Archives par mot-clé : Charte

Don d’une vigne d’Alise-Sainte-Reine

Dijon, Archives départementales Côte d'Or, 15 H 58
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 58 (Réutilisation soumise à conditions)

1228, [27-31] mars, ou 1229, mars [n. st.]. — Alise-Sainte-Reine.

Gui [de Vergy], évêque d’Autun, notifie le don d’une vigne d’Alise par Pierre, prêtre d’Alise et archiprêtre de Touillon à l’abbaye de Fontenay.

A. ADCO 15 H  58, pièce 2. — Original en parchemin ; 110 x 143 mm ; justification 128 x 60 mm ; réglure à la mine de plomb ; repli de 19 mm à une double entaille. Mentions dorsales : (XIIIe s.) « Flavign. Carta domini Petri de Alisia de dono magne vinee » ; « IIa » » ; (XVIe s.) « Darcy » » ; (XVIIe s.) « « Alize. Don faict par le sr Pierre, prestre d’Alize, archiprestre de Thouillon de sa grande vigne, scize a Alize, sous la vigne du sr Odo, archiprestre de Thouillon, l’an 1228, cotté AA ». » ; (1787) « N° 5 / mars 1228 ».
Inventaires : ADCO 15 H 1, fol. 75r (Flavigny. AA). — ADCO 15 H 2, fol. 62r (Flavigny. AA). — ADCO 15 H 3, p. 343 (XXIII. 3. 5).

Ego Guido, Dei gratia Eduensis episcopus. Notum facimus universis presentem |2| cartam inspecturis quod Petrus, sacerdos de Alisia, archipresbiter Tulli-|3|-onis, in presentia nostra constitutus, de voluntate et assensu nostro, dedit |4| Deo et beate Marie Fonteneti pro remedio anime sue, patris et matris |5| sue, vineam suam magnam sitam apud Alesiam sub vinea ar-|6|-chipresbiteri Odonis Tullionis. In cujus rei testimonium ad petiti-|7|-onis ejus instantiam, scilicet P. archipresbiteri Tullionis presentibus |8| litteris sigillum nostrum apposuimus. Actum est hoc apud Alesiam. |9| Anno Domini .M°. CC°. vicesimo octavo, mense martii.

Échange entre Fontenay et le le prieuré du Val-le-Duc dit le Quartier

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9*, fol. 142r
Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9*, fol. 142r
Dijon, Archives départementales de la Côte d'Or, 15 H 257 (10)
Dijon, Archives départementales de la Côte d'Or, 15 H 257 (10)
Dijon, Archives départementales de la Côte d'Or, 15 H 257 (10) Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 15 H 257 (10)
Dijon, Archives départementales de la Côte d'Or, 15 H 257 (10)

[1276]


Robert [II], duc de Bourgogne, notifie l’échange intervenu entre l’abbaye cistercienne de Fontenay et le Prieuré du Val le Duc dit le Quartier [a] .

A. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 15 H 257, pièce 10.
B. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 15 H 9*, fol. 141v-142r
Mention : E. Petit, Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne, avec des documents inédits et des pièces justificatives, Paris, 1885-1906, t. VI, p. 248 [en ligne]

Nos .. Roubers[1], dux de Burgoigne, façons savoir a touz cels qui verrunt[2] et orrunt ces presentes letres[3] que en nostre presence pour ceu especialment estaubli freres Renauz diz ab-|2|-bés de Fonteney[4] de l’ordre de Cisteaux[5] et li convenz[6] de ce meimes leu hont recogneu pour devant nos qu’il[7] hont baillié, quittié et delivré an[8] non de loiaul et perfait eschange a |3| religious homes, a frere Martin, priour de la maison Nostre Dame dou Quartier, dite vulgaument Lou Val lou Duc, et au convent de ce meimes leu de l’ordre dou Vaul des |4| Chous, en eschange perpetuel tout lou pré qui part a ceaus doudit Quartier en la comme doudit Quartier des la bonne doudit pré qui est mise desus la fontaine, de bonne en bon-|5|-ne, jusque a la bonne desus Les Auges et des anqui de bonne en bonne pour[9] desus les Taignieres jusque[10] a la bonne[11] qui est mise delez la voie de la comme de Villemer, et de cele bonne de la |6| comme de Villemer, de bonne en bonne, por desus toute la voie jusque a la bonne qui est mise a la fin de Salive. Lesquex choses toutes desus dites lidiz abbés et li convenz de Fonteney[12] sunt[13] |7| tenu en bonne[14] foi de garantir a touz jours[15] mais contre toutes genz audit priour[16] et au convent de ladite maison dou Quartier. Pour louquel eschange desus dit an nostre presence pour |8| ceu especialment ansimant estaubli freres Martins priours et li convenz doudit Quartier hont recogneu pour devant nos qu’il[17] hont baillé, quittié[18] et delivré ausimant a touz |9| jours[19] mais au devant dit frere Renaut dit abbé de Fonteney[20] et au convent toutes ces choses ci desouz[21] escrites[22]. C’est asavoir une partie dou bois dou Quartier des la bonne qui est mi-|10|-se delez la voie des Fems[23] que l’en appele « la voie de Grancey » qui va por desus Lery, ansi[24] comme les bonnes anqui[25] mises devisent jusque a cele bonne[26] qui part antre[27] les bois a cels de Sein[28] |11| Ceigne et a cels de Quartier[29] et de cele bonne dou travers doudit bois jusque a la bonne qui part lou bois de Lery et les communes de Eschalo et des anqui au contramont de bonne[30] |12| an[31] bonne jusque au Fornot. Louquel eschange ausimant[32] lidiz priours et li convenz doudit Quartier hont promis an[33] bone foi de garantir audiz seignors de Fonteney[34], toujourz mais |13| contre toutes genz, en tel maniere que lidit[35] priours et li convenz doudit Quartier[36] auront[37] toutes aisances[38] de vaine pastures[39], de aigues, de perrieres et de voies des les chalonges de Escha-|14|-lo[40] en jus por devers loudit Quartier et cil de Fonteney[41] hont et hauront touz jourz mais pour lor[42] grange de Peuyseus[43] toutes manieres de aisances[44] de veine[45] pasture, de aigues, de voies |15| et de perrieres an[46] touz les bois de la maison doudit Quartier et i pourront anvoier[47] lidit de Fonteney[48] lor bestes an[49] toute la veine pasture tant comme il vouront[50] et quant il vouront[51] au |16| bois et[52] au pleins. Et cil dou Quartier[53] ne povent ne ne devient[54] anterrer ne torner l’aigue desoz ne desus la maison doudit Quartier en maniere[55] que cil de Peuyseus n’i puissent abovrer |17| lor bestes. Et ces eschanges desusdiz, nos[56] Roubers[57], desus diz dux de Bergoigne[58], voluns et les havons loez au parties tant comme a nos appartient, retenue a nos et a noz hers a touz |18| jorz mais qui saront duc de Bergoigne la garde an toutes les choses desdiz eschanges faiz a l’une partie et a l’autre. En tesmoignaige de laquel chose nos, a la priere et a la re-|19|-queste desdites parties avons mis nostre seaul en ces presentes letres avec lou seaul audit abbé de Fonteney et aveuc lou seaul audit priour doudit Quartier. Liquels abbés |20| de Fonteney et li convenz, liquels priours dou Quartier et li convenz, nos consentuns a toutes ces choses desus dites. Ce fu fait an l’an de grace mil deus cenz sep-|21|-tente et six, ou meis de aoust.


[a]Le Quartier, ou Notre-Dame du Quartier ou Val-le-Duc, est un prieuré de l’ordre du Val-des-Choux au diocèse de Langres (Côte d’Or, arr. Dijon, cant. Grancey-le-Château, comm. Salives), cf. L. Cottineau, Répertoire topo-bibliographique des abbayes et prieurés, Mâcon, 1939, t. II, col. 2386. L’ouvrage de J.-P. Roussel (Le prieuré du Val le Duc dit « le Quartier », 1248-1780, [Is-sur-Tille] : Société d’histoire Tille-Ignon, 2006) n’apporte rien à la connaissance de l’histoire médiévale et ignore cet échange.


[1] Roberz B. – [2] verront B. – [3] lettres B. – [4] Fontenoy B. – [5] Cisteaus B. – [6] couvenz B. – [7] que il B. – [8] en B. – [9] p barré B. – [10] nieres jusque a la écrit sur grattage A. – [11] bone B. – [12] Fontenoy B. – [13] sont B. – [14] bone B. – [15] jourz B. – [16] prior B. – [17] que il B. – [18] B (f. 142v). – [19] jourz B. – [20] Fontenoy B. –
[21] desoz B. – [22] escriptes B. – [23] Fins B. – [24] aussi B. – [25] enqui B. – [26] bone B. – [27] entre B. – [28] Saint B. – [29] Reprise sur de F[onteney] A. – [30] bo et tilde, A. – [31] en B. – [32] audimant B. – [33] en B. – [34] Font. A, Fontenoy B. – [35] lidiz B. – [36] Quarter B. – [37] hauront B. – [38] aisences B. – [39] Hésitation entre s rond et s long, A. – [40] Eschalou B. – [41] Fontenoy B. – [42] lour B. – [43] Pouyseus B. – [44] d’aisences B. – [45] vaine B. – [46] en B. – [47] envoier B. – [48] Font. A, Fontenoy B.[49] en B. – [50] vourront B. – [51] vourront B. – [52] ou B. – [53] Quatier B. – [54] doivent B. – [55] meniere B. – [56] nous B. – [57] Roberz B. – [58] Bourgoigne B. Fin de B par mutilation.

Arpentage et division de terres dans les bois près de Montbard

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9*, fol. 141v
Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9*, fol. 141v

1245, 9 septembre. – Abbaye de Fontenay (comm. Marmagne)

Pierre, doyen de Minot, et Gervais, archiprêtre de Duesme, notifient l’approbation par les damoiseaux d’Echalot de la division des bois entre d’Echalot, Etalante et Poiseul-[la-Grange] notifiée par Alix [de Vergy], duchesse de Bourgogne, [en août 1227], et l’abandon de leurs droits à l’abbaye de Fontenay fait dans le chapitre de l’abbaye en présence des moines la veille lors de la fête de la Nativité de la Vierge.

A. Original perdu
B. Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9*, fol. 141v-142r

Ego Petrus, decanus de Migno, et ego Gervaisius archipresbiter Duismi, universis presentes litteras inspecturis notum facimus quod in nostra presentia constituti Willelmus et Furco, domicelli de Eschalo et fratres, recognoverunt se ratam et gratam habere divisionem nemorum de Eschalo et de Estalante et de Poisues et metarum positionem quam fecit prefatus Gervasius ut in carta Aalydis ducisse Burgundie super hoc confecta plenius continetur. Preterea dicti domicelli in capitulo Fonteneti presente conventu in die Nativitatis beate Marie virginis concesserunt dictis Fontenetensibus quicquid juris habebant vel habere poterant in dictis nemoribus. Et promiserunt bona fide contra predictam nemorum quittationem et concessionem nunquam per se vel per alium venire nec dictos Fontenetenses in aliquo molestare.
In cujus rei testimonium ad preces et instantiam predictorum domicellorum Willermi et Furconis fratrum presentes litteras sigillorum nostrorum munimine roboravimus. [f. 142r] Actum apud Fontenetum in crastino Nativitatis beate Marie virginis, anno Domini M° CC° quadragesimo quinto.

L’archiprêtre de Flavigny notifie le don de Gauthier de Bussy

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9* (acte original, anciennement relié dans le cartulaire)
Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9* (acte original, anciennement relié dans le cartulaire)

1264

Jean de Palma, archiprêtre de Flavigny notifie le don par Gauthier, seigneur de Bussy-[la-Pesle] à l’abbaye de Fontenay de deux setiers de céréales (mesure de Sombernon) par an.

Universis presentes litteras inspecturis, magister Johannes de Palma archipresbiter Flavignacensis salutem in Domino. Noverit universitas vestra [2] quod in nostra presentia propter hoc specialiter constitutus vir nobilis Galterus miles, dominus de Buxeio en Mainmontois recognovit se dedisse [3] et in perpetuam elemosinam concessisse Deo et ecclesie beate Marie Fonteneti pro remedio anime Matildis uxoris sue duox sextaria [4] bladi, medietatem frumenti et medietatem avene, annui redditus percipienda et habenda annuatim ad mensuram Sombernionis in gran-[5]-gia sua de Buxeio (2) et si pro aliquo defectu predictum bladum in dicta grangia non posset percipi, voluit et concessit quod in [6] redditibus furni et molendini dicte ville sine contradictione qualibet a dictis Fontenetensibus caperetur. Et promisit per juramen-[7]-tum suum in nostra presentia corporaliter prestitum quod contra predictam elemosinam per se vel per alium non veniet in futurum. [8] Sed renunciavit in hoc facto exceptioni doli et (a) metus et omnibus exceptionibus, defensionibus, consuetudinibus, consiliis, auxiliis [9] et rebus aliis que sibi possent competere jure canonico vel civili. In cujus rei testimonium ad petitionem dicti Galteri pre-[10]-sentibus litteris sigillum nostrum apposuimus. Actum anno Domini M° CC° sexagesimo quarto.

(a) et ajouté dans l’interligne.

(1) Egalement attesté par un acte donné en commun en octobre 1273, cf. A. de CHARMASSE, Cartulaire de l’Evêché d’Autun, Paris, Durand, 1880, 1ère partie, p. 24, n° XVI.
(2) La grange de Fontenay à « Bussy » est sise à Bussy-le-Grand, à environ 30 km, ce qui explique la précision du pagus du Mémontois.

Écritures du XIIIe siècle

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9* (acte original, anciennement relié dans le cartulaire)
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 9* (cart. 201), acte original, anciennement relié dans le cartulaire (Réutilisation soumise à conditions)


Aarau, Aargauer Kantonsbibliothek, Ms WettF 1, fol. 1r

** www.e-codices.ch **

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9*, fol. 141v
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 9* (cart. 201), fol. 141v (Réutilisation soumise à conditions)
Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 15 H 9*, fol. 142r
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 9* (cart. 201), fol. 142r (Réutilisation soumise à conditions)

Les XIe et XIIe français semblent connaître une période d’unité graphique grâce à l’emploi généralisé de l’écriture caroline , aussi bien dans le domaine livresque que pour la rédaction des chartes : exception faite de la diplomatique royale et souveraine, les documents de nature diplomatique ou pragmatique utilisent les mêmes morphologies que les livres. Selon les cas, des formes alternatives peuvent être en usage, mais il s’agit de transformations mineures à l’œuvre sur une base commune (r et s droit allongés sous la ligne, s de forme capitale en fin de mot dépassant la ligne d’écriture).
Au XIIIe les différents « filons d’écriture » reprennent leur indépendance morphologique et de nouvelles formes sont inventées qui correspondent à une exécution currenti calamo, du moins en apparence, puisque ces formes vont être employées selon le contexte d’écriture (diplomatique ou livresque) indépendamment de la rapidité du tracé, et même indépendamment de la cursivité réelle, c’est-à-dire des levés de plume.

Les quatre exemples choisis font apparaître trois situations différentes :

  • Exemple 1 : charte datée de 1264. Écriture diplomatique, caractérisée ici par les boucles sur les lettres à haste (b, h, l, particulièrement en première ligne, usage plus inconstant par la suite), mais aussi d systématiquement oncial et fréquemment bouclé ; ses hastes allongées ; n et m final fréquemment plongeants ; s rond final avec une boucle plongeant sous la ligne comme celle de g ; r plongeant (à la fin de la première ligne et à la dernière ligne, par exemple) tilde « -er » en crochet descendant à la verticale au-dessus de la lettre portant l’abréviation (on note au passage l’emploi d’un tilde plat sur litt(er)as à la ligne 1 sans doute par souvenir de l’abréviation lras).
  • Exemple 2 : écriture livresque gothique
  • Exemples 3 et 4 : un « livre de chartes », ou, selon le terme technique, un « cartulaire ». Il s’agit d’un livre, mais c’est bien une écriture diplomatique qui est employée, tout à fait semblable à celle de la charte de 1264.

Cartulaire de Nitry et Lichères dans le fonds de Molesme

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 7 H 641
Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 7 H 641

1183

Anséric de Montréal, sa femme Sybille de Bourgogne, leurs fils Anséric, Jean, Miles, restitue à l’abbaye de Molesme des droits sur les hommes et biens sis à Nitry (Yonne, arr. Avallon, cant. Noyers) et Lichères-près-Aigremont, exception faite de Robert Rimot et des filles d’Arnoul Malebouche, données contre cens, et des hommes déjà possédés par Anséric, seigneur de Montmirail, père d’Anséric de Montréal.

Tradition
A. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 7 H 642 (ancienne cote H 291). Original sur parchemin.
B. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 7 H 7 (cart. 143), d’après A.
C. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 7 H 641. Cartulaire du XVe siècle, papier, d’après A.
a. E. Petit, Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne, avec des documents inédits et des pièces justificatives, Paris : Lechevalier ; Dijon : impr. de Darantière, 1885-1905, t. II, p. 415, n° 677 [en ligne sur Gallica].

Nota bene : La transcription ci-dessous est faite d’après C.

En marge : Elle est bonne contre Mons. de l’Isle.

Ne quod in presentiarum agitur temporum vetustate vel malignorum perversitate in posterum deleatur, ego Ansericus, dominus Montis Regalis, presentis scripti memorie commendare precepi ea que pro mea parentumque meorum salute guerpivi, donavi et concessi abbati et fratribus Molismensis abbatie perpetuo possidenda, videlicet : quicquid de prefate abbatie possessionibus sive in hominibus, sive in aliis rebus apud Nentri tempore meo usurpavi (a), aut usurpare feci, exceptis Robertum Rimot et heredibus suis, et duabus filiabus (b) Arnulfi Maleboche, quarum
utramque sub concensu (c) trium solidorum dimisi, et apud Leschires, exceptis illis hominibus quos pater meus Ansericus de Monte Mirabili tempore suo possedit, et quod deinceps nullum de predictorum fratrum hominibus, ego, vel uxor mea, vel heredes mei, aliquo modo habebimus in hominem aut in commendatum.
Omnes vero injurias quas ego, vel officiales mei predictis fratribus vel hominibus eorum intulerunt, abbas et fratres prefati michi et uxori mee et filiis nostris, quantum in eis est, indulserunt et penitus condonaverunt.
Si vero aliquis, quod absit, prelibatos fratres gravando super relictis hominibus dominii vel servitii moverit questionem, vel ipsi homines aliquam alicui commendationem fecerint, vel facere voluerint, ego me testem, tutorem et deffensorem ydoneum me esse, salvis expansis (d) meis, bona fide promisi.
Hoc laudavit uxor mea Sibilla et filii mei Ansericus, Johannes, Milo.
Hujus rei testes sunt Cleophas, prior Molismensis, Bruno camerarius, Jobertus prior de Nentri, Martinus capellanus, Guerricus canonicus de Avallone, Girardus capellanus ejus, Reinaudus clericus, Erveus de Petra Pertusa, Bernardus de Monte Barro, Manasses de Aceio, Guido Fardellus, milites, Willelmus prepositus de Insula, Arnulfus Maleboche de Massengi, Beroardus Sauvaiges, Reinaudus major de Nentri.
Ad presentis vero pagine confirmationem, sigillum meum apponendo, rogavi dominum Eduensem episcopum et Lingonensem, ut huic guerpini (e) et concessioni, sigillorum suorum adposicione testimonium perhiberent.
Factum est hoc anno ab incarnatione Domini M° C° octogesimo III°, Lucio existente sancte Rome (f) ecclesie pontifice, Philippo rege Francorum imperante, Hugone duce Burgundie regnante. Amen.

(a) Passage avec repentirs : temporis tempore inconsur-pavi meo. Ce passage prouve que le cartulariste a travaillé d’après l’original, où meo usurpavi peut donner lieu à confusion. — (b) duas filias ante corr.. — (c) concensu ajouté dans l’entreligne, censu dans l’original. — (d) Sic. — (e) Sic pro guerpitioni (?). L’original porte une forme qui peut être guerpine avec e partiellement effacé ou guerpini, sans doute pour guerpitioni. — (d) Sic pro Romane. L’original porte Rom. tilde.

Vocabulaire :
commendatio : Du Cange

André d’Epoisses et les moines de Fontenay

Archives départementales Côte d'Or, 15 H 203, pièce 5
Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 203, pièce 5 (Réutilisation soumise à conditions)

Archives départementales Côte d'Or, 15 H 9 (cart. 201), cart. 2, fol. 57v
Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 9 (cart. 201), cart. 2, fol. 57v (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
1213, octobre

== Regeste ==
Les évêques d’Autun, Langres et Auxerre notifient l’accord intervenu entre André, seigneur d’Epoisses, et l’abbaye de Fontenay

== Tradition ==
A. ADCO 15 H 203, pièce 5. — Original en parchemin ; 155/140 x 185/180 mm ; justification 175 x 110 mm ; réglure absente ; repli de 20 mm, à trois entailles simples ; écriture diplomatique. Mentions dorsales : (XIIIe s.) mention très effacée « Carta de pace inter nos et dominum Espisse […] » ; « Abbatie. L. » ; un nombre barré ; (XVIIe s.) « Marmaigne. Accord fait entre les seigneurs de Fontenay et le seigneur d’Espoisses l’an 1213, cotté SS » ; (1787) « N° 42 / 8bre 1213 »
B. Copie perdue par lacune matérielle du Cartulaire 1 (Abbatia, 47), attestée par la table (fol. 19r : « XLVII. Carta de pace inter nos et Andream dominum Espisse »)
C. Cartulaire 2, fol. 57v (Abbatia, 53)
a. Pierre-François Chifflet, S. Bernardi Clarevallensis abbatis genus illustre assertum, Dijon, 1660, p. 554-555, Probationes diatribae, n° 114 (d’après B ou C, « ex tabulario Fontenetensi »), reproduit dans la Patrologia latina, t. 185, col. 1468 [texte en ligne]

INVENTAIRES : ADCO 15 H 1, fol. 120v-121r (Marmagne. SS). — ADCO 15 H 2, fol. 87r (Marmagne. SS). — ADCO 15 H 10* (cart. 201bis), fol. 69v (Marmagne. SS). — ADCO 15 H 4, p. 150 (XI. 11. 42) : « scellé de deux sceaux, dont un manque ».

== Edition ==
G. Eduensis (1), W. Lingonensis (2), et W. Autissiodorensis (3), Dei gratia episcopi, omnibus presentes litteras inspecturis [2] salutem in Domino. Noverint universi presentes pariter et futuri quod cum inter abbatem et monachos [3] Fonteneti (4) ex una parte et nobilem virum Andream dominum Espissie (5) ex altera, controver-[4]-sia verteretur super hominibus, possessionibus et terris apud Marmagniam (6)(a) existentibus, que nobilis mulier [5] Hyla de Monte Sancti Johannis et Johannes, filius ejusdem, in perpetuam elemosinam domui Fon-[6]-teneti dederant et concesserant que etiam a bone memorie Bernardo, patre ejusdem Andree, abbas [7] et monachi dicebant occupata fuisse, et preterea super trecentis marcis argenti quas predicti abbas [8] et monachi sibi (b) a prefato Bernardo sepedicti Andree patre legatas fuisse asserebant, tandem [9] nobis presentibus et nobilibus viris Odone duce Burgundie (7) et Guidone de Doni Petra (8) et multis aliis in hanc [10] compositionis formam venerunt, quod de trecentis marcis superius nominatis abbas et monachi memorati [11] medietatem habeant, reliquam vero medietatem Andreas supradictus. De rebus vero apud Mar-[12]-magniam (c) existentibus, de quibus erat controversia, ita fuit statutum quod Guido, frater Andree, [13] canonicus Lingonensis, res illas tenebit quamdiu vixerit, et post mortem ipsius Guidonis ad ecclesiam [14] Fonteneti libere et absque omni contradictione revertentur. Tenebit autem res illas Guido prefatus nomine [15] ecclesie ab ecclesia Fonteneti. Actum anno gratie (d) millesimo CC° terciodecimo (e) mense octobri.

(1) Gautier II, évêque d’Autun, 1189-1223
(2) Guillaume de Joinville, évêque de Langres, 1210-1220
(3) Guillaume de Seignelay, évêque d’Auxerre, 1207-1220
(4) Fontenay, abbaye cistercienne, Côte d’Or, arr. et cant. Montbard, comm. Marmagne
(5) Epoisses, Côte d’Or, arr. Montbard, cant. Semur-en-Auxois
(6) Marmagne, Côte d’Or, arr. et cant. Montbard
(7) Eudes III, duc de Bourgogne, 1192-1218
(8) Gui II de Dampierre, connétable de Champagne, seigneur de Dampierre, Bourbon et Montluçon, mort en 1216

(a) Marmaniam Ca.&mdash (b) omis Ca. — (c) Marmaniam Ca. —(d) dominice C, omis a. (e) XIII° Ca.

Cîteaux reçoit des terres à Meursault

Archives departementales Cote d'Or, 11 H 881
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 11 H 881 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
1240, décembre

== Regeste ==
Arnoul de Meursault donne à l’abbaye de Cîteaux des prés et terres arables près de Meursault.

== Edition ==
Universis presentibus et futuris presentes litteras inspecturis, ego Stephanus, archipresbiter |2| Belnensis  (1), notum facio quod in nostra presentia constitutus dominus Alnurfus de Murexaut |3| presbiter, sanus et incolumis et compos mentis sue, spontanea voluntate sua dedit et concessit |4| Deo et beate Marie Cistercii (2) et fratribus ibidem Deo servientibus, pro remedio anime sue et |5| omnium parentum suorum, in puram et perpetuam elemosinam duas tilias prati sitas in prateria |6| que vocatur Molesia (3), quas tenet ad censum a domino Henrico de Mipont (4) milite pro duodecim |7| denariis solvendis in marcio et duas pecias terre arabilis sitas apud Murexaut (5) in territorio quod |8| dicitur Li Rue Barnuim continentes quinque jugera terre. De omnibus autem predictis dictus |9| Alnurfus se devestiens memoratos Cistercienses investivit corporaliter coram nobis et omne jus quod habebat |10| predictis Cisterciensibus quitavit ita quod decetero omnia predicta teneant et possideant, in perpetuum et omnem |11| voluntatem suam faciant. In cujus rei testimonium ad petitionem dicti Alnurfi presentibus litteris |12| sigillum nostrum apposuimus. Actum anno Domini millesimo ducentesimo quadragesimo mense decenbri.

(1) Beaune, Côte d’Or, ch.-l. arr.
(2) Cîteaux, abb. chef d’ordre, Côte d’Or, arr. Beaune, cant. Nuits-Saint-Georges, comm. Saint-Nicolas-lès-Cîteaux.
(3) Toponyme non identifié.
(4) Mipont, ville détruite, Côte d’Or, arr. Beaune, cant. Nolay, comm. Puligny-Montrachet
(5) Meursault, Côte d’Or, arr. Beaune, cant. Beaune-Nord

A qui appartient Emengarde ? Pontigny contre Gui de Maligny en mai 1281

Charte de Gui de Maligny

Date
1281, mai

Regeste
Gui de Maligny reconnaît qu’Emengarde La Verdine, de Souilly (1), est serve de l’abbaye de Pontigny et s’engage à réitérer cette reconnaissance lorsqu’il héritera de la seigneurie de Maligny.

Tradition
A. Archives départementales de l’Yonne, H 1494. Parchemin.

Edition
Je, Guis de Merleigni, chevaliers, fais asavoir a touz ceaus qui verront ces presentes leittres que, cum descorz fut entre moi et religieux homes |2| l’abbé et le convent de Ponteigni sus ce que ge fingoie et demandoie en leur vile de Sooli une fame qui eit apelee Eymeingart la verdine, en |3| disant que ile eitoit ma fame taillable aut et bas, de condition de mein morte, laquel chose lidit religieux ne quenoissoiet pas, einz disoet que ile eitoit |4| leur fame en la condition devant dite, a la parfin, dou consoil de bone genz, ge lor ei quité a touz jorz pardurablemant sanz rapial de moi, de mes hoirs |5| et de mes successeurs, tout lo droit que j’avoie ou pooie ou devoie avoir en ladite Eymeingart, en ses hoirs et an ses choses et es choses de ses hoirs, et leur promeit leaumant ces choses a garantir contre touz ceaus qui rien i pouroiet reclamer por raison des hoirs de Merleigni. […]

(1) Maligny, Yonne, arr. Auxerre, cant. Ligny-le-Châtel
(2) Souilly, Yonne, arr. Auxerre, cant. Ligny-le-Châtel, comm. Montigny-la-Resle

Vidimus par un chanoine de Troyes au début du XIVe siècle

ADCO7H1527-1329
Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr) 7 H 1527 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
1329, 28 juillet (1)

== Regeste ==

Guillaume de Billy (2), chanoine de Troyes, délégué par Olivier de Cerzeto (3), chanoine d’Autun et exécuteur de P[ierre de Chappes], cardinal prêtre de Saints-[Sylvestre-et]-Martin-aux-Monts (4), vidime un acte de celui-ci, daté d’Avignon le 9 juillet 1329, par lequel il renonce à la grâce pontificale motu proprio lui accordant le prieuré de Radonvilliers, vacant par la mort de Bérenger [de Frédol], évêque de Porto (5), et allant à l’encontre de la collation par l’abbé de Molesme, Guillaume, qui a nommé Pierre de Dijon.
En conséquence Guillaume de Billy casse annule tous procès pendants et toutes sentences et excommunications portées contre l’abbé et les religieux de Molesme et contre Pierre de Dijon et ordonne à tous les autorités ecclésiastiques de publier ce fait.

  1. Ste-Marie-Madeleine le 22 juillet ; lettre dominicale A
  2. Guillaume de Billy (de Billiaco). Peut-être identifiable à son homonyme attesté comme chanoine à Orléans en 1299 (cf. http://elec.enc.sorbonne.fr/cartulaires/scroix/acte372/) et official de Chartres (voir Poli, Oscar de, Inventaire des titres de la maison de Billy, Paris, 1894, aux p. XXIX et p. 27). Il faudrait aussi regarder : ici
  3. Olivier de Cerzeto, chanoine d’Autun et de Poitiers en 1330, largement attesté dans les lettres pontificales
  4. Pierre de Chappes, évêque de Chartres, créé cardinal des saints Sylvestre et Martin au Mont par Jean XXII lors du Consistoire du 18 décembre 1327, mort en 1336
  5. Béranger Frédol le Jeune, neveu de Béranger Frédol l’Ancien, évêque de Béziers, cardinal-évêque de Porto au titre des saints Nérée et Achillée, mort en 1323

Certificat d’authenticité du sceau

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 7H1527Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 7H1527
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 7 H 1527 (Réutilisation soumise à conditions)

Définition de ce type de document dans le Vocabulaire international de la diplomatique [Consulter la notice bibliographique]

=== Date ===
1329, 28 juillet (1)

=== Regeste ===
Attestation donnée par J. de Morvilliers (2), official de Troyes, que le sceau de l’acte auquel celui-ci était noué [Archives départementales de Côte d’Or, 7 h 1527] est celui du chanoine Guillaume de Billy (3).

=== Transcription ===
Universis presentes litteras inspecturis officialis Trecensis salutem in Domino. Notum facimus universis quod nobis constat ex relatione |2| fidedigna sigillum appensum litteris quibus hec nostre presentes littere sunt annexe, verum sigillum venerabilis et |3| discreti viri magistri Guillelmi de Billiaco, canonici ecclesie Trecensis. Et hec omnibus quorum interest et poterit inter-|4|-esse in futurum, intimamus tenore presencium litterarum, quibus sigillum curie Trecensis duximus apponendum in testimonium |5| veritatis. DAtum anno Domini millesimo CCCmo vicesimo nono, die Veneris post festum beate Marie Magdalenes.

J. de Morivillare

  1. 1329 : lettre dominicale A ; fête de sainte Madeleine le samedi 22 juillet 1329.
  2. Morvilliers, Aube, arr. Bar-sur-Aube, cant. Soulaines-Dhuys
  3. Guillaume de Billy (de Billiaco). Peut-être identifiable à son homonyme attesté comme chanoine à Orléans en 1299 (cf. http://elec.enc.sorbonne.fr/cartulaires/scroix/acte372/) et official de Chartres (voir Poli, Oscar de, Inventaire des titres de la maison de Billy, Paris, 1894, aux p. XXIX et p. 27). Il faudrait aussi regarder : ici

La léproserie de Ligny-le-Châtel et Pontigny

Acte des Archives départementales de l'Yonne, H 1487
Acte des Archives départementales de l'Yonne, H 1487

=== Date ==
1287, 25 avril.

=== Regeste ===
Nicolas de Ligny-le-Châtel(1), prêtre, proviseur de la léproserie de Ligny-le-Châtel, reconnaît qu’un pré sis le long du ru de Boy(2), contesté entre la léproserie et l’abbaye de Pontigny, appartient à cette dernière.

=== Tradition ===
A. Auxerre, Archives départementales de l’Yonne, H 1487

=== Texte ===

Omnibus presentes litteras inspecturis curie Autissiodorensis et curie decani Autissiodorensis officiales salutem in Domino. Noveritis quod |2| in nostra presencia constitutus magister Nicholaus de Leigni Castro , presbiter, magister et provisor domus leprosarie |3| de Leigni Castro pro se et pro fratribus dicte domus recognovit quod cum contentio verti diceretur inter ipsum nomine dicte |4| domus ex una parte et religiosos viros abbatem et conventum Pontigniaci ex altera super quodam prato sito apud Mortuum |5| de Boy, contiguo ut dicitur hinc inde terris fossatis et plaxetis dictorum religiosorum quod pratum dictus magister dicebat |6| pertinere ad domum dictorum leprosorum, quod dicti religiosi minime confitebantur, immo dicebant illud pratum ad |7| jus et proprietatem ecclesie Pontigniacensis pertinere. Ad quod probandum exhibebant cartas super hec confectas. Tandem, visis |8| cartis et diligenter inspectis a dicto magistro, ipsoque magistro freto bonorum virorum consilio ut dicebat, confessus |9| est coram nobis sponte, provide et discrete pro se et pro fratribus predictis nullum jus habere ratione dicte domus |10| nec alia ratione in dicto prato, immo dictum pratum ad jus et proprietatem ecclesie Pontigniaci penitus pertinere, promittens |11| perf idem suam inde prestitam corporalem se in dicto prato nichil juris decetero reclamare nec facere recla-|12|-mari, nec dictos religiosos super dicto prato molestare nec molestari decetero facere per se vel per alium seu per |13| dictos fratres nec debere, renunciansque in hoc facto specialiter et expresse exceptioni doli, mali, privilegio, fori, |14| rei ita non geste, exceptioni deceptionis et lesioni domus sue predicte beneficio restitutionis in integrum, |15| ominibus privilegiis, graciis et indulgenciis impetratis et impetrandis, concessis et concedendis, et omnibus |16| aliis exceptionibus facti et juris canonici et civilis que contra presens instrumentum vel factum possent |17| obici sive dici ; se que ad hec juridictioni curiarum nostrarum ubicumque maneat supponendo. In cujus rei testimonium |18| presentibus litteris sigilla nostra ad petitionem dicti magistri duximus apponenda. Datum anno Domini M° CC° |19| octogesimo septimo, die veneris post quindenam Pasche.

(Sur la date) 1287 : lettre dominicale E, Pâques le 6 avril
(1) Ligny-le-Châtel, arr. Auxerre, ch.-l. cant.
(2) Lieu-dit disparu, à ne pas confondre avec Bouilly, Yonne, arr. Auxerre, cant. Saint-Florentin, comm. Vergigny. Un acte de 1156 notifiant des échanges de terre entre Guillaume III, comte de Nevers, et Pontigny, permet de comprendre « mortuum » comme le nom d’une eau stagnante ou d’un bief ; cf. QUANTIN Maximilien (éd.), Cartulaire général de l’Yonne, Recueil de documents authentiques pour servir à l’histoire des pays qui forment ce département, publié par la Société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne, Auxerre, Perriquet, 1854-1860, tome 1, n° CCCLXXVIII.