Oriflamms @Leeds IMC 2016 : blancs entre les mots ; vision par ordinateur ; fouille de données et proportion invariante

L’International Medieval Congress 2016 de Leeds va vers sa fin. De nombreuses communications de grande qualité ont déjà été prononcées dans des sessions toujours plus nombreuses où il est de plus en plus difficile de choisir.

Parmi les « strands » ou sessions auxquels j’ai assistés et liés, voici ceux portant sur les manuscrits, à la paléographie et au numérique (Guiding the Mind of the Beholder: The Materiality of Medieval Texts as Determinant of Its Meaning and Use, sessions 109, 209, 309 ; Digital Methods round table 432, sessions 531, 631, 731 ; The Reception and Evolution of Caroline Minuscule in the Iberian Peninsula 1109, 1209, 1309 ; Stylus as a Paint Brush: Writing and Artistic Creation 1511, 1611) et il m’a été impossible de me rendre à la session de Ben Albritton (1631).

De mon côté, j’ai montré pour Oriflamms comment notre logiciel permet de mesurer objectivement les espaces entre les lettres et entre les mots. En validant la méthode de Paul Saenger (1997) pour évaluer une unité d’espace, je propose de la rapporter à la longueur moyenne d’un caractère (un espace peut être perçu à partir de 2/5e de caractère et il devient clair à 1/2 caractère de longueur). Les espaces varient selon la nature grammaticale des mots et permettent de mettre en lumière une conscience linguistique chez les scripteurs médiévaux.

Au cours de la communication « Le manuscrit Yale, Beinecke Library, MS 625 est-il grand? » de mon collègue Renaud Alexandre de l’IRHT, j’ai pu voir les dimensions de 35000 manuscrits projetés sur une même diapositive. Pour cela, il a utilisé le dump de la Schoenberg database. Cela lui permet de voir, époque par époque, la distribution des dimensions des manuscrits et d’évaluer la grandeur relative d’un livre par époque. Et là, miracle pour moi : j’ai vu la confirmation de ce que j’écrivais en 2002 dans ma thèse des Chartes. Pour l’ensemble du Moyen Âge, il est inutile de classer les manuscrits selon leur « proportion » par rapport à la « proportion invariante (0,707) » comme fait dans les ouvrages fondamentaux de la codicologie quantitative. En effet, la courbe de tendance des dimensions est une droite, mais qui ne passe pas par zéro !

Voici l’extrait concerné de ma thèse de 2002 :

 

1.1.1.1.                           Proportion (Largeur / Hauteur)

Après avoir étudié la taille et la hauteur, il nous faut prendre en considération les rapports des différentes mesures du feuillet, en particulier la largeur et la hauteur. Premier rectangle qui s’offre à l’étude, le feuillet lui-même pourrait porter les « rapports non arbitraires » ou « remarquables » de Tschichold et Gilissen, et manifester des proportions idéales utilisées pour la construction et la mise en page des manuscrits[1]. Exception faite de la proportion invariante de 0,707 utilisée de nos jours pour fabriquer le papier en Europe, tout pliage entraîne un changement de proportion. Selon les formats matériels et les jugements esthétiques des artisans du livre, la proportion peut prendre des valeurs variées.

Pour le scriptorium de Fontenay, le graphique ci-dessous montre une courbe de proportion fortement erratique. De prime abord, il n’apparaît aucune corrélation manifeste entre la taille des manuscrits et la proportion des feuillets. Le graphique représentant le groupe des manuscrits du xiie siècle ne fait pas plus apparaître d’homogénéité que le graphique ci-dessus représentant l’ensemble des manuscrits conservés de la bibliothèque.

 

Néanmoins, il ne faut pas se laisser abuser par cette apparence de répartition arbitraire. En effet, la comparaison des livres produits à Fontenay avec le corpus étudié par F. Bischoff présente un intérêt majeur, en mettant en lumière des différences sensibles dans la répartition des proportions[2].

 

Proportion (largeur / hauteur) Corpus de F. Bischoff Scriptorium de Fontenay
< 0,66 3 mss = 5,4 %
0,66-0,68 10 mss = 12,7 % 9 mss = 16,1 %
0,69-0,71 12 mss = 15,2 % 23 mss = 41,1 %
0,72-0,74 31 mss = 39,2 % 20 mss = 35,7 %
0,75-0,77 15 mss = 19 % 1 ms = 1,8 %
0,78-0,80 7 mss = 8,9 %
0,81-0,83 2 mss = 2,5 %
0,84-0,86 1 ms = 1,3 %
0,87-0,89 1 ms = 1,3 %
Total 79 mss = 100 % 56 mss = 100 %

 

La confrontation des deux corpus permet de tirer une conclusion : ce que l’on interprétait dans le cas de Fontenay comme une courbe erratique ne semblait si peu régulier qu’en raison d’une trop courte vue et de la loupe posée sur un ensemble restreint de manuscrits. Au regard des données présentées dans le tableau ci-dessus, la répartion observable à Fontenay est beaucoup plus resserrée et homogène. Cette comparaison permet de révéler une norme et des pratiques cohérentes dans la production du scriptorium de Fontenay : presque 77 % des livres qui y sont copiés ont une proportion comprise entre 0,69 et 0,74, c’est-à-dire proche de la proportion invariante.

En élargissant encore le champ d’analyse et en confrontant la répartition des proportions avec la taille, il apparaît que le scriptorium de Fontenay inverse complètement les évolutions constatées par E. Ornato pour l’ensemble des manuscrits du xiie siècle et présentées dans le premier graphique ci-dessous[3]. Le profil général montre en effet que les livres avec une proportion inférieure à 0,707 ont presque tous une taille inférieure à 632 mm ; deux forts contingents se trouvant entre les tailles de 382 à 407 mm, puis entre les tailles de 507 à 607 mm. Les livres avec une proportion supérieure à 0,707 voient leur nombre croître progressivement jusqu’à la taille de 632 mm.

E. Ornato, C. Bozzolo, Pour une histoire du livre manuscrit au moyen âge : trois essais de codicologie quantitative, Paris : Ed. du c.n.r.s., 1980-1983, t. I, p. 339, graphique F’

Les livres écrits dans le scriptorium de Fontenay présentent une répartition bien distincte, avec une inversion des évolutions décrites ci-dessus. Les manuscrits de petite taille ne sont pas représentés, alors que ceux de proportion supérieure à 0,707 sont nombreux jusqu’à une taille de 601-625 mm, avec un pic important entre 550 et 625 mm. Les volumes avec une proportion inférieure à 0,707 ont une population en croissance et culminent pour les tailles de 601-650 mm. Le phénomène le plus étonnant est la présence de manuscrits d’une proportion inférieure à 0,707 dans les grandes tailles, ainsi que le montre le graphique ci-dessous.
Taille et proportion (12e siècle et Fontenay au 12e siècle)
L’inversion du profil général est, comme la comparaison précédente, d’autant plus intéressante qu’elle met en lumière une singularité, qui, face aux chiffres généraux n’apparaît non plus erratique, mais relevant d’une autre organisation. Les fondements de celle-ci doivent être recherchés dans les canons de la production monastique bourguignonne. Proportion et variance diffèrent d’un scriptorium à l’autre[4]. L’on constate certes une uniformisation des pratiques au xiie siècle dans toute la France du Nord, avec une proportion inférieure en moyenne à 0,707 et une variance très faible, des différences nettes demeurent néanmoins entre les différents scriptoria. À Clairvaux, par exemple, la proportion moyenne est de 0,697 (avec une variance très faible de 0,00083) et, à Cîteaux, la proportion moyenne est de 0,703 (avec une variance de 0,00088)[5]. L’ensemble des livres produits par le scriptorium de Fontenay a une proportion moyenne de 0,704, avec une variance de 0,00075[6]. Ces résultats prouvent à la fois que la proportion n’est pas une norme absolue et qu’elle varie, mais que les variations sont limitées. Plus encore que pour la taille et la hauteur, où l’on constate les effets des contraintes matérielles, mais où le choix esthétique de confectionner des volumes de grand format s’impose, l’étude de la proportion des feuillets montre que le scriptorium de Fontenay a des pratiques homogènes, qui s’insèrent de surcroît dans un contexte esthétique cistercien et place Fontenay dans la mouvance de Cîteaux.

1.1.1.2.                           Hauteur et largeur : une autre approche

Si, au regard de la démonstration précédente, la proportion n’apparaît pas un fait arbitraire, mais le résultat d’une pratique. Nous désirons envisager une autre approche du rapport entre hauteur et largeur. La codicologie quantitative travaille avec la proportion : ainsi en est-il J. P. Gumbert, dans les Mélanges Hellinga[7] ou de G. Guerrini à propos des manuscrits de Pétrarque[8]. J. P. Gumbert affirme, pour commenter sa figure 1 où l’on voit disposés les hauteurs et les largeurs des manuscrits :

« The first diagram shows the sizes of 390 MSS. : 227 from the 8th to the 12th century, 163 from the 13th. […] The most striking aspect of this diagram is, that the MSS. are aligned so nicely along a straight line, and that this line virtually coincides with the line corresponding to the famous proportion a√2 […] It is not a matter of course for books to have this proportion ».

Ces deux études codicologiques observent la proportion, qui est le rapport le plus évident, et s’en contentent. Pourtant l’étude à nouveaux frais de leurs planches nous conduit à proposer une nouvelle méthode d’approche, qui ne serait pas obnubilée par les proportions nettes et simples, en particulier par la proportion normalisée et invariante du papier européen. Les deux graphiques de Gumbert et Guerrini montrent une répartition qui se modélise par une fonction affine de type y=ax+b. Ci-après, nous ajoutons à leur planche respective, les droites représentant les deux fonctions affines suivantes :

hauteur (en cm) = 5 + 1,25 x largeur (en cm)

hauteur (en cm) = 4 + 1,21 x largeur (en cm)

Ces deux fonctions semblent en effet mieux correspondre à la répartition des hauteur et largeur des manuscrits étudiés, la première par J. P. Gumbert, la seconde par G. Guerrini.
Gumbert Sizes of manuscripts p 278
Guerrini I trionfi del Petrarca pl 6
C’est sous cet angle que nous reprenons l’étude des livres produits par le scriptorium de Fontenay. L’approche géométrique présente l’avantage de sa plus grande simplicité et permet de voir la signification des rapports entre hauteur et largeur.

Hauteur et largeur des manuscrits du scriptorium de Fontenay

Le graphique permet de définir le rapport suivant comme base de la confection de livres à Fontenay :

hauteur (en cm) = 4 + 1,24 x largeur (en cm)

Le coefficient directeur est proche de celui obtenu par Gumbert pour une étude portant sur un large corpus de manuscrits antérieurs au xiiie siècle ; il diffère en revanche sensiblement de celui obtenu pour les manuscrits de Trionfi. Cette approche par fonction affine n’est pas incompatible avec les études sur la proportion, dont les résultats restent valables. Elle confirme notamment la spécificité des esthétiques des différents scriptoria, en montrant l’existence de différences bien réelles. Il n’en demeure pas moins qu’il faut nuancer l’importance de la proportion comme critère d’analyse des rapports entre hauteur et largeur dans l’étude des dimensions des feuillets pour les livres manuscrits du Moyen Âge. Il faudrait en effet préférer l’observation de la fonction affine qui rend mieux compte de la façon dont le parchemin, une fois sa surface préparée, est disposé pour recevoir l’écriture.

[1] L. Gilissen, Prolégomènes à la codicologie : recherches sur la construction des cahiers et la mise en page des manuscrits médiévaux, Gand, 1977

[2] Bischoff et Maniaci, « Pergamentgröße – Handschriftenformate – Lagenkonstruktion. Anmerkungen zur Methodik und zu den Ergebnissen der jüngeren kodikilogischen Forschung » p. 293, fig. 6

[3] Ornato et Bozzolo, Pour une histoire du livre manuscrit au moyen âge : trois essais de codicologie quantitative, t. I, p. 339, graphique F’.

[4] Ibid., t. I, p. 300-303. Cette différence est, par exemple, très sensible au XIe siècle quand les scriptoria de l’Est restent plus fidèles aux proportions carolingiennes et que les scriptoria parisiens préfèrent tôt des manuscrits plus étroits.

[5] Ibid., t. I, p. 304, tableau XVI. Les proportions et variances respectives sont les suivantes : Clairmarais, 0,719 et 0,00083 ; Saint-Amand 0,677 et 0,00065 ; Vauclair 0,693 et 0,00072 ; Belval 0,675 et 0,00107 ; Signy 0,692 et 0,00108, Saint-Thierry de Reims 0,682 et 0,00150 ; Saint-Remi de Reims 00,683 et 0,00063 ; Clairvaux 0,697 et 0,00083 ; Cîteaux 0,703 et 0,00088}. Il est malheureusement difficile de savoir sur quoi se fondent exactement ces statistiques.

[6] Si l’on calcule la proportion moyenne sur tous les manuscrits du xiie siècles provenant de la bibliothèque de Fontenay, celle-ci est de 0,7017, c’est-à-dire à peu près à mi-chemin entre Clairvaux et Cîteaux. Cette différence montre la spécificité de la production fontenaisienne même par rapport aux modèles dont le scriptorium pouvait disposer.

[7] J. P. Gumbert, « The sizes of manuscripts. Some statistics and notes », dans Anthony R. A. Croiset Van Uchelen (éd.), Hellinga Festschrift / Feestbundel / Mélanges. Forty-three studies in bibliography presented to Prof. Dr. Wytze Hellinga on the occasion of his retirement from the chair of neophilology in the University of Amsterdam at the end of the year 1978, Amsterdam, 1980, p. 277-288, p. 278.

[8] Guerrini, « Il sistema di comunicazione di un « corpus » di manoscritti quattrocenteschi. I « Trionfi » del Petrarca » fig. 6 entre les p. 184 et 185.