Les écritures gothiques : Concordance terminologique (littera textualis et semitextualis > textura, textualis, notula, rotunda)

Pour un aperçu général de la classification de Lieftinck-Gumbert-Derolez, voir l’article précédent « Les écritures gothiques livresques : classification de Lieftinck-Gumbert-Derolez »

Littera textualis

a

f

sans boucle

Textualis formata
– praescissa
– quadrata
– semiquadrata
– Textura (Bischoff, fig. 24; Crous, fig. 19, 23, 52-53; Foerster, fig. 36; Knight, D4; Schneider, fig. 11) / Textur (Kapr, fig. 89-90) / Textura quadrata (Parkes, fig. 22)
– Textualis formata (Kirchner1, fig. 11a, 16, 21a-22b, 26a, 29-31a, 32a-33, 34b, 35b; Kirchner2, fig. 45b; Schneider, fig. 8) / Gothica libraria – textualis formata (Lasala, fig. 21) / écriture de forme (Gasparri, fig. 58, 60)
– Quadrata gothic (Knight, D2) / Textualis quadrata (Brown, fig. 29 avec renvoi à « Textura »,
« Fracta », « Grossa » et « Psalterialis »)
– Textus Prescissus gothic (Knight, D3) / Textualis prescissa (Brown, fig. 28 avec renvoi à « Textura » et « Sine pedibus » etc.)
– Textualis semi-quadrata (Brown, fig. 30 aussi « Textura »)
– Textualis rotunda (Brown, fig. 31, avec renvoi à « Textura »)
– « scolastique » (Gasparri, fig. 30-31)
– gothique calligraphique (Gasparri, fig. 33)
– gothico-humanistique livresque (Gasparri, fig. 62-63)
a

f

sans boucle

Textualis libraria – Textualis (Kirchner1, Tab. 9b-10, 11b-15-17b, 19, 25, 31b, 35; Kirchner2, fig. 45a; Schneider, fig. 7; 9-10) / Textuelle gothique (EnC) / Textualis – littera Oxoniensis (Kirchner2, fig. 43c) / Testuale (Bischoff, fig. 21)
– Textura (Crous, fig. 21-22, 29; Sturm, fig. 46) / Textur (Kapr, fig. 91-92)
– Gotische Buchminuskel (Schneider, fig. 6 « frühgotische Minuskel »; Sturm, fig. 41, 49) / Gotische Buchschrift (Crous, fig. 6-7, 12-13) / Gothica libraria (Lasala, fig. 19-20)
– Littera glossularis (Brown, fig. 32)
– « scolastique » (Gasparri, fig. 32)
– universitaire (Gasparri, fig. 24)
– Zisterzienserschrift (Crous, fig. 8, 11)
– ggf. Perlschrift (Crous, fig. 9)
a

f

sans boucle

Textualis currens – Notula (Kirchner1, fig. 12)
– Littera parisiensis (Kirchner1, fig. 18, aussi avec a; Kirchner2, fig. 44a autre exemple a; Crous, fig. 10) / universitaire parisienne (Gasparri, fig. 27, aussi avec a)
– pré-universitaire et universitaire anglaise (Gasparri, fig. 22, 24 – aussi avec a simple)
– Gothica cursiva (Kirchner2, fig. 44b aussi avec a simple)


Engelberg, Stiftsbibliothek, Cod. 124 (fol. 2r). Johannes Tauler, Sermons (daté de 1359)

** E-codices (www.e-codices.unifr.ch) **


Cologny, Fondation Martin Bodmer, Cod. Bodmer 83 (fol. 6r). Heinrich von Veldeke: Eneide (Bavière, vers 1370)

** E-codices (www.e-codices.unifr.ch) **


Cologny, Fondation Martin Bodmer, Cod. Bodmer 18 (fol. 1r). Benoît de Sainte-More, Roman de Troie (fin du XIIIe siècle)

** E-codices (www.e-codices.unifr.ch) **

 

Littera textualis meridionalis

a

f

non

Textualis meridionalis formata (Southern Textualis) – Rotunda (Bischoff, fig. 20; Brown, fig. 47 « Textualis rotunda italiana »; Crous, fig. 14, 24; Foerster, fig. 22; Sturm, fig. 47; Kirchner1, fig. 23, 36; Kirchner2, fig. 42; Kapr, fig. 105; Knight, F1)

– Littera bononiensis (Bischoff, fig. 19; Kirchner2, fig. 42) / universitaire de Bologne (Gasparri, fig. 23) / Rotunda bononiensis (Brown, fig. 48)

a

f

non

Textualis meridionalis libraria – Rotunda (Kapr, fig. 106)
– Glossularis italiana (Brown, fig. 47)
– Textualis (Kirchner1, fig. 24, 26b « textualis fere Gothicoantiqua »)
– Goticoantiqua (Crous, fig. 15, 17)
– Libraria caligráfica redonda.
– universitaire italienne (Gasparri, fig. 28-29)
– écriture de glose (Gasparri, fig. 37)
a

f

non

Textualis meridionalis currens – universitaire italienne (Gasparri, fig. 28)

Cologny, Fondation Martin Bodmer, Cod. Bodmer 14 (fol. 2r). Azo Bononiensis, Summa in ius civile (XIVe s.)
** E-codices (www.e-codices.unifr.ch) **

2 réflexions sur « Les écritures gothiques : Concordance terminologique (littera textualis et semitextualis > textura, textualis, notula, rotunda) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Écritures médiévales et outils numériques. Carnet du projet ECMEN (Ecriture médiévale et outils numériques), successeur du projet ORIFLAMMS (Ontology Research, Image Features, Letterform Analysis on Multilingual Medieval Scripts) et