Archives par mot-clé : XV

Le développement durable au XVe siècle

Avignon, Arch. dép. Vaucluse, 3 E 5 994 (fol. 35r, bas)
Avignon, Arch. dép. Vaucluse, 3 E 5 994 (fol. 35r, bas)

Image fournie gracieusement par les Archives départementales du Vaucluse, présentée ici en attendant l’hébergement par l’IRHT de l’édition électronique du registre notarial 3 E 5 / 994.

1474, 3 mars. – Avignon.

Jean de Mareuil, évêque d’Uzès, révoque tout acte pouvant mener à faire paître du gros bétail sur les terres d’Espeyran, car ces pâturages sont trop tendres.

Avignon, Arch. dép. Vaucluse, 3 E 5 / 994 (fol. 35r, bas)

Die tertia Martii

Declaratio facta per dictum dominum episcopum
[hors teneur :] h.t.

Constitutus personaliter dictus dominus episcopus et administrator monasterii sancti Egidii dixit et declaravit quod non fuit nec est intentionis quod ipse aut aliquis ejus procurator, negociorum gestor aut quevis alia persona pro ipso et ejus nomine in eodem monasterio arrendaverit seu arrendare potuerit vel debuerit quovismodo heritagia territorii de Speran (1), de pertinentiis dicti monasterii ad depascendum inibi grossa animalia sed solum et dumtaxat animalia minuta cum nemora ipsius territorii sunt tenera, a pauco tempore exorta, et si illud grossa animalia inmitterentur magna dampna inferrent. Et ideo ipsos suos procuratores et negotiorum gestores et actus per eosdem gestos circa immissionem grossorum animalium revocavit et revocat prout melius sibi de jure permittitur, etc.
Actum Avinione in domo habitationis ipsius domini episcopi, presentibus nobili et generoso viro domino Jacobo de Belloforti, de Cavilhaco, studente Avinione, et domino Jacobo Ressunti, presbitero, testibus etc.
Et me Francisco morini notarii etc.

(1) Speran: Gard, arr. Nîmes, ch.-l. cant. [voir sur le Géoportail]

Procuration de Jean de Mareuil pour Thibaud Maltet

Avignon, Arch. dép. Vaucluse, 3 E 5 994 (fol. 34v, haut)

Image fournie gracieusement par les Archives départementales du Vaucluse, présentée ici en attendant l’hébergement par l’IRHT de l’édition électronique du registre notarial 3 E 5 / 994.

1474, 24 janvier. – Avignon.

Avignon, Arch. dép. Vaucluse, 3 E 5 / 994 (fol. 34v, haut)

Eadem die.
Aliam procurationem pro eodem
[hors teneur:] extensam.
Constituit suum procuratorem, videlicet supradictum magistrum Theobaldum Malteti, scilicet ad inquirendum titulosque inquisitioniales dandum, contra omnes et singulos monachos et personas alias ad causam dicti sui monasterii Sancti Egidii spolia quecumque recipiendi et de ipsis (a) quictandum agendumque et defendendum libellum etc. Cum potestate substituendi ad lites et judicia etc. Promittens etc. Relevans etc. De quibus etc. Actum Avinione in domo habitationis ipsius domini, constitutis presentibus egregio et nobili viris domino Johanne Crotte, legum doctore, et (b) Baltazare Spifanii, de Avinione testibus etc.
Et me Francisco Morini notarius etc.

(a) Lecture incertaine, car s final de forme inhabituelle chez ce scribe. — (b) nobili barré.

Quittance pour le prieur de Saint-Marcel

Avignon, Arch. dép. Vaucluse, 3 E 5 / 994 (fol. 35r, haut)

Image fournie gracieusement par les Archives départementales du Vaucluse, présentée ici en attendant l’hébergement par l’IRHT de l’édition électronique du registre notarial 3 E 5 / 994.

1474, 1 mars. – Avignon.

Avignon, Arch. dép. Vaucluse, 3 E 5 / 994 (fol. 35r, haut)

Die prima Martii.
Quictancia pro domino Fulqueto Aydini, presbitero, priore Sancti Marcelli, diocesis Uticensis, facta per dictum dominum episcopum.

In mei notarii etc., constitututs personaliter dictus dominus episcopus Uticensis, bona fide etc., confessus fuit et publice recognovit se habuisse et recepisse plenam et integram satisfactionem de omnibus gestis receptis et administratis in officio thesaurarie sue Uticensis ecclesie et monasterio Sancti Egidii (a) per ipsum dominum Fulquetum, de omnibus tempore quo officium thesuararii excercuit. De quibus fuit contentus, quittavit etc. Cum pacto etc. Exceptioni etc. Promisit etc. Juravit etc. Renunciavit etc. De quibus etc. Actum Avinione in domo habitationis ipsius domini constituti.(b) Presentibus (c) magistro Laurentio de Pierrepons et honorabili Johanne Scutifferi, magistro hospicii ipsius domini episcopi, testibus etc.
Et me Francisco Morini, notarii etc.

(a) et monasterio Sancti Egidii écrit à l’avant-dernière ligne de la minute, avant Et me Francisco Morini notarii etc. introduit par un signe de renvoi. — (b) ipso barré. — (c) et barré.

Prix-fait ou Contrat de construction d’une livrée avignonnaise

Avignon, Archives départementales du Vaucluse, 3 E 5 / 994 (fol. 7v-8r)
Avignon, Archives départementales du Vaucluse, 3 E 5 / 994 (fol. 7v-8r)

Avignon, Archives départementales du Vaucluse, 3 E 5 / 994 (fol. 8v-9r)
Avignon, Archives départementales du Vaucluse, 3 E 5 / 994 (fol. 8v-9r)

Images fournies gracieusement par les Archives départementales du Vaucluse, présentée ici en attendant l’hébergement par l’IRHT de l’édition électronique du registre notarial 3 E 5 / 994.

1473, 21 janvier. – Avignon

A. Avignon, Archives départementales du Vaucluse, 3 E 5 / 994
Devis de construction du palais épiscopal de Jean de Mareuil, évêque d’Uzès et abbé commendataire de Saint-Gilles-[du-Gard], par l’architecte-maçon Grégoire Quiblier. L’immeuble a été acheté par Jean de Mareuil en octobre 1472 et avait appartenu à un professeur de droit civil, Philippe de Costeria (Avignon, Arch. dép. Vaucluse, 3 E 5 / 993, f. 2r et suiv). Il est sis rue Saint-Marc qui a disparu lors du percement de la Rue de la République, excepté une partie conservée par la Rue Théodore Aubanel : ainsi nommée d’après l’enseigne de Saint-Marc d’une hôtellerie, elle allait de la Grande Boucherie (à l’emplacement de l’actuel Hôtel de Ville) jusqu’à Saint-Martial (Cf. J. Girard, Évocation du vieil Avignon, Paris, 1958, p. 188). Avant d’être nommée Rue Saint-Marc, elle portait le nom de Rue de la Bouquerie (i.e. de la boucherie), repris par une autre rue, d’où son nom aussi de « bouquerie antique », attesté dès le Moyen Âge, et en particulier dans le contrat de location de la maison de l’évêque d’Uzès après son décès aux Pazzi, banquiers florentins (Avignon, Bibl. mun., ms. 4382, f. 23r : 7 juillet 1485, « in carreria Bocarie Antique dicte Sancti Marci »).

Jovis XXI Januarii.
Obligacio et promissio pro supradicto domino Johanne de Mareuilhio Uticense episcopo contra magistrum Gregorium Quiblerii lathomum diocesis Viennensis habitantem Avinionis et econtra.
In mei notarii etc. constitutus personaliter dictus magister Gregorius bona fide etc. promisit et convenit dicto domino Uticensi episcopo presenti stipulanti etc. se construere, componere seu edificare quandam domum novam in presenti civitate Avinionense, prout et quemadmodum in sequentibus lacius continetur.

S’ensuyvent les pactis et convenances faictz et accordés entre reverend père en Dieu, mestre Jehan de Mareulh evesque d’Uzaix d’une part et le discret homme mestre Gregoire Quiblier, masson du diocese de Vienne, habitant d’Avignon, d’autre part.
Et premierement est de pacti que ledit mestre Gregoire doit edifier, construyre et bastir une maison en ladite cité d’Avignon et ou lieu de la maison qui fut de feu messire Philip de Costeria, assise en la parroisse de Saint-Didier, en la carriere par laquelle on vait du grant mazel, ou college de Saint-Marsal, pour mondit seigneur d’Uzaix, laquelle de part d’avant aura les fundamens de troys pans et demy ou environ et plus si mestier estoit.
Item aura la muralhe despuys la terre jucquez au premier soulier troys pans ou environ avecque ung soubassement ou bas de ladite muralhe et despuys le premier soulier en sus deux pans et demy.
Item plus ledit mestre Gregoire sera tenu et doyvra faire de la part d’avant touchant la carriere, c’est assavoir la premiere partie ou assiete dudit mur de pierre de tailhe et ou darriere de ladite assiete premiere endit mur doit ledit mestre Gregoyre fornir de pasture.
Item sera tenu ledit mestre Gregoire faire fenestres croysees belles, bonnes et honnorables et une grande porte en ladite murailhe avecquez les fenestres necessaires pour ladite porte avecquez les armes de mondit seigneur d’Uzaix sus la porte susdite ou deux anges et en autres pars de ladite maison la ou sera necessaire et ou mondit seigneur d’Uzaix vouldra diviser.
Item plus ledit mestre Gregoyre fera deux tornelles es deux boutz de ladite murailhe de la part d’avant, avecquez les creneaux revestus le long de ladite murailhe bardee dessus de bars de cayious. Et aura pour chacune canne ledit mestre Gregoyre tant de vuyde comme de plain et tant de ladite murailhe que de creneaux c’est assavoir cincque florins monoye courent en Avignon.
Item plus fera ledit mestre Gregoyre une vitz de six pans dedans euvre, entre le noheau et le mur, ou si mondit seigneur d’Uzaix veult a l’esgalité et mesure de la vitz de sa maison episcopale d’Uzaix, et ce pour le prix de ving et neufz florins monoye courent en Avignon pour chacune canne. Et doit avoir ladite vitz une canne de fundament. Et si plus en avoit, ledit mestre Gregoyre sera tenu de le faire a ses despens.
Item plus est de pacti que la muralhe qui ce [sic] fera es autres parties de la maison susdite, tant en la traverse commune qui est entre ladite maison et la mayson de Loys Perussi, que aussi en autre part, sera de posture enduyte de mortier par le dedans et fera ledit mestre Gregoyre les cheminees montees de jambes jucquez au mantel. Laquelle muralhe aura une (a) canne de fundament et plus si mestier est, et dedans terre troys panes de large [f. 8v] ou plus s’il est mestier, et dehors terre deux pans et demy et ce pour le prix de troys florins pour chacune canne.
Item plus ledit mestre Gregoire aura toute la deffarde de pierre qui est de present en ladite maison a employer a sa volunté et sera tenu d’aplaner ou arrazer ladite maison a l’esgal de la terre et si plus en y avoit, il sera tenu de la gipter et charroyer dehors a ses despens.
Item ledit mestre Gregoire sera tenu de prandre XXXIII parpalholes pour escut et XXXVI pour ducat, revenent au prix a rayson de florins.
Item ledit mestre Gregoire sera tenu de faire besongner ordinairement ezdit ouvrage XV ou XVI compaignons ouvrans a l’euvre de ladite maison.
Item ledit mestre Gregoire fera le bouget simple pour le prix de troys florins et demy et le gros bouget pour le prix de quatre florins et demy pour chacune canne desdits bougetz, tant pour vuide comme pour plain avecquez les portes et fenestres necessayres.
Item au regard des piliers qui seront necessayres en ladite maison, mondit seigneur d’Uzaix et ledit mestre Gregoire en seront a l’ordennance de messires Jehan Crote (b) et Guillaume de La Rochelle.
Et hic finis pactorum.
Et in diminutione predicte constructionis dictus magister Gregorius confessus fuit habuisse prout habuit et realiter recepit in parpalholis, jacquetis et ducatis summam centum quinquaginta florinorum monete Avinionis currentis seu eorum legitimum valorem. De quibus fuit contentus, quittavit etc. Exceptioni etc. Cum pacto etc. Pro quibus tenendis per dictas partes hinc inde, dictus dominus Uticensis obligavit bona sua quecumque et dictus Quiblerii personam et bona viribus et carceribus curiarum camerie apostolice spiritualium et temporalium Avinionis. Et per pactum etc. Constituerunt procuratores etc. Promiserunt etc. Juraverunt etc. Renunciarunt etc. De quibus etc.
Actum Avinione in domo habitationis ipsius domini Uticensis et in aula a parte carreria, presentibus dominis Johanne Crote, legum doctore, Guillelmo de Rochella, licenciato in decretis et Jacobo de Vallibus, civibus Avinionis, testibus etc.
Et me Francisco Morini etc.

(a) une écrit dans la marge gauche, avec signe de renvoi. — (b) Crote dans l’interligne.

Quittance pour Jean de Mareuil, évêque d’Uzès

Avignon, Archives départementales du Vaucluse, 3 E 5 / 994 (fol. 7r)
Avignon, Archives départementales du Vaucluse, 3 E 5 / 994 (fol. 7r)
Avignon, Archives départementales du Vaucluse, 3 E 5 / 994 (fol. 7v-8r)
Avignon, Archives départementales du Vaucluse, 3 E 5 / 994 (fol. 7v-8r)

Images fournies gracieusement par les Archives départementales du Vaucluse, présentée ici en attendant l’hébergement par l’IRHT de l’édition électronique du registre notarial 3 E 5 / 994.

1473, 19 janvier. – Avignon

A. Avignon, Archives départementales du Vaucluse, 3 E 5 / 994
Quittance des 300 écus d’or donnés par Jean de Mareuil, évêque d’Uzès et abbé commendataire de Saint-Gilles-[du-Gard], à Jean Preverand, abbé de [Notre-Dame d’] Asnières-Bellay.

Die decimanona Januarii.

Quictancia pro supradicto domino Johanne de Mareulhio Utici episcopo et archidiacono Uticense.

Cum dictus dominus Johannes episcopus et archidiaconus teneatur et sit efficaciter obligatus domin reverendo patri domino Johanni Preverandi abbati monasterii Beate Marie de Asneriis Bellay  Continuer la lecture de Quittance pour Jean de Mareuil, évêque d’Uzès

Roman de la Rose


Paris, Bibl. nat. de France, ms. français 24392, fol. 2r
Roman de la Rose

C’est cy le romans de la Rose
Maintes gens dient / que en songes
N’a se fables non / et mensonges
Mais l’en puet telz / songes songier
Qui ne sont mie mensongier
Ains sont aprés bien apparant
Si en puis bien traire a garant
Un aucteur qui ot nom Macrobes
Qui ne tint pas songes a lobes
Ainçois d’escript l’advision
Qui avint au roy Cipion.

Cartulaire de Nitry et Lichères dans le fonds de Molesme

Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 7 H 641
Dijon, Archives départementales de Côte d'Or, 7 H 641

1183

Anséric de Montréal, sa femme Sybille de Bourgogne, leurs fils Anséric, Jean, Miles, restitue à l’abbaye de Molesme des droits sur les hommes et biens sis à Nitry (Yonne, arr. Avallon, cant. Noyers) et Lichères-près-Aigremont, exception faite de Robert Rimot et des filles d’Arnoul Malebouche, données contre cens, et des hommes déjà possédés par Anséric, seigneur de Montmirail, père d’Anséric de Montréal.

Tradition
A. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 7 H 642 (ancienne cote H 291). Original sur parchemin.
B. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 7 H 7 (cart. 143), d’après A.
C. Dijon, Archives départementales de Côte d’Or, 7 H 641. Cartulaire du XVe siècle, papier, d’après A.
a. E. Petit, Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne, avec des documents inédits et des pièces justificatives, Paris : Lechevalier ; Dijon : impr. de Darantière, 1885-1905, t. II, p. 415, n° 677 [en ligne sur Gallica].

Nota bene : La transcription ci-dessous est faite d’après C.

En marge : Elle est bonne contre Mons. de l’Isle.

Ne quod in presentiarum agitur temporum vetustate vel malignorum perversitate in posterum deleatur, ego Ansericus, dominus Montis Regalis, presentis scripti memorie commendare precepi ea que pro mea parentumque meorum salute guerpivi, donavi et concessi abbati et fratribus Molismensis abbatie perpetuo possidenda, videlicet : quicquid de prefate abbatie possessionibus sive in hominibus, sive in aliis rebus apud Nentri tempore meo usurpavi (a), aut usurpare feci, exceptis Robertum Rimot et heredibus suis, et duabus filiabus (b) Arnulfi Maleboche, quarum
utramque sub concensu (c) trium solidorum dimisi, et apud Leschires, exceptis illis hominibus quos pater meus Ansericus de Monte Mirabili tempore suo possedit, et quod deinceps nullum de predictorum fratrum hominibus, ego, vel uxor mea, vel heredes mei, aliquo modo habebimus in hominem aut in commendatum.
Omnes vero injurias quas ego, vel officiales mei predictis fratribus vel hominibus eorum intulerunt, abbas et fratres prefati michi et uxori mee et filiis nostris, quantum in eis est, indulserunt et penitus condonaverunt.
Si vero aliquis, quod absit, prelibatos fratres gravando super relictis hominibus dominii vel servitii moverit questionem, vel ipsi homines aliquam alicui commendationem fecerint, vel facere voluerint, ego me testem, tutorem et deffensorem ydoneum me esse, salvis expansis (d) meis, bona fide promisi.
Hoc laudavit uxor mea Sibilla et filii mei Ansericus, Johannes, Milo.
Hujus rei testes sunt Cleophas, prior Molismensis, Bruno camerarius, Jobertus prior de Nentri, Martinus capellanus, Guerricus canonicus de Avallone, Girardus capellanus ejus, Reinaudus clericus, Erveus de Petra Pertusa, Bernardus de Monte Barro, Manasses de Aceio, Guido Fardellus, milites, Willelmus prepositus de Insula, Arnulfus Maleboche de Massengi, Beroardus Sauvaiges, Reinaudus major de Nentri.
Ad presentis vero pagine confirmationem, sigillum meum apponendo, rogavi dominum Eduensem episcopum et Lingonensem, ut huic guerpini (e) et concessioni, sigillorum suorum adposicione testimonium perhiberent.
Factum est hoc anno ab incarnatione Domini M° C° octogesimo III°, Lucio existente sancte Rome (f) ecclesie pontifice, Philippo rege Francorum imperante, Hugone duce Burgundie regnante. Amen.

(a) Passage avec repentirs : temporis tempore inconsur-pavi meo. Ce passage prouve que le cartulariste a travaillé d’après l’original, où meo usurpavi peut donner lieu à confusion. — (b) duas filias ante corr.. — (c) concensu ajouté dans l’entreligne, censu dans l’original. — (d) Sic. — (e) Sic pro guerpitioni (?). L’original porte une forme qui peut être guerpine avec e partiellement effacé ou guerpini, sans doute pour guerpitioni. — (d) Sic pro Romane. L’original porte Rom. tilde.

Vocabulaire :
commendatio : Du Cange

La logique d’Albert de Saxe


Manuscrit Berkeley, University of California, Berkeley, Bancroft Library, BANC MS UCB 101

Images disponibles sur Digital Scriptorium.
(Interroger par cote : Search / Shelfmark = MS UCB 101 / « View full record » ou « View images only »)

Partie à transcrire retravaillée pour augmenter le contraste :

Berkeley Univ. of California Bancroft Library, MS ULB101 image DS001972aA retouchée
Berkeley Univ. of California Bancroft Library, MS ULB101 image DS001972aA retouchée

[dans la marge sup.] Incipit Logica magistri Alberti de Saxonia.

[fol. 1ra]
[Divisio operis] Intencionis presentis est : primo tractare tam de terminis prime quam secunde ipositionis ; 2° de proprietatibus terminorum sicud de suppositionibus, ampliacionibus et appellacionibus ; 3° de propositionibus tam de inesse quam modalibus ; 4° de consequentiis tam formalibus quam materialibus, ut puta de conversionibus equipollenciis, et (a) de sylogismis et de consequentiis dyalecticis ; 5° de argumentationibus sophysticis ; 6° de insolubilibus et obligationibus.
[Divisio primae partis] Quantum ad primum, [primo] (b) videndum est de terminis qui sunt verificabiles, de terminis prime et secunde intencionis vel inpositionis, sicud sunt isit termini : « signum », « terminus », « subjectum », « predicatum », « nomen », « verbum », et hujusmodi.
2° Videndum est de terminis secunde intencionis qui sunt verificabiles, de terminis prime intencionis materialiter acceptis sicut universalia : « genus », « species » etc.
3° Videndum estde terminis prime intentionis qui sunt verificabiles, de pronominibus demonstrantibus res non ea ratione qua sunt signa, sicut sunt [.X.](c) predicamenta.

[Pars prima] Quantum ad primum. Et primo de isto termino « signum » qui est communior quam sit hoc nomen « terminus ». Sciendum quod hoc nomen « signum » accipitur uno modo prout extendit se ad omne illud quod apprehensum facit aliquod venire(d) in cognicionem [alicujus](e). Isto modo dicimus circulum pendentem ante tabernam esse signum vini — et [ita](f) large accipiendo signum. Non accipiebatur quando dicebatur quod termini prime intencionis significative accepti sunt verificabiles de pronominibus demonstrantibus res que non sunt signa ; nec ita large volo uti isto nomine « signum » in sequentibus.

(a) et barré postérieurement. — (b) primo ajouté dans l’entreligne. — (c) .X. ajouté dans l’entreligne. — (d) f. a. v. réécrit sur le texte par seconde main. — (e) alicujus ajouté dans l’entreligne. — (f) ita ajouté dans l’entreligne.

Exigit rationis ordo… Le procès de réhabilitation de Jeanne d’Arc

Paris, BnF, lat. 14665 (folio 349r)Paris, Bibliothèque nationale de France, manuscrit Latin 14665 (fol. 349r)
Cette image provient de la Banque d’images de la Bibliothèque nationale de France. Pour en avoir une version en haute résolution, s’adresser au service Reproduction de la BnF.

i=== Transcription ===
Exigit rationis ordo et recta dispositio equitatis(a) docet et precipit sacrorum canonum et legum civilium institutio salutaris ut, que solemnibus acta judicis(b), scripturis annotentur et redigantur authenticis chartis(c), et instrumentis publicis commendentur, sicque presentibus et futuris pariter innotescant, et, labente memoria hominum, non perea[n]t. Ad Dei igitur laudem, gloriam et honorem, ad veritatis et justicie elucidationem et manifestationem(d), continet hoc opus autenticumque (e) registrum, a nobis notariis infrascriptis fideliter et integraliter recollectum sub actis judiciariis, solemnibus instrumentis, et documentis fidelibus, ac variis doctorum et jurisperitorum tractatibus, processum nuper(f) ex auctoritate, ordinatione
et rescripto sancte Sedis apostolice ac sanctissimi domini nostri domini Calixti, divina providentia
pape tercii, sub reverendissimo reverendisque patribus Johanne, archiepiscopo Remensi, Guillermo, Parisiensi, et Richardo, Constactiensi, episcopis, juris professoribus dignissimis, ac venerabili patre, magistro Johanne Brehal, sacre theologie professore, in regno Francie fidei inquisitore, agitatum, solemniter discussum et conclusum, vocatis ad omnia, tam specialiter quam generaliter, qui fuerant
evocandi. Quo quidem processu mediante ac sententia finali debite interveniente, sub sancte Romane Ecclesie et apostolice Sedis ac sanctissimi Romani pontificis auctoritate, eisdem reverendissimo reverendisque patribus in Christo, ad preces humiles et devotas, ac instantiam sedulam honeste et probe vidue Ysabellis d’Arc, ac Johannis et Petri, fratrum defuncte quondam Johanne d’Arc, dicte vulgariter « la Pucelle », commissa ; processus quondam in civitate Rothomagensi, ad cujusdam magistri Johannis de Estiveto, fidei promotoris pretensi, instantiam, sub reverendo patre domino Petro Cauchon, assistente eidem, in dicti processus parte, magistro Johanne Magistri, ejusdem fidei subinquisitore, cum sententiis et executionibus inde secutis, nullus declaratus
est, invalidus et iniquus, errorem juris et facti in materia et [forma continens manifeste],

=== Variantes choisies de l’édition par Jules Quicherat (Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d’Arc, dite la Pucelle : publiés pour la première fois d’après les manuscrits de la Bibliothèque royale, suivis de tous les documents historiques qu’on a pu réunir et accompagnés de notes et d’éclaircissements, Paris : J. Renouard, 1841-1849, 5 vol., t. II, p. 72, également disponible en ligne) ===
(a) aequitalis. – (b) [sunt] judiciis. – (c) authenticis chartis. – (d) manifestationem perpetuam. – (e) authenticumque. – (f) nuper et.

Rithmi cujusdam Petri Damiani : De omnibus statibus

Zürich, Zentralbibliothek, Ms. C 101 (1r)
Zürich, Zentralbibliothek, Ms. C 101 (1r)

** www.e-codices.ch **

Petrus Damiani, Carmen rhythmicum

|1| Episcopi, attendite,
Dei verba facite (a).
Vobis precepit Dominus
Pro vestris moribus (b).

|2] Si bona, quae loquimini,
Operibus feceritis,
Exempla bona dabitis
Vestris commissis filiis.

|3| Presbiteri, dyaconi,
Qui fertis uasa Domini,
Estote semper nitidi
In conspectu altissimi.

|4| Qui vult esse canonicus,
Sit bonus et ydoneus,
Obediat episcopo
Ut seniori domino (c).

|5| Ad matutinum veniat,
Cum signum hore resonat;
Postposita pigritia
Festinet ad officia.

|6| Plebani recte audiant,
Quod sancti patres clamitant,
Ut acquisita predia
Relinquant in ecclesia.

|7| Magistri[!] (d) doctus litteris
Flagella debet (e) discipulis,
|8| Ut docti ab infantia
Doctrinam bene sapiant.

|9| Scriptores recta linea
Veraces scribant litteras,
|10| Distinctiones proprias
Usque ad finem compleant.

|11| Illitteratus clericus
Elationi deditus,
|12| Despiciens misteria,
Ut stulta jacet bestia.

|13| Discurrit per basilicam
Pro vanitate nimia;
|14| In loco si permanserit,
Cervice torta respicit.

|15| Verba Dei non nuntiat,
Privatim semper musitat
|16| Et recitat parabolas
Inanes atque vacuas.

|17| Abbates semper vigilent
Ab omni namque crimine;
|18| Non pro mundi astutia
Sancta relinquat (f) studia.

|19| Non potest esse monachus,
Qui vagus est et prodigus;
|20| Si vivit sine regula,
Peribit absque gracia (g).

|21| Deo deuote monache,
Serua (h) legem optime;
|22| Viventes casto corpore
Terrena cuncta spernite.

|23| Potestas est in populo
A summo data Domino;
|24| Et (i) cum fide servant (i),
Qui sacramenta fecerant.

|25| Pro nullo malo merito
Vel placitato pretio
|26| Aut aliqua amicitia
Necat (k) vera judicia.

|27| Judex sedens in placito
Non speret de Byzancio
|28| Sed Deum recte timeat
Et legem ejus (l) finiat.

|29| Testes, pro nullo munere
Falsa loqui presumite
|30| Sed vera verba (m) dicite
Presente vero principe.

|31| Veraces sint notarii (1)
Tenendo fidem animi
|32| Nec umquam pro denariis
Falsa scribant in cartulis.

|33| Castaldiones populi
Omnes (n) uicedomini
|34| Ne torqueant justitiam
Nec manducent servicia.

|35| Tenentes ministeria
Cum malis non conveniant ;
|36| Recta (o) fide serviant,
Ne merita bona perdant (p).

|37| Adnatatores [!] (q)(2) placita
Ne fundant (r) arte aliqua ;
|38| Relaxent cordis vicia
Ut (s) exquirant judicia.

Variantes avec le texte édité par M. Lokrantz en 1964 (Studia Latina Stockholmiensia 12), p. 137 – 158 (références bibliographiques complètes)

(a) discernite. – (b) mori ovibus. – (c) indito. – (d) Magister (leçon qui s’impose). – (e) det. – (f) relinquant (leçon qui s’impose). – (g) morte pessima. – (h) servate (leçon qui s’impose : le féminin pluriel a été pris pour un vocatif singulier). (i) Ei. – (j) serviant. (k) Vertant. – (l) cito. – (m) verba vera. – (n) Et omnes (leçon qui s’impose pour la régularité du vers). – (o) Recta cum (leçon qui s’impose pour la régularité du vers). – (p) bona perdant merita. – (q) Advocatores. – (r) fraudent. – (s) Et.
(1) notarii écrit un a suscrit au-dessus du o(abréviation nota non utilisée). – (2) Sic proAdnotatores ?.

Une copie figurée du XVe siècle

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 15 H 190 (2)Acte original.
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 190, pîèce 2 (Réutilisation soumise à conditions)

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 15 H 190 (1)Copie figurée du XVe siècle
Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 190, pîèce 1 (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
[1163 – avant le 19 janvier 1169]
L’épiscopat de Gauthier à Langres de 1163 à 1180. Le terminus ante quem est ici donné par une confirmation de ce don par la bulle d’Alexandre III donnée à Bénévent le 19 janvier 1169 et aujourd’hui conservée à l’abbaye de Fontenay.

== Régeste ==
Gauthier, évêque de Langres, notifie le don par Roger de Corraboeuf à l’abbaye de Fontenay de ses possessions à Laignes, dont un moulin.

== Tradition ==
A. ADCO 15 H 190, pièce 2. — Original en parchemin ; 95 x 240 mm ; justification 220 x 80 mm ; réglure à la mine de plomb (rectrices seules) ; repli de 9 mm, à une entaille simple, recouvrant la dernière ligne de texte ; écriture livresque. Mentions dorsales : (XIIe-XIIIe s.) « Carta [effacé : G. Ling. episcopi] de dono Rogerii de Curte Rabodi » ; « De molendino Rogerii de Corabo de Lania » ; « ad Fontanas pertinens » ; « .xxij.a » ; « Carta G. Ling. ep. de dono Rogerii de Curte Rabodi » ; (XVIIe s.) « Laignes » ; « Laignes. Don faict a Messieurs de Fontenay par Roger de Curte Rabodi de son moulin des preys et terres en dependans et tout ce qu’il avoit au territoire de Laignes. Cotte ZZ » ; « Il y a deux titres pareils » ; (1787) « N° 2 / Sans date ».
B. ADCO 15 H 190, pièce 1. — Copie en parchemin, établie par Jehan Poingquarrey, le 8 mars 1488 [n. st.]. Mentions dorsales : (XVIIe s.) « Leignes. Don du moulin de Leignes par Roger de Courcelles, l’an 1487. Cotte L » ; (1787) « N° 4 / Sans date et pour copie collationnée 8 mars 1487 »

== Mentions ==
INVENTAIRES : (A) ADCO 15 H 1, fol. 112r (Laigne. ZZ). — ADCO 15 H 2, fol. 84r (Laigne. ZZ). — ADCO 15 H 3, p. 571 (XXIX. 03. 02) : « … N° 2 sans date… par lequel il couste que Roger de Courcelles [sic] a fait donnation auxdits vénérables de Fontenet de son moulin, terres et prés en dépendants, et tout ce qu’il avoit aud. territoire de Laigne, etc. et scellé d’un sceau qui y étoit autrefois ».
INVENTAIRES : (B) ADCO 15 H 1, fol. 108r (Laigne. L). — ADCO 15 H 2, fol. 82v (Laigne. L). — ADCO 15 H 3, p. 571 (XXIX. 03. 04) : « … N° 4 sans date est la même que les Nos 1 & 2 ci-devant ; laquelle piéce a été collationnée par Pontcarrey, notaire […] ».

== Edition ==
EGO Gualterus, Dei gratia Lingonensis episcopus, carte istius attestatione presentibus et futuris notifico quod |2| Rogerius de Curte Rabodi pro anima sua et pro animabus antecessorum suorum dedit ecclesie Fonteneti quic-|3|-quid habebat apud Lanias : molendinum videlicet suum, terras(a) et prata et quicquid habebat in ter-|4|-ritorio ejusdem villę. Hujus rei testes sunt Walterius archipresbiter Eduensis, Jordanus archipresbiter |5| Tullionis, Warnerius presbiter Fanii. Hanc itaque(b) elemosinam ut firma permaneat, sigilli nostri impres-|6|-sione confirmamus. Et quicumque contra hanc venire voluerint, auctoritate nostra excommunicamus. |7| Hinc(c) quoque testes sunt Hugo de Plaaneto, Huldeerius(d) de Columberio, Rainaldus major Tullionis, Gaufridus |8| de Darceio et Robertus frater decani Montis Barri.

(a) tarras sic B. – (b) Inséré par correction B. – (c) H en ekdosis A. – (d) Hulderius B.

== Commentaire diplomatique et paléographique ==
= Copie figurée =
Notre attention se porte ici sur la copie du XVe siècle, car c’est un exemple qui peut passer inaperçu d’un type particulier de copie dont l’intérêt est particulièrement évident dans les cas où l’original est perdu. Ici, au contraire, c’est l’original qui nous montre l’intérêt de la copie, car, sans cet original, nous n’aurions pas pu qualifier la copie de « figurée ».
Qu’est-ce qu’une copie figurée ? Une copie figurée est une copie entièrement conforme à l’original, non seulement pour la substance et teneur de l’acte, mais aussi pour la forme et les caractères externes. Une copie figurée d’une bulle pontificale, par exemple, reprendra la rota et les souscriptions en colonnes.
Ici, l’imitation est forcément réduite, car l’original montre peu de traits graphiques extraordinaires. Pourtant, le copiste choisit une écriture gothique épaisse (textualis formata ou textura) pour rendre le texte de l’original. La mention de collation, d’une écriture cursive, accentue le contraste. La copie respecte néanmoins l’original (autant que le Moyen Âge respecte les originaux en général, c’est-à-dire non sans réinterprétation), et en particulier dans l’emploi des majuscules et leur forme (remarquer les deux formes concurrentes de H).
= Commentaire paléographique =
La note de collation est d’une main rapide, qui permet de s’initier aux formes cursives de la fin du Moyen Âge, en particulier le p barré bas tracé d’un seul trait formant une boucle au bas de la hampe et les deux formes de r, notamment lorque cette lettre est géminée et en fin de mot (jour), mais sans systématisme (noter la différence entre les deux quatre). Dans la partie en textualis, la lettre r prend presque systématiquement la forme de z, mais la forme ronde du r apparaît dans le verbe venire.
= Mention de collation =
|1| Donné par coppie collacionnee faicte au [sic] l’original par moy Jehan Poingquarrey |2| clerc, notaire publique juré de la court de la chancellerie du duchié de Boulgogne, |3| le huitieme jour du mois de mars l’an mil quatre cens quatre vings et sept. |4| [Signé :] Poingquarrey
= Mention de correction =
Dans la copie de 1488, il faut noter, à la fin de l’acte copié, la mention : « Itaque. Actum ut supra » introduite par un signe d’insertion. Celui-ci se retrouve juste après le mot « Hanc » ; c’est donc là qu’il faut insérer le mot « itaque« . Les mots « Actum ut supra » sont du formulaire pour signifier que ce mot est écrit et donné dans l’acte original. Ce qui est intéressant ici, c’est que le formulaire vit de sa propre vie, indépendamment du fait qu’il n’y a ni date de lieu ni date de temps dans l’acte copié. C’est ainsi que les mots « Actum ut supra » ne renvoient plus à la date exprimée dans l’original, mais retrouvent leur sens propre. Le formulaire, figé et dévitalisé, y trouve comme un surcroît de sens.

Le XVe siècle : un acte en français

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or, 15 H 167

Dijon, Archives départementales de la Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), 15 H 167 (1) (Réutilisation soumise à conditions)

== Date ==
1454, 28 mai. — Abbaye de Fontenay (Marmagne, Côte d’Or)

== Edition ==
A touz ceulx qui verront et orront ces presentes lettres, nous, frere Symon, abbé de l’eglise et monastere |2| de Nostre Dame de Fontenoy de l’ordre de Cisteaux ou dyocese d’Ostung et tout le convent de ce dit |3| et meisme lieu, salut en nostre Seigneur. Savoir faisons que pour le proffit evident de nous et dudit |4| monastiere, nous avons baillé et delaissié et par ces meismez presentes baillons et delaissons pour nous |5| et nos successeurs abbez dudit Fontenoy a Regnaudot Regnaud., nostre, homme demourant a Fraisne, pour |6| luy et les siens à tousjours a cense en emphityote certain prey et saulcis, qu’illa cultiveiz |7| et mis hors d’espinez et de desert par nostre licence puiz nagaires, assiz dessoubz la chaussee de nostre |8| estang de Laicherellez tenant au champ des maisons Neives d’une part et d’autre cousté au champ que |9| fait de nous Guillaume le Maistret et par dessoubz aux preyz appartenant a nostre grange de Morville. Et |10| ledit accensiment ly avons fait parmi paiant chacun an perpetuellement a nous ou a nosdits successeurs |11| au jour de saint Martin d’ivert cincq soubz tournois de cense sur peine de l’amende : celle qu’on a |12| acostumé de paier audit lieu de Fraisne des censes non paieez au jour qu’on les doit. Et avons |13| promis et promettons soubz l’obligation des biens temporels dudit monastiere ce present bail et accensissement par |14| nous et nosdits successeurs moiennant ce qui dit est avoir pour aggreable senz y contrevenir et iceulx |15| heritaiges condure et garenti[r] audit Regnaud. et aux ayenz de ly cause ou temps advenir, en renonçant |16| a toutes excepcions, decepcions allegacions et raisons de fait et de droit a ce contrairez. En tesmoing |17| de ce avons fait mettre noz sealx a ces presentes lettres faictes et donnees en nostre chappitre le xxviiie jour |18| du moiz de may l’an mil quatre cens cincquante et quatre.