7] hont baillié, quittié et delivré an[8] non de loiaul et perfait eschange a |3| religious homes, a frere Martin, priour de la maison Nostre Dame dou Quartier, dite vulgaument Lou Val lou Duc, et au convent de ce meimes leu de l’ordre dou Vaul des |4| Chous, en eschange perpetuel tout lou pré qui part a ceaus doudit Quartier en la comme doudit Quartier des la bonne doudit pré qui est mise desus la fontaine, de bonne en bon-|5|-ne, jusque a la bonne desus Les Auges et des anqui de bonne en bonne pour[9] desus les Taignieres jusque[10] a la bonne[11] qui est mise delez la voie de la comme de Villemer, et de cele bonne de la |6| comme de Villemer, de bonne en bonne, por desus toute la voie jusque a la bonne qui est mise a la fin de Salive. Lesquex choses toutes desus dites lidiz abbés et li convenz de Fonteney[12] sunt[13] |7| tenu en bonne[14] foi de garantir a touz jours[15] mais contre toutes genz audit priour[16] et au convent de ladite maison dou Quartier. Pour louquel eschange desus dit an nostre presence pour |8| ceu especialment ansimant estaubli freres Martins priours et li convenz doudit Quartier hont recogneu pour devant nos qu’il[17] hont baillé, quittié[18] et delivré ausimant a touz |9| jours[19] mais au devant dit frere Renaut dit abbé de Fonteney[20] et au convent toutes ces choses ci desouz[21] escrites[22]. C’est asavoir une partie dou bois dou Quartier des la bonne qui est mi-|10|-se delez la voie des Fems[23] que l’en appele « la voie de Grancey » qui va por desus Lery, ansi[24] comme les bonnes anqui[25] mises devisent jusque a cele bonne[26] qui part antre[27] les bois a cels de Sein[28] |11| Ceigne et a cels de Quartier[29] et de cele bonne dou travers doudit bois jusque a la bonne qui part lou bois de Lery et les communes de Eschalo et des anqui au contramont de bonne[30] |12| an[31] bonne jusque au Fornot. Louquel eschange ausimant[32] lidiz priours et li convenz doudit Quartier hont promis an[33] bone foi de garantir audiz seignors de Fonteney[34], toujourz mais |13| contre toutes genz, en tel maniere que lidit[35] priours et li convenz doudit Quartier[36] auront[37] toutes aisances[38] de vaine pastures[39], de aigues, de perrieres et de voies des les chalonges de Escha-|14|-lo[40] en jus por devers loudit Quartier et cil de Fonteney[41] hont et hauront touz jourz mais pour lor[42] grange de Peuyseus[43] toutes manieres de aisances[44] de veine[45] pasture, de aigues, de voies |15| et de perrieres an[46] touz les bois de la maison doudit Quartier et i pourront anvoier[47] lidit de Fonteney[48] lor bestes an[49] toute la veine pasture tant comme il vouront[50] et quant il vouront[51] au |16| bois et[52] au pleins. Et cil dou Quartier[53] ne povent ne ne devient[54] anterrer ne torner l’aigue desoz ne desus la maison doudit Quartier en maniere[55] que cil de Peuyseus n’i puissent abovrer |17| lor bestes. Et ces eschanges desusdiz, nos[56] Roubers[57], desus diz dux de Bergoigne[58], voluns et les havons loez au parties tant comme a nos appartient, retenue a nos et a noz hers a touz |18| jorz mais qui saront duc de Bergoigne la garde an toutes les choses desdiz eschanges faiz a l’une partie et a l’autre. En tesmoignaige de laquel chose nos, a la priere et a la re-|19|-queste desdites parties avons mis nostre seaul en ces presentes letres avec lou seaul audit abbé de Fonteney et aveuc lou seaul audit priour doudit Quartier. Liquels abbés |20| de Fonteney et li convenz, liquels priours dou Quartier et li convenz, nos consentuns a toutes ces choses desus dites. Ce fu fait an l’an de grace mil deus cenz sep-|21|-tente et six, ou meis de aoust.


[a]Le Quartier, ou Notre-Dame du Quartier ou Val-le-Duc, est un prieuré de l’ordre du Val-des-Choux au diocèse de Langres (Côte d’Or, arr. Dijon, cant. Grancey-le-Château, comm. Salives), cf. L. Cottineau, Répertoire topo-bibliographique des abbayes et prieurés, Mâcon, 1939, t. II, col. 2386. L’ouvrage de J.-P. Roussel (Le prieuré du Val le Duc dit « le Quartier », 1248-1780, [Is-sur-Tille] : Société d’histoire Tille-Ignon, 2006) n’apporte rien à la connaissance de l’histoire médiévale et ignore cet échange.


[1] Roberz B. – [2] verront B. – [3] lettres B. – [4] Fontenoy B. – [5] Cisteaus B. – [6] couvenz B. – [7] que il B. – [8] en B. – [9] p barré B. – [10] nieres jusque a la écrit sur grattage A. – [11] bone B. – [12] Fontenoy B. – [13] sont B. – [14] bone B. – [15] jourz B. – [16] prior B. – [17] que il B. – [18] B (f. 142v). – [19] jourz B. – [20] Fontenoy B. –
[21] desoz B. – [22] escriptes B. – [23] Fins B. – [24] aussi B. – [25] enqui B. – [26] bone B. – [27] entre B. – [28] Saint B. – [29] Reprise sur de F[onteney] A. – [30] bo et tilde, A. – [31] en B. – [32] audimant B. – [33] en B. – [34] Font. A, Fontenoy B. – [35] lidiz B. – [36] Quarter B. – [37] hauront B. – [38] aisences B. – [39] Hésitation entre s rond et s long, A. – [40] Eschalou B. – [41] Fontenoy B. – [42] lour B. – [43] Pouyseus B. – [44] d’aisences B. – [45] vaine B. – [46] en B. – [47] envoier B. – [48] Font. A, Fontenoy B.[49] en B. – [50] vourront B. – [51] vourront B. – [52] ou B. – [53] Quatier B. – [54] doivent B. – [55] meniere B. – [56] nous B. – [57] Roberz B. – [58] Bourgoigne B. Fin de B par mutilation.

Arpentage et division de terres dans les bois près de Montbard

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9*, fol. 141v
Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9*, fol. 141v

1245, 9 septembre. – Abbaye de Fontenay (comm. Marmagne)

Pierre, doyen de Minot, et Gervais, archiprêtre de Duesme, notifient l’approbation par les damoiseaux d’Echalot de la division des bois entre d’Echalot, Etalante et Poiseul-[la-Grange] notifiée par Alix [de Vergy], duchesse de Bourgogne, [en août 1227], et l’abandon de leurs droits à l’abbaye de Fontenay fait dans le chapitre de l’abbaye en présence des moines la veille lors de la fête de la Nativité de la Vierge.

A. Original perdu
B. Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9*, fol. 141v-142r

Ego Petrus, decanus de Migno, et ego Gervaisius archipresbiter Duismi, universis presentes litteras inspecturis notum facimus quod in nostra presentia constituti Willelmus et Furco, domicelli de Eschalo et fratres, recognoverunt se ratam et gratam habere divisionem nemorum de Eschalo et de Estalante et de Poisues et metarum positionem quam fecit prefatus Gervasius ut in carta Aalydis ducisse Burgundie super hoc confecta plenius continetur. Preterea dicti domicelli in capitulo Fonteneti presente conventu in die Nativitatis beate Marie virginis concesserunt dictis Fontenetensibus quicquid juris habebant vel habere poterant in dictis nemoribus. Et promiserunt bona fide contra predictam nemorum quittationem et concessionem nunquam per se vel per alium venire nec dictos Fontenetenses in aliquo molestare.
In cujus rei testimonium ad preces et instantiam predictorum domicellorum Willermi et Furconis fratrum presentes litteras sigillorum nostrorum munimine roboravimus. [f. 142r] Actum apud Fontenetum in crastino Nativitatis beate Marie virginis, anno Domini M° CC° quadragesimo quinto.

L’archiprêtre de Flavigny notifie le don de Gauthier de Bussy

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9* (acte original, anciennement relié dans le cartulaire)
Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9* (acte original, anciennement relié dans le cartulaire)

1264

Jean de Palma, archiprêtre de Flavigny notifie le don par Gauthier, seigneur de Bussy-[la-Pesle] à l’abbaye de Fontenay de deux setiers de céréales (mesure de Sombernon) par an.

Universis presentes litteras inspecturis, magister Johannes de Palma archipresbiter Flavignacensis salutem in Domino. Noverit universitas vestra [2] quod in nostra presentia propter hoc specialiter constitutus vir nobilis Galterus miles, dominus de Buxeio en Mainmontois recognovit se dedisse [3] et in perpetuam elemosinam concessisse Deo et ecclesie beate Marie Fonteneti pro remedio anime Matildis uxoris sue duox sextaria [4] bladi, medietatem frumenti et medietatem avene, annui redditus percipienda et habenda annuatim ad mensuram Sombernionis in gran-[5]-gia sua de Buxeio (2) et si pro aliquo defectu predictum bladum in dicta grangia non posset percipi, voluit et concessit quod in [6] redditibus furni et molendini dicte ville sine contradictione qualibet a dictis Fontenetensibus caperetur. Et promisit per juramen-[7]-tum suum in nostra presentia corporaliter prestitum quod contra predictam elemosinam per se vel per alium non veniet in futurum. [8] Sed renunciavit in hoc facto exceptioni doli et (a) metus et omnibus exceptionibus, defensionibus, consuetudinibus, consiliis, auxiliis [9] et rebus aliis que sibi possent competere jure canonico vel civili. In cujus rei testimonium ad petitionem dicti Galteri pre-[10]-sentibus litteris sigillum nostrum apposuimus. Actum anno Domini M° CC° sexagesimo quarto.

(a) et ajouté dans l’interligne.

(1) Egalement attesté par un acte donné en commun en octobre 1273, cf. A. de CHARMASSE, Cartulaire de l’Evêché d’Autun, Paris, Durand, 1880, 1ère partie, p. 24, n° XVI.
(2) La grange de Fontenay à « Bussy » est sise à Bussy-le-Grand, à environ 30 km, ce qui explique la précision du pagus du Mémontois.

Cartulaire de Nitry et Lichères dans le fonds de Molesme

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 7 H 641
Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 7 H 641

1183

Anséric de Montréal, sa femme Sybille de Bourgogne, leurs fils Anséric, Jean, Miles, restitue à l’abbaye de Molesme des droits sur les hommes et biens sis à Nitry (Yonne, arr. Avallon, cant. Noyers) et Lichères-près-Aigremont, exception faite de Robert Rimot et des filles d’Arnoul Malebouche, données contre cens, et des hommes déjà possédés par Anséric, seigneur de Montmirail, père d’Anséric de Montréal.

Tradition
A. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 7 H 642 (ancienne cote H 291). Original sur parchemin.
B. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 7 H 7 (cart. 143), d’après A.
C. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 7 H 641. Cartulaire du XVe siècle, papier, d’après A.
a. E. Petit, Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne, avec des documents inédits et des pièces justificatives, Paris : Lechevalier ; Dijon : impr. de Darantière, 1885-1905, t. II, p. 415, n° 677 [en ligne sur Gallica].

Nota bene : La transcription ci-dessous est faite d’après C.

En marge : Elle est bonne contre Mons. de l’Isle.

Ne quod in presentiarum agitur temporum vetustate vel malignorum perversitate in posterum deleatur, ego Ansericus, dominus Montis Regalis, presentis scripti memorie commendare precepi ea que pro mea parentumque meorum salute guerpivi, donavi et concessi abbati et fratribus Molismensis abbatie perpetuo possidenda, videlicet : quicquid de prefate abbatie possessionibus sive in hominibus, sive in aliis rebus apud Nentri tempore meo usurpavi (a), aut usurpare feci, exceptis Robertum Rimot et heredibus suis, et duabus filiabus (b) Arnulfi Maleboche, quarum
utramque sub concensu (c) trium solidorum dimisi, et apud Leschires, exceptis illis hominibus quos pater meus Ansericus de Monte Mirabili tempore suo possedit, et quod deinceps nullum de predictorum fratrum hominibus, ego, vel uxor mea, vel heredes mei, aliquo modo habebimus in hominem aut in commendatum.
Omnes vero injurias quas ego, vel officiales mei predictis fratribus vel hominibus eorum intulerunt, abbas et fratres prefati michi et uxori mee et filiis nostris, quantum in eis est, indulserunt et penitus condonaverunt.
Si vero aliquis, quod absit, prelibatos fratres gravando super relictis hominibus dominii vel servitii moverit questionem, vel ipsi homines aliquam alicui commendationem fecerint, vel facere voluerint, ego me testem, tutorem et deffensorem ydoneum me esse, salvis expansis (d) meis, bona fide promisi.
Hoc laudavit uxor mea Sibilla et filii mei Ansericus, Johannes, Milo.
Hujus rei testes sunt Cleophas, prior Molismensis, Bruno camerarius, Jobertus prior de Nentri, Martinus capellanus, Guerricus canonicus de Avallone, Girardus capellanus ejus, Reinaudus clericus, Erveus de Petra Pertusa, Bernardus de Monte Barro, Manasses de Aceio, Guido Fardellus, milites, Willelmus prepositus de Insula, Arnulfus Maleboche de Massengi, Beroardus Sauvaiges, Reinaudus major de Nentri.
Ad presentis vero pagine confirmationem, sigillum meum apponendo, rogavi dominum Eduensem episcopum et Lingonensem, ut huic guerpini (e) et concessioni, sigillorum suorum adposicione testimonium perhiberent.
Factum est hoc anno ab incarnatione Domini M° C° octogesimo III°, Lucio existente sancte Rome (f) ecclesie pontifice, Philippo rege Francorum imperante, Hugone duce Burgundie regnante. Amen.

(a) Passage avec repentirs : temporis tempore inconsur-pavi meo. Ce passage prouve que le cartulariste a travaillé d’après l’original, où meo usurpavi peut donner lieu à confusion. — (b) duas filias ante corr.. — (c) concensu ajouté dans l’entreligne, censu dans l’original. — (d) Sic. — (e) Sic pro guerpitioni (?). L’original porte une forme qui peut être guerpine avec e partiellement effacé ou guerpini, sans doute pour guerpitioni. — (d) Sic pro Romane. L’original porte Rom. tilde.

Vocabulaire :
commendatio : Du Cange

La logique d’Albert de Saxe


Manuscrit Berkeley, University of California, Berkeley, Bancroft Library, BANC MS UCB 101

Images disponibles sur Digital Scriptorium.
(Interroger par cote : Search / Shelfmark = MS UCB 101 / “View full record” ou “View images only”)

Partie à transcrire retravaillée pour augmenter le contraste :

Berkeley Univ. of California Bancroft Library, MS ULB101 image DS001972aA retouchée
Berkeley Univ. of California Bancroft Library, MS ULB101 image DS001972aA retouchée

[dans la marge sup.] Incipit Logica magistri Alberti de Saxonia.

[fol. 1ra]
[Divisio operis] Intencionis presentis est : primo tractare tam de terminis prime quam secunde ipositionis ; 2° de proprietatibus terminorum sicud de suppositionibus, ampliacionibus et appellacionibus ; 3° de propositionibus tam de inesse quam modalibus ; 4° de consequentiis tam formalibus quam materialibus, ut puta de conversionibus equipollenciis, et (a) de sylogismis et de consequentiis dyalecticis ; 5° de argumentationibus sophysticis ; 6° de insolubilibus et obligationibus.
[Divisio primae partis] Quantum ad primum, [primo] (b) videndum est de terminis qui sunt verificabiles, de terminis prime et secunde intencionis vel inpositionis, sicud sunt isit termini : « signum », « terminus », « subjectum », « predicatum », « nomen », « verbum », et hujusmodi.
2° Videndum est de terminis secunde intencionis qui sunt verificabiles, de terminis prime intencionis materialiter acceptis sicut universalia : « genus », « species » etc.
3° Videndum estde terminis prime intentionis qui sunt verificabiles, de pronominibus demonstrantibus res non ea ratione qua sunt signa, sicut sunt [.X.](c) predicamenta.

[Pars prima] Quantum ad primum. Et primo de isto termino « signum » qui est communior quam sit hoc nomen « terminus ». Sciendum quod hoc nomen « signum » accipitur uno modo prout extendit se ad omne illud quod apprehensum facit aliquod venire(d) in cognicionem [alicujus](e). Isto modo dicimus circulum pendentem ante tabernam esse signum vini — et [ita](f) large accipiendo signum. Non accipiebatur quando dicebatur quod termini prime intencionis significative accepti sunt verificabiles de pronominibus demonstrantibus res que non sunt signa ; nec ita large volo uti isto nomine « signum » in sequentibus.

(a) et barré postérieurement. — (b) primo ajouté dans l’entreligne. — (c) .X. ajouté dans l’entreligne. — (d) f. a. v. réécrit sur le texte par seconde main. — (e) alicujus ajouté dans l’entreligne. — (f) ita ajouté dans l’entreligne.

Constantinus Afer


Lien vers le manuscrit Oxford, Bodleian Library, Ashmole 399, folio 19recto sur LUNA

*** LUNA : A collaboration between ARTstor and the Bodleian Library to produce 25,000 images from 35mm filmstrip negatives and positive slides. Material includes medieval and Renaissance illuminated manuscripts. ***

== Note sur le manuscrit ==
Le manuscrit Oxford, Bodleian Library, Ashmole 399, écrit en littera semitextualis libraria contient un texte qui semble dériver du ms. P de l’édition d’E. Montero Cartelle (Constantin l’Africain, Constantini Liber de coitu : el tratado de andrología de Constantino el Africano, éd. Enrique Montero Cartelle, Santiago de Compostela : Universidad de Santiago, 1983, coll. Monografías de la Universidad de Santiago de Compostela, 77 ISBN 84-7191-309-7).

== Transcription ==
[au-dessus du bras] Antiqui dixerunt in libris suis que conservant sanitatem. Sunt : exercicium, balneum, cibus et potus, sompnus et cohitus. Nobis autem dicendum est qualiter cohitus proficiat et qualiter noceat, et qualiter debet fieri, et quo tempore et quid in fine contingat multum utentibus.

Dicit enim Galenus in libro artis parve cum retulerit que Epicurus dixit quod nullus qui cohierit sanus erit. Verrasciter (a) utilis est cohitus et proficiens ad salutem et et (b) ostendit qualiter fieri debet. Ait enim quoniam (c) fieri convenit et quoniam (c) per intervalla agendus est ut nichil lesionis sensiat operator. Nam si piger et debilis cohierit, postea corpus ejus alleviatur magis quam prius et animus similiter. Est autem hora et coheundi congrua quandocumque corpus fuerit [sous le bras]in temperamento extremorum vel exteriorum, scilicet ut sit plenum nutrimento, nec vacuum, nec frigidum nec calidum, nec siccum nec humidum, sed temperatum. Si vero erraverit ab ac (d) ratione et cohierit quis (e), melius est ut sit calidus quam frigidus, melius plenus quam vacuus, melius humidus quam siccus, et melius ante sompnum quam post, quia si postea dormierit ac a laborare quiescit (f), melius erit virtuti. Declarat enimi Ruffus cum dicit : Si secundum quod diximus fuerit cohitum, melius erit conceptioni et fetui, meliusque tum in viro erit si sic fiat, et mulier (g) etiam [que] (h) cum dormierit melius continit (i) semen et hoc secundum naturam absque doctrina. Universaliter ergo est melius cohire [entre les jambes] secundum quod diximus. Et si quis cohierit circa mediam noctem, peccat, quia cibus est semicoctus. Similiter autem si sit circa matutinum peccat, id est antequam comedat et exibit tenue quia est omnino digestum.
Quidam medicorum dicunt quod si quis cibo repletus antequam ex toto digeratur cohierit, si ex tali cohitu fetus omnibus membris completus fuerit, nisi habuerit capud magnum aut aliquid aliud, mente diminutus erit. Et ideo dicimus :Qui cohierit antequam cibus sit digestus, peccat. Et circa matutinam propter causam supradictam, quia necesse est debilitatem subsequi post cohitum, propter ea laborare postea in aliquo non convenit. Patet ergo ex hiis quod cohitus melior est ante sompnum quam post, quia cum dormierit a labore quescit, et si quis cohierit circa (j) matutinam post cohitum contingere corpus ut possit ad laborem esse validus.

Ms. P: melius est ut sit calidus

(a) Sic. — (b) et tironien puis et. — (c) Sic pro quando. — (d) Sic pro hac. — (e) Lire Si quis vero… cohierit. — (f) alaborar tilde | quiescit : sic pro a labore requiescit (?). — (g) Sic pro mulieri. — (h) Om.. — (i) Sic pro continet. — (j) Précédé de post vel ante exponctué.

Note technique
Le site LUNA permet d’embarquer des images dans des iFrame. Ceux-ci ne sont pas supportés par la plateforme WordPress. L’image affichée l’est donc avec la balise IMG.
Une fois sur le site, il est possible de zoomer sur l’image grâce à un tuilage parfaitement maîtrisé.

André d’Epoisses et les moines de Fontenay

Archives départementales Côte d'Or, 15 H 203, pièce 5
Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 203, pièce 5 (Réutilisation soumise à conditions)

Archives départementales Côte d'Or, 15 H 9 (cart. 201), cart. 2, fol. 57v
Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 9 (cart. 201), cart. 2, fol. 57v (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
1213, octobre

== Regeste ==
Les évêques d’Autun, Langres et Auxerre notifient l’accord intervenu entre André, seigneur d’Epoisses, et l’abbaye de Fontenay

== Tradition ==
A. ADCO 15 H 203, pièce 5. — Original en parchemin ; 155/140 x 185/180 mm ; justification 175 x 110 mm ; réglure absente ; repli de 20 mm, à trois entailles simples ; écriture diplomatique. Mentions dorsales : (XIIIe s.) mention très effacée « Carta de pace inter nos et dominum Espisse […] » ; « Abbatie. L. » ; un nombre barré ; (XVIIe s.) « Marmaigne. Accord fait entre les seigneurs de Fontenay et le seigneur d’Espoisses l’an 1213, cotté SS » ; (1787) « N° 42 / 8bre 1213 »
B. Copie perdue par lacune matérielle du Cartulaire 1 (Abbatia, 47), attestée par la table (fol. 19r : « XLVII. Carta de pace inter nos et Andream dominum Espisse »)
C. Cartulaire 2, fol. 57v (Abbatia, 53)
a. Pierre-François Chifflet, S. Bernardi Clarevallensis abbatis genus illustre assertum, Dijon, 1660, p. 554-555, Probationes diatribae, n° 114 (d’après B ou C, « ex tabulario Fontenetensi »), reproduit dans la Patrologia latina, t. 185, col. 1468 [texte en ligne]

INVENTAIRES : ADCO 15 H 1, fol. 120v-121r (Marmagne. SS). — ADCO 15 H 2, fol. 87r (Marmagne. SS). — ADCO 15 H 10* (cart. 201bis), fol. 69v (Marmagne. SS). — ADCO 15 H 4, p. 150 (XI. 11. 42) : « scellé de deux sceaux, dont un manque ».

== Edition ==
G. Eduensis (1), W. Lingonensis (2), et W. Autissiodorensis (3), Dei gratia episcopi, omnibus presentes litteras inspecturis [2] salutem in Domino. Noverint universi presentes pariter et futuri quod cum inter abbatem et monachos [3] Fonteneti (4) ex una parte et nobilem virum Andream dominum Espissie (5) ex altera, controver-[4]-sia verteretur super hominibus, possessionibus et terris apud Marmagniam (6)(a) existentibus, que nobilis mulier [5] Hyla de Monte Sancti Johannis et Johannes, filius ejusdem, in perpetuam elemosinam domui Fon-[6]-teneti dederant et concesserant que etiam a bone memorie Bernardo, patre ejusdem Andree, abbas [7] et monachi dicebant occupata fuisse, et preterea super trecentis marcis argenti quas predicti abbas [8] et monachi sibi (b) a prefato Bernardo sepedicti Andree patre legatas fuisse asserebant, tandem [9] nobis presentibus et nobilibus viris Odone duce Burgundie (7) et Guidone de Doni Petra (8) et multis aliis in hanc [10] compositionis formam venerunt, quod de trecentis marcis superius nominatis abbas et monachi memorati [11] medietatem habeant, reliquam vero medietatem Andreas supradictus. De rebus vero apud Mar-[12]-magniam (c) existentibus, de quibus erat controversia, ita fuit statutum quod Guido, frater Andree, [13] canonicus Lingonensis, res illas tenebit quamdiu vixerit, et post mortem ipsius Guidonis ad ecclesiam [14] Fonteneti libere et absque omni contradictione revertentur. Tenebit autem res illas Guido prefatus nomine [15] ecclesie ab ecclesia Fonteneti. Actum anno gratie (d) millesimo CC° terciodecimo (e) mense octobri.

(1) Gautier II, évêque d’Autun, 1189-1223
(2) Guillaume de Joinville, évêque de Langres, 1210-1220
(3) Guillaume de Seignelay, évêque d’Auxerre, 1207-1220
(4) Fontenay, abbaye cistercienne, Côte d’Or, arr. et cant. Montbard, comm. Marmagne
(5) Epoisses, Côte d’Or, arr. Montbard, cant. Semur-en-Auxois
(6) Marmagne, Côte d’Or, arr. et cant. Montbard
(7) Eudes III, duc de Bourgogne, 1192-1218
(8) Gui II de Dampierre, connétable de Champagne, seigneur de Dampierre, Bourbon et Montluçon, mort en 1216

(a) Marmaniam Ca.&mdash (b) omis Ca. — (c) Marmaniam Ca. —(d) dominice C, omis a. (e) XIII° Ca.

Cîteaux reçoit des terres à Meursault

Archives departementales Cote d'Or, 11 H 881
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 11 H 881 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
1240, décembre

== Regeste ==
Arnoul de Meursault donne à l’abbaye de Cîteaux des prés et terres arables près de Meursault.

== Edition ==
Universis presentibus et futuris presentes litteras inspecturis, ego Stephanus, archipresbiter |2| Belnensis  (1), notum facio quod in nostra presentia constitutus dominus Alnurfus de Murexaut |3| presbiter, sanus et incolumis et compos mentis sue, spontanea voluntate sua dedit et concessit |4| Deo et beate Marie Cistercii (2) et fratribus ibidem Deo servientibus, pro remedio anime sue et |5| omnium parentum suorum, in puram et perpetuam elemosinam duas tilias prati sitas in prateria |6| que vocatur Molesia (3), quas tenet ad censum a domino Henrico de Mipont (4) milite pro duodecim |7| denariis solvendis in marcio et duas pecias terre arabilis sitas apud Murexaut (5) in territorio quod |8| dicitur Li Rue Barnuim continentes quinque jugera terre. De omnibus autem predictis dictus |9| Alnurfus se devestiens memoratos Cistercienses investivit corporaliter coram nobis et omne jus quod habebat |10| predictis Cisterciensibus quitavit ita quod decetero omnia predicta teneant et possideant, in perpetuum et omnem |11| voluntatem suam faciant. In cujus rei testimonium ad petitionem dicti Alnurfi presentibus litteris |12| sigillum nostrum apposuimus. Actum anno Domini millesimo ducentesimo quadragesimo mense decenbri.

(1) Beaune, Côte d’Or, ch.-l. arr.
(2) Cîteaux, abb. chef d’ordre, Côte d’Or, arr. Beaune, cant. Nuits-Saint-Georges, comm. Saint-Nicolas-lès-Cîteaux.
(3) Toponyme non identifié.
(4) Mipont, ville détruite, Côte d’Or, arr. Beaune, cant. Nolay, comm. Puligny-Montrachet
(5) Meursault, Côte d’Or, arr. Beaune, cant. Beaune-Nord