Des Fantômes dans les bibliothèques du Moyen Âge

À l’occasion du catalogue du ms. 1992 de Troyes, ma collègue Caroline Heid a fait de nombreuses découvertes (hâte de voir ses notices paraître). Nous avons échangé sur quelques formulations limitant la circulation géographique des moines, telle que celle insérée dans la codification du droit cistercien partir de 1257 (Dist. V, cap. 6, éd. Lucet p. 263) et elle a eu la gentillesse de m’envoyer une notice préliminaire. Et une injonction qui pourrait paraître obscure m’est apparue dans toute sa vigueur : il ne faut pas emprunter un livre sans mettre de fantôme à la place !

C’est en tout cas ainsi que j’interprète la formule : [Chap.] 17. Des livres. Et que les livres de la bibliothèque (armarium) ne soient pas [prêtés] sans un fantôme (equivalens memoriale) et sous caution adéquate. Ceux qui sont prêtés d’autre façon, il convient de les rechercher.

En latin :

XVII. De libris. Nec libri armarii sine equivalenti memoriali sub congrua cautione. Qui vero aliter jam comodati existunt, oportune requirantur.

L’armarium peut désigner toute la bibliothèque, mais est aussi, plus spécifiquement l’armoire à livres qui se trouve souvent, dans les cloîtres cisterciens, entre l’église et la salle du chapitre (voir les belles photographies de l’armarium de Fontenay dans Hugonnard-Roche, Bertrand. « L’armarium claustri de l’abbaye de Fontenay en Bourgogne ». Le Bibliomane Moderne : bibliophilie et autres bibliomanies… (blog), 2 octobre 2011. http://le-bibliomane.blogspot.com/2011/10/larmarium-claustri-de-labbaye-de.html). Même si « l’équivalent mémoriel » pourrait être autre chose qu’un fantôme placé sur l’étagère et être une cédule détenue par le chantre, la traduction par fantôme me semble opportune.