Archives par mot-clé : XIV

Thibaud de Semur, clerc du duc de Bourgogne, investit l’abbaye de Molesme des biens du duc à Marcennay

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 7 H 578Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 7 H 578 (Réutilisation soumise à conditions)

1330, 25 février. — Marcenay. et 1329, 30 novembre. — Aisy.

Jean Noblot, tabellion de Châtillon-sur-Seine, notifie que Thibaud [Fournier] de Semur investit l’abbaye de Molesme des biens ducaux à Marcenay (près de Bissey-laPierre). La commission donnée par le duc Eudes IV de Bourgogne à Thibaud de Semur est insérée à l’acte.

A. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 7 H 578. Original en parchemin.
 
<!– mise à jour : merci à Matthieu Leguil pour sa relecture et ses commentaires –>

[adresse, intitulation, salut] A tous cels qui ces presentes lettres verront et orront, Jehanz Nobloz, tabellions de Chastoillon suis Soingne por prince tres excellant nostreseig-[2]-nour le duc de Bourgoingne, salut en nostre Seigneur. [notification et date] Saichent tuit que l’an de grace mil .CCC. vint et nuef, le diemoinge jour des Brandons a [3] Marcennay pres de Bissey les Perres, en la presence de moy et des tesmoinz cy dessoz escriz, [dispositif] honorable persone et saige maitres Thiebauz de Semeur, clers nostreseigneur [4] le duc dessus dit, par vertu d’une commission a lui anvoyé de laquele la tenours est tex:

[acte inséré] Eudes, dux de Bourgoigne, a nostre amé et feal clerc maitre [5] Thiebaut de Semeur salut. Nous avons baillé es religioux de Moloismes tout ce que nous avons a Marcennay ensemble toutes les appar-[6]-tenances et par certaynes covenances lesqueles nous avons par devers nous seellees de lour sealx et il les ont seellees dou nostre. Si vous mandons et [7] commetons que vous bailliez et delivrez esdiz religioux ou a lour commandement nostre maison que nous avons audit leu de Marcennay et toutes [8] les possessions temporeles que nous avons audit leu, et toutes les autres choses queles qu’eles soient. Et commandez es hommes dou fyé que [9] nous avons audit leu que de ce qu’il taignent de nous antrient en la foy et homaige de l’abbé de ladicte eglise de Moloismes. Et a ce les con-[10]-troingnez se mestiers est.  Donné a Ais[y] l[e] jour Seint Andrier, l’an de grace mil .CCC. vint et nuef.

mist en possession religiouses persones [11] l’abbé et le covant de Moloismes de la maison de Marcennay et de toutes les autres choses temporeles, reservé toutesvoies et retenu a nostreseigneur le [12] duc tout le droit et le profit de touz ces qui passent par la vile de Marcennay, desquex l’on ai ancienement acostumé pranre paaige por cause dou [13] paaige qui li est dehuz por raison de la vile de Chastoillon. Et suis ces choses dessus dictes me fuit requis instrumenz doudit maitre Thiebaut [14] et des religioux qui audit leu estoient seellez dou seel de la court nostreseigneur le duc. Et je, lidiz Jehanz Nobloz, a la requeste des dessus nommez, [15] ai requis estre mis en cest present instrument doubley le seel de ladicte court. [Date et témoins] Fait et doné en ma presence si comme dessus et en la presence [16] de Guiot de Sauvoygné, Odot de Gy, prevost de Mombar, Monin de Mignol, Symonet de Seint Soingne, maitre Hue de Marcennay, Pointzet [17] genre Bratigney, Perrenot clerc doudit maitre Thiebaut, Jehan de Tulley, clerc de la prevosté de Chastoillon, et plusours autres tesmoinz a ce apelez, l’an, le jour et ou leu dessus diz.

La communauté d’Arthonnay en 1318

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 7 H 250 (acte de 1318) (Réutilisation soumise à conditions)

1318, 13 mars [n. st.]. — Arthonnay

La communauté d’Arthonnay (Yonne, cant. Cruzy-le-Châtel), dont les membres sont nommés à l’acte, renonce à ses droits de nomination pour le recteur de la léproserie en faveur de l’abbaye de Molesme (Côte d’Or, cant. Laignes).

A.Dijon, Archives départementales Côte d’Or, 7 H 250. — Original en parchemin.

[Invocation] In nomine Domini Amen. [Notification] Per hoc presens publicum instrumentum cunctis pateat evidenter quod [Date] anno a Nati-[2]-vitate ejusdem .M°. CCC°. XVII°. indictione prima, tricesima die mensis martii, pontificatus sanctissimi patris ac domini [3] domini Johannis pape vicesimi secundi anno secundo, apud Arthonnayum in domo abbatis circa horam tertiam, in presentia [4] mei publici notarii et testium infrascriptorum ad hoc specialiter vocatorum et rogatorum [liste des disposants] personaliter constituti [5] Humbertus quondam major, Johannes ejus filius, Guichardus major, Matheus ejus frater, Durandus, Johannes Rex, Balduinus, [6] Regnaudus Sourdel, Regnaudus Geirot dictus Li Moutons, dictus Foutiers, Petrus Geneviere, Regnaudus Eloyn, [7] dictus Viorne, Johannes Garneri, Johannes Colardi, Constantinus, Robertus Thommas, Petrus Muardi, Symon Quoquillat [8] dictus Fagoz, Johannes Juliete, Marietus, Colaus Quoquille, Johannes Sarredin, conifetus, Matheus de Gay, Symo-[9]-netus Moraut, Matehus Soterel, Johannes Bruiant, Johannes Joffredi, Jaquetus Furniers, Droco faber, Pheli-[10]-setus textor, Monnetus Li Jays, billetus, Joffredus Ferre Chien, Johannes Guions, Balduinus ejus frater, [11] gener Marieti, Johannes Quarrez, Hannequinus serviens loci, Maria uxor Ysambardi, uxor Cambrille, cliveta, [12] Maria filia Popain, Regnaudus filius Au Corneur, uxor Colay dou Crot, Johannes rotarius, Bade-[13]-retus uxor Biau Boys, Petrus Derboys, Regnaudus carpantarius, Ysabellis uxor Picart, Agnes [14] uxor Charpy, de Arthonnayo, omnes et singuli, non coacti, non vi, non metu, non dolo ducti, nec in aliquo circonventi, [15] ut asserebant, verum etiam spontanei et pro evidenti utilitate communitatis dicte ville de Arthonnayo, Continuer la lecture de La communauté d’Arthonnay en 1318

Archaïsmes et innovations scripturales au début du XIVe siècle

La fin du XIIIe siècle et le début du XIVe siècle en France voient se développer une nouvelle écriture, appelée « mixte » par Alain De Boüard et dont l’origine et l’extension ont fait l’objet d’une étude par Marc Smith : « L’écriture de la chancellerie de France au XIVe siècle :observations sur ses origines et sa diffusion en Europe », dans O. Kresten et F. Lackner, Régionalisme et internationalisme : Problèmes de paléographie et de codicologie du Moyen Âge (Actes du XVe colloque du Comité international de paléographie latine, Vienne, 13-17 septembre 2005), Vienne, 2008, p. 279-298. [site de l’éditeur]

Les exemples ci-dessous servent à illustrer la situation en Bourgogne dans les années 1315-1330.

  • Un acte notarié de 1318 concernant Molesme et la léproserie d’Arthonnay [voir transcription]
Dijon, Archives départementales Côte d'Or, 7 H 250 (acte de 1318)
  • Un premier acte de Jean Noblot, tabellion de Châtillon-sur-Seine en 1329 [voir transcription]

Dijon, Archives départementales Côte d'Or, 7 H 578 (acte de 1329)

  • Un autre acte de Jean Noblot, tabellion de Châtillon-sur-Seine en 1329
Dijon, Archives départementales Côte d'Or, 7 H 578
Dijon, Archives départementales Côte d'Or, 7 H 578 (acte de 1329)
  • Un acte du roi de France, toujours en 1329

Dijon, Archives départementales Côte d'Or, 7 H 578 (acte de 1329)

Un sermon pour la Sainte-Cécile


Paris, Bibl. nat. de France, ms. Latin 3305 A, fol. 57r
Sermones de sanctis et diversis. De sancta Cecilia

De sancta Cecila.
Gaudebit sponsus super sponsam. Ysa LXII (Is. 62,5).
Tria sunt que ostendunt sponsalia valde comendabilia : [1°] Sponci dignitas et sufficientia. Et sic comendabat sponsum suum beata Agnes dicens vel mandans filio perfecti (a) qui eam habere volebat : « ab [f. 57v] ab (b) alio amatore preventa sunt (c) qui a nullo (d) fidei sue subarravit me (e) et ostendit michi thesauros inconparabiles (1), cujus generositas celsior, possibilitas forcior, amor suavior et omni gratia elegantior ».
Continuer la lecture de Un sermon pour la Sainte-Cécile

Les lettres de Raymond Lulle

Voir les oeuvres et éditions de Raymond Lulle (en catalan : Ramon Llull) : ici.


Image du manuscrit 96 de la Bibliothèque municipale et interuniversitaire de Clermont-Ferrand
, mis à disposition sous forme numérisée par le Raimundus-Lullus-Institut de la Faculté de théologie de Fribourg (Freiburg im Breisgau).
*** Lien vers la page d’accueil du Raimundus-Lullus-Institut de la Faculté de théologie de Fribourg ***
*** Lien vers vers FREIMORE (FREIburger Multimedia Object REpository) ***

Une fois sur la page d’accueil du manuscrit, il faut cliquer sur le mot « Anzeigen » qui amène à l’interface de consultation du manuscrit, puis aller au folio 58 recto (en saisissant « 58r » dans la fenêtre « Seite », ou en cliquant sur « 2. Epistolae tres »).

Bibliographie et éditions
La Ramon Llull Database – Llull DB (Centre de Documentació Ramon Llull) entretenue par l’Université de Barcelone donne une liste des éditions des différentes versions de ce texte : ici.
En particulier :
J. .N. Hillgarth, Diplomatari lul·lià: documents relatius a Ramon Llull i a la seva família, trad. L. Cifuentes, « Col·lecció Blaquerna » 1 (Barcelona / Palma de Mallorca: Universitat de Barcelona / Universitat de les Illes Balears, 2001), 50-58. [En ligne]
Josep Perarnau i Espelt, « La còpia manuscrita medieval de les tres lletres de Ramon Llull demanant al rei, a un prelat de França i a l’Estudi de París l’establiment d’escoles de llengües (Clarmont-Ferrand, BMI, ms. 96) », ATCA 21 (Barcelona, 2002), 133-148. [En ligne, original en accès payant, copie en cache de Google]

== Transcription ==
Ad exaltationem nominis Domini Dei nostri, regie maiestati Raymundus Lul, licet ad tanti suplicationem negocii sit indignus, quod ab universis christianis est desiderabile, supplicat devoto et desiderativo animo, ut sicut ipsa regia regni Francorum magestas ab antiquo successive pre ceteris procurare christianitatis comoda consuevit, dignaretur ad laudem et magnificenciam [f. 58va] divini nominis merito karitatis intuituque pietatis, miseris infidelibus viventibus sine Lege, morientibus sine fide, bene meritam elemosinam concedere, tante mortalitatis naufragio succurrentem, videlicet, locum seu loca construere et dotare, in quo seu quibus a religiosis ab aliisque sancte conversationis viris, qui nunc multi sunt hoc divino munere appetentes, necnon etiam secundum modum apostolicum ad hoc pro Christo uiuere et pro nomine Christi mori finaliter eligentes, addiscantur infidelium ydiomata, ut eorum linguarum varietates docti, eorum ydiomatibus magnificarent Deum ubi non colitur, exaltarent Eum ubi spernitur, predicarent Eum ubi non creditur, veritatem veritatum monstrantes, Legem christicolarum panderent firmiter esse veram ; dignum etenim esset, necnon valde laudabile ut a villa Parysiensi, que christiane ueritatis scientieque principalis mater
est fidelibus et ma-[f. 58vb]-gistra, emergent veritatis radii, qui per diversa mundi climata radiantes, infidelium errores, cum sint possibiles ad revocandum, suo lumine reuocarent.

Vidimus par un chanoine de Troyes au début du XIVe siècle

ADCO7H1527-1329
Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr) 7 H 1527 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
1329, 28 juillet (1)

== Regeste ==

Guillaume de Billy (2), chanoine de Troyes, délégué par Olivier de Cerzeto (3), chanoine d’Autun et exécuteur de P[ierre de Chappes], cardinal prêtre de Saints-[Sylvestre-et]-Martin-aux-Monts (4), vidime un acte de celui-ci, daté d’Avignon le 9 juillet 1329, par lequel il renonce à la grâce pontificale motu proprio lui accordant le prieuré de Radonvilliers, vacant par la mort de Bérenger [de Frédol], évêque de Porto (5), et allant à l’encontre de la collation par l’abbé de Molesme, Guillaume, qui a nommé Pierre de Dijon.
En conséquence Guillaume de Billy casse annule tous procès pendants et toutes sentences et excommunications portées contre l’abbé et les religieux de Molesme et contre Pierre de Dijon et ordonne à tous les autorités ecclésiastiques de publier ce fait.

  1. Ste-Marie-Madeleine le 22 juillet ; lettre dominicale A
  2. Guillaume de Billy (de Billiaco). Peut-être identifiable à son homonyme attesté comme chanoine à Orléans en 1299 (cf. http://elec.enc.sorbonne.fr/cartulaires/scroix/acte372/) et official de Chartres (voir Poli, Oscar de, Inventaire des titres de la maison de Billy, Paris, 1894, aux p. XXIX et p. 27). Il faudrait aussi regarder : ici
  3. Olivier de Cerzeto, chanoine d’Autun et de Poitiers en 1330, largement attesté dans les lettres pontificales
  4. Pierre de Chappes, évêque de Chartres, créé cardinal des saints Sylvestre et Martin au Mont par Jean XXII lors du Consistoire du 18 décembre 1327, mort en 1336
  5. Béranger Frédol le Jeune, neveu de Béranger Frédol l’Ancien, évêque de Béziers, cardinal-évêque de Porto au titre des saints Nérée et Achillée, mort en 1323

Certificat d’authenticité du sceau

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 7H1527Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 7H1527
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 7 H 1527 (Réutilisation soumise à conditions)

Définition de ce type de document dans le Vocabulaire international de la diplomatique [Consulter la notice bibliographique]

=== Date ===
1329, 28 juillet (1)

=== Regeste ===
Attestation donnée par J. de Morvilliers (2), official de Troyes, que le sceau de l’acte auquel celui-ci était noué [Archives départementales de Côte d’Or, 7 h 1527] est celui du chanoine Guillaume de Billy (3).

=== Transcription ===
Universis presentes litteras inspecturis officialis Trecensis salutem in Domino. Notum facimus universis quod nobis constat ex relatione |2| fidedigna sigillum appensum litteris quibus hec nostre presentes littere sunt annexe, verum sigillum venerabilis et |3| discreti viri magistri Guillelmi de Billiaco, canonici ecclesie Trecensis. Et hec omnibus quorum interest et poterit inter-|4|-esse in futurum, intimamus tenore presencium litterarum, quibus sigillum curie Trecensis duximus apponendum in testimonium |5| veritatis. DAtum anno Domini millesimo CCCmo vicesimo nono, die Veneris post festum beate Marie Magdalenes.

J. de Morivillare

  1. 1329 : lettre dominicale A ; fête de sainte Madeleine le samedi 22 juillet 1329.
  2. Morvilliers, Aube, arr. Bar-sur-Aube, cant. Soulaines-Dhuys
  3. Guillaume de Billy (de Billiaco). Peut-être identifiable à son homonyme attesté comme chanoine à Orléans en 1299 (cf. http://elec.enc.sorbonne.fr/cartulaires/scroix/acte372/) et official de Chartres (voir Poli, Oscar de, Inventaire des titres de la maison de Billy, Paris, 1894, aux p. XXIX et p. 27). Il faudrait aussi regarder : ici

Sermon latin de Berthold de Ratisbonne (Sermones Rusticani prima pars)


Fribourg, Couvent des Cordeliers, Manuscrit 117, volume 1, feuillet 2 recto

** www.e-codices.ch **

Ite ostendite vos sacerdotibus (Lc 17, 12). Quoniam ut dicit Gregorius ‘Ars est artium regimen animarum’ (Regula pastoralis, 1, 1) ut illi studiose intenderent sacerdotes. Noluit eos Dominus occupare laboribus pro necessariis vite ut ceteros, nam milites etc. nec uxoribus nec liberis. Summe enim est necessarium ut sciant 3. [tria] et usque ad mortem satis agere habet cum illis : [Primo] distinguere inter venialia et mortalia subditorum ; secundo inter mortalia et mortalia ; tercio per que satis fiat, quia per quod unus satis facit, alius non.

Primum ergo ut sciant distinguere inter peccatum et peccatum, inter spiritualem lepram et lepram ut significatur in Le[viticus] 14, ubi Dominus precepit sacerdotibus quod diligenter discernerent inter lepram, quod diligenter consideraret utrum homo sibi adductus esset leprosus vel tantum haberet scabiem, que scilicet cito venit et cito recedit. Glossa: districtum videndum fiat. Glo[ssa:] ‘Districtum videndum fiat'(1).
Secundo. Si autem homo fuit leprosus, tunc utrum esset leprosus in capite, barba, calvicio, vel recalvicio, scilicet capillorum. Si scilicet capilli essent mutati in candorem, solito tenuiores. Cognoscebatur enim hec lepra quando fluentibus capillis in calvicio vel recalvicione, albus vel rufus color inveniebatur. Item in cute, in carne. Item quod sciret cognoscere lepram vestis lanee vel linee vel pellis vel domus. Lepra vestis erit macula albida vel rufa humilior superficie reliqua. Humilior id est vilior, lepra enim corrosiva est, que cum apparebat considerabit eam sacerdos, si perspicua erit comburebatur vestis. Si dubia rumpebat illud a solido etc. Sequitur de domo. Tercio cujus erat coloris. Quia una erat periculosior quam altera. Item in Glossa: ‘diversos colores lepra supponit: pallidam, rubeam, albam, lucidam, nigram, florescentem'(2). Quod diligenter debuit discernere ne diceret non lepram lepram, et econtrario – hoc est ne dicat mortale veniale et econtrario ne dicat veniale mortale(b) – et e contrario dic rationem. Quod lepram in capillis etc. In barba [fol. 2rb] loquentes, mala lepra est, maledictio mala et turpis Deo. Hec vel hec, ita nomina multas(c) femine contendentes(d). Dic diversa: in cute se pigrantes ; in capite nescientes quomodo satis possint ornare se ; in corpore cum corpore peccantes ; vestis si nimis superba, si de justo ; domus si de injusto, sic vel sic, si in ea hospitatur meretrix concubina dominus blasphematur et hujusmodi debet iste lapis leprosus illa concubina eici omnino.

Tercio cujus erat coloris. Diversa enim mortalia diversos habent colores malos et malicias super hoc quod quodlibet mortale dampnat et a consortio omnium sanctorum separat. Habent quedam illorum singulares malicias et colores crudeles. Quedam habent illum malum colorem quod quicumque illa facit super hoc quod dampnatum faciunt excommunicatum, quod debet vitari ut dyabolus, immo libentius loquerer cum centum pessimis inter omnes ut qui cum monialibus. Hic et non potest absolvi ab illo peccato nisi per illum qui habet singularem auctoritatem. Quedam ut non nisi ab episcopo ut incendium ecclesie vel cimiterii. Quedam nisi a papa: vimjectio in clericum et hujusmodi. Quedam nec per papam vel Petrum nec angelum mala ut injusta bona nisi restituat pro posse. De hoc se non intromittant. Quedam pre aliis inducunt subitaneam mortem ut blasphemia.
Sed pre omnibus hominibus sunt .V. genera hominum quorum peccata sunt periculosiora quam aliorum(e). Primi sunt religiosi et clerici. Ratio: quia pro peccato pro quo secularis dampnatur, religiosus multo gravius, si mentitur, si fornicatur etc. Et hoc ideo quia plura promissa Domino fecimus in subdyaconatu, in dyaconatu, in sacerdotatu, in professione ; laicius nisi in baptismo(f). Deu 27.D [Dt 29,11] ‘Advena qui tecum moratur etc.’ ipse in inferno in capite, id est in superiori pena, tu in caudam, in inferiori. Eze .XII.E [Ez 16,52] ‘Vicisti *sorores(3) tuas peccatis tuis. Exo. ‘Devoravit species morsi'(4). etc.

(a) nec avec c exponctué. – (b) mortale veniale corrigé en veniale mortale par doubles traits. – (c) multas suivi de et turpis Deo ici répété et exponctué. – (d) comedentes avec abréviation tironienne avant correction. – (e) aliorum hominum exponctué. – (f) laicus non in avant correction.

(1) Voir l’édition de la Glose ordinaire placée sous le nom de Walafrid Strabon : Patrologie latine, vol. 113, col. 333c. – (2) Ibid., col. 334d-335a. – (3) sortem dans le ms., sorores dans le texte biblique. – (4) Plutôt réminiscence de Joel 1,20 devoravit speciosa deserti ?

Mandement royal de 1324 – ou l’insécurité règne à Reims

Paris, Archives nationales, X2A-2-f-95-bis
Paris, Archives nationales, X2A-2-f-95-bis

=== Date ===
1324, 6 janvier [n. st.] – Paris

=== Tradition ===
A. Paris, Archives nationales, X2A 2, fol. 95bis
Ed.
Archives administratives de la ville de Reims : collection de pièces inédites pouvant servir à l histoire des institutions dans l intérieur de la cité / [éd.] par Pierre Varin,...
Archives administratives de la ville de Reims : collection de pièces inédites pouvant servir à l’histoire des institutions dans l’intérieur de la cité / [éd.] par Pierre Varin,…
Source: Bibliothèque nationale de France

=== Edition ===

|1| Karolus et cetera ballivo Viromandensi, vel ejus locum tenenti, salutem. Grave gerentes, ex querimonia Roberti Erardi accepimus, |2| quod licet per sentenciam arbitralem (1) certorum arbitrorum, super certa discordia inter ipsum conquerentem, ex parte una, et |3| Robinum Yngrant, filium Roberti Yngrant, ex altera, dudum orta, de consensu dicti conquerentis, per dictum Robinum electorum, |4| cognito de dicta discordia, inter cetera pronunciatum fuerit, bonam ac perpetuam pacem esse, et servari debere, inter partes predictas, sub |5| certis penis in quodam compromisso super hoc inter partes ipsas facto fide et juramento vallato contentis et licet ab ipsa arbi-|6|-trali sentencia nonquam fuerit reclamatum, nichilominus idem Robinus Yngrant, contra sentenciam dictorum arbitrorum veniens, pacemque frangens |7| predictam, ac plures ejus in hac parte complices, in predictum conquerentem in itinere publico, in villa Remensi tunc existentem, pensatis |8| insidiis, more hostili, cum armis prohibitis et patentibus, nulla difidacione precedente, a tergo irruerunt, ipsumque conque-|9|-rentem viliter verberarunt, clamantes « Ad tibias ! ad tibias! ut non evadat », et posse suum fecerunt ipsum interficiendi et |10| eum interfecissent, nisi supervenisset gentium multitudo, que ipsum Robinum Yngrant voluntatem suam facere non permiserunt; |11| — que omnia si vera sunt, non sine nostre regie magestatis, et regiarum ordinacionum, in quibus armorum deportationes, et |12| tales invasiones prohibentur, offensa, perpetrata fuisse videntur, et nobis displicet si sit ita — ideoque mandamus et com-|13|-mittimus tibi, quatenus super hiis et aliis articulis de premissis mentionem pleniorem facientibus, quos sub contrasigillo |14| prepositure nostre parisiensis clausos tibi mittimus, vocato procuratore nostro, cum ceteris evocandis, inquiras, tam ex officio nostro, quam aliter, diligencius |15| veritatem inquestam quam inde (2) feceris ad nostram curiam parisiensem, sub tuo fideliter inclusam sigillo, ad certam et competentem |16| diem transmissuram, illos quos tanget eadem inquesta ibidem ad dictam diem adjornans, super hoc processuros ut fuerit racionis |17| et interim de corporibus et bonis illorum qui per dictam inquestam apparebunt super premissis suspecti, te teneas, si necesse fuerit, |18| taliter saisitum, quod possit, si et cum opus fuerit de ipsis fieri debitum justicie complementum, certificans nichilominus curiam nostram |19| predictam, ad dictam diem, de hiis que feceris in premissis. Damus autem omnibus justiciariis (3) et subditis nostris, presentibus, in |20| mandatis, ut in premissis, et ea tangentibus tibi pareant et intendant. Datum Parisiis sub sigillo Castelleti nostri |21| parisiensis, in absencia nostri magni sigilli, sexta die januarii, anno Domini millesimo trecentesimo vicesimo tercio.
[Mentions hors teneur:] Per cameram, lecta ibidem
[Signé:] Gyen.

(1) barré : certorum debitorum.
(2) barré : fecereris
(3) barré : nostris

Saint-Germain d’Auxerre et Fontenay en 1337

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 66, pièce 20 (Réutilisation soumise à conditions)
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 66, pièce 20 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
1337, 1er décembre.

== Regeste ==

Étienne, abbé de Saint-Germain d’Auxerre, et Guy de Tonnerre, moine de ce monastère, notifient qu’ils renoncent en faveur du monastère cistercien de Notre-Dame de Fontenay à tous leurs droits sur une maison sise à Augy près d’Auxerre ; les moines de Fontenay s’obligent à verser une pension annuelle et viagère de 100 sous tournois à Guy de Tonnerre, payable à la Toussaint.

== Tradition ==

A. Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 15 H 66, pièce 20. — Original en parchemin ; 175 / 180 mm (repli ouvert 27 mm) x 285 / 295 mm ; justification 265 x 110 x mm ; réglure à la mine de plomb ( ?), verticale gauche et première ligne seulement ; repli de 27 mm à une 1 simple entaille centrale ; écriture cursive. Mentions dorsales : (XIV-XVe s.) « Abbas Sancti Germani Autisiodorensis quittat nobis totum jus quod pretendebat in domo nostra de Augiaco pro pensione C solidorum t. ad vitam unius sui monachi » ; « Augiacum » ; « XV » ; « 1337 » ; (XVIIe s.) « Auxerre. Reconnoissance de l’abbé St-Germain qu’il n’a plus aucun droit sur la maison du Petit Fontenay à Augy. 1337. Cotte RR » ; (1787) « N 11. / 1337 »

== Indiqué ==

INVENTAIRES : ADCO 15 H 1, fol. 21v (Auxerre. RR). — ADCO 15 H 2, fol. 19v (Auxerre. RR). — ADCO 15 H 3, p. 54 (IV. 03. 11).

== Edition ==

Noverint universi quod nos frater Stephanus, permissione divina humilis abbas monasterii Sancti Germani Autisiodorensis, pro nobis et monasterio |2| nostro, et frater Guido de Tannerra (1), noster commonachus, de voluntate, auctoritate et assensu nostris, ex certa scientia et diligenti deliberatione super |3| hec prehabita renunciamus omni juri et actioni quod et quam in quadam domo sita apud Augiacum prope Autisiodorum, quam tenebat dictus frater |4| Guido et que pertinet (a) ad monasterium Fonteneti, Citerciensis (b) ordinis, Eduensis dyocesis, et ejusdem domus pertinentiis, nobis et monasterio nostro quoquomodo |5| quacumqueve causa seu etiam ratione, competiit seu etiam competere et pertinere potuit, vel etiam nunc competit et competere potest ; |6| cedentes religiosis viris, abbati et conventui dicti monasterii Fontenenti quicquid juris, actionis, usufructus, possessionis et proprietatis |7| seu alterius juris cujuscumque in predictis domo et pertinentiis habuimus, habere potuimus, habere possumus et habemus premissa omnia et singula |8| in ipsos religiosos Fonteneti ad opus ipsorum suique monasterii totaliter transferendo dictamque domum cum ejusdem pertinentiis universis |9| ad dictum monasterium Fonteneti ex certa sciencia recognoscimus pleno jure penitus pertinere, salva et reservata dicto fratri Guidoni |10| pensione centum solidorum turonensium ipsi fratri Guidoni debita ad vitam suam dumtaxat, solvendorum per dictos religiosos Fonteneti annis |11| singulis in festo Omnium sanctorum. Que omnia et singula premissa nos abbas predictus pro nobis et monasterio nostro predicto et ego frater |12| Guido, de voluntate, auctoritate et assensu predicti domni abbatis promittimus bona fide tenere et inviolabiliter observare, nec contra venire nec |13| contra venienti consentire tacite vel expresse, nec (c) alicui contra venienti seu contra venire volenti prestare directe vel indirecte |14| auxilium, consilium vel juvamen. In quorum testimonium sigillum nostrum presentibus litteris duximus apponendum. Datum anno |15| Domini millesimo CCC° trecesimo septimo, die Lune in crastino festi beati Andree apostoli.

(a) pertinet ajouté dans l’interligne A. – (b) Sic pro Cisterciensis, écrit ‘c’, ‘i’, ‘t’ tilde -er, ‘cien’ tilde, A. – (c) un mot barré A.

  1. Tonnerre, Yonne, ch.-l. arr.
  2. Augy, Yonne, cant. Auxerre.
  3. Fontenay, Côte-d’Or, cant. Montbard, comm. Marmagne.

Acte de 1347 : exemple d’acte de tabellion

Troyes, Archives départementales de l’Aube, G 911Troyes, Archives départementales de l’Aube, G 911

== Date ==
1347, 26 novembre. – [s.l.]

== Regeste ==
Jean, garde du sceau de la prévôté de Troyes, notifie que Guilllaume Chrétien et Jean Pourpoint, sergents du roi, ont attesté devant lui que l’acte [autrefois] joint a été scellé par Renaud de la Chapelle, notaire du Châtelet de Paris.

== Tradition (incomplète) ==
A. Troyes, Archives départementales de l’Aube, G 911. Original en parchemin. Dimensions : hauteur 75 mm, dont repli de 12 mm ; largeur 185 mm.

== Edition ==
A toux ceux qui ces presentes lettres verront, Jehans Fonde, garde du seel de la prevosté de Troies, salut. |2| Saichent tuit que par devant moy et Jehan de Villebon, tabellion en garde, jurez et establis a |3| ce faire a Troies de par nostreseigneur le roy, personnelment establi, Guillaume Crestien et Jehannins Pourpoint, |4| sergens du roy nostreseigneur, affermerent et tesmongnerent que les lettres annexces parmi le decret scellé en |5| queu saingle de cire rouge, parmi lesqueles ces presentes sont annexces, sont seellees dou seel Renaut |6| de la Chapelle, clerc, notaire dou Chastellet de Paris et commis de par nostreseigneur le roy de recevoir l’im-|7|-posicion des gens d’armes es bailliage de Troies et de Meaux duquel il use et a acoustumé user en son-|8|-dit office. En tesmoin de ce, j’ay seellé ces lettres du seel de ladicte prevosté avec noz seingnes. |9| Ce fut fait l’an de grace mil et CCC quarante sept, le XXVIe jour dou mois de novembre.

== Note sur le tabellionnage (extrait du Vocabulaire international de la diplomatique, p. 79) ==
Institué en 1280 dans le royaume de France et immédiatement généralisé dans la France du Nord et les régions voisines, le tabellionnage est un système dans lequel les actes, reçus par deux clercs jurés, sont, en principe mis en forme définitive par un tabellion et présentés par lui à la juridiction locale (d’abord le bailliage, puis la prévôté), dont le sceau était aposé par le garde du scel de celle-ci, au nom de qui l’acte était normalement intitulé. Le système évolua lentement vers un système de notariat public.