Archives par mot-clé : Molesme

Thibaud de Semur, clerc du duc de Bourgogne, investit l’abbaye de Molesme des biens du duc à Marcennay

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 7 H 578Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 7 H 578 (Réutilisation soumise à conditions)

1330, 25 février. — Marcenay. et 1329, 30 novembre. — Aisy.

Jean Noblot, tabellion de Châtillon-sur-Seine, notifie que Thibaud [Fournier] de Semur investit l’abbaye de Molesme des biens ducaux à Marcenay (près de Bissey-laPierre). La commission donnée par le duc Eudes IV de Bourgogne à Thibaud de Semur est insérée à l’acte.

A. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 7 H 578. Original en parchemin.
 
<!– mise à jour : merci à Matthieu Leguil pour sa relecture et ses commentaires –>

[adresse, intitulation, salut] A tous cels qui ces presentes lettres verront et orront, Jehanz Nobloz, tabellions de Chastoillon suis Soingne por prince tres excellant nostreseig-[2]-nour le duc de Bourgoingne, salut en nostre Seigneur. [notification et date] Saichent tuit que l’an de grace mil .CCC. vint et nuef, le diemoinge jour des Brandons a [3] Marcennay pres de Bissey les Perres, en la presence de moy et des tesmoinz cy dessoz escriz, [dispositif] honorable persone et saige maitres Thiebauz de Semeur, clers nostreseigneur [4] le duc dessus dit, par vertu d’une commission a lui anvoyé de laquele la tenours est tex:

[acte inséré] Eudes, dux de Bourgoigne, a nostre amé et feal clerc maitre [5] Thiebaut de Semeur salut. Nous avons baillé es religioux de Moloismes tout ce que nous avons a Marcennay ensemble toutes les appar-[6]-tenances et par certaynes covenances lesqueles nous avons par devers nous seellees de lour sealx et il les ont seellees dou nostre. Si vous mandons et [7] commetons que vous bailliez et delivrez esdiz religioux ou a lour commandement nostre maison que nous avons audit leu de Marcennay et toutes [8] les possessions temporeles que nous avons audit leu, et toutes les autres choses queles qu’eles soient. Et commandez es hommes dou fyé que [9] nous avons audit leu que de ce qu’il taignent de nous antrient en la foy et homaige de l’abbé de ladicte eglise de Moloismes. Et a ce les con-[10]-troingnez se mestiers est.  Donné a Ais[y] l[e] jour Seint Andrier, l’an de grace mil .CCC. vint et nuef.

mist en possession religiouses persones [11] l’abbé et le covant de Moloismes de la maison de Marcennay et de toutes les autres choses temporeles, reservé toutesvoies et retenu a nostreseigneur le [12] duc tout le droit et le profit de touz ces qui passent par la vile de Marcennay, desquex l’on ai ancienement acostumé pranre paaige por cause dou [13] paaige qui li est dehuz por raison de la vile de Chastoillon. Et suis ces choses dessus dictes me fuit requis instrumenz doudit maitre Thiebaut [14] et des religioux qui audit leu estoient seellez dou seel de la court nostreseigneur le duc. Et je, lidiz Jehanz Nobloz, a la requeste des dessus nommez, [15] ai requis estre mis en cest present instrument doubley le seel de ladicte court. [Date et témoins] Fait et doné en ma presence si comme dessus et en la presence [16] de Guiot de Sauvoygné, Odot de Gy, prevost de Mombar, Monin de Mignol, Symonet de Seint Soingne, maitre Hue de Marcennay, Pointzet [17] genre Bratigney, Perrenot clerc doudit maitre Thiebaut, Jehan de Tulley, clerc de la prevosté de Chastoillon, et plusours autres tesmoinz a ce apelez, l’an, le jour et ou leu dessus diz.

La communauté d’Arthonnay en 1318

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 7 H 250 (acte de 1318) (Réutilisation soumise à conditions)

1318, 13 mars [n. st.]. — Arthonnay

La communauté d’Arthonnay (Yonne, cant. Cruzy-le-Châtel), dont les membres sont nommés à l’acte, renonce à ses droits de nomination pour le recteur de la léproserie en faveur de l’abbaye de Molesme (Côte d’Or, cant. Laignes).

A.Dijon, Archives départementales Côte d’Or, 7 H 250. — Original en parchemin.

[Invocation] In nomine Domini Amen. [Notification] Per hoc presens publicum instrumentum cunctis pateat evidenter quod [Date] anno a Nati-[2]-vitate ejusdem .M°. CCC°. XVII°. indictione prima, tricesima die mensis martii, pontificatus sanctissimi patris ac domini [3] domini Johannis pape vicesimi secundi anno secundo, apud Arthonnayum in domo abbatis circa horam tertiam, in presentia [4] mei publici notarii et testium infrascriptorum ad hoc specialiter vocatorum et rogatorum [liste des disposants] personaliter constituti [5] Humbertus quondam major, Johannes ejus filius, Guichardus major, Matheus ejus frater, Durandus, Johannes Rex, Balduinus, [6] Regnaudus Sourdel, Regnaudus Geirot dictus Li Moutons, dictus Foutiers, Petrus Geneviere, Regnaudus Eloyn, [7] dictus Viorne, Johannes Garneri, Johannes Colardi, Constantinus, Robertus Thommas, Petrus Muardi, Symon Quoquillat [8] dictus Fagoz, Johannes Juliete, Marietus, Colaus Quoquille, Johannes Sarredin, conifetus, Matheus de Gay, Symo-[9]-netus Moraut, Matehus Soterel, Johannes Bruiant, Johannes Joffredi, Jaquetus Furniers, Droco faber, Pheli-[10]-setus textor, Monnetus Li Jays, billetus, Joffredus Ferre Chien, Johannes Guions, Balduinus ejus frater, [11] gener Marieti, Johannes Quarrez, Hannequinus serviens loci, Maria uxor Ysambardi, uxor Cambrille, cliveta, [12] Maria filia Popain, Regnaudus filius Au Corneur, uxor Colay dou Crot, Johannes rotarius, Bade-[13]-retus uxor Biau Boys, Petrus Derboys, Regnaudus carpantarius, Ysabellis uxor Picart, Agnes [14] uxor Charpy, de Arthonnayo, omnes et singuli, non coacti, non vi, non metu, non dolo ducti, nec in aliquo circonventi, [15] ut asserebant, verum etiam spontanei et pro evidenti utilitate communitatis dicte ville de Arthonnayo, Continuer la lecture de La communauté d’Arthonnay en 1318

Vidimus par un chanoine de Troyes au début du XIVe siècle

ADCO7H1527-1329
Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr) 7 H 1527 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
1329, 28 juillet (1)

== Regeste ==

Guillaume de Billy (2), chanoine de Troyes, délégué par Olivier de Cerzeto (3), chanoine d’Autun et exécuteur de P[ierre de Chappes], cardinal prêtre de Saints-[Sylvestre-et]-Martin-aux-Monts (4), vidime un acte de celui-ci, daté d’Avignon le 9 juillet 1329, par lequel il renonce à la grâce pontificale motu proprio lui accordant le prieuré de Radonvilliers, vacant par la mort de Bérenger [de Frédol], évêque de Porto (5), et allant à l’encontre de la collation par l’abbé de Molesme, Guillaume, qui a nommé Pierre de Dijon.
En conséquence Guillaume de Billy casse annule tous procès pendants et toutes sentences et excommunications portées contre l’abbé et les religieux de Molesme et contre Pierre de Dijon et ordonne à tous les autorités ecclésiastiques de publier ce fait.

  1. Ste-Marie-Madeleine le 22 juillet ; lettre dominicale A
  2. Guillaume de Billy (de Billiaco). Peut-être identifiable à son homonyme attesté comme chanoine à Orléans en 1299 (cf. http://elec.enc.sorbonne.fr/cartulaires/scroix/acte372/) et official de Chartres (voir Poli, Oscar de, Inventaire des titres de la maison de Billy, Paris, 1894, aux p. XXIX et p. 27). Il faudrait aussi regarder : ici
  3. Olivier de Cerzeto, chanoine d’Autun et de Poitiers en 1330, largement attesté dans les lettres pontificales
  4. Pierre de Chappes, évêque de Chartres, créé cardinal des saints Sylvestre et Martin au Mont par Jean XXII lors du Consistoire du 18 décembre 1327, mort en 1336
  5. Béranger Frédol le Jeune, neveu de Béranger Frédol l’Ancien, évêque de Béziers, cardinal-évêque de Porto au titre des saints Nérée et Achillée, mort en 1323

Certificat d’authenticité du sceau

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 7H1527Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 7H1527
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 7 H 1527 (Réutilisation soumise à conditions)

Définition de ce type de document dans le Vocabulaire international de la diplomatique [Consulter la notice bibliographique]

=== Date ===
1329, 28 juillet (1)

=== Regeste ===
Attestation donnée par J. de Morvilliers (2), official de Troyes, que le sceau de l’acte auquel celui-ci était noué [Archives départementales de Côte d’Or, 7 h 1527] est celui du chanoine Guillaume de Billy (3).

=== Transcription ===
Universis presentes litteras inspecturis officialis Trecensis salutem in Domino. Notum facimus universis quod nobis constat ex relatione |2| fidedigna sigillum appensum litteris quibus hec nostre presentes littere sunt annexe, verum sigillum venerabilis et |3| discreti viri magistri Guillelmi de Billiaco, canonici ecclesie Trecensis. Et hec omnibus quorum interest et poterit inter-|4|-esse in futurum, intimamus tenore presencium litterarum, quibus sigillum curie Trecensis duximus apponendum in testimonium |5| veritatis. DAtum anno Domini millesimo CCCmo vicesimo nono, die Veneris post festum beate Marie Magdalenes.

J. de Morivillare

  1. 1329 : lettre dominicale A ; fête de sainte Madeleine le samedi 22 juillet 1329.
  2. Morvilliers, Aube, arr. Bar-sur-Aube, cant. Soulaines-Dhuys
  3. Guillaume de Billy (de Billiaco). Peut-être identifiable à son homonyme attesté comme chanoine à Orléans en 1299 (cf. http://elec.enc.sorbonne.fr/cartulaires/scroix/acte372/) et official de Chartres (voir Poli, Oscar de, Inventaire des titres de la maison de Billy, Paris, 1894, aux p. XXIX et p. 27). Il faudrait aussi regarder : ici

Un acte d’officialité pour Molesme en novembre 1239

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 7 H 749 (Réutilisation soumise à conditions)

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 7 H 7* (cart. 143), fol. 39v (Réutilisation soumise à conditions)
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 7 H 7* (cart. 143), fol. 39v (Réutilisation soumise à conditions)
Dijon, Archives départementales Côte d'Or, 7 H 7* (cart. 143), fol. 40r (Réutilisation soumise à conditions)
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), , 7 H 7* (cart. 143), fol. 40r (Réutilisation soumise à conditions)

=== Date ===

1239, novembre.

=== Regeste ===

Robert de La Noue, official de Troyes, notifie le don fait par Jobert d’Isle [-Aumont], dit Buffetier, et Sibylle, sa femme, à l’abbaye de Molesme, entre les mains du moine Guillaume, de 3 arpents et demi de la prairie de [Rummily-les-]Vaudes, situés dans sa censive. (1)

=== Tradition (partielle) ===
A. Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 7 H 749. Original en parchemin, jadis scellé (trace sceau pendant). Hauteur : 122/126 mm (repli 15/17 mm) ; largeur 171/173 mm.
B. Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 7 H 7 (cart. 143), fol. 39v-40r. Copie du XIIIe s. dans le « second cartulaire de Molesme » (Stein, n° 2474), d’après A.

Mention et analyse : Jacques Laurent, Cartulaires de l’abbaye de Molesme, Paris, 1911, t. II, p. 327-328, n° 191 (sous la cote 7H 299 Rumilly).

=== Edition ===

|1| Omnibus presentes litteras inspecturis magister Robertus de Noa (2), officialis Trecensis, salutem. Noverint universi quod |2| in nostra presencia constitutus Jobertus de Insulis (3), dictus Buffeterius, dedit, concessit et imperpetuum |3| quitavit ex deliberatione provida, ob remedium anime sue in puram et perpetuam elemosinam ecclesie Molismensi (4) |4| tria arpenta et di[mi]dium prati in praeria de Waudis (5) que sita sunt in censiva et justicia dicte ecclesie |5| ut dicitur desuper Vetus Fossatum et juxta. De quo dono promisit idem Jobertus portare garentiam dicte |6| ecclesie pro posse suo et promisit idem Jobertus quod contra donationem et concessionem predictam per se vel per |7| alium nullo tempore veniet. Que omnia laudavit et approbavit coram nobis Sybilla, uxor dicti Joberti, |8| spontanea voluntate sua non vi, non dolo, nec aliquo metu ad hoc inducta, et quitavit dicta Sibilla |9| ecclesie memorate quicquid juris habebat in omnibus modis et commodis in prato pretaxato tam ratione |10| dotis quam quocumque alio modo et promisit dicta(a) Sibilla per fidem suam corporaliter prestitam coram |11| nobis quod contra predictam nullo tempore veniet nec aliquid in dicto prato decetero reclamare presumet. |12| De quo prato devestiverunt se coram nobis dictus Jobertus et Sybilla uxor sua et Guillelmum |13| monachum dicte ecclesie nomine ipsius ecclesie investiverunt. In cujus rei testimonium presentibus |14| litteris sigillum curie Trecensis duximus apponendum. Actum anno Domini .M°. CC°. XXX°. nono, mense novembris.

(a) dictus corr. in dicta A.

=== Notes ===
(1) Les identifications sont ici reprises de l’analyse de Jacques Laurent, loc. cit.

Mars 1279 [a. st.]

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 7 H 749 (Réutilisation soumise à conditions)
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 7 H 749 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
1280, mars [n. st] (1)

== Regeste ==

Roger de Longvillers, bailli de Troyes, notifie la vente faite par Jean de Longeville à l’abbaye de Molesme de neuf journaux de terre

== Tradition (incomplète) ==
A. Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 7 H 749. – Original en parchemin, jadis scellé.

== Edition ==
Nous, Rogiers de Loncvilerz (2), chevaliers, bailliz de Troyez, faisonz savoir a touz ces qui verrunt et orrunt |2| ces presentez lettrez que par devant Jofroi Dilez, dit Dou Perer, nostre clerc, et par devant |3| Jehan lou Grant, nos jurez et feaus establiz de nous, fu presens Jehanz de Longeville, reconnut de |4| sa bonne volanté, sanz force et sanz contrainnement d’aucun, que il a vendu et au nun de vendue |5| quite et otroye a toujours mais a l’abé et au couvent de Mouloigmes nouef journeis de terre |6| que il a, si comme il dit, ou finage de Rumeley, ceans Au Trois Piecez — desqués li duy jou[r]né |7| sunt ou lou que l’an dit « Au Bouison Liebaut », aupreis la terre a la fame fau Pellus d’une |8| part et aupreis la terre Colin Houchet d’autre part ; trois journeis an la Fin Meaune, aupreis |9| la terre au moinnez d’une part et aupreis la terre Guillaume de Vilers d’autre part ; et quatre journés |10| dariez la maisum aus maladez aupreis la terre Guillaume Loileier d’une part et aupreis la terre aus |11| moinnes d’autre part — a tenir et a avoit (a) a aus et a lor sucessours a toujours mais pour trante |12| livres de tornois, desqués lidiz Jehanz ce tient pour bien paiez au deniers contans, |13| et an premet lidiz Jehanz porter leal guarantie audit abé et au couvent anver |14| toutez genz et renunça lidiz Jhanz a ce qui ne puise dire qu’i soit deceuz an la |15| metié ou au plus de ceste vendu, et an oblige sum cors a estre prins et |16| a tenir an prisum et touz ces bienz et les bienz de ces hers, moublez et num |17| moublez, presenz et a venir, a penre et a lever et a despendre, juque a tan que li-|18|-diz abéz et li couvenz ce tainnent bien a paié de ceste vendue et de cous et |19| de doumachez qu’il i poureiant avoir. Et viant et otroye lidiz Jehanz que la ven-|20|-due qui seroit faite de ces bienz obligiez par la jutise monsiegnor lou conte de Chanp[aigne] |21| soit ferme et estable con de chose conneue et a jugié an la court au bailli de Troyez |22| et s’am soumet lidiz Jehanz an la juridiciun monsiegnor lou conte de Chanp[aigne] |23| et dou bailli de Troyez ou de lor sucessors qui apreis aus vanrient. Et renunça lidiz Jehanz |24| a touz previlagez de croiz prins et a panre et a toutez franchisez de bourjesie de |25| roi de France et a toutez exceptionz de fet et de droit qui audit Jehan pourient |26| aidier et audit abé et au couvent nuyre. Et pour estre plus fert estable, nous |27| Rogierz de Loncvilers, chevaliers, bailliz de Troyez, ai scelleez ces lettrez par les tesmoinnagez de nos |28| jurez dou scel de la baillie de Troyez et dou contre scel mon propre scel, sauf lou droit monsiegnor |29| lou conte de Chanp[aigne]. Ce fu fait an l’am de grace mil dues cens sexante dis et nuef, ou |30| mois de mars.

(a) Sic A.

== Notes ==

  1. Dans le style de Pâques, l’année 1279 [a. st.] court du 2 avril 1279 au 21 avril 1280.
  2. Longvillers, Calvados, arr. Caen, cant. Villers-Bocage (?)

==

Octobre 1293


Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 7 H 702 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
1293, octobre

== Regeste ==
Pierre de Villeblovin dresse la liste des biens de mainmorte détenus par l’abbaye de Molesme suite à divers dons.

== Tradition (incomplète ?) ==
A. Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 7H 702. – Original jadis scellé. Parchemin. Hauteur 108/115 mm ; largeur 220 mm.

== Edition ==

A touz ceus qui ces lettres verront, Pierre de Villeblovein (1), escuier, establiz a enquerre sus les aquissicions feites des persones d’esglisse des reli-|2|-gious quels que ciles soient et des non nobles persones, en fiez, en riere fiez, en censsives, en rieres censsives et es aleuz nostreseigneur le |3| roy en la baillie de Sanz (2) salut. Sachent tuit que que nous, en fessant l’office des inquissicions, avons trouvé et seu que li pitanciers de Molesmes (3) |4| tient de l’aumosne la contesse Mehaut de Tonnerre (4) cent solz de rante par an assis sus la prevosté de Crussi (5) XXX. anz a, ou fié l’esvesque de Langres (6). |5| Item a Rici (7) de l’aumosne madame Marguerite, fame feu monseigneur Guillaume de Rici, deus setiers de froumant assis sus deus moulins a Rici, c’est a |6| savoir sus le moulin Craboce et sus le moulin de la Rue, mouvent en fié de Guiot de Rici, en riere fié dou conte de Tonnerre, environ XX. anz |7| a, ou pris de XX. solz tournois chascun setier. Item de Thomassin, fil madame Marguerite, sus ces deus moulins .I. setier de fromant aumosne mo-|8|-vant dou fié Guiot de Rici, escuier, en riere fie dou conte de Tonnerre .X. anz, a ou pris de susdit. Item a Leignes (8) de monseigneur Guillaume, chevalier, |9| .I. setier de fromant et .I. setier d’orge asmonne, sus le moulin que l’en apeile le moulin Maieuz, le fromant ou pris desus dit et l’orge ou pris |10| de XII. solz, mouvent dou fié au conte de Tonnerre, environ XX anz a. Item de monseigneur Hue, son frere, .I. setier de froumant sus ce molin |11| meismes, asmone mouvant dou conte de Tonnerre, ou pris de susdit, .X. anz a. Item a Auceurre (9) de Guillaume de Corbigni .IIII. livres de rante par an |12| sus tout l’eritage feu Martin Fouchier jadis bourgeois d’Auceurre, c’est a savoir sus messons, sus vignes et sus terres asmone .XXX. anz a. Et |13| de ce nous avons creu le dit pitancier par le report qu’i[l] nous a fet, et avons bien fet retenue d’enquerre des closes quant nous ferons ou païs |14| liquels afiné avons pour toutes ces choses a .XXXIII. livres .IIII. solz tournois, et nous en tenons pour poieiz et pour ce que ce soit ferme et estable |15| nous li avons donné ces leitres seeles dou seel duquel nous ussons audites enquestes en l’an de grace mil deus cenz quatrevingz et |16| treize, au mois de ockovre.

  1. Villeblovin, Yonne, cant. Pont-sur-Yonne.
  2. Sens, Yonne, ch.-l. arr.
  3. Molesmes, Côte-d’Or, cant. Laignes.
  4. Mahaut de Bourbon, arrière-petite fille de Mahaut de Courtenay et héritière du comté de Tonnerre en 1252, épouse de Eudes de Bourgogne, meurt en 1262.
  5. Cruzy-le-Châtel, Yonne, ch.-l. cant.
  6. Langres, Haute-Marne, ch.-l. dép.
  7. Riceys (les), Aube, cant. Bar-sur-Seine.
  8. Laignes, Côte d’Or, ch.-l. cant.
  9. Auxerre, ch.-l. Yonne.

Bulle pontificale

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 7 H 20 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
[1264], 18 février (1). – Orvieto (2) .

== Regeste ==
Le pape Urbain [IV] (3) accorde à l’abbé [Guillaume] (4) de Molesme (5), à sa demande, l’autorisation pour les monastères de moniales dépendant de son abbaye de recevoir exceptionnellement une moniale.

== Tradition ==
A. Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 7 H 20. – Original jadis scellé (5). Parchemin.
a. Jean Guiraud, Les registres d’Urbain IV (1261-1264) : recueil des bulles de ce pape (…), Paris, 1899-1958, t. IV, 1906 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 13), p. 69, n° 2980, d’après A.

== Edition ==
Urbanus episcopus, servus servorum Dei, dilecto filio .. abbati monasterii Molismensi, ordinis sancti Benedicti, Lingonensis diocesis, salutem et apostolicam |2| benedictionem. Ex parte tua fuit nobis humiliter supplicatum ut in quolibet monasterio monialium, monasterio Molismensi (a) pleno jure subjecto, |3| faciendi recipi jam(b) personam ydoneam in monacham et sororem, non obstante certo ipsorum monasteriorum monialium numero, juramento, |4| confirmatione sedis apostolice aut alia firmitate vallato, aut si priorissis et conventibus predictorum monasteriorum a sede apostolica indultum |5| existat quod ad receptionem alicujus minime teneantur, vel qualibet alia indulgentia sedis predicte, per quam effectus pre|6|sentium impediri valeat aut differri, tibi licentiam concedere dignaremur. Nos itaque, tuis supplicationibus inclinati, licen-|7|-tiam tibi, dummodo ad id priorissarum et conventuum eorumdem monasteriorum accedat assensus, auctoritate presentium |8| concedimus postulatam, prefato numero post receptionem ipsarum in suo nichilominus robore duraturo. Dat. |9| apud Urbem Veterem XII kal. Martii, pontificatus nostri anno tertio.

(a) Molesmensi a. — (b) jam sur grattage A, unam a.

(1) Date restituée d’après les itinéraires pontificaux.
(2) Orvieto, Italie, région Ombrie, prov. Terni.
(3) Urbain IV, pape (1261, 29 août – 1264, 2 octobre).
(4) Guillaume, abbé de Molesmes (1251-1270), cf. Gallia christiana (…), Paris, 1728, t. IV, col. 737-738.
(5) Molesme, Côte-d’Or, cant. et comm. Laignes.
(6) Trace d’un sceau pendant.

== Commentaire diplomatique ==
Cet acte est une lettre apostolique sur fil de chanvre ou littera apostolica cum filo canapis. Ce type d’acte a les caractéristiques suivantes :

  1. Suscription : au nom du pape, avec seulement son prénom, et la formule episcopus, servus servorum Dei. En l’absence de scellement. L’absence de décoration sur le nom du pape indique qu’il ne s’agit pas d’une lettre avec fils de soie, mais d’une lettre avec fils de chanvre. Le numéro d’ordre du pape n’est pas indiqué dans la suscription, il ne l’est que sur la bulle. Celle-ci étant perdue, l’identification du pape se fait grâce à l’itinéraire des papes : seul Urbain IV s’est trouvé à Orvieto le 18 février de sa troisième année de pontificat, s’étendant, pour Urbain IV, du 4 septembre 1263 au 3 septembre 1264.
  2. Adresse : au datif, qui commence ici par deux points, marquant la place du prénom absent, car l’acte s’adresse à l’abbé ès qualités
  3. Salut : de forme figée salutem et apostolicam benedictionem, constamment abrégé, du XIIIe s. au XVIe s. sous la forme salt. et aplicam ben., typique de la chancellerie pontificale
  4. Exposé : ici assez long, rappelant la demande formulée par le destinataire ; cette demande est ici allongée par les clause dérogative introduite à l’ablatif par non obstante.
  5. Dispositif : court, introduit par Nos itaque et caractérisé par le verbe concedimus. A ce dispositif s’ajoutent une clause conditionnelle de consentement et une clause de réserve, de sorte que le privilège donné par cet acte ne crée pas de précédent et que la dérogation ne se réitère pas.
  6. Date : l’abréviation est systématiquement ‘dat.’ de sorte que la restitution est incertaine (datum ou data). La chancellerie pontificale n’indique le millésime qu’à partir du pontification d’Eugène IV (1431-1447), sauf pour les privilèges solennels où le millésime était déjà présent avant. En revanche, le jour et l’année de pontificat sont de règle.
  7. L’acte n’était pas une lettre close (on voit des traces de pliures, mais il n’y a pas de trace d’attache et pas d’adresse au verso).

    Pour aller plus loin : voir Thomas Frenz, Papsturkunden des Mittelalters und der Neuzeit, 2e éd., Stuttgart 2000.
    et http://www.phil.uni-passau.de/histhw/cancellaria/