Archives de catégorie : Exercices en cours

Prix-fait ou Contrat de construction d’une livrée avignonnaise

Avignon, Archives départementales du Vaucluse, 3 E 5 / 994 (fol. 7v-8r)
Avignon, Archives départementales du Vaucluse, 3 E 5 / 994 (fol. 7v-8r)

Avignon, Archives départementales du Vaucluse, 3 E 5 / 994 (fol. 8v-9r)
Avignon, Archives départementales du Vaucluse, 3 E 5 / 994 (fol. 8v-9r)

Images fournies gracieusement par les Archives départementales du Vaucluse, présentée ici en attendant l’hébergement par l’IRHT de l’édition électronique du registre notarial 3 E 5 / 994.

1473, 21 janvier. – Avignon

A. Avignon, Archives départementales du Vaucluse, 3 E 5 / 994
Devis de construction du palais épiscopal de Jean de Mareuil, évêque d’Uzès et abbé commendataire de Saint-Gilles-[du-Gard], par l’architecte-maçon Grégoire Quiblier. L’immeuble a été acheté par Jean de Mareuil en octobre 1472 et avait appartenu à un professeur de droit civil, Philippe de Costeria (Avignon, Arch. dép. Vaucluse, 3 E 5 / 993, f. 2r et suiv). Il est sis rue Saint-Marc qui a disparu lors du percement de la Rue de la République, excepté une partie conservée par la Rue Théodore Aubanel : ainsi nommée d’après l’enseigne de Saint-Marc d’une hôtellerie, elle allait de la Grande Boucherie (à l’emplacement de l’actuel Hôtel de Ville) jusqu’à Saint-Martial (Cf. J. Girard, Évocation du vieil Avignon, Paris, 1958, p. 188). Avant d’être nommée Rue Saint-Marc, elle portait le nom de Rue de la Bouquerie (i.e. de la boucherie), repris par une autre rue, d’où son nom aussi de « bouquerie antique », attesté dès le Moyen Âge, et en particulier dans le contrat de location de la maison de l’évêque d’Uzès après son décès aux Pazzi, banquiers florentins (Avignon, Bibl. mun., ms. 4382, f. 23r : 7 juillet 1485, « in carreria Bocarie Antique dicte Sancti Marci »).

Jovis XXI Januarii.
Obligacio et promissio pro supradicto domino Johanne de Mareuilhio Uticense episcopo contra magistrum Gregorium Quiblerii lathomum diocesis Viennensis habitantem Avinionis et econtra.
In mei notarii etc. constitutus personaliter dictus magister Gregorius bona fide etc. promisit et convenit dicto domino Uticensi episcopo presenti stipulanti etc. se construere, componere seu edificare quandam domum novam in presenti civitate Avinionense, prout et quemadmodum in sequentibus lacius continetur.

S’ensuyvent les pactis et convenances faictz et accordés entre reverend père en Dieu, mestre Jehan de Mareulh evesque d’Uzaix d’une part et le discret homme mestre Gregoire Quiblier, masson du diocese de Vienne, habitant d’Avignon, d’autre part.
Et premierement est de pacti que ledit mestre Gregoire doit edifier, construyre et bastir une maison en ladite cité d’Avignon et ou lieu de la maison qui fut de feu messire Philip de Costeria, assise en la parroisse de Saint-Didier, en la carriere par laquelle on vait du grant mazel, ou college de Saint-Marsal, pour mondit seigneur d’Uzaix, laquelle de part d’avant aura les fundamens de troys pans et demy ou environ et plus si mestier estoit.
Item aura la muralhe despuys la terre jucquez au premier soulier troys pans ou environ avecque ung soubassement ou bas de ladite muralhe et despuys le premier soulier en sus deux pans et demy.
Item plus ledit mestre Gregoire sera tenu et doyvra faire de la part d’avant touchant la carriere, c’est assavoir la premiere partie ou assiete dudit mur de pierre de tailhe et ou darriere de ladite assiete premiere endit mur doit ledit mestre Gregoyre fornir de pasture.
Item sera tenu ledit mestre Gregoire faire fenestres croysees belles, bonnes et honnorables et une grande porte en ladite murailhe avecquez les fenestres necessaires pour ladite porte avecquez les armes de mondit seigneur d’Uzaix sus la porte susdite ou deux anges et en autres pars de ladite maison la ou sera necessaire et ou mondit seigneur d’Uzaix vouldra diviser.
Item plus ledit mestre Gregoyre fera deux tornelles es deux boutz de ladite murailhe de la part d’avant, avecquez les creneaux revestus le long de ladite murailhe bardee dessus de bars de cayious. Et aura pour chacune canne ledit mestre Gregoyre tant de vuyde comme de plain et tant de ladite murailhe que de creneaux c’est assavoir cincque florins monoye courent en Avignon.
Item plus fera ledit mestre Gregoyre une vitz de six pans dedans euvre, entre le noheau et le mur, ou si mondit seigneur d’Uzaix veult a l’esgalité et mesure de la vitz de sa maison episcopale d’Uzaix, et ce pour le prix de ving et neufz florins monoye courent en Avignon pour chacune canne. Et doit avoir ladite vitz une canne de fundament. Et si plus en avoit, ledit mestre Gregoyre sera tenu de le faire a ses despens.
Item plus est de pacti que la muralhe qui ce [sic] fera es autres parties de la maison susdite, tant en la traverse commune qui est entre ladite maison et la mayson de Loys Perussi, que aussi en autre part, sera de posture enduyte de mortier par le dedans et fera ledit mestre Gregoyre les cheminees montees de jambes jucquez au mantel. Laquelle muralhe aura une (a) canne de fundament et plus si mestier est, et dedans terre troys panes de large [f. 8v] ou plus s’il est mestier, et dehors terre deux pans et demy et ce pour le prix de troys florins pour chacune canne.
Item plus ledit mestre Gregoire aura toute la deffarde de pierre qui est de present en ladite maison a employer a sa volunté et sera tenu d’aplaner ou arrazer ladite maison a l’esgal de la terre et si plus en y avoit, il sera tenu de la gipter et charroyer dehors a ses despens.
Item ledit mestre Gregoire sera tenu de prandre XXXIII parpalholes pour escut et XXXVI pour ducat, revenent au prix a rayson de florins.
Item ledit mestre Gregoire sera tenu de faire besongner ordinairement ezdit ouvrage XV ou XVI compaignons ouvrans a l’euvre de ladite maison.
Item ledit mestre Gregoire fera le bouget simple pour le prix de troys florins et demy et le gros bouget pour le prix de quatre florins et demy pour chacune canne desdits bougetz, tant pour vuide comme pour plain avecquez les portes et fenestres necessayres.
Item au regard des piliers qui seront necessayres en ladite maison, mondit seigneur d’Uzaix et ledit mestre Gregoire en seront a l’ordennance de messires Jehan Crote (b) et Guillaume de La Rochelle.
Et hic finis pactorum.
Et in diminutione predicte constructionis dictus magister Gregorius confessus fuit habuisse prout habuit et realiter recepit in parpalholis, jacquetis et ducatis summam centum quinquaginta florinorum monete Avinionis currentis seu eorum legitimum valorem. De quibus fuit contentus, quittavit etc. Exceptioni etc. Cum pacto etc. Pro quibus tenendis per dictas partes hinc inde, dictus dominus Uticensis obligavit bona sua quecumque et dictus Quiblerii personam et bona viribus et carceribus curiarum camerie apostolice spiritualium et temporalium Avinionis. Et per pactum etc. Constituerunt procuratores etc. Promiserunt etc. Juraverunt etc. Renunciarunt etc. De quibus etc.
Actum Avinione in domo habitationis ipsius domini Uticensis et in aula a parte carreria, presentibus dominis Johanne Crote, legum doctore, Guillelmo de Rochella, licenciato in decretis et Jacobo de Vallibus, civibus Avinionis, testibus etc.
Et me Francisco Morini etc.

(a) une écrit dans la marge gauche, avec signe de renvoi. — (b) Crote dans l’interligne.

Mars 1279 [a. st.]

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 7 H 749 (Réutilisation soumise à conditions)
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 7 H 749 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
1280, mars [n. st] (1)

== Regeste ==

Roger de Longvillers, bailli de Troyes, notifie la vente faite par Jean de Longeville à l’abbaye de Molesme de neuf journaux de terre

== Tradition (incomplète) ==
A. Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 7 H 749. – Original en parchemin, jadis scellé.

== Edition ==
Nous, Rogiers de Loncvilerz (2), chevaliers, bailliz de Troyez, faisonz savoir a touz ces qui verrunt et orrunt |2| ces presentez lettrez que par devant Jofroi Dilez, dit Dou Perer, nostre clerc, et par devant |3| Jehan lou Grant, nos jurez et feaus establiz de nous, fu presens Jehanz de Longeville, reconnut de |4| sa bonne volanté, sanz force et sanz contrainnement d’aucun, que il a vendu et au nun de vendue |5| quite et otroye a toujours mais a l’abé et au couvent de Mouloigmes nouef journeis de terre |6| que il a, si comme il dit, ou finage de Rumeley, ceans Au Trois Piecez — desqués li duy jou[r]né |7| sunt ou lou que l’an dit « Au Bouison Liebaut », aupreis la terre a la fame fau Pellus d’une |8| part et aupreis la terre Colin Houchet d’autre part ; trois journeis an la Fin Meaune, aupreis |9| la terre au moinnez d’une part et aupreis la terre Guillaume de Vilers d’autre part ; et quatre journés |10| dariez la maisum aus maladez aupreis la terre Guillaume Loileier d’une part et aupreis la terre aus |11| moinnes d’autre part — a tenir et a avoit (a) a aus et a lor sucessours a toujours mais pour trante |12| livres de tornois, desqués lidiz Jehanz ce tient pour bien paiez au deniers contans, |13| et an premet lidiz Jehanz porter leal guarantie audit abé et au couvent anver |14| toutez genz et renunça lidiz Jhanz a ce qui ne puise dire qu’i soit deceuz an la |15| metié ou au plus de ceste vendu, et an oblige sum cors a estre prins et |16| a tenir an prisum et touz ces bienz et les bienz de ces hers, moublez et num |17| moublez, presenz et a venir, a penre et a lever et a despendre, juque a tan que li-|18|-diz abéz et li couvenz ce tainnent bien a paié de ceste vendue et de cous et |19| de doumachez qu’il i poureiant avoir. Et viant et otroye lidiz Jehanz que la ven-|20|-due qui seroit faite de ces bienz obligiez par la jutise monsiegnor lou conte de Chanp[aigne] |21| soit ferme et estable con de chose conneue et a jugié an la court au bailli de Troyez |22| et s’am soumet lidiz Jehanz an la juridiciun monsiegnor lou conte de Chanp[aigne] |23| et dou bailli de Troyez ou de lor sucessors qui apreis aus vanrient. Et renunça lidiz Jehanz |24| a touz previlagez de croiz prins et a panre et a toutez franchisez de bourjesie de |25| roi de France et a toutez exceptionz de fet et de droit qui audit Jehan pourient |26| aidier et audit abé et au couvent nuyre. Et pour estre plus fert estable, nous |27| Rogierz de Loncvilers, chevaliers, bailliz de Troyez, ai scelleez ces lettrez par les tesmoinnagez de nos |28| jurez dou scel de la baillie de Troyez et dou contre scel mon propre scel, sauf lou droit monsiegnor |29| lou conte de Chanp[aigne]. Ce fu fait an l’am de grace mil dues cens sexante dis et nuef, ou |30| mois de mars.

(a) Sic A.

== Notes ==

  1. Dans le style de Pâques, l’année 1279 [a. st.] court du 2 avril 1279 au 21 avril 1280.
  2. Longvillers, Calvados, arr. Caen, cant. Villers-Bocage (?)

==

Archiprêtre de Touillon

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 146, pièce 51  (Réutilisation soumise à conditions)
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 146, pièce 51 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==

1262, décembre

== Regeste ==

Renaud, archiprêtre de Touillon notifie la vente faite par Eudes dit Porciaus et son épouse Meligne de Flavigny aux religieux de Fontenay d’une vigne sise un lieu nommé En Gravains dans la région de Flavigny avec tous les dépendances.

== Tradition (incomplète) ==
A. Dijon. Archives départementales de la Côte d’Or, 15 H 146, pièce 5. — Original en parchemin ; 135 (dont repli ouvert 20 mm) x 200 mm ; justification 197 x 90 mm ; repli de 20 mm à 1 simple entaille centrale (17 mm) ; écriture cursive. Mentions dorsales : (XIIIe s.) « Carta Odonis dicti Porcaus de vinea de Gravayns. Flavi. » ; « XII.a. » ; (XVIe s.) « Les Celiers. » ; (XVIIe s.) « Flavigny. Aquest d’une vigne En Gravains, finage de Flavigny, l’an 1262. Cotte D. » ; (1787) « N° 2 / Xbre 1262 ».

== Indiqué ==

INVENTAIRES : ADCO 15 H 1, fol. 73r (Flavigny. D). — ADCO 15 H 2, fol. 61r (Flavigny. D). — ADCO 15 H 3, p. 325 (XIII. 1. 2).

== Transcription ==
Omnibus presentes litteras inspecturis, nos Renaudus, archipresbiter Tullionensis, notum facimus quod, propter |2| hoc specialiter constitutus in presencia nostra Odo dictus Porciaus et Meligna, uxor ejus, de Flavigniaco, re-|3|-cognoverunt se vendidisse, concessisse, tradidisse et quitavisse in perpetuum vris (a) religiosis .. abbati et |4| conventui Fomteneti (b) quandam suam vineam sitam in territorio de Flavigniaco ubi dicitur En Gravains |5| juxta vineam eorumdem religiosorum que fuit defuncti Mathei dicti Panerot pro septem libris |6| divionensium. De quibus dictus Odo et Meligna, uxor ejus, se tenuerunt coram nobis pro pagatis a |7| dictis religiosis in peccunia numerata. Promiserunt siquidem dictus Odo et Meligna, uxor ejus, |8| sub obligatione et ypotheca omnium bonorum suorum mobilium et immobilium habitorum et haben-|9|-dorum et per sacramentum suum coram nobis super hoc prestitum corporale, quod dictam vineam venditam |10| dictis religiosis contra omnes perpetuo garantizabunt et quod contra predictam venditionem |11| per se non venient nec per alios venire facient in futuris. In cujus rei testimonium ad peti-|12|-tionem dicti Odonis et Meligne, uxoris ejus, sigillum nostrum presentibus litteris duximus appo-|13|-nendum. Actum anno Domini millesimo ducentesimo sexagesimo secundo, mense decembris.

(a) sic pro viris A. – (a) sic A.

L’amour des lettres et l’amour des moines : une lettre d’Adam de Perseigne au moine Osmond de Mortemer

i

Paris, Bibl. nat. de France, ms latin 1998, fol. 174rb

Rubrique :
Item epistula IIa ejusdem ad eumdem de VII feriis et VII liquefactionibus.

Texte :
Dilecto suo in Christo fratri O., Mortui Maris monacho, frater A. servus servorum Dei qui apud Perseniam Christo serviunt, salutem et vere religionis perserverantiam.

Cum aliquid quod honestum sit ab amico petitur, et amicus est qui rogatur, non debet hujusmodi petitio repulsam pati, si tamen facultas non defuerit adimplendi. De petitionis honestate et amica familiaritate confidens, cum multa instantia petis ut incitari ad virtutis studium litteris aliquibus merearis. Si bene affectus es et ad ea que justa sunt voluntarius, proficientis studio amica commonitio non nocebit. Si forte ad ea que recta sunt mens tibi est tardior quam deberet, nichilominus exhortatio forte morbo remedium adhibebit. Modis omnibus auditori verbum salutis est utile, presertim cum et ille amat qui loquitur, et cui loquitur non ambigitur reamare. Et que in amicorum colloquiis debet esse nisi de amore materies (de illo, inquam, amore quem nulla notat suspicio, si dilectio vel caritas nominetur) ? Nomen quippe amoris ad diversa commune est. Sed ad ea sola que veritatis vim habeant et virtutis, vocabulum restringitur caritatis. Cum igitur Deus amor, sive caritas, sive dilectio, proprie et specialiter nominetur, que materies convenientior, quis sermo inter nos dulcior quam de amore hujusmodi haberetur ? Sane cum timor Domini sit initium sapientie, et amare Deum sit ipsum sapere, constat quod ab affectu divini timoris sumit initium sancti sapor amoris. Dum enim Dei timor a vitiis evacuat habitaculum mentis, exclusa amaritudine vitiorum, restituit cordi sapientie appetitum. Ex tunc incipit animus esurire et sitire justitiam, quam procul dubio tantopere nullatenus esuriret, nisi pregustatus jam sapor esuriem provocaret. « Qui edunt me, ait Sapientia, adhuc esurient, et qui bibunt me, adhuc sitient » (Sir. 24, 21). Quid est enim amor justitie nisi quedam delectatio sapientie, cum nil sit aliud esse justum quam divinis esse conditum saporibus et odoribus delibutum ? Annon sunt mores et opera justorum quedam odoramenta virtutum, que nimirum ex hoc contrahere cognoscuntur quod internis sapientie ferculis oblectantur ? Sapientia siquidem a sapore nomen trahit, quod sapere faciat que sunt sursum, quod morum sit delectabile condimentum. Quid igitur in vita felicius quam Deum timere et per sollicitum divini timoris officium amori divino mentis domicilium preparare ? Timoris certe sollicitudo omni custodia mentem servat, ut jocunda amoris festivitas sollempnes ferias ibi agat. Feriata mente opus est ut vacare et videre possis quanta sit suavitas Dei, et que sit pii amoris sollempnitas experiri. Septem igitur sunt solemnes ferie, in quibus Deo vacatur, et in quibus anima, ut Deo liberius vacet, ab omni servili opere feriatur.