Soutenance de la thèse d’Estelle INGRAND-VARENNE – CESCM, 29 mars 2013

Poitiers, UFR Sciences Humaines et Arts, Salle des actes, vendredi 29 mars 2013, 14h30

Soutenance de la thèse Langues de bois, de pierre et de verre. Histoire du langage épigraphique et de son passage du latin au français, présentée par Estelle Ingrand-Varenne pour l’obtention du doctorat en histoire médiévale, sous la direction de Cécile Treffort et de Cinzia Pignatelli.

Composition du jury : Pascale Bourgain, présidente ; Michel Banniard, rapporteur ; Pierre Chastang, rapporteur ; Daniel Rico Camps ; Cécile Treffort ; Cinzia Pignatelli.

Estelle Ingrand-Varenne a présenté ce vendredi ses travaux en soutenance publique. Son doctorat, consacré à l’analyse des aspects linguistiques des inscriptions médiévales des XIIe-XIVe siècles dans l’Ouest de la France (Bretagne, Pays-de-la-Loire, Poitou-Charentes), a été salué par les membres du jury pour la qualité de la présentation des deux volumes qui le composent, pour le sérieux des analyses, pour le nombre et la pertinence des intuitions et pour les perspectives qu’il offre pour le futur des études épigraphiques. Le travail d’Estelle Ingrand-Varenne propose un certain nombre de déplacements méthodologiques : 1) le passage de la notion de style épigraphique à celle de discours ; 2) le dépassement du clivage français/latin pour la langue des inscriptions ; 3) la réconciliation des approches linguistiques et paléographiques, trop souvent séparées en épigraphie.

Dans la thèse qui a reçu, à l’issue de la soutenance et d’une (très) courte délibération, la mention très honorable et les félicitations du jury, Estelle Ingrand-Varenne a fourni une grande quantité de résultats grâce à un très riche appareil théorique qui puise ses outils, sans jamais les accessoiriser, aux méthodes de l’histoire, de la linguistique, de la sémiologie, de la médiologie, etc. L’évolution des langues dans les inscriptions de l’Ouest n’est pas uniforme et les textes épigraphiques façonnent les contours d’usages langagiers particuliers, avec une pragmatique et une esthétique reposant sur des codes (la brièveté, l’emploi des formules, les déictiques) et des formes qui assurent l’exposition de l’écriture, la diffusion du message et la création d’une « langue épigraphique » entre latin et vernaculaire.

Certains des résultats de la thèse d’Estelle Ingrand-Varenne intéressent directement le projet ORIFLAMMS, notamment son versant linguistique, puisque l’auteur a étudié les phénomènes de séquenciation du texte par le blanc et la ponctuation, l’emploi distinctif des majuscules et la mise en voir des codes langagiers sur la page de pierre. Ce travail est tout à fait fondamental pour la suite de la recherche épigraphique en latin comme en français.

Gestion informatisée des écritures anciennes : annonce de colloque

gieca_affiche

Les 21 et 22 mai 2013 se tiendra à Tours un colloque consacré aux études assistées par ordinateur sur les écritures médiévales et la prototypographie.

En effet, en dépit de vingt années de développement des humanités numériques, et malgré les avancées décisives du consortium MUFI, le problème du codage des écritures anciennes demeure entier. C’est pourquoi le Centre d’Études supérieures de la Renaissance (CESR, Tours) et l’Institut de Recherche sur les Archéomatériaux (IRAMAT, Orléans) organisent ces deux journées consacrées à ces problématiques et destinées tant aux chercheurs issus des lettres, des sciences humaines et sociales, des bibliothèques ou des musées, qu’à ceux exerçant dans le domaine du graphisme ou de l’informatique.

Participeront à ce colloque deux des partenaires d’Oriflamms (Marc Smith et Dominique Stutzmann), également partenaires du projet PIM (présentation de Florence Codine) et des travaux de Julia Joffre (Ecole Estienne).

Site du colloque

Programme

Mardi 21 mai 2013

09 h 30 – Collation de bienvenue, introduction.

Session 1 – Problématiques et méthodes

10 h 00  Marc Smith (École nationale des Chartes) : « La typographie face aux écritures anciennes, entre reproduction et transcodage »

10 h 30  Andreas Stötzner (font designer ; MUFI) : « On the identification, encoding and design of special characters »

11 h 15. Pause.

11 h 30  Peter M. Scharf (Université Paris Diderot ; The Sanskrit Library) : « Linguistic Issues and intelligent technological solutions in coding Sanskrit »

12 h 00  Odd Einar Haugen (University of Bergen) & Andreas Stötzner (font designer) : « The MUFI project: history, development and results » (sous réserve)

12 h 45  Pause déjeuner

Session 2 – Gestion de l’écriture hiéroglyphique

14 h 30  Dimitri Meeks (CNRS ; Université de Montpellier) : « Dictionnaire hiéroglyphique, inventaire des hiéroglyphes et Unicode »

15 h 00  Stéphane Polis (Université de Liège) & Serge Rosmoruc (CNAM) : « Réviser le codage de l’égyptien ancien à la lumière du projet Ramsès »

15 h  45. Pause.

Session 3 – Le document épigraphique

16 h 00  Elisa Pallottini (Université de Rome) : « De l’écriture à l’édition numérique des textes épigraphiques »

16 h 30 Florence Codine (Bibliothèque nationale de France) : « Le projet PIM : des polices pour l’épigraphie monétaire »

17 h  00  Marion Lamé (Anhima) (+ Francisco Soler ou Victoria Luzon) : « De la transcription graphique à la reconstitution diplomatique »

18 h 00 : Thomas Huot-Marchand : Présentation de l’Atelier national de recherches typographiques.

 

Mercredi  22 mai 2013

Session 4 – Manuscrits médiévaux

09 h 30  Odd Einar Haugen (University of Bergen) : « Transcribing and Editing Medieval Nordic Sources »

10 h 00  Dominique Stutzmann (IRHT): « Ontologie des formes et encodage des textes manuscrits médiévaux »

10 h 45. Pause.

Session 5 – Polices numériques pour l’écriture manuscrite

11 h 00  Jonathan Perez (dessinateur de caractères) : « Une police de caractères copte scripte pour l’édition scientifique »

11 h 30  Julia Joffre (dessinatrice de caractères) : « Création d’une police adaptée à l’étude des écritures gothiques »

12h00 – Pause déjeuner

Session 6 – Le livre imprimé

14 h 00  Rémi Jimenes (CESR) : « Pour un inventaire des caractères typographiques anciens »

14 h 30  Jacques André (INRIA) : « Pour un inventaire des typèmes non alphabétiques à la Renaissance : méthodologie et problèmes »

15 h 00  Frédéric Rayar (Université de Tours)  & Jean-Yves Ramel (Université de Tours) : « Les logiciels Agora et Retro : des outils pour l’extraction et l’indexation des caractères anciens »

15 h 45 : Clôture

Base ROMANE – CESCM

Capture-d_ecran-2012-11-30-a-16-09-01-eb756L’étude de la civilisation médiévale ne saurait être aussi riche sans l’existence de fonds patrimoniaux, qu’ils soient relatifs à l’iconographie, l’architecture, la sculpture ou le manuscrit. Les informations recueillies grâce à l’inventaire, l’identification et l’analyse d’un grand nombre de collections sont essentielles pour assurer à la communauté scientifique un meilleur outil de réflexion sur ce qui lui est parvenu du passé. Au cours de ces dernières années, l’évolution des technologies a permis d’optimiser l’accessibilité à bon nombre de corpus. La conservation, l’étude et l’accès aux collections nationales et internationales, qu’ils concernent le spécialiste ou un plus large public, imposent une mise en place de vastes campagnes de numérisation, de traitement des images.

Depuis de nombreuses années, le CESCM est attentif à l’évolution des technologies et conscient des perspectives qu’elles peuvent offrir dans le domaine de la recherche. Toutes ces questions ont naturellement imposé la mise en place d’une base de données, de vastes campagnes de numérisation, de traitement des images, d’indexation et de mise en ligne des données ainsi collectées.

Écriture médiévale & numérique

Le carnet de recherche « Écriture médiévale & Numérique » rend compte des recherches sur l’écriture médiévale et la vision par ordinateur. A ce titre, il couvre plusieurs disciplines des sciences humaines (linguistique, paléographie, épigraphie, proto-typographie) et des sciences de l’ingénieur (vision par ordinateur, reconnaissance des caractères, transcription assistée par ordinateur).
Il est associé au projet ORIFLAMMS, qui a pour but de parvenir à une compréhension nouvelle de l’écriture (texte et forme) et de transformer les conditions de la recherche future, 1° en abolissant les frontières disciplinaires traditionnelles, 2° en créant un corpus de référence (textes et images), pour toutes les études sur l’histoire de l’écriture et de la langue, 3° en créant des outils d’exploitation, dans une suite logicielle open-source et modulaire, 4° en implémentant des standards et des bonnes pratiques, que la suite logicielle contribuera à diffuser, 5° en créant une ontologie des signes graphiques médiévaux, 6° en offrant une plateforme pérenne, extensible et interopérable.